08 novembre 2009

Marathon Nice-Cannes… C’est fait !



La foule est dense et joyeuse, c’est la dernière ligne droite. A deux cents mètres de l’arrivée, Dominique, qui me guettait, se met à courir à mes côtés, tout en me félicitant pour ma « mine superbe ». A cinquante mètres du portique, elle s’écarte, j’accélère en passant devant les marches du Palais et je termine comme un Kenyan en levant les bras au ciel… 4h 28'54", à une minute près, le temps que je m’étais fixé. Que du bonheur ! Je suis champion du monde… Heu... enfin presque ! (6413ème sur 10276 partants)

Quelle jolie matinée…

Maison du département et de la montagne

Dès 6 h 30, je retrouve l’équipe du Conseil général, tout de vert vêtue. A part Benoît Kandel, essentiellement des fonctionnaires, comme Jef (qui finira en moins de 4 heures), Isabelle, Cathy ou Bertrand, que je croise avec plaisir Entre deux photos de groupe, j’ai la surprise de voir arriver un supporter inattendu, Gérard Blaise. C’est en effet une belle marque d’amitié, on connaît les réticences de l’ami Gérard quand il s’agit de se lever tôt.

Le départ

Le temps de saluer Bernard Paquin en aficionado débonnaire, je pénètre dans le sas pas plus rassuré que cela : un marathon, c’est quand même une course à part. Je retrouve, bien sûr, Laurent et Clotilde. Laurent, sourire en coin, a déjà son idée derrière la tête (mon Dieu que ce garçon est sournois !). De fait, après avoir accompli ses obligations mondaines, il va disparaître et on ne le reverra pas jusqu’à l’arrivée où il signera un superbe 4 heures et sept minutes. Clotilde, elle, retrouve son gang de marathoniennes aguerries, véritables Calamity Jane aux sourires angéliques. Et puis Claudio arrive. Charmant, charmeur, un brin mutin, pas du tout le Claudiogène du blog qui souvent rouspète et engueule. Il est vrai qu’il y a peu de fumeurs au départ d’un marathon…

La Prom’ classic

Mise en train un peu pépère, même si le rythme du gang de Clotilde, que je suis mine de rien, me semble un peu rapide. Dominique nous attend pour la désormais traditionnelle photo du Negresco. Je loupe malheureusement Antonin, présent m’a-t-on dit du côté de Magnan.

Saint-Laurent-du-Var

Sur le pont du Var, le photographe du CG fend le peloton pour me shooter en plein effort. Du coup, mes voisins de course me regardent avec curiosité en me prenant peut-être pour Julien Lepers ou Albert de Monaco !

Cagnes-sur-mer

Le gang va décidément trop vite. Comme j’ai la trouille de ne pas arriver à Cannes, je lève le pied en passant devant l’église de Cagnes et contourne l’hippodrome seul comme un grand. A la sortie de la commune, je suis applaudie par Véro, la prof de philo, qui fréquente parfois le 10 avenue Cyrille Besset. Du coup, je ne résiste pas au plaisir de lui serrer la main au passage, ce qui me conduit à dévier de 2,50 mètres par rapport à la trajectoire idéale (notez-donc que mon marathon, en fait, fera 42,197 km et 50 centimètres).

Villeneuve-Loubet

A la sortie de Marina, je côtoie pendant quelques centaines de mètres Claudio. Toujours souriant, mais déjà un peu plus critique : « il y a moins d’ambiance que l’an dernier ». Ce manque d’ambiance ne l’empêchera pas de pulvériser son temps de 2008 de plus d’une demi-heure. Une descente – j’adore les descentes – me permet de revenir sur le gang.

La ligne droite Marina-Fort carré

Sur la route du bord de mer, je retrouve comme prévu mon ami Gérard Corboli. Emu par une telle fidélité, je lui claque deux bises sonores au passage. Première séquence émotion : tout le long de la ligne droite, je me souviens qu’adolescent, un été, j’ai fait le vendeur ambulant de glaces sur les plages situées entre Marina et la Siesta.

Antibes

A la hauteur du Fort carré, je brûle un ravitaillement pour faire comme les régionaux de l’étape dans le Tour de France qui faussent compagnie au peloton pour saluer famille et amis sur le bord de la route. Je laisse le gang en arrière et retrouve dans un premier temps Dominique qui fera là sa première pige marathonienne de la matinée, en m’accompagnant une centaine de mètres. A l’approche des remparts de la vieille ville, c’est, avec Edith, Rose et Carolyne, trois générations qui me font fête. Semi-marathon en 2 h 04’ 45": c’est une bonne dizaine de minutes plus vite que prévu.

