31 décembre 2010

Voeux 2011 en direct du centre du Monde



Cette année, c’est en direct de la gare de Perpignan qui est, depuis « l’espèce d’extase cosmogonique » éprouvée par Salvador Dali le 19 septembre 1964, reconnue (surtout par lui) comme le centre cosmique de l’Univers, que je vous présente mes vœux de blogueur.

A noter que cette « véritable éjaculation mentale » lui avait permis également de « découvrir la possibilité de peindre à l’huile la véritable dimension stéréoscopique » et, par là même, de réaliser un tableau intitulé sobrement « La gare de Perpignan » où il est question du Christ… et de locomotives, que l’on peut admirer au musée Ludwig de Cologne.

27 décembre 2010

Tragédies Musicales

Fuyant les télévisuelles émissions paillettes-guimauve de fin d’année, je me suis programmé un peu par hasard deux films qui ont révélé au final une indéniable parenté. Il s’agit de « All that jazz » du cinéaste américain Bob Fosse et de « Dancer in the dark » du danois Lars Von Trier. Deux films musicaux qui ne sont en rien des comédies, ayant comme sujet de fond… la mort. Ce sont donc d’authentiques tragédies musicales qui ont en commun d’avoir remporté à vingt ans d’intervalle la Palme d’Or à Cannes : 1980 pour la première, que nous avions vue lors de sa sortie en salle, 2000 pour la seconde, au triomphe de laquelle nous avions assisté en live (j’ai encore le souvenir de l’étrange sourire lunaire de la chanteuse islandaise Bjork qui venait de remporter le prix d’interprétation féminine…)

All that jazz (« Que le spectacle commence ! »)

Chorégraphe de renom, metteur en scène drogué aux amphétamines, fumeur invétéré et coureur de jupons (de tutus !), Joé Gidéon mène une existence trépidante entièrement consacrée au spectacle. Alors qu’il monte une nouvelle revue à Broadway, Joe est victime d’un infarctus. Pendant l’opération qui s’ensuit, il dialogue avec la mort (fascinante Jessica Lange la bien nommée…) et voit sa vie tumultueuse défiler.

Dancer in the dar

Dans les années 60, Selma, une jeune maman tchèque immigrée, s’installe dans une petite ville du nord des Etats-Unis. Atteinte d’une maladie héréditaire, elle devient progressivement aveugle. Elle ne peut continuer à travailler dans son usine au mépris des règles de sécurité qu’avec la complicité d’une amie ouvrière (Catherine Deneuve qui joue ce second rôle avec beaucoup d’humilité) : c’est qu’elle veut réunir assez d’argent pour payer l’opération qui devrait préserver son fils de la même maladie. Dans des circonstances tragiques, elle va tuer son voisin qui venait de lui dérober le précieux magot. Mal défendue, elle sera condamnée à mort et refusera de faire appel pour que les honoraires de l’avocat ne soient pas payés avec l’argent de l’opération.

Vertigineuse plongée dans l’univers de Broadway pour le film de Fosse, mélodrame flamboyant pour le Von Trier, les deux films doivent beaucoup à leurs interprètes principaux : Roy Scheider explosif et roublard en Joe Gidéon, Bjork introvertie et naïve en Selma Jezkova. Dans les deux œuvres, les charges très audacieuses sur le mercantilisme du Show Biz, les conditions de travail dans l’industrie ou la peine de mort (hallucinante scène de pendaison légale à la fin de Dancer in the dark) et le tragique du propos sur la condition humaine n’altèrent en rien le brio des séquences musicales remarquablement intégrées à l’histoire (voir par exemple le sensuel et brillantissime ballet « Air-otica » dans All that jazz).

En fait ces deux tragédies musicales – et c’est la marque des grands films – ne vous laissent pas indemne. Longtemps après les avoir vues, elles rythment votre imaginaire.

S’il fallait ne garder qu’une scène, c’est à Bob Fosse que je l’emprunterai. Gidéon est à l’hôpital, sur son brancard il rejoint la salle d’opération dont il n’est pas trop sûr de sortir vivant. Il se tourne sur sa gauche et dit à son ancienne femme qui l’accompagne « Si je meurs pardon pour tout le mal que je t’ai fait », puis il se retourne vers sa compagne actuelle pour lui dire « Si je ne meurs pas, pardon pour tout le mal que je vais te faire ». A-t-on jamais aussi bien résumé l’inanité de l’improbable rédemption que nous poursuivons inlassablement ? A quelques jours de l'an nouveau et de ses kyrielles de bonnes résolutions, que celui qui ne pense pas au fond de lui même comme Gidéon lui arrache la première perfusion...

24 décembre 2010

Bernard Paquin

Bernard, entouré de ses colistiers, 
lors de la présentation de la liste "Nice Plurielle" au Mont Vinaigrier


Bernard Paquin nous a quittés.
Toujours positif, fier de ses valeurs, généreux avec tous, il était d'une fidélité à toute épreuve.
A Gauche Autrement, il était des nôtres.
Il était notre ami.

Nous lui rendrons un dernier hommage le mercredi 29 décembre à 10 heures 30 au Crematorium de Nice Lingostière.

23 décembre 2010

Il faut aussi classer le Abbey Road niçois

Nice-Matin 23/12/2010

Le gouvernement anglais a inscrit au patrimoine national le passage piéton situé devant les studios londoniens de Abbey Road et rendu célèbre par les Beatles illustrant leur album « The alternate Abbey Road » par une photo où l’on voyait John, Ringo, Paul et Georges traverser la rue en file indienne. Le ministre du Tourisme et du Patrimoine tout content d’avoir pris cette initiative en a même rajouté une couche en disant « ce passage protégé n’est ni un château ni une cathédrale mais, grâce à une séance de photos de dix minutes un matin d’Août 69, il a acquis le droit de faire partie de notre patrimoine » (Nice-Matin 23/12/2010)

En toute logique, la rue de Valois devrait se pencher maintenant sur la question du classement de l’Abbey Road niçois, ce passage entre la rive cinquième canton et la rive septième canton de l’avenue du Ray qui servit à illustrer notre dernière carte de vœux. Au delà de son aspect hautement culturel et historique, cette initiative aurait fatalement des retombées touristiques et relancerait probablement l’activité économique de Nice Nord ! Enfin ce que j’en dis, moi, c’est pour rendre service… En plus, ce classement, on le mérite. Ainsi il est admis que la séance des Beatles n’a duré que quelques minutes ; la nôtre, par contre, entre la circulation, la lumière et la synchronisation, a duré, sous l’objectif pourtant bienveillant de notre muse Caro, pas loin de deux heures… Donc, au moins sur le plan de l’effort, entre les Beatles et nous il n’y a pas… photo !

Nice-Matin 2/01/2010

22 décembre 2010

L'acte 1 de la recentralisation et la burqa fiscale

Au-delà du débat de fond qui nous conduira à voter contre le budget présenté par Eric Ciotti et la majorité départementale (voir à ce sujet le blog de Dominique), il était important de noter que ce document budgétaire était le premier à intégrer les conséquences de la réforme de la fiscalité locale et, notamment, de la suppression de la TP. Ce que j'ai fait au nom du groupe Gauche Autrement en introduisant mon discours général.

"Ainsi, la réforme de la fiscalité locale dévoile l’essentiel de ses conséquences dès ce budget 2011. Alors même que nous sommes encore dans une période transitoire, on peut constater que les recettes fiscales qui relèvent de la maîtrise de notre collectivité ne représentent plus que 55% de l’ensemble contre 70% en 2010 et 100% il n’y a encore pas si longtemps. Sans oublier, bien sûr, que les ressources fiscales ne constituent qu’un quart des recettes réelles de fonctionnement. C’est dire si notre collectivité, comme toutes les collectivités de France, s’et fait imposer par l’Etat une véritable burqa fiscale.

Si on complète le tableau en constatant l’injustice d’une réforme qui transfère la charge fiscale des entreprises aux familles et en pointant l’extrême complexité de la nouvelle répartition entre communes, regroupements de communes, départements et régions, on peut réalise que la décentralisation à la française, initiée par François Mitterrand et Gaston Defferre, n’est plus en mesure de remplir sa mission originelle. Une mission qui, je vous le rappelle, consistait à réduire la frustration citoyenne face à l’obésité grandissante de l’Etat Providence, en développant une nouvelle approche de proximité et de lisibilité de la démocratie. Cette nouvelle orientation, qui est en fait l’acte I de la recentralisation, vous ne pouvez, en tant qu’élu local, que la déplorer avec nous même si votre loyauté vis-à-vis du Président de la République vous oblige à dire le contraire.
"

19 décembre 2010

Alerte orange sur les terrains du Ray



Depuis l’officialisation du Grand stade de la plaine du Var, les riverains du Ray et, plus généralement, les habitants de Nice Nord, s’interrogent sur le devenir des terrains qui vont se trouver libérés.

Conseillers généraux des 5e et 7e cantons riverains du stade du Ray, nous avons procédé à une large consultation de la population. Celle-ci fut sans équivoque : elle rejoignait l’opinion majoritaire des comités de quartier à savoir la nécessité de ne pas utiliser ces terrains pour des programmes immobiliers qui surdensifieraient un quartier déjà au bord de l’asphyxie. Deux Conseils de quartier (le 12 et le 13) ont même travaillé ensemble pour produire un projet cohérent faisant une grande place aux activités sportives et aux loisirs. Les représentants de la municipalité avaient d’ailleurs salué ce travail de démocratie de proximité.

