09 octobre 2010

Caméras cachées (suite, hélas !)

 Centre de vidéo-surveillance de la Libé

Cinq jours seulement après le braquage du « Gambetta » à l’angle Joseph Garnier–Libération, c’est une bijouterie qui a été attaquée en plein jour hier matin avec une violence qui a choqué les nombreux témoins. Là encore, le commerce était situé à quelques dizaines de mètres du super centre de télésurveillance qui devait entre autre sécuriser le quartier.

Ironie du sort : c’est un passant qui a filmé la scène avec son téléphone portable et les images sont passées au JT de France 2 le soir même.

Et que voit-on à la une de Nice-Matin de ce jour : « La guerre vidéo contre… la double file ». Le coûteux dispositif de caméras servirait donc à faire un travail de contractuelle !

De plus en plus nombreux sont les Niçois que je rencontre et qui partagent ma conviction : les caméras ne servent pas à grand-chose, c’est d’une véritable police de proximité dont nous avons besoin. Hier matin la simple présence d’un îlotier aurait peut être dissuadé les malfrats…

14 commentaires:

alaind a dit…

Oui, quel courage dans nos force de police, qui mettent beaucoup de zèle à verbaliser près du centre aéré les parents stationnant à l'arrache.

HenriCOTTALORDA a dit…

Je pense que nous pouvons en conclure que les gangsters peuvent faire leurs coups sans risque car ils ont compris que là où la municipalité installe des caméras il n'y a plus de policiers alors ...
Henri COTTALORDA

Anonyme a dit…

L’article 17 A de la Lopssi 2 stipule que dans tous les textes législatifs et réglementaires, le mot : «vidéosurveillance» est remplacé par le mot : «vidéoprotection» (sic). Or, l’éditorial de « La Lettre d’information des professionnels de la sécurité, police » du 26 juillet 2008, réalisé par Sébastian Roché, directeur de recherche au CNRS, précisait, pourtant, que «Parler de vidéoprotection constitue une erreur: cela revient à confondre les objectifs (protéger) et les moyens (capture d'images à distance et transmission à un PC ou exploitation a posteriori). Le titre cherche à légitimer une technologie en la rebaptisant : protection est connoté positivement et surveillance... négativement. Or, la technique permet bien de surveiller. Permet-elle de protéger ?». Nice fournit désormais la réponse à cette question :

Le braquage d'une bijouterie à Nice filmé en direct

http://www.varmatin.com/article/faits-divers/le-braquage-dune-bijouterie-a-nice-filme-en-direct

Cette bijouterie a été vidéoprotégée...

Patrick Mottard a dit…

Merci pour ces précisions. C'est pourquoi je parle toujours de vidéosurveillance...

Emmanuel a dit…

Combien coutent en réalité toutes ces caméras ? Bravo pour leur efficacité.

ANTONIN a dit…

Moralité, à Nice, il y as moins de risque à se faire renverser par une voiture quittant sa double file, grâce aux super-caméras super-inutilement couteuses de notre super-maire sécuritaire, que de se prendre une balle perdue lors d'un braquage.

Qu'à cela ne tienne, à la suite de cette affaire, gageons que le réseau de caméra s'en retrouvera renforcé.
Cela permettra peut-être de traquer certains maîtres indélicats laissant leur chien déposer leur crottes hors des emplacement dédiées, et permettra à Nice-Matin de titrer à sa une une nouvelle victoire du bien contre le mal.

ANTONIN

Richard a dit…

Y'a qu'à mettre des caméras pour surveiller les vidéos qui nous protègent. Elles surveilleraient celles qui ne seraient pas efficaces, celles qui auraient un mauvais rendement. Un peu comme les policiers qui ne verbalisent pas assez et se font réprimander par leur hiérarchie.

JEAN PIERRE a dit…

je vous trouve bien méchant avec notre valeur ministre maire qui fait tout avec l'appui de nice matin pour notre sécurité des caméras par centaines combien de vraiments branché ?????? des agents municipaux habillé en policiers qui se balade beaucoup en voiture sur la voie du tram .
mais je vois que sur le blog de patrick une majorité se dégage pour le maintient des polices municipales.
une proposition et si les maires de droite comme de gauche transfèraient tout le personnel policiers au ministére de l'intérieur avec mise a disposition des locaux et transfere de la masse salariale.
combien accepteraient de le faire ???????
posez vous la question pourquoi le maire de droite de la 2eme ville de france
1 n'a pas armé sa police
2 il a la plus petite police de france une cinquantaine de personne .
la réponse est toute simple il considére que la police est un service régalien qui doit être assuré par l'état, et pas par un élu .

