09 août 2007

Le mur de la honte

Depuis plusieurs années, je propose au Conseil municipal la destruction de ce mur de la honte que constitue la Promenade (sic) du Paillon.

Cette frontière bétonnée et absurde coupe la ville en deux depuis trop longtemps. Blessure esthétique, fiasco économique, et source chronique d'insécurité, ce triste ouvrage mal pensé et mal réalisé coûte chaque année une fortune aux Niçois en consolidation, réparation, réhabilitation. On se prend à rêver à l'espace libéré de cette verrue. Un espace qui pourrait être aménagé comme un trait d'union entre le Vieux Nice et les quartiers bourgeois du centre est de la ville.

A chacune de mes interventions, le sénateur maire a opposé une fin de non-recevoir qui se voulait, selon l'humeur du moment, une marque d'impuissance ou d'impatience. Heureusement, les élections approchant, la chasse aux bonnes idées bat son plein, y compris dans l'équipe Peyrat. C'est ainsi qu'actuellement, on démolit les passerelles des jardins suspendus et que le Directeur de l'Urbanisme de la Ville va jusqu'à affirmer que la destruction totale peut être à l'ordre du jour... un jour.

A toutes fins utiles, cette démolition figurera quand même parmi les priorités de notre programme (avec en parallèle une réflexion sur le remplacement des parkings supprimés). Rendre la ville à la ville serait un joli symbole pour marquer... la rupture !

9 commentaires:

bernard gaignier a dit…

C'est vrai que c'est moche ce truc! et laid!! il fut un temps ou encore on pouvait y marcher... Il y a longtemps, et ça c'est dégradé, devenu très sale et plus personne ne s'y est aventuré sauf certains pour se livrer à divers trafics.
Il est certain que maintenant, il faut continuer à dégager cet endroit et donner de l'espace!!!
Dégageons Peyrat pour dégager de l'espace!!!!
Nul ce slogan mais à cette heure de l'AM je n'en ai pas trouvé d'autre!!!

bernard gaignier a dit…

Suite.. réponse à Clotilde
J'aurai surement grand plaisir à voir ton fils jouer au foot...
Il n'y a rien de commun entre le plaisir d'un gamin de jouer et le délire qui tourne autour du foot professionnel!!
s'il devient professionnel alors j'arrèterai mes critiques pour ne pas te faire de peine!!

claudio a dit…

S'il faut un coup de main et un coup de pioche bénévole, je suis partant.

Anonyme a dit…

Alors là, comme nombre de mes connaissances, je suis 100 % pour ! Il y a trop longtemps que cette ignoble verrue défigure le paysage. Si cette proposition figure bien dans votre programme elle ne pourra que recueillir l'aval de la grande majorité de la population. Bien que se posera une question épineuse, où se gareront les gens du Vieux Nice qui se servent de ce parking ?

Anonyme a dit…

Remontons un peu plus haut vers le nord. Patrick, ne trouvez vous pas navrant et honteux l'état extérieur et les abords du théâtre et du musée d'art contemporain ? Une ville comme Nice ne mérite t-elle pas mieux ? Il serait bon, là aussi, que la future municipalité se penche sérieusement sur ce problème.

Patrick Mottard a dit…

Par rapport au Théâtre et au MAMAC, d'audits en expertises, la majorité municipale a perdu le contrôle de la situation : en attendant de fixer les responsabilités, rien n'est fait et les ouvrages se dégradent de plus en plus.

Quant au parking, pour les habitants du Vieux-Nice notamment, quel que soit le projet, il est évident (comme je le dis dans mon post) qu'il faudra considérer cette question comme une priorité.

Socrate a dit…

Le parking ? N'ayant pas de bagnole ,je ne tolère les parkings en ville que souterrains ! Mais voyons tout le monde prendra le tramway dés Novembre, c'est fini la bagnole à Nice ( petit moment d'utopie ! ;-) )...et j'espère que quelque chose comme Vélib ( Créé à Lyon puis à Paris..) verra le jour à Nice ! Quand à abattre la "verrue", ça permettrait aussi de dégager et de rendre une visibilité à la Gare routière...!

Anonyme a dit…

Les gens continueront d'utiliser leur voiture, c'est dans les moeurs ! Ne serait-ce que pour se garer en double file, avoir le plaisir de "traiter" l'autre... de klaxonner parce que vous n'avez pas démarré juste quand le feu va devenir vert...
Le parking est un véritable cauchemar quand vous habitez Nice centre.

ANTONIN a dit…

J'ai lu dans un article de presse que l'élimination de ses passerelles allaient dégager la perspective.

Or, dans le cas d'une perspective, on raisonne en plan large et lointain pour une mise en valeur de paysage ou d'édifices.
La nouvelle place Masséna par exemple, vue de l'avenue Jean médecin, la vue vers les bassins fontaine et la vieille ville à partir de cette même place, ou bien, pour ceux qui connaissent, l'enfilade de la grande Arche jusqu'à l'arc de triomphe à Paris.

Dans le cas des passerelles, il s'agit d'une perspective "ponctuelle" et à courte vue, comme peu l'avoir d'ailleurs la majorité municipale.
Premièrement, on est dans le cas d'une décision "indécise".
"J'enlève un bout mais j'enlève pas
tout. Et puis on verra bien, il sera toujours temps de penser plus globalement le ré-aménagement (si on en à les capacités) selon la réaction des niçois".
Deuxièmement, la perspective ainsi dégagée, face à l'église du voeux par exemple, ne l'est que si l'on si place exactement en face de cet édifice, tout en évitant de faire pivoter son regard ne serait-ce que de quelques degrés à droite ou à gauche, au risque de croiser du regard les deux laides façades métalliques restantes de chaque coté des jardins suspendus.

Le problème de cette verrue métallique reste entier et doit être une des priorité de la prochaine majorité.
Ce site mérite des gens audacieux et ambitieux pour sa mise en valeur autrement que par le sciage de quelques bouts de ferraille.

ANTONIN