C’est ainsi que nous avions imaginé que le P.L.U., document d’urbanisme qui engage l’avenir de la ville pour de nombreuses années, allait être l’occasion de « graver dans le marbre » la volonté des Niçois. Hélas ! Le document proposé n’empêchait en rien une opération immobilière en inscrivant le terrain en zone urbaine dense, constructible sans aucune réserve. Un examen attentif du document pouvait même faire craindre que l’emplacement soit aussi en partie utilisé pour un carrefour de liaison entre l’autoroute et le centre ville.

Avec de nombreux riverains, nous avons, en tant que conseillers généraux, demandé la modification du document pendant la phase de débat public. En vain.

Depuis vendredi, la messe est dite puisque le document a été entériné tel quel par le Conseil municipal. Le maire, à cette occasion, s’est contenté de dire que l’opération ne serait pas pour tout de suite (évidemment, tant que le Grand stade n’est pas opérationnel, le Ray restera en fonction…), que les Niçois seront consultés (alors, pourquoi ne pas les avoir écoutés au moment du P.L.U. ?) et que les immeubles construits ne dépasseront pas en superficie l’actuel emplacement du stade (c’est-à-dire l’essentiel du terrain libéré).

En fait, rien n’est perdu. Monsieur le Maire – il l’a prouvé lors de son renoncement au projet du tram sur la Prom – est un grand pragmatique. Il ne s’entêtera pas pour un projet qui risque de mettre en péril sa réélection en 2014. Aussi, il sera important de transformer les élections cantonales de mars prochain en sondage grandeur nature. Si les candidats de la mairie dans les 5e et 7e cantons réalisent un score médiocre dans les bureaux de vote correspondant à l’aire du stade, nous ne doutons pas un seul instant que le Maire suivra, comme il l’a fait pour la ligne 2 du tramway, la volonté des Niçois.

Faisons donc en sorte que l’alerte orange sur nos quartiers soit levée dès le mois de mars. Vous pouvez, en tout cas, compter sur la détermination des conseillers généraux des 5e et 7e cantons.

Patrick Mottard (5e canton) - Dominique Boy Mottard (7e canton)

18 décembre 2010

Noël au tison, Pâques au canton



Malgré une température polaire à l’extérieur, ambiance de feu dans une permanence surchauffée où Gauche Autrement s’est retrouvée pour le dernier apéro de l’année. Un petit moment de convivialité pour une assemblée qui a vu ce vendredi son âge moyen chuter vertigineusement grâce à Chiara, dix-huit jours, le bébé d’une de nos amies, et bien sûr, à Bryan, le conseiller général jeune qui faisait là son « baptême de permanence » en présence de ses parents. Ce fut également l’occasion d’envoyer un message d’amitié à Bernard Paquin depuis trop longtemps absent de nos rendez-vous pour raison de santé.

Mais bien sur cet ultime rendez-vous de l’année ne pouvait qu’être placé sous le signe de la mobilisation. Chacun des soixante-dix participants avait en tête l’échéance de mars qui correspond aux scrutins de renouvellement des 5e et des 7e cantons. L’optimisme était de rigueur et, le champagne d’Alain et Gisèle, aidant on n’était pas loin de l’euphorie.

Alors Noël au tison… Pâques au canton ?

La question restera provisoirement pendante car nous avions urgemment rendez-vous boulevard Auguste Raynaud chez l’ami Jean-Louis pour une Kolossal et Konvivial choucroute autrement.

14 décembre 2010

Le collège Vernier, poumon républicain du quartier

Depuis mon élection en 1998 comme conseiller général du 5e canton, je suis membre du Conseil d’administration du collège Vernier. Aussi, à partir de sa création, ce blog a souvent évoqué celui que j’appelais « le poumon républicain d’un quartier populaire plein de vie et de diversité » (United colors of Vernier, 28/02/2006). Il est vrai que le collège joue depuis longtemps un rôle d’amortisseur social dans une zone qui pourrait, si on n’y prenait garde, « rejoindre la liste navrante des quartiers difficiles ». La classe FSL, par exemple, illustre parfaitement cette vocation (Etre né quelque part…, 26/06/2008).

Mais ce serait une erreur de considérer Vernier comme un simple sas d’intégration. Grâce à des équipes pédagogiques et administratives surmotivées, grâce à des parents d’élèves souvent impliqués (Les hussards de la convivialité cantonale, 29/05/2010), l’établissement vise aussi l’excellence. On y apprend, on y étudie, on y vit, le latin, le grec, la culture scientifique, le cinéma, le niçois, le patrimoine, la photographie (L’eau de là…, 24/05/2006)…

C’est aussi un des collèges où l’on prépare le mieux les élèves aux Voyages de la mémoire (Vernier à Auschwitz, 30/03/2009 ; Williamson n’a jamais existé, 12/02/2009). Du coup, il ne faut pas s’étonner si on y trouve tant d’élèves attachants (Youssou, conseiller général du 5e canton, 22/01/2007).

Aussi, quand pour la troisième fois le Conseil d’administration s’est retrouvé avec un budget doté d’une insuffisante subvention de fonctionnement, il n’a pas supporté cet injuste traitement qui conduit la direction de l’établissement à négocier, en cours d’année, une rallonge aussi nécessaire que vexatoire, et il a voté contre.

Depuis – c’est mon devoir de conseiller général – j’ai pris en toute indépendance mon bâton de pèlerin pour faire comprendre au Président Ciotti et au service « Education » du CG que le collège, ne serait-ce que pour service rendu au quartier, mérite un meilleur sort. Bien sûr, pour appuyer cette légitime revendication, je demande le soutien de la population du secteur. Une démarche à l’évidence bien comprise si je me réfère aux nombreux et chaleureux encouragements que je reçois depuis quelques jours dans les rues du quadrilatère Vernier -Malausséna - Joseph Garnier - Gambetta.

12 décembre 2010

Sophia Antipolis stories



Depuis mon départ de l’IUP où j’ai enseigné le Droit européen une dizaine d’années, ma présence sur le site de Sophia Antipolis s’est plutôt faite rare. Pourtant, en cette fin de semaine, c’est par deux fois que je me suis rendu sur le territoire de la technopole. La première fois, c’était pour l’esprit, la seconde pour le corps.

Jeudi soir, 20 heures. Place Sophie Lafitte, dans la salle de la Fondation du même nom, j’avais rendez-vous avec les amis de la troupe Les enfants du paradis pour une représentation de « Mes chers petits canards », la pièce d’une sociétaire, Laure, qui a pris le pseudo un peu improbable d’Ines Julienas pour écrire. D’inspiration anglo-policière, l’œuvre est bien écrite, et les personnages subtils permettent aux acteurs de s’en donner à cœur joie. Parmi eux, bien sûr, Eric, le boss de la compagnie, à qui l’on pardonnera (normal, c’est le chef !) un fou rire intempestif, et Valérie, ma talentueuse ancienne étudiante.

Dimanche matin, 11 heures, Garbejaire. Entraîné par Antoine, je me retrouve sur la ligne de départ du cross d’Amnesty international dans les bois autour de Valbonne et de la Brague. 11,4 kilomètres de pur bonheur où je me suis efforcé (avec réussite) de doubler dans les descentes les impudents coureurs qui me dépassaient dans les nombreuses côtes du parcours. Au final 1h 3mn et 23s, 103e sur 174 classés. Le tout sous l’œil bienveillant de Catherine, l’épouse d’Antoine, dans le rôle du coach. Bon, sans crampe, il n’y a pas à dire : la course à pied… c’est le pied !

En conclusion, deux escapades bien différentes mais qui avaient quand même deux points communs : le plaisir et l’amitié.

11 décembre 2010

Lucie s'expose à la Villa Arson


Toujours aussi imaginative, la dream team de l’association Colline Saint Barthélemy - Le Prieuré a décidé cette année de faire grimper la procession de la Sainte Lucie, ses lumignons, sa chorale suédoise et son lutin accordéoniste (voir, à ce sujet, le chapitre précédent en lisant sur ce blog mon billet du 13 décembre 2009 « Lucie dans tous ses états ») sur les terrasses de la Villa Arson, le toit du 5e canton.

Sous le croissant de lune de cette belle nuit de décembre, le spectacle fut magique avec la ville qui scintillait au loin et la mer que l’on devinait à l’infini… Quant à la façade illuminée de la villa rouge et aux grands arbres frissonnants du parc, ils offraient un décor de derrière le miroir aux voix cristallines du chœur des Vierges.

Cette année, en guise de bouquet final, une surprise attendait les "pèlerins" : une myriade de montgolfières en papier partirent à l’assaut du ciel, probablement en hommage à la douce Lucie que l’on devinait d’humeur chagrine après son rendez-vous manqué avec l’ange de Saint Barthélemy.

09 décembre 2010

La vie de Bryan



Non, cette vie de Bryan n’est pas un remake inattendu du film des Monthy Python, mais un clin d’œil aux deux années de mandat qui attendent le nouveau conseiller général « jeune » du 5e canton.

Collégien à Saint Barthélemy, riverain de la Montée Claire Virenque avant de s’installer avec sa famille dans le Vallon des Fleurs, Bryan Masson est un pur produit de Nice Nord, du 5e au 7e canton.

Comme il a la passion de la politique et que sa famille, présente pour l’occasion, est très sympathique, c’est avec bonheur que je lui ai symboliquement passé l’écharpe républicaine.

Rendez-vous a été pris dès le 20 décembre pour la séance budgétaire : Bryan a promis d’être ce jour-là dans la tribune pour encourager son conseiller général « vieux ».

08 décembre 2010

Ooh Ahh ! Banque Postale !

