16 décembre 2009

Le choix de Sophie

La nouvelle est officielle : Sophie Duez, figure de proue de la liste Allemand aux municipales, rejoint le cabinet politique du maire-ministre Christian Estrosi.

Le moins qu'on puisse dire est que je n'ai pas de raisons particulières d'être un farouche partisan de la dame. On n'a pas oublié son étrange obstination à vouloir me donner des leçons d'unité de la gauche sur le plateau de France 3 au soir du deuxième tour des municipales de Nice. Et si j'ai toujours considéré qu'elle avait sa place au titre de la société civile sur une liste, il est aberrant que le leader de Changer d'ère - il est vrai en panne de popularité - lui ait laissé la conduite de sa campagne.

C'était une erreur de casting et un grand risque.

- Une erreur de casting pour les élections : voir les notables du PS se dandiner sur les estrades pour une sorte de teknival électoral n'était probablement pas ce qu'attendaient de la gauche les Niçois. Ils le feront d'ailleurs spectaculairement savoir en plaçant la liste Allemand en troisième position derrière Estrosi et... Peyrat.

- Un grand risque pour l'avenir : l'effet boomerang était prévisible. Le désintérêt abyssal du PS local pour la culture frôle parfois le populisme voire la beaufitude... Combien de fois m'a-t-on reproché d'écrire ou d'être cinéphile ? Combien de fois ai-je été traité de bobo par les blogs mercenaires de Biscarra en raison de mon intérêt pour les questions culturelles ?

Du coup, la dame a dû se sentir un peu seule... Comme elle a de l'expérience, probablement la volonté sincère d'être utile et, apparemment, une grande disponibilité professionnelle, elle ne pouvait que céder à l'offensive de charme du camp d'en face.

Bien sûr, l'opération politique est transparente. Mais, en même temps, comment ne pas constater que, lorsque l'opposition est insignifiante, le pouvoir - même contesté - est roi et les tentations sont grandes.

Bref, on peut ne pas partager le choix de Sophie. Mais on peut le comprendre...

23 commentaires:

ANTONIN a dit…

Elle aura quand même mis du temps à découvrir la "vacuité" ou le désintérêt culturel du groupe dont elle faisait parti.

Quant à comprendre son choix, Coluche disait que "pour briller en société, certains seraient prêt à manger du cirage", un médecin lui diagnostiquerait de la schizophrénie.
Moi j'en conclus que l'on est devant un bel exemple des aléas de la nature humaine et de la fluctuation de la dignité et de l'estime que l'on peu avoir de soi quand on est un personnage public ou politique en quête au choix, d'identité, de visibilité, d'alimentarité, de reconnaissance, etc, etc.
Le tout, enrobé comme il se doit dans l'investissement et l'accomplissement d'une mission divine (ou culturelle dans ce cas là) que l'on s'est juré de mener à son terme dans l'interêt général et pour préserver le bien-être de tous.

Bref, on se trouve dans le même cas de figure que tout ces soit-disants ministres d'ouverture qui, le coeur sur la main et la larme à l'oeil, assuraient vouloir faire don de soi à la France afin de servir leur pays en zigzaguant de gauche à droite sans même passer par le sas de décontamination du centre.
Je ne dit pas que les français ou les niçois qui y croient soient des c... mais enfin...

ANTONIN

Sylvie a dit…

Entre Allemand et Estrosi, le choix est limpide, on peut la comprendre, c'est vrai.
Mais on peut aussi se demander quelle est la part affective dans son choix et si, le jour où Estrosi apparaîtra moins sous les traits du prince charmant, et quand le chantier des Abattoirs connaîtra des déboires, la belle sera-t-elle toujours au rendez-vous pour mener à bien ce projet ?...

jean pierre a dit…

désolé mon cher patrick mais je ne suis pas en accord avec ton commentaire un peu trop indulgent pour cette personne arriviste.
dans le journal de propogante UMP du jour, elle explique "que la rénovation des abbatoires en grand centre culturel est son bébé " nous verons la longueur de la bride que lui laissera le ministre ....
antonin je signe ton papier des deux mains .
jean pierre

laura a dit…

je pense que ni la liste de gauche sur laquelle elle se trouvait, ni la majorité actuelle n'ont un intérêt et une envie de faire de nice une ville de culture.

