08 juillet 2012

Federer : he is the champion !





4-6, 7-5, 6-3, 6-4

Ça y est : Roger Federer vient de gagner pour la 7e fois Wimbledon et de redevenir numéro 1 en égalant au passage (avant de le battre dans deux semaines) le record de Sampras.

Devant ma télé parisienne, en duplex avec Dominique, j’exulte ! On le disait « usé, vieilli, fatigué ». Pleins de certitudes, les médias affirmaient que Nadal puis Djokovic  l’avaient définitivement envoyé en préretraite.

Aujourd’hui, il est (re)devenu le plus grand champion de tous les temps.

Comme quoi, avec du talent et un gros mental, on peut toujours revenir, même après une traversée du désert de trois ans.

6 commentaires:

Richard a dit…

"Comme quoi, avec du talent et un gros mental, ...et une équipe...on peut toujours revenir, même après une traversée du désert de trois ans"

Anonyme a dit…

Un orfèvre en la matière, c'est vrai que c'est mieux de connaître quand on donne son opinion. Merci Richard.

Fabien P.

Les Brouillons de Cendrillon a dit…

@richard
...et des amis...et des soutiens...et des valeurs...et une foule d'admirateurs...

Emmanuel a dit…

Les grands champions ne meurent jamais vraiment et c'est parfois pareil pour certains hommes politiques.
Richard, il y aurait donc un rapport entre Roger Federer et Patrick Mottard ?
Etonnant, non ?

Anonyme a dit…

Bravo à lui, j'apprécie aussi.
Maintenant pour tenter le parallèle avec le monde politique, je crois qu'il faudra sacrément FEDERER mais effectivement avec des propositions iconoclastes, indispensables à mes yeux, tout est possible.
AlexandreR.

Richard a dit…

Je parlais seulement tennis....