Le moins qu’on puisse dire est que l’initiative un peu pataude d’Eric Cantona a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Pas seulement. Elle aura eu, entre autres, l’immense mérite de remettre les paradis fiscaux sous les feux de la rampe. C’est ainsi qu’études et rapports nous apprennent qu’ils ne se sont jamais aussi bien portés et que les principales banques françaises y font leurs petites affaires.

Aussi au delà du coup médiatique foireux du King – stigmatisé par l’ensemble d’une classe politique beaucoup moins prompte à s’indigner contre les promesses non tenues des banques – on a pu écouter les associations comme le collectif « Sauvons les riches » nous expliquer que toutes les banques ne se valent pas et qu’il valait mieux confier nos économies à celles qui ne participent pas au casino financier, refusent d’être présentes dans les paradis fiscaux et de verser des bonus indécents. Et de citer le Crédit Coopératif, la Banque Postale et la NEF comme exemple de banques éthiques et responsables.

Pour moi, l’opération sera simple car depuis mon adolescence je suis client de la Banque Postale qu’on appelait autrefois le CCP. Dominique en parallèle a suivi le même chemin. Ainsi, pendant des décennies, nous nous sommes faits traiter de ringards devant un choix si peu glamour. Aujourd’hui grâce à Eric nous sommes réconfortés : ringards certes… mais éthiques ! Ooh Ahh ! Cantona !

Rien à voir avec ce billet : voir l'interview de Sami Cheniti sur Nice premium.

05 décembre 2010

Elle a tout d’une grande


Ben Saada accélère sur le côté droit. Il efface un défenseur avant de servir Mounier qui se retourne vers Emerse Faé qui catapulte le ballon au fond du filet. Avec l’ami Emmanuel et l’ensemble du stade du Ray, nous sautons en l’air pour saluer l’exploit.

Nous sommes à la 92e minute et le coup de sifflet de l’arbitre le confirmera quelques secondes plus tard : l’OGCN vient de battre Marseille, champion de France en titre, leader de la Ligue 1 et qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Et de me souvenir que, la saison dernière, dans des conditions un peu similaires, le Gym avait infligé un cuisant 4-0 à Lyon qui venait pourtant de battre en Angleterre la prestigieuse équipe de Liverpool.

Cette équipe de Nice, avec un des budgets les plus modestes de la Ligue 1, un stade désuet, un public quantitativement faible et un effectif régulièrement pillé en fin de saison par les « grands » (Loïc Rémy était sur le terrain… mais sous les couleurs de l’OM) est étonnante. Chaque année, elle devance des équipes beaucoup plus huppées et termine en milieu de tableau tout en régalant son public d’exploits comme celui de ce soir. Pas de doute, petite par les moyens, cette équipe a quand même tout d’une grande.

04 décembre 2010

Romain Bouteille dans le Bocal



Le Bocal est un charmant (tout) petit théâtre de la rue Prince Maurice à deux pas de la Gare du Sud, au cœur du 5e canton. Depuis de nombreuses saisons, l’animateur Jean-louis Russo et la Compagnie résidente « Série illimitée » (spécialisée dans un répertoire de qualité qui emprunte beaucoup à Eugène Ionesco) offrent un programme varié et imaginatif avec quelquefois en prime des pépites dont la valeur est inversement proportionnelle à l’exiguïté des lieux.

Ainsi, ce vendredi, nous avons eu la chance d’assister au dernier spectacle du mythique Romain Bouteille, « L’ordinateur occidental ». Retrouver dans ce lieu si familier le cofondateur (avec Coluche) du Café de la Gare, le découvreur de Patrick Dewaere, Miou-Miou et autre Renaud, était forcément très émouvant. Pas seulement.

Le spectacle, one man show étiqueté par l’auteur comme « une fiction anticléricale », était plus qu’un prétexte pour rencontrer un personnage emblématique. Avec « L’ordinateur occidental », un Romain Bouteille vraiment iconoclaste dynamite, à l’aide d’un monologue – en vers, excusez du peu – d’une heure et demi, l’Eglise, ses clercs et ses prophètes… Le résultat est étonnant, drôle, et tout sauf anodin.

Morceaux choisis :

« A voir un serviteur de l’Eglise apportant
Cet enthousiasme aux foules avec tant de grâce
Et d’aristocratie on mesure le temps
Phénoménal qu’il a passé devant sa glace.
»

« Il paraîtrait que l’âme, d’après ma cousine,
A longtemps fait office de panneau-réclame
Aux missionnaires blancs d’Afrique Sarrasine.
Elle a lu ça dans le Figaro Magazine. »

« Aussi, plutôt que de malmener ces curés
En m’appuyant sur les fortunes qu’ils ont faites,
Je préfère vous inviter à la curée
Finale d’une chasse édifiante aux prophètes. »

« De même, ce serait un hasard prodigieux
Qu’un Tout-puissant ait pour obsession number one
L’âme des pratiquants, l’anorexie des moines
Et le confort douillet de leurs chefs religieux. »

Et, celui que je préfère :

« Un naïf, par exemple, va se dépêcher
De tirer le premier sur la femme adultère
Afin d’être celui qui n’a jamais péché. »

Etonnant, non ? comme aurait dit en son temps le professeur Cyclopède.

Puis, dans la bonne tradition des soirées au Bocal, le spectacle continuera avec un after bon enfant où les spectateurs partageront le verre de l’amitié avec le héros du jour. Détendu et disponible, Romain fut un interlocuteur charmant d’une simplicité tellement évidente qu’il fallait se pincer pour ne pas oublier que nous avions là devant nous une légende de la scène française.

01 décembre 2010

Radical à Paris



Aller-retour express pour assister avec Jean-Christophe au Comité directeur du PRG qui siégeait ce mercredi à Paris.

Comme nous ne sommes pas radicaux pour rien, la journée commença par un déjeuner de bonne facture à « La fontaine de Mars », rue Saint Dominique, le restaurant où le 6 juin 2009 la famille Obama, snobant l’Élysée, avait dîné à une table voisine de la nôtre.

Puis ce fut l’occasion, à la Maison de la Chimie, de faire connaissance avec Jean-Michel Baylet, le boss des radicaux de gauche. Je l’ai trouvé simple, direct… et très informé sur ses nouveaux élus niçois.

C’est lui, bien entendu, qui prononcera le discours inaugural. L’occasion de nous confirmer les difficultés actuelles que rencontre le PRG dans son dialogue avec le PS, une situation qui devrait conduire les radicaux à ne pas participer aux primaires made in Solférino.

Après Baylet, la salle plutôt quinqua et masculine engagea, de l’Europe aux valeurs républicaines, un débat tous azimuts. Relativement riche et informé, celui ci m’a semblé assez éloigné des parties de billard à trois bandes que sont généralement les réunions nationales du PS encalaminées par les questions de courant.

Le temps de voter pour une convention programmatique au printemps et le report du Congrès ordinaire en 2012 et il était déjà l’heure de rejoindre Orly.

Dehors la nuit était tombée. Une fine couche de neige poudreuse recouvrait l’esplanade des Invalides. Et, tout en marchant sous les flocons, presque sur la pointe des pieds, vers notre station de métro, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la dernière page de la nouvelle de Joyce évoquée ici même il y a quelques semaines…

29 novembre 2010

Opposition autrement et dialogue républicain

Depuis bientôt trois ans, nous avons décidé avec Dominique de pratiquer l’opposition autrement estimant que nos électeurs n’attendaient pas forcement de nous un rejet global et sans nuances de la politique de la municipalité. Par une attitude plus ouverte et plus constructive, nous n’avions pas la naïveté de croire que nous allions bouleverser la donne, mais nous espérions plus modestement faire avancer l’intérêt général au moins sur certains dossiers.

L’actualité récente montre qu’une telle attitude n’est pas tout à fait utopique. Coup sur coup, sur au moins deux dossiers importants, nos propositions ont été suivie d’effets.

Il y a eu bien sûr la décision de Christian Estrosi décidant de sortir de schéma « tout caméra » pour relancer cette police de proximité que nous appelons de nos vœux depuis de très nombreux mois.

Aujourd’hui il y a cette réponse par retour du courrier du maire de Nice à ma demande d’expertise des façades à risque après le drame de l’avenue Malausséna : « A votre demande, j’ai saisi le directeur de la prévention pour diligenter une expertise ».

Certes la bataille de la sécurité de proximité n’est pas gagnée, les îlotiers n’étant pour le moment prévus que dans certains quartiers. Certes, la purge des façades à risque n’est pas encore pour demain malgré l’urgence. Mais je ne vois pas au non de quelle langue de bois je m’interdirai de parler positivement de cette esquisse de dialogue républicain dans la mesure où il apporte des solutions favorables à l’intérêt général.

C’est la raison pour laquelle nous ne comptons pas en rester là avec par exemple le dossier de l’affectation définitive de la gare du Sud dans le cinquième canton ou l’aménagement d’un réseau de promenades pédestres dans le septième canton. Ce qui ne nous empêchera nullement de rester fidèle à nous-mêmes et à notre drapeau.

27 novembre 2010

Sian d’aqui même pour les gens d’ailleurs

Quelques semaines avant les élections municipales de 2008, l’association Sian d’aqui, qui a pour vocation « le maintien, la promotion et la défense de l’identité niçoise : patrimoine, langue et enseignement, tradition, création et art de vivre », avait organisé un débat citoyen extrêmement riche en demandant à chaque liste d’expliquer son programme à travers le prisme de la culture locale.

