13 août 2007

Le rouge et le noir (2e partie)

Nice-Strasbourg : 1-0

Dès la deuxième journée, l'avenir du Gym 2007 semble un peu moins sombre que celui de son prédécesseur.

Cela dit, il n'y a pas de raison que le dix-septième budget de la Ligue 1 permette des miracles avec une équipe globalement affaiblie par rapport aux saisons précédentes. En effet, pour judicieux qu'il soit, le recrutement de cette année ne compense pas les ventes que le club a été obligé de faire pour équilibrer ses comptes. Une fois de plus, la saison sera difficile et éviter la relégation une gageure. A se demander, si l'entraîneur des Rouges et Noirs est Antonetti... ou Sisyphe.

Tout cela pose le statut de l'équipe de la cinquième ville de France. Avec son histoire, son assise géographique, son public, il n'est pas normal que l'OGCN soit la propriété d'actionnaires locaux imprévisibles, divisés, et de surcroît en guerre ouverte avec l'association gestionnaire. Le vrai-faux rachat de ces derniers jours ne fait d'ailleurs qu'ajouter à la confusion.

Pour se développer, l'équipe a peut-être besoin d'un grand stade, mais elle a avant tout besoin d'un actionnaire majoritaire solide et stable capable de s'engager pour de longues années. La municipalité n'a juridiquement aucune prise sur le destin d'un club professionnel. Politiquement, c'est peut-être différent. Tout le monde comprendra que le maire de Nice, capitale de la French Riviera, peut, surtout en début de mandat, jouer les VRP de luxe en démarchant les grands investisseurs potentiels du football (téléphonie, automobiles, médias...). Il pourrait leur proposer une sorte de contrat moral : l'investisseur apporte l'argent, la municipalité met les ressources de sa communication au service du club. La réussite passe par cette forme d'engagement, j'en suis persuadé. Cette solution, je l'avais proposée en 2001, au cours d'un débat sur M6, elle reste (hélas !) d'actualité.

Un investisseur fiable et fort, une municipalité partenaire, et un public fidèle (nous l'avons) et nombreux (il va falloir y travailler) : avec cette martingale, les résultats suivront. Et avec eux, un climat certainement plus serein pour parler... du Grand stade.

4 commentaires:

Socrate a dit…

Cela dit, il n'y a pas de raison que le dix-septième budget de la Ligue 1 permette des miracles avec une équipe globalement affaiblie par rapport aux saisons précédentes.<<< Est-ce que c'est l'argent qui fait les grandes équipes ou d'autres critères comme la politique de formation ,la cohérence d'un projet et d'une équipe, le mental ? J'aurais bien aimé dans ce post un rappel les valeurs à défendre dans le foot (cf Platini ?) comme ailleurs contre les méfaits du spectacle sportif coté en bourse, du sport-beauf et raciste et de l'argent fou....J'aime le beau foot mais le foot d'aujourd'hui tel qu'on nous le vends (un art de mercenaires) et ce que je crois savoir de l'ambiance du Ray ne me donne pas envie de fréquenter le stade ...

Anonyme a dit…

Tout en me réjouissant de la victoire face à Strasbourg, la manière et les possiblités affichées de l'équipe me laissent quand même inquiet pour la suite.

Quant à attirer un important sponsor... vu les incessantes histoires qui ternissent l'image du club qui se laisserait attirer pour investir ?

On peut se poser également quelques questions sur la gestion des joueurs. Un Audel, jugé pas assez bon et bradé à un autre club, se retrouve à présent meilleur buteur de L1 avec 4 réalisations en trois rencontres... Un Vahirua, dont je regrette profondément le départ, claque 2 buts hier soir contre le PSG... Et on pourrait citer encore d'autres exemples.

Certains, aux commandes du club, feraient bien de se remettre en question avant de songer à voir plus loin.

Anonyme a dit…

aux commentateurs , vous devriez continuer a parler cinema ça vous va mieux je trouve

Anonyme a dit…

Et on continue dans le recrutement pitoyable avec Job, un joueur de bas de gamme et au bout du rouleau. Franchement...