LaCrimOsa a dit…

Pour apporter de l'eau à ton moulin, j'ai assisté complètement ébahie à l'agression d'un agent de la sécurité (interne) à la SNCF il y a quelques temps... Le pauvre gars, et un de ses collègues se sont fait gazés par un abruti qui leur tournait autour depuis un petit moment, en les insultant et les invitant à intervenir pour tenter de l'empêcher... Et au moment où ils se sont approchés, les deux vigiles se sont pris la totalité d'une bombe lacrimo en pleine figure... Ils ont sévèrement morflé les pauvres et les flics ne sont même pas venus, rien !! Le type qui a fait ça a juste eu à traverser la route pour apprécier le spectacle... C'est hallucinant !! Quand on sait qu'Estrosi se gave avec sa police de proximité, sa police verte, la bleue, c'est les Télétubbies son truc...

Anonyme a dit…

Une question me vient-à l'esprit. Depuis la mise en place de la vidéo-surveillance est-ce que le nombre de policiers municipaux à baissé?
Si non, alors quoiqu'on en dise ils ont du gagner en efficacité car même nombre avec un outil de plus.
Maintenant l'autre analyse est de se dire que l'argent investi dans la vidéo-surveillance aurait du l'être dans la création de postes de policiers municipaux mais alors combien de postes auraient pu être créés?
Pour moi de nos jours la vidéo-surveillance s'impose en COMPLEMENT d'une vraie police de proximité bien sûr, le tout étant de trouver le bon équilibre budgétaire.Pour ce qui est des doubles-files on ne peut pas d'un coté les dénoncer (un vrai fléau pour nous cyclistes entre autres)et de l'autre coté contester leur lutte qui bien sûr ne justifie pas pour autant la une de Nice-Matin.
ricciarelli

Ségurano a dit…

Il y a quelques semaines le maire de Nice déplorait la politique de ses collègues de Grenoble et de Lille en matière de sécurité. Sauf que d'après les dernières statistiques, le taux de criminalité a diminué plus vite dans ces deux villes que dans la ville de Nice.

Selon France 2, le taux de criminalité a baissé de 0,9% à Lille de 2006 à 2008. Le même taux n'a baissé que de 0,5% à Nice. Christian Estrosi avait refusé de commenter ces chiffres.

Pourquoi ce mutisme ? Sans doute parce que ce taux, si souvent utilisé par le gouvernement pour vanter l'efficacité de sa politique à l'échelle nationale, n'est pas très favorable à certains maires de droite. Si l'on prend les cinq plus grandes villes de France (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse et Nice), le taux de criminalité a davantage baissé dans les villes dirigées par la gauche.

Ainsi, en comparant les chiffres de 2006 et ceux de 2008, il apparaît que le taux de criminalité a le plus diminué dans les villes de Lyon, Paris et Toulouse (-16 points à Lyon, -9 points à Paris et -7 points à Toulouse) alors pour les villes de Marseille et de Nice, dirigées par des maires de droite, la baisse est moins forte (-6 points à Marseille et -5 points à Nice). On comprend donc mieux pourquoi Christian Estrosi préfère ne pas commenter ces chiffres.
Ségurano

EURL a dit…

Non, non ce n'est pas possible ! Dites moi que c'est un gag ! Nous attendions une réaction de nos cerveaux musclés de la Mairie afin de se positionner et rebondir sur un échec de surveillance évident de proximité immédiate pour un braquage violent suivi d'un deuxième problème quelques jours après dans le même secteur ! Mais qu'apprenons nous aux infos ? qu'il va y avoir une intransigeante verbalisation pour la double file ! Serait ce plus que la vie humaine d'un commerçant ou d'un traumatisme irréversible ?

Mais franchement, vous les avez élus ces gens là ?

No comment, car je risque de devenir vulgaire !

Blandin

Clotilde a dit…

Richard, avec tes blagues tu n'es pas loin de la vérité voire de la bonne idée: dans les grandes villes californiennes l'essentiel des nouvelles caméras est à présent installé dans les voitures de police, pour surveiller les modalités d'interpellations, l'efficacité des autres caméras s'étant révélée à peu près nulle dans la protection contre le crime (il y a eu des rapports circonstanciés au Royaume-Uni et des études préliminaires aux US qui disent bien que bof, ça ne change rien).

Autre solution absurdo-loufoque, vu que l'électoralisme est érigé en mode de fonctionnement: de fausses caméras, qui ne feront ni plus ni moins peur aux malfrats apparemment, mais qui caresseront les électeurs apeurés dans le sens du poil sans coûter un bras puis l'autre aux administrés. Je vote pour et qu'on en finisse avec ces bêtises.

(Ricciarelli, je n'ai pas vraiment compris en quoi un policier était plus efficace derrière un écran que sur le terrain, pourquoi serait-il plus efficace seulement derrière sa caméra si on l'enlève de la rue? Mais je ne dois rien comprendre aux nouvelles technologies).

Anonyme a dit…

Clothilde
Je disais simplement ; qu'un policier de "terrain" + de la vidéo surveillance doit être logiquement + efficace qu'un policier de terrain "sans vidéo surveillance". Maintenant si tous les policiers de "terrain" ont été affectés au centre de vidéo surveillance alors !!!!
ricciarelli