Avec la liste Nice Autrement – et notamment nos amis Laurent Lanquar et Joëlle Vacca, très mobilisés sur le sujet – nous avions fourni une batterie de réponses à la fois cohérentes, réalistes mais aussi imaginatives à des questions aussi diverses que l’avenir de la Cour d’appel, de la gare du Sud, du stade du Ray, le périmètre de la Région, l’apprentissage du niçois à l’école, le Carnaval, l’urbanisme, ou encore les lieux d’expression, de création et de diffusion de la culture niçoise. On peut retrouver l’intégralité de nos propositions ici. Chaque liste avait fait de même et le tout avait été publié dans un numéro spécial du journal de l’association. Pour ma part, j’étais enchanté de cette initiative qui, au-delà de tout esprit de chapelle, cherchait à faire progresser le débat citoyen.

Aujourd’hui, Sian d’aqui a réussi à s’imposer dans le paysage culturel niçois, que ce soit en participant à l’organisation de fêtes traditionnelles ou par ses propres animations. Chacun, par exemple, a entendu parler du festival d’humour niçois Les fourres de rire.

Hélas ! L’association se trouve depuis quelque temps confrontée à de graves difficultés financières, mairie, département et région se faisant tirer l’oreille pour combler un trou avoisinant les 10 000 € ; du coup, le Président Fabrice Mauro a lancé un appel public pour que l’association puisse surmonter cette crise qu’on peut supposer passagère.

Pour moi, le travail effectué par cette petite structure au service de la culture niçoise en toute indépendance relève quasiment du service public. La conception ouverte de l’identité de la ville développée par l’association est une source d’enrichissement pour toutes les femmes et tous les hommes de la cité, qu’ils soient niçois de souche ou qu’ils viennent d’ailleurs, qu’ils soient niçois de naissance ou de cœur, voire de hasard.

C’est pour cela qu’à titre personnel, je répondrai à l’appel du Président Mauro et, qu’en tant qu’élu, je demande à tous ceux qui le peuvent de faire un petit effort pour que notre ville ne perde pas une de ses associations citoyennes les plus attachantes.

Ma carte de voeux 2005

24 novembre 2010

L’O.I.N. pourquoi faire ?



Alors que, ces dernières années, nos questions lors des séances du Conseil général sont restées sans réponse, c’est au journal Nice-Matin que nous devons enfin quelques informations et un embryon de débat sur la mystérieuse opération d’intérêt national (OIN) qui est censée aménager la plaine du var et ses 10 000 hectares en sacrifiant l’odieuse spéculation foncière sur l’autel rédempteur du développement durable.

En fait, après toute une série d’annonces, de comités de pilotage à géométrie variable, de présidences sur siège éjectable, d’études tous azimuts, le citoyen Maralpin ne voit rien venir. Ce que confirme, sans langue de bois, dans l’article, le premier président de la structure, Henri Revel, par ailleurs maire de Saint-Laurent-du-Var : « pour l’instant, il n’y a rien à dire (…) la population ne sait pas trop ce qu’est l’OIN ».

C’est que la future « Eco Vallée » n’est pas vierge, loin de là. Elle a subi depuis des années les outrages répétés des aménagements sauvages trop heureux de trouver là un des derniers espaces libres du département. D’où un bric-à-brac urbanistique qui n’augure rien de bon.

Pour remplir le vide du projet et écoper le trop plein de la réalité, les responsables enrôlent sous la bannière de l’OIN les réalisations et les projets « nobles » qui, de toute façon, étaient prévus de longue date : le transfert du MIN, le centre d’affaires, Nice Méridia, le grand stade, la gare multimodale. Je me souviens avoir débattu de la plupart d’entre eux au Conseil municipal et au Conseil général bien avant le lancement de l’opération d’intérêt national.

Au passage, on se rappelle que la plaine du Var est inondable. « L’inondabilité bloque tout. On est dans l’expectative », dit un industriel riverain. Et oui, le Var n’est pas un long fleuve tranquille…

Du coup, le débat se résume à quelques généralités sur l’aboutissement lointain de l’opération (« 30 ans, c’est long », dit un maire) et l’avenir de l’agriculture (« les agriculteurs préfèrent transmettre leurs terrains à leurs héritiers non pas pour un usage agricole mais au prix du constructible »).

Quant aux timides revendications de « débat citoyen », elles ont surtout pour but, pour leurs auteurs, de ne pas rater le train éventuel de la spéculation foncière. Finalement, le débat organisé par Nice-Matin aura eu le mérite de mettre en lumière cette réalité-là. Edifiant.

22 novembre 2010

Au fil du temps


Récemment, mon ami Serge Ferrara, co-compositeur de la musique du dernier film de Wim Wenders, Rendez-vous à Palerme (on peut lire à ce sujet mon billet de 2008, 600 marches pour Wim Wenders), me relatait une entrevue avec le réalisateur quelque part en Allemagne cet été. Il n’en fallut pas plus pour susciter en moi l’irrépressible envie de revoir la fameuse trilogie de l’errance réduite à l’état d’un hypnotique souvenir dans ma mémoire.

Alice dans les villes, 1974
Journaliste allemand aux Etats-Unis en panne d’inspiration, Philippe décide de rentrer au pays. A l’aéroport, une jeune femme lui confie sa petite fille Alice. Une fois arrivés en Europe, l’homme et l’enfant attendent en vain la mère qui devait prendre l’avion suivant. Du coup, d’Amsterdam à Wappertal, les deux compagnons de voyage malgré eux partent à la recherche de la grand-mère d’Alice.


Faux mouvement, 1975
Wilhelm, jeune homme tout à fait banal, traverse l’Allemagne de Hambourg à la vallée du Rhin avec une idée fixe : devenir écrivain. Dans le train, il rencontre quelques voyageurs mystérieux qui l’accompagneront pendant tout son périple.

Au fil du temps, 1976
Bruno vit seul dans un camion et va de villes en villages, le long de la frontière entre les deux Allemagne, réparer les appareils de projection des cinémas de campagne. Bien vite, il est rejoint par Robert qui vient de rompre avec son passé. Ensemble, ils vont de rencontres en rencontres.

Trois road movies fascinants qui se transforment en expérience métaphysique si vous avez le courage de les voir l’un après l’autre (six heures et demi quand même…). C’est qu’ils ont en commun l’errance bien sûr, mais aussi le personnage central et le décor. L’acteur allemand Rüdiger Vogler, sorte de Pierre Richard sans grimaces, incarne avec un naturel confondant Philippe, Wilhelm et Bruno, ces hommes en mal de repères dans l’Allemagne encore maudite de l’après-guerre. Je ne me souviens plus quel personnage étranger à lui-même dit : « Depuis toujours, j’ai le sentiment que tout serait pareil sans moi… ». Mais cela n’a pas d’importance car la phrase aurait pu être prononcée par tous. Même l’amour ne peut rien contre cette inaptitude à exister dans un monde aux parois lisses : « Quand tu b…, tu es dans la femme. Es-tu pour autant avec elle ? »

A part la première partie d’Alice dans les villes, qui se déroule aux Etats-Unis, le décor et essentiellement celui de l’ex République Fédérale Allemande. En noir et blanc ou en couleur, des paysages banals défilent en dégageant pourtant un parfum de mystère et d’étrangeté dû probablement à notre méconnaissance de ce pays, si loin, si proche. Les villes et les villages sans grâce ni laideur s’offrent un peu comme dans la chanson de Barbara :
« Eux, c’est la mélodie même,
A Göttingen, à Göttingen… »      
    
 Mais chez Wenders,l'errance se révèle plus initiatique qu'amniotique et après avoir compris que "se parler à soi même ,ça consiste plus à écouter qu'à se parler " les trois errants pourront se dire au bout de l'aventure selon les mots de l'un d'eux "Pour la première fois je me vois comme quelqu'un qui a vécu un certain temps et ce temps c'est mon histoire".
 

20 novembre 2010

La mémoire de la coulée verte

Photo Nice-Matin

C’est parti pour la coulée verte : avec la démolition de la gare routière, il y a au moins un chantier qui va être entamé à Nice.

Cette nouvelle a une saveur particulière pour Gauche Autrement. En effet, dès 2002, je n’ai cessé d’intervenir en Conseil municipal pour obtenir la destruction de cette hideuse barre de béton qui sépare artificiellement les quartiers niçois du centre ville. Sur ce blog, j’évoquais ce combat dès le 21 février 2007 dans un billet consacré au patrimoine (Patrimoine stories) où je demandais de « supprimer l’absurde mur de la honte que représente le parking de la Promenade du Paillon afin de permettre à la ville de se réconcilier avec elle-même ». Le 9 août 2007, je récidivais avec un billet entièrement consacré à la cause (Le mur de la honte) et où j’enfonçais le clou en rappelant que « blessure esthétique, fiasco économique et source chronique d’insécurité, ce triste ouvrage mal pensé et mal réalisé coûte chaque année une fortune aux Niçois en consolidation, réparation, réhabilitation. »

C’est donc tout naturellement que la destruction de l’ouvrage au profit d’une coulée verte figurera en bonne position parmi les 110 propositions faites par Nice Autrement aux élections municipales.

Enfin, le 4 juin 2008, c’est avec fierté que je relève ici même que notre idée avait fait son chemin (Des droits d’auteur pour Nice Autrement) puisque le nouveau maire s’en était emparé dès le début de son mandat. Deux ans plus tard, la démolition de la gare routière confirme donc cette nouvelle orientation.

Il y a quelques années, je me souviens avoir piqué une colère à la lecture d’un ouvrage qui reprenait le plan et l’argumentation d’un de mes travaux universitaires. Aujourd’hui, rien de tel : comme amoureux de la ville et pratiquant décomplexé du débat politique, je suis heureux et comblé par cette bonne nouvelle. Et peu me chaut pour cela que le programme de Nice Autrement ait été un tantinet pillé.