certes il y eut quelques effets d'annonces comme la candidature pour être ville européenne, ou encore ce projets de rénovation et de réutilisation des anciens abattoirs. Mais ils n'ont été mis en scène et en avant par M. Estrosi pour satisfaire une certaine partie des niçois, sans aller au fond des choses et des problèmes mais en restant sur des actes plus "populistes".
Pour moi l'exemple le plus frappant est celui de la bibliothèque municipale et de son ouverture le dimanche. Une des mesures faisant partie de la liste des 100projets que le maire souhaitait mettre en place une fois élu. A priori, permettre par exemple aux travailleurs de pouvoir se rendre à la bibliothèque le dimanche en famille ou aux étudiants de préparer leurs examens 7j/7 est une bonne mesure.
Oui mais comme il y a toujours un mais je voudrais approfondir un peu la mise en place de cette proposition.
Etant a cette époque contractuelle a temps partiel a la bibliothèque, et demandant des rendez vous ,envoyant des courriers appuyés par mes supérieurs pour pouvoir être intégrée ou au moins passée a temps plein j'ai vécu cela de l'intérieur.
Un jour la directrice de la bibliothèque convoqua tout le personnel pour une reunion générale (ce qui n'arrivait pas plus d'une fois par an selon les collègues, qui se sont doutés que quelque chose d'important allait nous être annoncé). Dès le début elle nous informa que ce quelle allait nous dire ne nous ferait pas plaisir. Personnellement je pensais qu'il s'agissait de réductions d'effectif. Tandis que tout le monde y allait de ses pronostics quant à la mauvaise nouvelle à venir, Mme Michelizza nous fit part de la décision, sans aucune concertation et étude préalable, de l'équipe du maire d'ouvrir la structure au public le dimanche , et cela d'ici moins de 2mois!
Brouhaha général évidemment, chacun souhaitant prendre la parole pour protester. De mon côté je ne comprenais pas ce qu'il se passait. Nombres de fois j'ai reçu des réponses négatives a mes demandes pour cause que la municipalité ne possédait pas des budgets suffisants pour m'intégrer, la bibliothèque fonctionne en sous effectif chronique (il manque plus d'une quinzaine d'agent a temps plein) et là on propose de faire travailler les gens plus longtemps! Pour offrir quel service? Une culture à deux vitesses allait elle se mettre en place? Après nous avoir expliqué que l'établissement fonctionnerait a son minimum au niveau du personnel, elle nous indiqua quelle se retrouvait dos au mur puisqu'aucunement elle n'avait été consulté et que dans les hautes sphères on ne prenait pas en compte sont avis.Enfin elle proposa un ultimatum aux agents: soit aux volontaires de travailler de se déclarer soit elle établirait elle même les planning tournant et tout le monde y passerait (de la secrétaire au technicien, tous deux n'ayant aucune compétence dans l'exercice même du métier d'agent de bibliothèque).
Des étudiants ont été embauché en plus pour faire le travail "ingrat" , en l'occurrence rangement et transport des ouvrages. De mon côté même si je me suis porté volontaire pour travailler je n'ai pas vu ma demande être accepté.

laura a dit…

Je passe parfois a la bibliothèque voir les anciens collègues. Pour eux le dimanche est toujours douloureux, non pas tellement le fait de devoir travailler en moyenne une fois tous les 2mois, mais plutôt le sentiment de ne pas rendre une "bonne copie" vis a vis des usagers. Je pourrais raconter une autre anecdote concernant le musée de la musique mais cela serait trop long!
Tout cela simplement pour dire que la culture passera bien après le sport , l'événementiel et la sécurité pour notre maire , et que Mme Duez aurait du s'en rendre compte au lieu de croire qu'on lui laissera le temps et les moyens d'accomplir les projets qui lui tiennent à cœur

Claudio a dit…

A l'annonce de la nouvelle j'ai regretté de ne pas avoir un blog politique ; seulement pour pouvoir titrer comme tu l'as fait.
C'était difficile d'y résister.

