27 février 2011

Douce campagne




Depuis trois semaines, je suis en campagne même si mes activités professionnelles… et d’élu doivent encore être assurées en parallèle. Avec Joëlle, ma suppléante – qui elle aussi jongle avec ses horaires incompressibles – et une équipe légère, mobile et d’humeur plutôt joyeuse, je parcours avec bonheur ces rues et ces avenues du 5e canton, qui me rappellent tant de petits et grands combats. Une équipe éclectique, où on trouve, pêle-mêle, kiné, philosophe, agent des impôts, retraité, prof d’histoire, étudiant, et bien d’autres encore.

Souvent, un passant m’interpelle, me rappelant une rencontre, une intervention, une anecdote drôle ou émouvante. Là, un couple que j’ai marié, ici un commerçant qui se souvient de la mobilisation contre l’ouverture des grandes surfaces le dimanche, ailleurs, un étudiant qui me demande sa note de partiel, une vieille dame qui se rappelle de notre combat contre la publicité envahissante, une autre à qui on a facilité les formalités de demande d’APA, un copain de course à pied qui s’inquiète de mon niveau d’entraînement, un électeur anonyme qui vient me dire comme ça, gratuitement, qu’il apprécie mon travail… Le bonheur quoi !


Aux parlophones, il suffit que je me présente pour que les portes les mieux protégées s’ouvrent généreusement. S’il n’y avait cette colère qui s’exprime de plus en plus contre la politique nationale et ses déclinaisons locales, on pourrait se croire hors contexte électoral.

La Virgule, Chez Tintin, Les deux avenues, La Dominante, L’hippocampe, Le Penalty, La Brasseria nissarda, Le Dauphin, Le Saint Maurice, La Station Gambetta, Le Vernier, Le Nord Sud, Le Homy’s, Le Guets, L’ami de pain, et bien d’autres lieux pittoresques et charmants, ponctuent nos longues déambulations. Mais qu’on ne s’y trompe pas : café et noisette constituent l’essentiel de notre carburant. Même douce, la campagne est encore longue.

6 commentaires:

helyette a dit…

Il n y a pas de secrets.Tu es toujours souriant.Si on ajoute ton travail accomplie et ta bonne humeur,l évidence s impose.Tu es le candidat sortant idéal..Cela me rappelle une chanson des Charlots..Merci patron,quel bonheur de travailler pour vous,on est heureux comme des fous..Je pense que pour ton équipe c est le cas..Sauf que l on te considère pas comme un boss mais comme notre leader.

bernard gaignier a dit…

Arrete Helyette il va finir par le croire et après de leader il faudra l'appeler le grand leader... et l'histoire se termine mal en général... pour les grands leaders!!

Emmanuel a dit…

Je confirme, on arpente les moindres recoins du cinquième en carburant uniquement au café noisette. En ce moment soyons discrets Bernard car les grands leaders tombent les uns après les autres... Restons modestes!

Patrick Mottard a dit…

je ne tranche pas cet important débat de fond mais quand même Helyette tu exagères,depuis ton commentaire nous chantons l'impérissable chef d'oeuvre des Charlots sans pouvoir nous arrêter...

Joëlle a dit…

On évitera aussi pour le moment le terme de "guide", bien que Patrick connaisse le 5ème canton dans ses moindres recoins ! C'est avec passion qu'il nous en fait découvrir toutes les curiosités . Mais ne nous y trompons pas, il ne s'agit pas d'une visite guidée (nous ne nous déplaçons pas en bus !!) : notre petite équipe mesure ton implication combative dans les projets collectifs et ton attention aux difficultés individuelles ; Quelque soit leur âge, les nombreuses personnes qui t'interpellent le font avec beaucoup de sympathie, elles s'adressent à toi comme à un ami dont la présence est précieuse .... Pour moi, c'est là que se niche aussi la douceur de la campagne !

cléo a dit…

La campagne du 5ème, c'est aussi des chants. Mais alors la diversité des oiseaux que nous avons parfois en tête me semble une garantie que n'ont pas les grands leaders...Si personne n'entend du Wagner ou uniquement du Wagner, le territoire pourra choisir sans être envahi.