18 novembre 2010

Tenir les « stats », de Baltimore à Nice

The wire

Depuis quelques semaines, je découvre la série HBO The wire (« Sur écoute ») avec beaucoup d’intérêt.

Elle a pour thème la criminalité dans la ville de Baltimore à travers la vision de ceux qui la vivent au quotidien : policiers, trafiquants, élus, dockers…

Pas du tout manichéenne, cette série a un aspect quasi-documentaire, notamment sur les méthodes policières. Or, à Baltimore, celles-ci sont presque entièrement guidées par une « culture du résultat » revendiquée non seulement par le maire et les politiques de la ville mais aussi par des cadres policiers et des juges également élus (nous sommes aux USA). Du coup, on exige des policiers de terrain qu’ils ne se préoccupent plus de l’efficacité réelle de leurs actions : il faut tenir « les stats »…

Des enquêtes de plusieurs mois peuvent ainsi être sacrifiées pour juguler une forme de délinquance de rue anodine mais statistiquement signifiante. La sécurité réelle des habitants de Baltimore, quel que soit le professionnalisme de Mc Nulty, Daniels ou Kima, les héros de The wire, passe au second plan.

Aussi, je n’ai pas manqué de penser aux flics de Baltimore quand j’ai lu les pages consacrées à la sécurité des Azuréens dans le rapport du Préfet sur « L’activité des services de l’Etat dans les Alpes-Maritimes en 2009 ».

Alors qu’en tant qu’élu de terrain, je ne cesse de voir la sécurité de nos concitoyens se dégrader, les statistiques présentées marquaient pratiquement une baisse de toutes les formes de délinquance. Et de me souvenir qu’un certain ministre de l’Intérieur, nommé Nicolas Sarzozy, après avoir grossièrement caricaturé le bilan de la police de proximité installée par le gouvernement Jospin, avait brutalement imposé la culture du résultat en France, dans un premier temps pour la police (plus tard, ce sera pour le Pôle Emploi, l’administration des Impôts, et la quasi-totalité des services publics).

En opposant ma perception de la réalité et les chiffres énoncés par le document, je me suis dis que, dans le 06, à défaut d’avoir fait reculer vraiment l’insécurité, on avait bien « tenu les stats »…

Ce matin, c’est donc logiquement qu’au nom de Gauche Autrement, Dominique Boy Mottard s’est exprimée sur ce thème au cours de la séance plénière qui permet au Préfet de s’expliquer devant l’Assemblée départementale :

« Pour commencer, je souhaiterais dire quelques mots sur le chapitre de la sécurité des Azuréens qui représente quand même presque le tiers de votre rapport. 

Permettez-moi de vous dire que je ne suis pas vraiment convaincue par l’abondance des chiffres qui laisseraient supposer une baisse substantielle de la délinquance dans notre département. On connaît la fiabilité très fragile de ce type de statistiques nourries de la désormais célèbre culture du résultat. 

Elue de terrain dans une grande ville, je peux vous assurer qu’ils ne correspondent pas à ce que la population ressent (d’ailleurs, vous l’avez reconnu dans votre intervention). Attaques à main armée, trafic de stupéfiants, viols autour de la ligne de tramway, affrontements de bandes, incivilités : nous pouvons témoigner, qu’au moins dans les quartiers de Nice Nord, l’insécurité semble avoir progressé. Et ce malgré le travail fait sur le terrain par les services de police (qu’il s’agisse de la police nationale ou de la police municipale) avec les moyens qui sont les leurs.

Les chiffres peuvent être trompeurs : la culture du résultat a des effets pervers, on le sait tous et vous probablement le premier. Si les citoyens qui souhaitent porter plainte doivent aller à l’autre bout de la ville, si les délais d’attente sont trop longs, ça décourage… Ça améliore les statistiques, mais ça donne une fausse image de la réalité.

Nous n’avons pas, à Gauche Autrement, le culte des moyens supplémentaires à tout prix, mais il faut admettre qu’en matière de police, seule l’augmentation des moyens humains à travers le retour d’une véritable police de proximité pourra améliorer en profondeur, par la dissuasion et la prévention, la situation. La police d’intervention a certes son utilité, mais seulement dans un deuxième temps (...) »

Pour rompre avec cette néfaste politique du résultat, le ministre de l’Intérieur pourra donc revoir avec profit les cinq saisons de The wire ou s’inspirer de la toute nouvelle conversion du maire de Nice en faveur de la police de proximité…

16 novembre 2010

Le destin a bon dos...

Article de Nice-Matin du 15/11/2010

Samedi, alors que je déambulais avec quelques amis dans le quartier Vernier au cours d’une de mes traditionnelles « tournées de canton », attiré par une agitation inhabituelle, je me suis retrouvé au milieu d’une petite foule bouleversée devant le 22, avenue Malausséna. Un homme, Michel Garibbo, fonctionnaire des impôts en retraite, venait de mourir, tué sur le coup par un élément de maçonnerie qui s’était détaché du troisième étage du Palais Toscana, un immeuble qui, par ailleurs, a plutôt fière allure.

Tout en partageant l’émotion générale, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à un événement dont j’avais été l’acteur involontaire en 2003, à quelques centaines de mètres du « 22 » et que j’ai d’ailleurs brièvement relaté dans « Cinq de cœur ». Ce jour de juin, j’allais tranquillement à la plage quand, en bas de Borriglione, au niveau de l’immeuble 6-8 qui aujourd’hui abrite le centre de vidéo-surveillance, un morceau de façade équivalent à un gros pavé s’était détaché pour tomber à moins de deux mètres de moi. Ce jour-là, je l’ai échappé belle.

C’est dire si ce samedi je me suis senti très proche de ce monsieur qui faisait tranquillement son marché avant d’être le jouet de ce qui semblait être un destin capricieux. Mais, en reprenant mes esprits, je me suis souvenu qu’à l’époque j’avais alerté la municipalité car le « 6-8 » lui appartenait. En effet, une rapide enquête m’avait convaincu que dans le quartier existait d’autres façades dont les éléments  d’ornementation étaient façonnés dans un mortier grossier constitué de chaux, de sable et de ciment, plaqué sur une structure de ferraille et de briques. J’avais alors demandé au maire de l’époque, y compris en conseil municipal, une expertise de tous les immeubles du Centre-ville ayant les mêmes caractéristiques. Au final, je n’avais rien obtenu si ce n’est un article de Philippe Fiametti dans Nice-Matin. On voit aujourd’hui le résultat. Le destin a bon dos…

Ce samedi, le fatalisme des propos de l’adjointe dépêchée sur place n’ont pas été pour me rassurer. Aussi, je renouvelle ce jour auprès du maire de Nice, ma demande d’expertise de tous les immeubles semblables au Palais Toscana. C’est la moindre des choses que nous devons à Monsieur Garibbo : une prise de conscience qui évitera d’autres drames…  

14 novembre 2010

Heureusement, Fred était là...

Avec Fred à Cannes

Ma deuxième participation au marathon Nice-Cannes fut une course difficile mais pleine d’amitié, de rebondissements et… d’enseignements.

Rendez-vous dès 7 heures 15 pour la traditionnelle photo de groupe avec Cathy, Jeff, Bertrand et toute l’équipe du Conseil général. L’occasion de plaisanter entre nous sur les tenues « vert flashy » du CG qui ne nous font pas passer inaperçus dans le peloton où parfois on nous surnomme les « grenouilles ».

Dès le départ, alors que, fidèle à son habitude, Laurent est déjà loin (en réalité, un problème physique l’obligera à abandonner vers Antibes), j’entame la course avec Clotilde et son lièvre du jour, le sympathique Eric, coureur expérimenté s’il en est avec vingt-deux marathons à son actif... et toutes les manifs contre la réforme des retraites. Ce dernier règle l’allure avec la précision d’un métronome, mais il va vite, très vite, trop vite.

Devant le Negresco, première séance photos avec Dominique et un Juju tout excité de voir passer sa maman. J’ai l’agréable surprise de retrouver aussi Gérard Blaise qui, pour la deuxième année consécutive, s’est levé tôt pour m’encourager, lui le lève-tard. J’apprécie.

Les quinze premiers kilomètres sont avalés à une vitesse de TGV. Arrivé à Marina Baie des Anges, c’est mon ami Gérard Corboli qui, comme l’an dernier, est fidèle au rendez-vous. La course s’offrant même un petit circuit autour des célèbres vagues architecturales, c’est par deux fois que j’ai le plaisir de lui claquer la main au passage.

Je me sens très bien, presque euphorique, mais quelque chose me dit que suivre Eric et Clotilde n’est pas raisonnable. Aussi, au dix-huitième kilomètre, je décide comme un grand de décrocher. Heureusement, car je passe à la mi-course en 1 h 59’ 45’’ : avec un simple temps de passage au marathon, je bats mon record direct sur le semi-marathon (2 h 00’ 58’’ à Nice en 2009). Devant ce chrono, je suis partagé : d’une part, j’ai déjà touché mon salaire avec ce beau record, d’autre part, je me dis que j’ai sûrement fait une grosse bêtise et que la sorcière aux dents vertes va me faire payer cash ce début de course présomptueux.

A Antibes, c’est encore tout fringant que je salue Doms et le Juju qui me demande des nouvelles de son père. Un peu plus loin, j’ai l’occasion de faire connaissance avec Damien, du service des sports du Conseil général, qui m’avoue avec un certain fatalisme que la journée va être longue pour lui puisque, à l’issue de la course, il va devoir aider ses collègues à démonter les installations à l’arrivée.