Sinon, pour le reste, je dirais que je suis en total désaccord avec le commentaire d'Antonin. Pourquoi ces procès d'intentions ? Qui peut affirmer que ce n'est pas avec sincérité et au service de l'intérêt général que la dame ou les ministres d'ouverture répondent à leur mission ? Pas moi.

pour ce qui est de l'indulgence dont parle Jean-Pierre, ce n'est pas ici que je la vois ; le billet me semble juste et posé. J'appliquerais plutôt le mot au fameux débat télévisé que tu relates. Je t'avais trouvé d'une gentillesse excessive. Une leçon froide et rude aurait "moucher" l'effrontée et satisfait votre serviteur.

Cléo a dit…

Le choix entre un enfant ou un autre ?! A en croire « le bb » de l’article cité en commentaire. Les enfants de cette Sophie, sont cousus de plusieurs mains, faits de briques, de planches, de strass, de figures mais de proue, de titres et de papiers. Et si les abattoirs semblent l’espace requis pour une prise de conscience (Qu’on se rappelle « le sang des bêtes » de Franju et son contexte, quelques superpositions de chairs animales( ? ) abattues en toute rationalité et de cheminées fumantes aux portes de Paris), je dirai que le choix de Sophie de Nice est vraiment d’une toute autre nature. On sait cependant les choix plus ordinaires non sans rapport avec l’exercice plus extraordinaire d’une liberté. Il y a des matins « bruns » sur le seuil de tous les matins…
J’ai moins de certitude en la matière que de questions : A quoi ressemblait notre matin, d’abord ? Officiellement, un titre de Nice matin : « C’est officiel » Dit toujours Nice matin. Officieusement, « Le roi est mort vive le roi ! », le roi se meurt, et ce maintien du roi dans le culte du Vive le divertissement ! Un simple glissement de sens ? Que survive la culture vive! Mais, au sein de la culture seule, la culture s'abreuverait?
Enfin, la place impartie dans celui-ci pour se les poser aurait tendance à se faire forte, plutôt qu'à se construire en commun partout fragile. La place de la place publique est d’une telle actualité ! La fin de l’article me rappelle à celle-ci : si force ne fait pas droit, que peut le droit sans la force ?

Pestékoléra a dit…

Suis d'ac avec toi Claudio... en partie... faut reconnaitre que pour une première expérience avec la politique, la Fofie elle avait pas les meilleurs atouts... elle a fait ce qu'elle a pu, avec ce qu'on lui a donné et ses moyens (lesquels ??)...
Par contre dire que Pehèm a été tolérant c'est inexact... primo, la surprenante volte face d'une personne qui démarre sa phrase en disant qu'elle n'y connait rien en politique pour asséner ensuite que t'es responsable de la débâcle de la gauche locale a de quoi interloquer n'importe qui...
Ensuite me souviens comme le ton a changé quand Pehèm lui a dit qu'elle était culottée, et comment elle s'est à nouveau réfugiée dans sa méconnaissance du sujet... je pense qu'elle a tenté de défendre des valeurs qu'elle pensait partagées, que ses propos ont peut-être été un peu "soufflés" et que depuis elle voit les choses différemment...
Après, concernant son engagement, difficile de faire des pronostics sur la queue de la comète vue qu'il n'y a pas d'éléments de comparaison et que son changement de "camp", comme le dit Pehèm peut se comprendre même si on ne partage pas l'attitude...
La fidélité politique (en apparence) à toux prix c'est du délire, c'est ce qui rend les incompétents plus forts et plus nombreux... Quelqu'un qui ne supporte pas le Kéké n'a pas que du mauvais, ça c'est sur !! Bon quelqu'un qui supporte pas le Kéké mais Estrosi, là déjà ça devient plus compliqué, j'avoue...

Anonyme a dit…

beaucoup d histoire pour rien a mon avis,elle vise plus haut tout simplement,les mots politique et fidélité a ses convictions ne doivent pas faire parti de son vocabulaire.C est tout.Elle merite pas les unes des journaux,y a mieux a faire,que de parler des histoires amoureuses de cette dame.Amitié.

lolorebel a dit…

Nice culture DUEZ: Friche des ABATTOIRS

Friche des ABATTOIRS : Du sang neuf pour les artistes, mais lesquels ?

jeudi 10 Septembre 2009 le coup d’envoi du chantier « Sang neuf », projet de reconversion des entrepôts de la route de Turin en friche culturelle (1), était de nouveau (2) officiellement donné. La comédienne Sophie Duez, élue d’opposition en charge du dossier,dévoilait sur place le calendrier des réflexions et travaux qui devraient faire du site un lieu dans la veine du centre Georges-Pompidou de Paris.

