09 janvier 2010

L’omelette norvégienne


A l’instar du célèbre dessert-mais en mode inversé- si l’extérieur était glacial, à l’intérieur de ma permanence, ce vendredi soir, l’atmosphère était chaude, très chaude, voire un tantinet survoltée.
J’aime ces retrouvailles où se mêlent anciens compagnons de route du PS, colistiers des Municipales, membres de Gauche Autrement et habitants du quartier.

D’Alain le taxi à Véronique la prof de philo, d’Antonin le cadre BTP à Anne l’artiste photographe, en passant par Jean-Claude l’ancien boulanger, Joëlle la bibliothécaire ou François le cadre bancaire, la diversité est réjouissante. Le choc des générations aussi, avec l’amplitude bien connue de Tintin de 7 à 77 ans largement débordée ! Bravant la météo, Valérie, la néo Marseillaise et Gérard le Biotois ont même fait le déplacement. De quoi permettre à la jeune journaliste de Nice-Matin (qui se trouve être encore une de mes anciennes étudiantes) de faire photos et reportage hauts en couleur.

Entre une part de la célébrissime tarte à la rhubarbe de Bernard et quelques bouchées de la divine galette de Jean-Louis (eh oui ! A GA les hommes n’hésitent pas à mettre la main à la pâte…), ce fut aussi pour moi l’occasion – juché sur une chaise – d’évoquer les perspectives politiques pour 2010. J’ai ainsi pu rappeler mon implication dans les deux grands dossiers du 5e canton : la gare du Sud et l’après stade du Ray.

Pour le premier, le projet municipal étant assez proche de nos propres propositions, nous sommes favorables à sa réalisation. Mais, malheureusement, celle-ci nous semble prendre du retard. Nous oeuvrerons en 2010 pour que le projet s’accélère.

Pour le second, tout reste à faire. Ainsi, nous ne manquerons pas de faire des propositions pour cet espace qui va ainsi se libérer au cœur de Nice Nord.

Je continuerai également à être très attentif et, au besoin, très interventionniste, sur les chantiers de proximité comme celui de l’immeuble de la Compagnie des eaux du boulevard de Cessole ou celui du n° 51 de l’avenue Borriglione. Idem pour le quotidien de nos quartiers en matière de propreté et de sécurité.

Au plan départemental – ne jamais oublier que nous sommes conseillers généraux des Alpes-Maritimes – nous continuerons, avec Dominique, à pratiquer cette opposition constructive qui nous a permis, ces deux dernières années, de faire progresser un certain nombre de dossiers d’intérêt général pour le mieux-être de nos populations.

Mais, notre activité d’élus en 2010 va bien évidemment être fortement impactée par un contexte général dominé par la réforme des collectivités territoriales et les élections régionales.

En ce qui concerne la réforme, je continuerai à m’opposer aux aspects de celle-ci qui fragilisent l’équilibre de la décentralisation à la française sans vraiment simplifier le « mille-feuilles ».
Pour les Régionales, mon choix est clair. En PACA, soutenir la rénovation des pratiques politiques, c’est apporter mon soutien aux listes Vichnievsky-Aschiéri. C’est ce que je ferai.

Les applaudissements chaleureux qui ponctuent mon intervention me donnent l’impression d’avoir été bien compris.

Cela dit, la fête continue. Mardi 19 janvier, à partir de 18 h 30, soyons tous aux Palmiers pour les vœux de la conseillère générale du 7e canton !





Cliquez sur l'image pour lire l'article de Nice-Matin du 11 janvier consacré à cette réunion.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

;)

Anonyme a dit…

Un peu trop alcoolisée l'omelette, 19 juin aux Palmiers??
Bonne tisane!
P.

Patrick Mottard a dit…

Merci pour la date : c'est rectifié !