Mais la sorcière veillait, tapie dans l’ombre. Au vingt-huitième kilomètre, après le « col » du Cap d’Antibes pourtant avalé sans difficulté particulière, je suis foudroyé par une maxi-crampe au mollet gauche. L’expérience aidant, je ne m’affole pas. Je m’étends sur la chaussée et me livre à des exercices d’étirements pendant cinq bonnes minutes, le temps que la douleur s’estompe. A nouveau sur pied, j’ai l’impression de pouvoir reprendre ma course normalement. Hélas, au trentième kilomètre, au moment même où Claudio tout sourire me rejoint et me félicite pour l’excellente performance que je suis en train de réaliser selon lui, rebelote, en moins violent toutefois. Et les douze kilomètres restants seront un petit calvaire : de Golfe Juan à la Croisette, je vais alterner course, crampe, étirements, marche, course… Au début, la séquence se déroule sur un kilomètre, à la fin sur cinq cents mètres.

Du coup, l’effort ainsi alterné est moins intense, mais les douleurs sont vives. C’est là qu’intervient le bon samaritain. Il était prévu que Fred m’accompagne en vélo à partir de Juan-les-Pins. En fait, son rôle va devenir essentiel à partir de la séquence « crampes ». Sans lui, j’avoue que j’aurais eu du mal à boucler la course. Pendant une heure et demie, il va m’encourager, me soutenir, me ravitailler. Il me fera même boire du Red Bull, probablement en hommage à Sebastian Vettel !

A trois cents mètres de l’arrivée, sur la croisette, un coureur me dépasse. Le fait aurait pu rester banal si, au passage, celui-ci ne m’avait pas lancé un « Hello Patrick ! » au demeurant fort sympathique. Il s’agit de l’ami Bertrand du CG. Du coup, je rassemble toute mon énergie – mon nouvel engagement de Radical m’interdisant la prière – et je le coiffe au poteau. Bertrand, console-toi, je n’ai jamais autant souffert dans une dernière ligne droite ! Sans rancune et à lundi !

Clotilde, quant à elle, soutenue par son loustic de Juju sur les deux derniers kilomètres, a réalisé une performance époustouflante : 4 h 09’. Chapeau !

En sport, on dit généralement qu’il faut la tête et les jambes. Eh bien, disons qu’aujourd’hui j’avais les jambes pour réaliser entre 4 h 15’ et 4 h 20’, mais pas la tête ! Je n’ai à m’en prendre qu’à moi-même avec un temps forcément anecdotique supérieur à celui de l’an dernier.

Et je n’imagine même pas ce qui se serait passé sans Fred qui, soit dit en passant, a cassé la selle de son vélo en reprenant la route pour Nice et a dû se taper le retour en danseuse…

A propos du remaniement ministériel, voir, sur le blog de Dominique "Un gouvernement à la Chirac". 

10 novembre 2010

C’est Nicolas qu’il faut changer…



Borloo, Baroin, Alliot-Marie, re-Fillon… L’issue du grand loto des premiers ministres est à peu près aussi incertaine que celle du championnat du monde de Formule 1.

En faisant fi de la jurisprudence politique de bon sens de la Ve République, le Président s’est mis dans une bien délicate situation.

Depuis 1958, en effet, un mandat présidentiel commence toujours par la nomination d’un Premier Ministre à forte équation personnelle. Grâce à cette autonomie, il joue un rôle essentiel dans la définition des options gouvernementales tout en étant un fusible politique utile pour l’Elysée. Ainsi, le Président, libéré de la gestion au jour le jour, peut veiller à l’équilibre des institutions et se consacrer à son rôle de rassembleur.

Ce fut le cas quand de Gaulle nomma un Michel Debré pourtant en désaccord avec lui sur la politique algérienne, quand Pompidou adouba Chaban-Delmas, chantre d’une « nouvelle société » pas vraiment voulue par le nouveau Président. Même attitude de Giscard d’Estaing désignant son rival Chirac comme Premier Ministre. Mitterrand choisit lui pour ses deux premières entames de mandat d’anciens adversaires au sein du PS : Pierre Mauroy puis Michel Rocard. Quant à Chirac, il installa à Matignon Juppé pour son premier mandat et Raffarin pour le second (la plus forte personnalité de la majorité de l’époque et un centriste).

Puis, l’usure du Premier Ministre se manifestant quels que soient ses mérites (généralement aux alentours de la troisième année), il revenait au Président de monter lui-même au créneau, voire de plonger les mains dans le cambouis de l’action gouvernementale. Pour cela, il nommait comme Premier Ministre un proche qui avait souvent, en plus, le profil d’un technicien.

C’est ainsi que De Gaulle nomma un Pompidou, cadre bancaire à l’époque inconnu, ou que le même Pompidou devenu Président fit appel au discret et fidèle Messmer. VGE agira de même en nommant « le meilleur économiste de France », Raymond Barre. Mitterrand, quant à lui, assurera la promotion de trois personnalités considérées comme proches de lui au sein du PS : Laurent Fabius, Edith Cresson, Pierre Bérégovoy. Idem pour Chirac avec la désignation de son Directeur de cabinet, Dominique de Villepin.

Nicolas Sarkozy a par contre inversé le processus en montant en première ligne dès le début de son mandat et en nommant un Premier Ministre discret à qui il ne laissa aucune marge de manœuvre. Résultat des courses : après trois ans d’hyper présidence, le Premier Ministre Fillon n’est pas tellement usé, puisqu’il n’a pas servi, et Sarkozy, les sondages en témoignent, est cramé par une trop forte exposition aux rayons de l’actualité.

Du coup, le pauvre Nicolas, complètement démonétisé, ne sait plus vraiment quel choix faire. Si le nouveau Premier Ministre a beaucoup de personnalité, il risque de devenir rapidement un rival, s’il n’en a pas assez, il ne pourra pas le soulager en incarnant une nouvelle étape du quinquennat.

En fait, en ces jours d’anniversaire de la mort du Général De Gaulle, on se dit que dans la logique des institutions de 1958, c’est plutôt Nicolas Sarkozy qui devrait partir et Fillon rester.

LOL, comme disent mes étudiants !

08 novembre 2010

Houellebecq ou le Goncourt Vache qui rit

Cette année, la culture française a fait un grand bond en avant – ou plutôt en arrière – puisqu’il était possible de lire le Goncourt dès septembre sans attendre le traditionnel rendez-vous de novembre chez Drouot. Tous les médias étaient d’accord : le prix ne pouvait pas échapper à La carte et le territoire de Michel Houellebecq. Depuis midi, nous savons qu’effectivement il ne lui a pas échappé.

Intrigué, j’avais anticipé le triomphe annoncé en lisant l’ouvrage dès les premiers jours de la rentrée.

Qu’en dire ? Tout d’abord qu’il se lit sans ennui. L’histoire de Jed Martin, le photographe plasticien amateur de cartes Michelin (c’est également mon cas), est assez plaisante à suivre. Le roman est même décapant quand il se moque des us et coutumes du monde de l’Art et des galeries. Enfin, les amateurs de l’auteur des particules élémentaires retrouveront avec plaisir cette propension à transformer un quotidien truffé de situations banales, de personnages falots et d’objets usuels en un monde quasiment onirique.

Mais, il faut bien le dire, La carte et le territoire est avant tout une extravagante expérience de nombrilisme assumé. En effet, à côté de Jed Martin, l’autre personnage principal du roman est … Michel Houellebecq lui-même ! Pas le Houellebecq réel, ce qui aurait pu être (peut-être) intéressant, mais le Houellebecq des médias, le personnage faussement énigmatique que le provocateur aux paupières lourdes trimbale depuis quelques années de plateaux en studios.

Houellebecq auteur a donc créé un Houellebecq personnage de fiction qui ressemble au Houellebecq médiatique. Du coup, ce qui aurait pu être une vertigineuse mise en abyme pirandellienne devient une illustration philosophique de la réclame de « La vache qui rit ». Chacun se souvient de cette publicité fromagère où l’on voyait une vache souriante portant des boucles d’oreille sur lesquelles on pouvait voir une vache souriante qui portait des boucles d’oreille sur lesquelles, etc.

Le face à face entre l’auteur et son personnage se révèle donc trop complaisant pour être pris au sérieux. Notamment quand, dans un passage grandguignolesque, Houellebecq auteur raconte l’assassinat de Houellebecq personnage.

Il y a quelques années, Pierre Desproges disait : « Quand Tino Rossi est mort, j’ai repris deux fois des nouilles ». Gageons qu’après avoir lu la scène du meurtre, de nombreux lecteurs de La carte et le territoire reprendront avec gourmandise deux chapitres de Julien Gracq ou même de Paul Auster…

06 novembre 2010

Tout fout le camp chez les Aussies… aussi !


Nous avons appris hier qu’un Airbus A 380 de la compagnie australienne Qantas airlines a atterri en catastrophe à Singapour à la suite d’une défaillance de ses moteurs. Même si les responsables se veulent rassurants, il semble bien qu’une catastrophe aérienne a été évitée de justesse.

Pourtant, souvenez-vous ! Nous sommes en 1988. Raymond, autiste surdoué, vient d’être plus ou moins enlevé par son frère pour une sombre histoire d’héritage. De Cincinnati, où se trouvait l’institut spécialisé du malade, les deux hommes doivent rejoindre Los Angeles en avion. Mais, au moment d’embarquer, Raymond fait une crise terrible. Avec sa formidable mémoire des chiffres, il a enregistré l’ensemble des accidents depuis la naissance de l’aviation et sa religion est faite : il n’acceptera de voyager que dans un avion de la Qantas car c’est la seule compagnie qui a un bilan vierge en matière de catastrophes aériennes. En clair, les deux hommes doivent passer par… Melbourne pour aller de l’Ohio en Californie !