Le cap d’Antibes

Je passe assez bien la redoutable côte de la Garoupe. Idem pour le soit-disant fatal trentième kilomètre : la sorcière aux dents vertes n’est pas au rendez-vous. En fait, je suis surpris de ne pas souffrir : aucune douleur, pas de coup de bambou. Par contre, probablement par manque d’entraînement foncier (certain(e)s vont ricaner !), mes jambes vont moins vite et je n’y peux rien. C’est la raison pour laquelle, après une « pause pipi », je perds définitivement le contact avec le gang (Clotilde va terminer avec un magnifique 4h 25’37", même si on peut être certain qu’elle peste car elle voulait faire encore mieux).

Vallauris-Golfe Juan

La plus belle foule du marathon. Les spectateurs scandent nos prénoms inscrits sur les dossards. Pour moi, évidemment, cela donne du « Patriiiiiick ! »), et j’ai soudain l’impression d’être une réincarnation marathonienne du beau Bruel. Plutôt valorisant. Au trente-cinquième kilomètre, deuxième séquence nostalgie. Le temps de passage de 3 h 39’ correspond à mon record marathon d’il y a… bien longtemps.

Cannes

La route en corniche, avec ses faux-plats est assez pénible, il faut dire que, quels qu’ils soient, les cinq derniers kilomètres d’un marathon sont toujours un peu longs. Heureusement, une voiture nous accompagne pendant quelques minutes, avec un morceau de Queen, I want to break free. Du coup, je suis tout ragaillardi par Freddie Mercury, et je plonge avec entrain sur le Palm Beach. Reste la Croisette où, au mois de mai, j’aime déambuler entre deux films. Et quand, au loin, j’aperçois la silhouette familière du bunker, je me dis que c’est gagné. Je suis champion du monde… Heu... enfin presque !



Deux organes de presse évoquent la course du conseiller général du 5e canton de Nice

29 commentaires:

Jocelyne a dit…

Bravo pour ta performance et le record au bout de l'effort!

Sami a dit…

Très sincèrement ,nous sommes fièrs de toi avec ma petite famille .
Tu as été au top et tu as fait honneur à gauche autrement.
C'est bien ,tu es un vrai battant et t'as bien mouillé la chemise.
Repose toi bien ce soir ,car ta semaine est chargée (comme d'hab) et on a besoin de te voir en pleine forme...

Joëlle a dit…

Bravo belle course et excellent papier (heu... post)!
(et bravo Domi !). Joëlle

ANTONIN a dit…

Champion du monde du 5 èm. canton!

bravo l'artiste, euh l'athlète.

ANTONIN

Clotilde a dit…

Mais qu'est-ce que tu racontes "trop vite"? On avait dit 6min au km, on n'avait qu'une minute d'avance au semi!
Bon, c'était pour faire 4h12 + quelques "faux frais" comme les arrêts pipis ou ravitos + les côtes du Cap et celles de Golfe Juan, et ça devait me (nous) mener à 4h15, allez 4h17.
Ahum, ça a un peu dérivé après le 35ème! Mais comme j'avais des lièvres de luxe (4 au total), ça m'a évité de faire un temps encore pire!
Bravo en tout cas, à Claudio aussi.

PS: mon mari m'énerve. Premier marathon, zéro plan, aucun régime, pfff, chuis dég. Mais non c'est pas vrai, je suis fière.

Rose a dit…

Une bien belle journée et pour cela pas besoin que le soleil pointe son nez pour nous rendre joyeux! Il suffit d'une silhouette, devinée à plusieurs dizaines de mètres et aussitôt nos coeurs s'emballent de joie mais il faut l'avouer avec un tantinet d'inquiétude (même si nous ne doutons pas de ses capacités), nous avons hâte de le voir de plus près pour évaluer sa résistance ou sa souffrance… Et le voilà qui approche, petites foulées bien régulières, le visage à peine crispé par l’effort, un petit geste amical de la main accompagne un sourire radieux. Tout va bien. Caro et moi, sommes épatées, non mais quand même Nice-Cannes!Nice-Cannes!!!
Rose

Anonyme a dit…

Fastoche!!!
Le kenyan l' a fait en DEUX HRS

alaind a dit…

Félicitations donc, à Dominique bien sûr aussi, pour l'entretien de cette fine mécanique performante! Maintenant soirée huile de calendula et arnica bien sûr, bon, un whisky est peut être mérité?

Dominique a dit…

On va enfin pouvoir retrouver une vie normale à la maison ;-)

Au fait, tu as oublié une autre groupie qui a fait le déplacement à Cannes : Marilou !

Félicitations à tous les participants : les amis, nous sommes fiers de vous !

Claudio a dit…

Beau billet (même si ça balance un peu ;-) "charmant" je prends mais "charmeur", je pourrais me vexer ;-)
Je retiens la performance de Laurent. Impressionnant !
Comme pour Clotilde, ils ont un vrai potentiel et le temps (eux) de l'exploiter.
"un métronome", c'est ce que je t'ai dit en arrivant à ta hauteur. C'est confirmé dans les commentaires. C'est signe d'une bonne préparation.
Alors maintenant, un whisky ? Moi j'ai envie d'une raclette.
Bravo à tous.

