21 novembre 2011

Les courants et la peau de l’ours




Le journal Nice-Matin a dévoilé dimanche les candidatures socialistes pour les prochaines élections législatives dans le département des Alpes-Maritimes. Une lecture un peu informée de cette liste prouve que la logique d’appareil a une fois de plus prévalu sur l’efficacité politique.

C’est un peu comme si, au lieu de chercher circonscription par circonscription les meilleurs candidats pour faire gagner la gauche dans un département où la compétition sera de toute façon très difficile, on avait cherché à panser les plaies du dernier congrès et des primaires.

En effet, si on examine la liste dans le détail, on frise la caricature : une candidature Hollande, une candidature Hamon-Emmanuelli, une candidature Royal, une candidature Aubry et une candidature Delanoé.

La candidature incongrue de Ségolène Royal à la présidence de l’Assemblée Nationale nous avait mis la puce à l’oreille. Les socialistes considérant la victoire acquise commencent à se répartir les postes et les responsabilités en fonction des équilibres d’appareil. Ce n’est ni très républicain, ni très démocratique. C’est surtout, au vu des derniers sondages, une manière de vendre la peau de l’ours d’une façon tout à fait indécente vis-à-vis d’une majorité de Français qui veulent tourner la page Sarkozy.

11 commentaires:

Claudio a dit…

La "peau de l'ours" n'est pas la seule raison selon moi, il y a aussi "la prise en otage".
Le PS a toujours pensé qu'on finirait, puisqu'on se dit de Gauche, quoi qu'il arrive par voter pour lui, qu'on ne pourrait pas faire autrement. Du coup, il se permet tout. (Je n'ose dire que c'est à ça qu'on le reconnait)
Eh ben si, on peut faire autrement. Le monde change, nous aussi.

CedricA a dit…

Ces gros appareils politiques ne semblent pas apprendre des erreurs du passé, et continuent a y vivre.

jean pierre a dit…

pour ce faire il faut voter front de gauche

Anonyme a dit…

Bonjour,

Ci-aprés un extrait de ma lettre de démission du PS Eure et Loir
Après 25 ans de parti, si parfois c’est avec amertume mais aussi par souci de l’intérêt général que j’ai « avalé des couleuvres », il me semble qu’aujourd’hui la pilule est trop amère ou la mise en scène trop mauvaise. En conclusion, je ne souhaite pas participer ni être complice de la mascarade démocratique du 1er décembre 2011. Je vous demande donc d’acter ma démission de la fédération du PS d’Eure-et-Loir et d’effacer l’ensemble des informations et coordonnées me concernant de vos fichiers.

Robert l'expat de Beauce

Emmanuel a dit…

Attention à ne pas préjuger de la victoire et ainsi décridibiliser la candidature de François Hollande. L'antisarkozysme ne suffit pas comme programme politique et il faut proposer une réelle alternative aux Français. Les différents marchandages electoraux auxquels nous assistons en ce moment ne sont guère encourageants.
Attention il en va de la survie de la démocratie!

helyette a dit…

Pourquoi vouloir tirer la charrette avant les bœufs.La victoire de la gauche est loin d être acquise..Se distribuer des postes aux législatives c est bien..Gagner la présidentielle c est mieux..Et les électeurs dans tout cela? Ils sont les spectateurs impuissants d une politique indécente.Sauf que, au final ce sont eux qui auront le dernier mot..
La gauche doit gagner l élection présidentielle c est primordial.
Alors..Messieurs soyez patients.

Les Brouillons de Cendrillon a dit…

Si le PS table sur une répartition des circonscriptions par courant, il se met les doigts dans la prise... Les Alpes-Maritimes sont un département qui mérite une stratégie bien spécifique pour gagner, si le PS local se contente de recopier les principes "parisiens", il se voue à l'échec, en plus des luttes internes... D'accord avec Patrick.

Anonyme a dit…

Triste et écoeuré de voir de pareilles choses. Tout à fait d'accord par ailleurs avec l'intervention d'Emmanuel.

alaind a dit…

"Dette : les maires ne lâchent rien dans la tourmente
Difficultés d’accès au crédit bancaire, emprunts toxiques, augmentation des dépenses sociales… Lors de leur congrès cette semaine à Paris, les 7.000 maires, ont exprimé leurs vives inquiétudes à boucler leurs budgets. Chiffres à l’appui, les résultats du baromètre financier 2011 des communes, réalisé par l'institut CSA, montrent que les investissements sont en baisse. Au premier rang : la voirie."
On pourrait se croire en train de rêver, mais non, l'inquiétude est une pensée qui est mal dirigée, alors à quoi bon porter une cravate de distinction si on n'est pas capable de gérer, de prévoir, de diriger?

Dominique a dit…

C'est triste, Robert, de voir que des militants aussi déterminés que toi n'en puissent plus au point de s'en aller...

alaind a dit…

Pour une fois que je change de police le résultat est bleu... (peut être la gendarmerie à la place de la police...). Ceci dit un peu en marge des courants politiques objet du chapitre, j'ai posé le thème de la gestion de nos villes et villages, à partir d'un article d'une revue bâtiment.
Les voyants sont en alarme, là où il y a peu d'années on refaisait une route, nous rafistolons là où il y a urgence, bref il n'y aurait plus d'argent.
Parallèlement des chantiers pharaoniques ont vu et voient le jour. Il y aurait "comme un défaut" aurait dit Fernand.