Raymond, vous l’avez certainement reconnu, c’est Rain man, le personnage interprété par Dustin Hoffman, dans le film éponyme de Barry Levinson.

Grâce à cette scène devenue mythique, la Qantas a gagné ses galons de compagnie la plus sûre du monde. Moi-même, je me souviens du sentiment de quiétude qui m’envahissait quand je me lovais dans les fauteuils de ses avions, notamment sur les lignes intérieures australiennes.

Hélas ! L’accident de Singapour remet tout en question. Décidément, tout fout le camp et chez les Aussies… aussi, n’en déplaise à mes amis John et Robin de Sydney que je salue ici car je les sais lecteurs attentifs de ce blog.

Quant à ce pauvre Raymond, gageons que son désarroi est au moins aussi grand que celui du chargé de communication de la Qantas…

03 novembre 2010

Les ailes du désir



L’ange de Saint Barthélemy – celui-là même qui, depuis 1884, surmontait fièrement le clocher de l’église avant d’illustrer, plus modestement, la couverture de mon Cinq de cœur – n’a pas survécu à la tempête de la nuit du 1er novembre. Il se serait en quelque sorte désagrégé sous les effets du vent mauvais.

Pour ma part, j’ai une explication moins prosaïque. Damiel, l’ange déchu des ailes du désir (de Wim Wenders) que je n’ai pu rencontrer chez lui à Berlin (voir, sur ce blog, Ich bin ein Berliner !), il me semble bien l’avoir croisé l’autre jour du côté de la Montée Claire Virenque. Ainsi, tout s’expliquerait : passant par Nice, il aurait convaincu son pote de la colline Saint Barthélemy de quitter sa condition pour vivre cette vie des hommes, certes éphémère, mais si belle avec son lot d’amours incertaines, de livres à lire et de combats à mener.

Apparemment, l’ange niçois n’a pas résisté, il n’a même pas hésité : il n’est plus sur le toit, il est parmi nous.

Habitants du 5e canton, observez bien les passants. Peut-être que, revêtu des oripeaux d’un bureaucrate zélé ou d’un employé de mairie, vous rencontrerez, sous sa forme humaine, le copain de Damiel.

01 novembre 2010

Vagabondage cinématographique

Le mépris

Courir une cinquantaine de kilomètres dont la moitié sous la pluie méritait bien une petite récompense culturelle pour que mens sana équilibre corpore sano.

C’est donc à un véritable vagabondage cinématographique que je me suis livré tout au long de ce week-end prolongé de la Toussaint.

Le premier film fut Trainspotting, de Danny Boyle, que j’avais manqué lors de sa sortie en salle : l’histoire d’une bande de jeunes écossais entre chômage et drogue. Si le scénario est dans la (bonne) tradition du cinéma social britannique, la réalisation est pour le moins originale : fiévreuse, parfois burlesque, n’hésitant pas à faire quelques incursions dans la scatologie. Mais ces pieds nickelés d’Edimbourg sont trop caricaturaux pour vraiment nous émouvoir.

Après Danny Boyle, ce fut Sergio Leone, histoire de revoir le film qui marqua l’apothéose (et la fin) du western spaghetti, Il était une fois dans l’Ouest. Histoire aussi de vérifier que les films du réalisateur italien ont moins vieilli que les grands westerns classiques que j’ai tous revus, il y a deux ans, après notre visite aux studios d’Old Tuckson dans l’Arizona. D’ailleurs, le thème du capitalisme corrupteur, très présent dans le film, a probablement inspiré les scénaristes d’HBO pour la série Deadwood.

Puis, sans transition comme on dit à la télévision, ce fut Le mépris, de Jean-Luc Godard, un grand film, un très grand film, qu’il faut voir et revoir. Cette brutale désagrégation d’un amour, sur fond d’incommunicabilité, propulse Camille et Paul au Panthéon des couples de cinéma. Mais, au-delà ou plutôt en deçà, Le mépris c’est aussi un anti-générique étonnant, le grand Fritz Lang qui accepte avec humilité un rôle secondaire, la musique entêtante de Georges Delarue, l’Odyssée – thème du film dans le film – revisitée par le mépris de Pénélope, Paul-Michel Piccoli murmurant : « Je t’aime totalement, tendrement, tragiquement » à Camille-Brigitte Bardot nue sur un lit et qui interroge : « Tu aimes mes chevilles ? tu aimes mes genoux ? tu aimes… ». Une Brigitte Bardot à la beauté confondante qui incarne la femme, la vraie, celle d’avant la chirurgie esthétique.

Enfin, le vagabondage s’est achevé par un objet cinématographique non identifié, qui reste bien à part dans la filmographie de l’immense Antonioni, Zabriskie Point. Ce road movie, qui met en scène un couple de jeunes révoltés plus « love » que « peace », date de 1970. Il en a la générosité et la naïveté. Mais, pour moi, ce film est surtout l’occasion de retrouver Zabriskie Point. C’est en effet dans ce petit morceau de la Vallée de la mort, dans le Nevada, qu’avec Dominique nous avions fait une promenade, en décembre 1995, au lendemain d’un événement important…

Zabriskie Point

30 octobre 2010

Christian est devenu jospiniste…

 Depuis plusieurs mois, j’exprime mon scepticisme sur l’efficacité d’une politique de sécurité centrée sur le « tout caméra » (voir à ce propos : Caméras cachées, Caméras cachées suite et Caméras cachées suite hélas). Je le fais sans a priori idéologiques, je crois même être le seul élu d’opposition à avoir visité le fameux central de télésurveillance de la place de la Libération.

Mais il faut bien constater que l’installation (généreuse) de ces fameuses caméras dans mon canton a correspondu à une inquiétante montée en puissance de la délinquance : bagarres entre bandes, trafics divers, squats agressifs, viols à la descente du tramway, vols à main armée dont deux véritables hold-up dans le quartier de la Libé, au nez et à la barbe, si j’ose dire, du centre de télésurveillance.

C’est donc logiquement en étant fidèle aux propositions que nous avions faites aux Niçois lors des élections municipales que je n’ai cessé de demander au Maire et au Premier adjoint en charge de la sécurité, de remettre du personnel de police dans la rue et de reconstituer la plus vite possible une véritable police de proximité.

En fait, ces propositions, nous ne les avions pas inventées : elles s’inspiraient directement de la police de proximité créée en 1998 par un gouvernement de gauche et brutalement supprimée en 2003 par un ministre de l’Intérieur nommé Nicolas Sarkozy. Pourtant, les résultats de cette expérience limitée dans le temps continuent à être considérés comme probants par les policiers que j’ai l’occasion de rencontrer.

Apparemment, Christian Estrosi a été sensible à nos arguments, après avoir probablement acté que le « tout caméra » sera surtout utile pour les contraventions : il vient de créer des patrouilles d’îlotiers dans un certain nombre de quartiers dont Nice Nord.

En « bon » opposant, je pourrais chipoter sur le nombre de patrouilles, la qualification des fonctionnaires ou la proximité des élections. Mais, fidèle au principe d’opposition constructive de Gauche Autrement, je préfère me féliciter de ce changement de cap qui voit le plus sarkoziste des ministres mettre en place cette police de proximité voulue en son temps par un certain Lionel Jospin.

27 octobre 2010

Au centre du Ray


Entre conférences de presse et réunions multiples au Conseil général, je me suis offert un bol d'air au stade du Ray pour le traditionnel entraînement des pros du Gym ouvert aux enfants organisé par le Club des supporters. L'occasion aussi d'une cliché "historique" (j'allais dire mythique, mais il ne faut pas exagérer) au centre du terrain.

Après avoir assisté à tant et tant de matchs dans des tribunes pleines à craquer, se retrouver tout seul comme un grand au milieu du vieux stade en sursis était émouvant. Forcément émouvant.

Pour plus de détails sur cette séance et des photos, voir le blog de Dominique.

26 octobre 2010

Des fonds de réserve aux fonds de tiroirs

La situation financière des collectivités locales fragilisées par la crise, aggravée par la réforme de la fiscalité locale et de la décentralisation et celle de la décentralisation, amène celles-ci à recourir des expédients.

Ainsi, quelle ne fut pas ma surprise, avec mes collègues de la Commission Education, de voir que la dotation annuelle des collèges par le Conseil général serait amputée, pour un certain nombre d’entre eux, d’une partie des fonds de réserve de l’établissement. Ces fonds ont pour vocation de permettre aux collèges de parer aux dépenses inattendues mais aussi de promouvoir un certain nombre de projets originaux. Il est certes évident que ces fonds ne doivent pas dépasser un certain volume, mais leur constitution est un élément de bonne gestion garantissant une petite autonomie à l’établissement.

Aussi, jusqu’à présent, jamais un tel prélèvement n’avait été effectué. Circonstance aggravante, l’opération a été menée par les services du Conseil général sans aucune consultation des intéressés.

Enfin, notons que cette mesure ne concerne pas les collèges privés pourtant également subventionnés par notre collectivité.

Cette étonnante razzia sur les fonds de réserve des collèges montre que la politique de l’Etat, qui consiste à confier de plus en plus de responsabilités aux collectivités locales sans pour autant compenser financièrement ces transferts, conduit ces dernières à faire les fonds de tiroirs.

25 octobre 2010

Le bon sens près de chez nous...

C’est effectivement près de chez nous, au cœur du 5e canton, à la Brasserie de l’Union, que la gauche a retrouvé un peu de ce bon sens que j’appelle de mes vœux depuis plusieurs mois.

