28 mars 2010

Mars aux Musées 2010 décroche la Toison d'or


Depuis l’étrange rendez-vous avec les cochons de Wim Delvoye, Mars aux Musées (MAM pour les intimes) a fait étape au MUSEAV de la place Garibaldi, à l’Opéra, sur les hauteurs de Cimiez au Musée Marc Chagall, au TNN et au Théâtre de la Photographie. L’université et le Conseil général me laissant un peu de temps, c’est vendredi que je peux retrouver la manifestation dans sa dernière ligne droite.

Un final qui commence aux Abattoirs par l’exposition Cas de figures. Je dois avouer que la médiation de Ierofili, de Léa (que j’avais déjà appréciée) et de Lucie (une belle découverte) fut très utile. Leurs commentaires informés et (très) légèrement décalés nous ont permis non seulement de comprendre les œuvres mais… de les trouver dans l’immense salle d’exposition. Il est vrai qu’un simple banc de bois ou une fenêtre trouée sont plus difficiles à identifier que l’urinoir de Dubuffet.

Ce samedi, sous la houlette de Lucie Rovatti, c’est au Musée archéologique de Cemenelum que nous nous sommes retrouvés, pour, dans un premier temps, une promenade à travers le temps que je vais avoir la chance d’effectuer à côté de la conseillère générale du 7e canton qui est quasiment sur ses terres. C’est ainsi que nous pouvons admirer, au milieu des fouilles archéologiques, des combats de… Vikings organisés par ces fans d’histoire vivante qui se sont regroupés dans l’association Les Mondes Normands. Epée, hache, lance, arc… : l’arsenal est impressionnant et les combats non chorégraphiés si réalistes que les parents sont obligés d’expliquer  à leurs enfants que « ce n’est pas pour du vrai » !

Mais le meilleur restait à venir. Un peu plus tard dans la soirée, au moment où la nuit tombait doucement sur Cemenelum, l’association Le Peolh cinéma nous a proposé la projection en plein air du nanard flamboyant de Don Chaffey, « Jason et les Argonautes ». Assis sur l’herbe, adossés aux ruines, on a pu trouver la température un peu fraîche. Mais le désagrément était bien faible à côté du plaisir que nous avons eu à suivre, sous la voûte étoilée, les aventures de ce petit canaillou de Jason qui, après avoir trucidé Harpies, Hydre et une petite moitié de la population du bassin méditerranéen, va décrocher toison d’or et sexy Médée pour une happy end que seuls les historiens savent provisoire.

Pas de doute, Elodie Di Bianca, la présidente, et Romain Debray, le trésorier de l’association MICA, la structure juridique de MAM, peuvent avoir le sourire. Des fables de Valérie d’Amodio aux ateliers de Marie-Pierre Nicolas, de « l’atroce volupté » de la Compagnie des Délices au spectacle « Metamorph » de l’association Coalescence, la qualité fut au rendez-vous. Et si on ajoute l’enthousiasme de l’équipe et la vigueur de l’audimat, on peut dire que l’édition 2010 restera dans les annales. Et qu’au final, ce sacré Jason lui décroche la Toison d’or n’est finalement que justice…

3 commentaires:

cléo a dit…

Je rêve d’un mars aux musées qui s’étendrait jusqu’en mai, peut-être même sous un arbre, afin qu’il fasse pour du vrai. Bien sûr… il y a le charme des reconstitutions, les hêtres qui n’en sont pas et le saule artificiellement entouré… mais aussi des copies, des vraies, pleines de fausses perles. A défaut de cinéma en plein air, je me suis fait le mien entre quatre murs : Est-ce parce qu’il y a beaucoup de pins par ici que ? Non ! Ce serait incroyable… Que les langues glissent aussi fréquemment pour s’entendre autour d’une expression qu’on ne peut tout de même pas penser sérieusement, locale: « l’opignon commune » ! Comme j’ai l’impression d’avoir « tout » manqué, j’ai suivi de loin les posts et relu les quelques mots qu’un ami vient de publier dans son journal : « 31 mars. J’aime que ce mois de mars qui a toujours grincé sur ses gonds ait 31 jours : on a ainsi le temps de l’éprouver. » Ouf ! Encore trois jours ouvrables…mais aux musées, c’est fini !

Patrick Mottard a dit…

joli commentaire,Cléo

Patrick Mottard a dit…

une petite erreur ...il s'agit bien sur de la sympatique Compagnie des Délices!