Le grand projet de faire de Nice un Disneyland de l’Art contemporain, cher a Jacques Peyrat, est remis sur les rails pour "d’ici trois ans"... Le véritable objectif de cette "friche beaubourgienne" étant bien sur économique afin de "dynamiser le tourisme culturel".
Quid de la population locale ?

http://salades-nicoises.net/spip.php?article270

Anonyme a dit…

"j'avais une ferme en afrique..."
et sans doute un beau projet à mener. POur cela il aurait fallut s'intéresser dans la réalité du terrain et de ses acteurs au paysage culturel local et régional. Ce à quoi tout professionnel conscient de l'importance d'une telle mission se serait attacher. Mais il n'en fut pas ainsi... Aucune des parties prenantes de la vie culturelle régionales n'a été consultée. Alors on pourrait se dire, oui mais il y a Marseille 2013 ? Raison de plus à porter au débit du porteur du projet 109 en particulier en matière de contretemps.
Et qui dire du choix du nom dont et Cantarella et Fissbach (le 104 à Paris) ont pris un temps ombrage. Et puis l'on siat ce qu'i advint du dit projet...
Enfin il faudra se rappeler le geste de comunication réalisé à la fin de l'été auquel aucune des acteurs artistiques et culturels locaux n'étaient conviés. Pas mal !
La culture de l'immédiateté semble prête à passer l'hiver (sous la table ou comme un singe...)
Dernière remarque : où sont les tenants niçois de la revendication et de l'appel perpétuel ?
Et pourtant des projets vivent et contre vents et marées voient le jour. Je n'en voudrais pour preuve que ce qu'il, à l'initiative de la Ville et d'une compagnie (reconnu elle sur le plan régional et national) sera proposé sur la Place Garibaldi les 23, 24 et 25 décembre.
Que vive les Arts de la Rue !

jean pierre a dit…

Quand on pretend ne rien connaitre a la politique ... on n'en fait pas.et on ne se présente pas sur une liste municipale pour gérer la 5eme ville de france.
elle est dans le même moule que ceux du gouvernement ( les honneurs,le pouvoir,la notoriété quelle recherche car une petite visite sur google montre que sa carriére a été pour le moins tristounette).
perdre du temps a parler de cette personne c que le reste du pays et du monde tourne bien...

Anonyme a dit…

S D. devient chargée de mission auprès du cabinet du maire, et sur la demande de ce dernier pour un projet qu'elle a déjà inauguré en tant qu'élue. En effet, dans l'organigramme de la mairie elle était l'élue (d'opposition) responsable du pôle 6, dit des innovations culturelles en charge du projet des abattoirs. Ce qui la marquait déjà comme une élue d' ouverture. Maintenant elle percevra un salaire pour une mission peut-être déjà accomplie... Politiquement, l'acceptation de ce nouveau poste la situe au rang des derniers élus recrutés par le maire en tant que chargés de mission : Mrs. Barthes et Franco. Tous des artistes dans leur genre !

Un mot sur le choix de l'intitulé du projet : "Du sang nouveau aux abattoirs" outre sa délicatesse et sa poésie, il traduit peut-être la douloureuse relation que Christian Estrosi entretient avec la culture, il s'agit peut-être aussi d'en finir avec la culture un fois pour toute... Bon boulot Sophie

Christian Depardieu a dit…

Une des pièces maitresses du groupe "changer d'ère" change d'air !
A moins qu'il ne s'agisse d'une inversion de rôle, une révision du casting comme au théâtre, sauf qu'on n'est pas dans la fiction.
Nous assistons médusés au délitement d'une "opposition", décidément bien peu crédible et mal en point.
La politique culturelle de la ville émiettée, dispersée apparait de moins en moins compréhensible.