SpeedyTensionégativ a dit…

Bravo !!!!! Franchement j'admire.... parce que honnêtement faut pouvoir et vouloir le faire !! Et en plus vous faites tous des chrono de zouf !! Nan y a pas à dire, vous êtes des champions !!!!

Patrick Mottard a dit…

Merci Jocelyne,Sami,Joelle,Antonin,Rose,Alain(en course j'ai conversé avec toute une équipe de Châlon sur Saône).Oui Doms Marilou a été héroique car elle aussi n'aime pas se lever le matin...Clotilde on voit bien que tu es un peu rougneuse et que Laurent tu aurais bien aimé le battre,mais bon maintenant il faut se faire une raison il n'est plus dans la même catégorie...Claudio why not un bon whisky avant une raclette(note que je ne parle pas d'une bonne cigarette aprés)

Anonyme a dit…

bravo et même quarante deux fois s'il le faut.
ricciarelli

Patrick Mottard a dit…

Merci aussi à Speedy et à Ricciarelli ainsi qu'à Mari-jo et à mon grand copain Alexandre qui étaient aussi là sur la prom...

Anonyme a dit…

irene a dit...

bravo Clotilde, Laurent, Patrick et tout le staff... accompagnateurs, supporters ,reporters photographe et à la préparatrice physique et mental ( bravo Dominique)... vraiment une super team!!!

Anonyme a dit…

Bravo à vous, Clotilde, Patrick, Laurent, Claudio.
Pour l'avoir fait l'année dernière (modeste 4h15) je sais ce qu'il en coûte !
J'ai suivi une partie de la course par téléphone avec Dominique, mais je ne vous ai pas vu, car je suivais mon frère ch'ti, qui en 2h52 était un peu devant vous.
Enfin bravo aux sportifs de Gauche Autrement, et RDV pour la Prom'Classic le 10 janvier.
Laurent F

Richard a dit…

Bravo PM, et les autres amis que tu as cités.
Bon, j'y étais pas. C'est pas par mauvaise volonté. Un rhume type H1N1 m'a tenu éloigné de nos amis supporters. Pourtant, je m'étais entrainé pour t'accompagner pendant ... 500 mètres...

Anonyme a dit…

Félicitations, New York l'année prochaine.

Patrick Mottard a dit…

Mon cher étudiant Ridha je t'ai cherché au ravito du 5ème kilomêtre mais c'est un peu la panique en début de course
Richard pas de problème tu étais représenté par Véro la prof de philo!

christine a dit…

Bravo Patrick t'as la forme, bisous.

alaind a dit…

Bon maintenant que tu es au top, ci-joint une suggestion:

Avec ses 55 hivers au compteur la Saintélyon fait partie de l’Histoire de la course à pied en France.

Ancêtre du trail et de l’ultra, la Saintélyon a traversé les phénomènes de mode grâce au caractère unique de sa formule : la nuit, l’hiver, un parcours mixte fait de chemins et de bitume, la proximité de deux grandes agglomérations et les facilités d’accès qu’elle permet.
Y participer un jour fait partie des grandes étapes qui jalonnent le parcours d’un coureur à pied.

Ils sont ainsi chaque année plus nombreux à vouloir gouter au parfum d’aventure qu’elle procure.

Le 7 décembre 2008, ils étaient plus de 9 000, à s’élancer à l’assaut des 68 km qui séparaient Saint-Etienne de l’arrivée au Palais de Sports de Gerland à Lyon.

Rendez-vous le 6 décembre 2009.

Courir la nuit, ça n’a rien à voir.

;-)

Patrick Mottard a dit…

Merci à Irène (si...si,j'ai eu un coup de mou au 39ème km...:-)))à Laurent F et à Christine...Alain je fais passer l'info aux copains et on y pense pour 2010!

Anonyme a dit…

Un petit Coucou de Marseille. Je dis "Chapeau" pour la performance de champion!

Bises Valérie

Bérengère a dit…

bravo pour ta course et au plaisir de te croiser au canal

Patrick Mottard a dit…

Et bravo aux deux soeurs...reste à trouver maintenant un nouveau défi!

Anonyme a dit…

Bravo, Patrick, tu as fait une course superbe et on dirait que tu n'as eu que du plaisir! on s'est pas vu ce dimanche mais Clothilde m'a tenu au courant de tes perfs.

encore bravo et à bientôt au canal.

Véronque

alaind a dit…

MDR à bon entendeur, car à la lecture des coupures de journaux, Christian Estrosi, la tête à Paris et le coeur à Nice se serait dit "triste de ne pas avoir pu participer à ce marathon à cause d'une coalition..." il y a urgence de lui remonter le moral avec une épreuve équivalente! A vos marques, prêts...

Anonyme a dit…

39eme km un coup de mou tu écris ( merci iréne )
et tu passes le tuyau aux copains pour 2010 ????? je souhaite avoir des explications sur les capacités d'iréne ????? humour

Anonyme a dit…

vas y Forest !