Ainsi, pour les prochaines cantonales, il n’y aura pas de candidat PS dans les 5e et 7e cantons et, symétriquement, pas de candidat Gauche Autrement dans le 14e canton.

Evoqué depuis quelques semaines, cet accord était une nécessité. Parce que, à un moment où la moitié de la France défile, on ne pouvait pas se payer le luxe de stratégies électorales sophistiquées. Parce que les deux élus UMP majeurs du département ont un rôle national important, ce qui donne une responsabilité particulière à la gauche locale. Parce que l’ultime tripatouillage électoral de la majorité (augmentation du seuil de participation pour le deuxième tour de 10 à 12,5% des électeurs inscrits) risquait de condamner une gauche divisée à assister en spectatrice à des duels UMP-Front National.

Pour autant, cet accord n’est pas une simple stratégie électorale. Il traduit, sans que personne ne renie le passé (en tout cas, pour ma part, je persiste et signe), une volonté politique. Le symbole en est Faouzia Maali, l’excellente candidate que nous voulions présenter dans le 14e canton où, compte tenu de son engagement associatif, elle avait la possibilité de réaliser un très beau résultat, et qui devient la suppléante de Paul Cuturello qui aura fort à faire contre Dominique Estrosi et Jacques Peyrat.

Cette volonté politique n’est pas de circonstance, elle a vocation à se développer après les cantonales pour les échéances suivantes. Désormais membres du Parti radical de gauche (un parti sans courant… ça repose !), c’est avec loyauté que nous participerons, dans le cadre ordonné de l’opposition niçoise, à la définition d’une stratégie d’alternance sur la base d’un rassemblement que le PS aura l’énorme responsabilité de conduire à terme. Mais ceci est déjà une autre histoire…

21 octobre 2010

La crise existentielle de la démocratie participative niçoise

Mardi, la réunion de coordination des Conseils de quartiers 14 et 15 a failli tourner au psychodrame. En fait, les participants ne faisaient qu’exprimer la frustration d’une grande majorité de ceux qui ont accepté de travailler dans le cadre de la démocratie participative avec la nouvelle municipalité. « Les réunions se préparent sans nous… On nous impose un discours officiel… Nos propositions ne sont jamais prises en compte… ». Et surtout, « On sert à quoi ? ». Du coup, la soirée ne fut pas très confortable pour les élus majoritaires et les membres du cabinet.

Pour ma part, seul opposant présent, je me suis gardé de jeter de l’huile sur le feu, mais il va de soi que je partage absolument cette frustration. Avec Dominique, nous avons en effet décidé, dès le départ, de jouer le jeu de cette démocratie participative dont j’avais fait un axe central de mon propre programme de tête de liste aussi bien aux municipales de 2001 qu’à celles de 2008.

C’est ainsi qu’après avoir attendu plus d’un an la mise en place des Conseils de quartier et du Conseil communal consultatif (CCC), nous avons participé à ces instances sans arrière-pensée et dans un esprit d’ouverture.

Mais force est de constater que le dispositif n’a jamais vraiment décollé, malgré – je peux en témoigner – une forte implication de la société civile et des bénévoles. Que ce soit les responsables des comités de quartier dans les Conseils (double casquette, double travail) ou la vice-présidente Marie-Dominique Ramel et la plupart des présidents de commissions comme Amina Benyelles-Louhibi au CCC, ils font souvent preuve d’initiative et de dynamisme.

D’où vient cette sinistrose que traduisent la participation squelettique de la population aux AG des Conseils de quartier et un absentéisme qui devient endémique au sein du CCC ? D’où vient ce désenchantement que m’expriment, jour après jour, les acteurs de cette démocratie participative à la niçoise, qui a parfois pour conséquence leur départ de ces structures ?

Tout d’abord, sans même évoquer des techniques pourtant indispensables comme les budgets participatifs, il y a un manque évident de moyens. Ainsi, les Conseils 14 et 15, qui correspondent pourtant au centre ville, n’ont toujours pas de locaux et c’est au… Théâtre de la photographie que nous nous sommes réunis (même chose pour les Conseils de quartier 4 et 5 réunis au Musée d’archéologie à Cimiez, ou les Conseils 6, 7 et 8 réunis au Collège Nucéra). Les responsables du CCC ne disposent, quant à eux, que d’un seul malheureux bureau en mairie.

Malgré cela, les bénévoles travaillent et obtiennent de temps à autre quelques résultats. Mais leur bonne volonté est vite bridée. Ainsi, on a laissé travailler pendant des semaines deux Conseils sur l’avenir des terrains du stade du Ray pour finalement tourner le dos à leurs propositions dans le PLU. Ou encore, Dominique me parlait de ce « référent environnement » (chaque conseil a le sien) qui avait fait un travail remarquable, dont elle se demandait ce que la municipalité allait in fine en sortir.

En fait, derrière tout cela, on ne sent pas une forte volonté politique, c’est le moins que l’on puisse dire. Il y a même souvent une appropriation par les élus et les fonctionnaires de la mairie, répétant à l’envi que « le maire veut ceci… le maire pense cela… », réduisant les autres participants au rôle de spectateurs.

Du coup, chaque bénévole se demande si son engagement a une raison d’être et une véritable crise existentielle parcourt les institutions de la démocratie participative niçoise. Et on en arrive à des situations un peu surréalistes comme celle à laquelle j’ai assisté mardi au sein du comité de coordination. Une élue de la majorité municipale a dit, en fin de séance, « Mais finalement, pourquoi existent-ils ces Conseils de quartier ? ». Réponse particulièrement mollassonne des élus en charge de ces Conseils : « Bof ! C’est un truc qui a été voté par la gauche, et maintenant la loi nous oblige à les faire fonctionner… ».

Le maire a, semble-t-il la volonté de donner un nouveau (?) souffle à ces institutions. Suggérons que la première mesure soit un voyage d’étude par les élus de sa propre majorité : comme ça, ils pourront vérifier, de Lyon à Bordeaux, de Nantes à Toulouse, que les Conseils de quartier et la démocratie participative, pour peu qu’on fasse confiance à la société civile et aux citoyens, ça marche.

19 octobre 2010

Les pages que j'aurais aimé écrire (5)



Il existe des pages qu’on aimerait avoir écrites sans pour autant en partager le sens profond. Quoique tout cela doit être plus compliqué… puisque ces pages, on a quand même envie de les avoir écrites…

Ainsi la tirade d’un personnage de Dostoievski dans Les frères Karamazov :

« C’est exactement, répliqua celui-ci, ce que me racontait, il y a longtemps du reste, un médecin de mes amis, homme d’âge mûr et de belle intelligence ; il s’exprimait aussi ouvertement que vous, bien qu’en plaisantant, mais avec tristesse. « J’aime, me disait-il, l’humanité, mais à ma grande surprise, plus j’aime l’humanité en général, moins j’aime les gens en particulier, comme individus. J’ai plus d’une fois rêvé passionnément de servir l’humanité, et peut-être fussé-je vraiment monté au calvaire pour mes semblables, s’il l’avait fallu, alors que je ne puis vivre avec personne deux jours de suite dans la même chambre, je le sais par expérience. Dès que je sens quelqu’un près de moi, sa personnalité opprime mon amour-propre et gêne ma liberté. En vingt-quatre heures je puis même prendre en grippe les meilleurs gens : l’un parce qu’il reste longtemps à table, un autre parce qu’il est enrhumé et ne fait qu’éternuer. Je deviens l’ennemi des hommes dès que je suis en contact avec eux. En revanche, invariablement, plus je déteste les gens en particulier, plus je brûle d’amour pour l’humanité en général. »

15 octobre 2010

Radical-mement

C’est en toute sérénité, dans le cadre de notre permanence, qu’avec Dominique, nous avons adhéré au Parti radical de gauche. Affronter les prochaines échéances électorales sans étiquette était en effet compliqué et rendait l’adhésion à une formation politique – si modeste soit-elle – inéluctable. Car, même si on nous dit souvent qu’en politique seul l’homme (ou la femme) compte, nous sommes bien obligés de constater qu’il y a toujours en France une sorte de monopole du vote partisan.

Comme il n’était pas dans nos intentions de retourner au Parti socialiste, le PRG (le plus vieux parti de France créé à la fin du XIXe siècle par la jonction des comités électoraux locaux avec un groupe parlementaire) était une sorte d’évidence. Solidement arrimé à gauche, porteur de ces valeurs républicaines aujourd’hui tellement chahutées, résolument laïc et européen, le PRG sera donc notre deuxième formation politique après trente années au PS.

Par ailleurs, l’accueil chaleureux du Président 06, Jean-Christophe Picard, constitue une réponse préventive aux nombreuses questions malveillantes des traditionnels stratèges de sous-préfecture qui voudraient voir dans cette adhésion je ne sais quelle opération politicienne à trois sous.

Enfin, cette démarche n’est pas contradictoire avec l’accord en cours de finalisation de soutien mutuel des sortants de gauche pour les prochaines cantonales. Au contraire, elle le renforce.

Il va de soi que notre adhésion est purement individuelle et qu’elle n’engage en aucune façon l’association Gauche Autrement qui regroupe des socialistes (avec ou sans carte), des verts, des modem, et des citoyens sans partis. En son sein, on trouvera désormais aussi des radicaux, heureux d’appartenir à un parti qui, après avoir inspiré la IIIe République, se trouve aujourd’hui aux premières loges pour préparer la VIe.

 Nice-Matin 17/10/2010
Le petit niçois, 22/10/2010

Par ailleurs, voir sur le blog de Dominique un commentaire du rapport de la Commission d'enquête sur le PLU à propos du Ray.