Anonyme a dit…

Le sujet que je vais évoquer , n 'a rien avoir avec Sophie Duez , cela concerne le débat sur l 'identité national , je voulais me rendre ce jour , les policiers ont refusé ,car c 'était sur invitation ? dans aucun journal cela n 'a été évoque A quoi sert d 'organiser un débat, si on choisit avec qui on veut débattre ? ce n 'est plus la démocratie ?

Clotilde a dit…

"Quand on pretend ne rien connaitre a la politique ... on n'en fait pas.et on ne se présente pas sur une liste municipale pour gérer la 5eme ville de france."

Ah bon?
Moi qui croyais que ce qui avait fait l'intérêt de Gauche Autrement c'est de rassembler des gens qui avaient une "vraie vie", un métier sans attachement aucun au "milieu" politique pour la plupart, et avec une envie de changer un peu certaines choses, tout simplement.
Concernant Sophie Duez, ça ne m'inspire pas grand chose, ni en positif ni en négatif, ne connaissant pas les détails du projet des abattoirs. Je me dis seulement que la politique culturelle niçoise ne peut guère être pire, alors elle sera peut-être un peu mieux?
Par contre, je trouve le coup de la "grande disponibilité professionnelle" un peu .... vachard.

Patrick Mottard a dit…

@ lotilde,
J'admets d'autant plus le reproche qu'il m'est arrivé plusieurs fois d'apprécier le travail de Sophie Duez sur les planches du TNN.

bernard gaignier a dit…

d'accord avec toi Patrick sur ce sujet... Je l'ai vu jouer plusieurs fois et avec grand plaisir!, c'est une excellente actrice. Pourquoi ne joue t' elle plus??? Je n'ai pas la réponse; mais en tous cas il s'en est suivi un changement de carrière..
maintenant un changement de trajectoire!
La je ne suis pas d'accord avec Claudio..je n'ai aucune sympathie pour les transfuges, surtout en cours de mandat.
C'est vrai qu'au théatre elle avait de l'abattage. En politique aussi puisqu'elle paticipe à l'abattage d'Allemend.Mais dire que je suis abattu par son passage aux abattoirs serait très exagéré!

IssuDlaSocieteCivil a dit…

Merci Zibra, ça me fait plaisir de voir que tu es toujours aussi vivace... j'espérais une réaction, et j'avoue, au fin fond de moi, que je l'espérais de toi... suis contente (m'en faut peu je sais)... et j'adhère !!

marie joséphine a dit…

Que peuvent penser les électeurs qui ont voté pour Sophie DUEZ sur la liste CHANGER D'ERE en pensant qu'elle incarnait le PS " investi" ?

Est ce que son intérêt pour la culture valait " ce retour de veste" ?

Marie Jo

Le Nissart a dit…

Si elle se débrouille vraiment bien, elle peut quand même se retrouver éligible sur la liste PS aux régionales comme le voulait Vauzelle et là cela serait vraiment excellent, mieux que Besson !! De toute façon, un bon politique au niveau d'une fédération doit être surtout un excellent comédien !!

jean pierre a dit…

CHERE CLOTILDE,
je ne vois pas le rapport entre le début de mon billet " quand on pretend ne rien .... etc..."
et ce que tu as écris " moi qui croyais que ce qui avait fait l'intérêt...etc... "
Effet je suis convaincu que la majorité des amis(es) qui ont rejoind PATRICK sont toutes des peronnes qui font de la politique.
Et nous sommes tous venus POUR FAIRE DE LA POLITIQUE AUTREMENT .
Faire de la politique ne veut pas dire en faire un métier, nous avons deux beaux exemple devant nous.
AMITIES CLOTILDE
JEAN PIERRE

jean françois a dit…

Plus qu'une erreur de casting, c'est surtout l'introduction du vide intellectuel au sein du P.S local.

Car, cette actrice en mal de célébrité, n'a jamais rien fait pour les petits salariés et chomeurs.

C'est triste de voir son évolution !

Mais ça doit lui rapporter du pognon, comme tous les autres bobos de France.

La gauche caviar, de droite au final, disposée à toutes les compromissions pour avoir un complément de revenus !

C'est désolant, et avec le "Grand Charles", elle aurait été écacuée comme simple mégère !