05 mai 2010

Nous sommes tous des Grecs

 Oui, mille fois oui.

Il faut aider la Grèce et les Grecs.

Sans ergoter, sans mégoter et sans tarder.

Mais cette aide ne doit pas être simplement la contrepartie d’une cure d’austérité drastique. En effet, tout en étant parfaitement anti-économique (comment relancer l’économie hellène sans carburant ?), celle-ci peut déclencher un cataclysme social aux conséquences politiques incalculables.

N’exigeons pas trop du gouvernement grec si nous voulons qu’il reste légitime, ne demandons pas trop au peuple grec si nous ne voulons pas qu’il perde la raison.Weimar n’est pas si loin, méfions nous de la désespérance sociale.

Bien sûr, il y a eu la spéculation, bien sur il y a eu la corruption, mais le temps n’est pas encore aux leçons de morale, il y a urgence : il faut sauver le soldat Papandréou. Manifester sa solidarité au peuple grec comme le font ici où là les protestataires institutionnels est peut être sympathique mais largement insuffisant. Les Grecs ont besoin de concret, pas de défilés rituels avec slogans virtuels.

C’est pour cela qu’il faut une véritable mobilisation des opinions publiques pour exiger de l’Europe et des gouvernements nationaux un soutien sans faille non pas tant à l’économie grecque qu’à la démocratie. Même si cet engagement a des conséquences financières sur les citoyens-contribuables que nous sommes.

Nous n’avons pas le choix.

Affirmer le contraire serait nier que, quelque part sous le soleil hellène, c’est l’avenir de l’Europe qui se joue. C’est-à-dire le nôtre.

Embarqués sur l’Argo de l’Union Européenne,
Nous sommes tous des Grecs…

PS (!) : Sur la situation du PS niçois, voir l’intéressante analyse du blog « Péripéties et Péripatétisme »

16 commentaires:

Anonyme a dit…

Vous voulez dire déclEncher peut-être?

Ca arrive.

Patrick Mottard a dit…

Le puriste que vous êtes a raison et merci de l'avoir signalé. La forme avec un A est souvent employée surtout dans des textes plutôt anciens.

jean pierre a dit…

tu as raison patrick dans tout ce que tu écris.
mais pourquoi ne pas dire que c'est les banques françaises et allemandes qui sont en train de mettre le peuple grec a genoux.
les banques préte a la gréce a 6% alors que pour elles cela leur coute 1% .
5% de profil sur des sommes énormes,
ce qui prouve au moins une chose c'est que l'europe n'est pas uni .
pourquoi ne pas écrire que la monaie unique est grand danger.
cela montre au moins une autre chose : le politique n'a aucun pouvoir sur la finance internationnale, sauf a prendre des initiatives régulant et interdisant la spécualtion sur un état.
je vais vous dire a tous qui faite lecture de ce blog je souhaite que la gréce se multiplie dans un grand nombre de pays que cela éclate et que nous soyons en face du grand soir ........
et que l'on impose au capitalisme des régles drastiques de régulations de de partage de l'argent .
sur france info il y a quelques minutes 3 morts en gréce.
et si les colonels revenaient nous aurions bonne mine tous ???

Anonyme a dit…

Cette crise pourrait être enfin l'occasion de se débarrasser de cette union européenne pourrie et de son immonde euro qui a détruit notre pouvoir d'achat. Courage amis grecs une nouvelle Europe va naître de ces noirs moments, mais pas celle des technocrates et des financiers de Bruxelles, celle là plus personne n'en veut.

Anonyme a dit…

Complètement délirants les messages de jean-pierre, et celui qui suit!
On a vu ce que cela a donné le grand soir, a l'est qui ne s'en est toujours pas remis, en chine ou sévit au nom du grand parti communiste le capitalisme le plus sauvage, au cambodge avec le génocide....etc etc
Partout ou a un moment de l'histoire le grand soir a eu lieu, les travailleurs sont encore plus pauvres que dans l'europe de cet horible euros!
Le grand soir a toujours été suivi d'un petit matin avec la gueule de bois....
Louis

bernard gaignier a dit…

Entièrement d'accord avec Louis! Si l'euro éclate l'europe serait emportée dans un tourbillon et les perdants seront encore les plus faibles!
petite leçon d'histoire, pour faire une révolution il faut une situation révolutionnaire et un parti révolutionnaire! et quand ces 2 circonstances ont été réunies les lendemains n'ont pas chanté.
Mais quand il n'y a qu'une situation de crise il y a automatiquement gain des plus forts.
Cela dit c'est vrai que la situation grecque démontre plusieurs choses: une monnaie unique sans gouvernement économique est très fragile;
la spéculation a encore de beaux jours devant elle! si l'europe avait réagi plus tot la situation aurait été meilleure.
Ce n'est pas de moins d'europe que nous avons besoin mais de plus d'Europe.
par ailleurs ce sont les mêmes qui ont aidé la Grèce à faire une politique désastreuse qui en profitent maintenant!!

Clotilde a dit…

Sans adhérer aux souhaits de Jean Pierre et du suivant, il faudra tout de même bien ré-expliquer un certain nombre de choses aux gens qui ne vont pas manquer de douter des institutions et de la monnaie. Je ne peux que les comprendre même si j'ai encore une vague confiance.

Je comprend aussi pourquoi de plus en plus de pays jettent le FMI hors de chez eux, comme cela s'est fait à Madagascar ou des pays d'Amérique du Sud même pas révolutionnaires.
On est effectivement en droit de se demander s'il est raisonnable et efficace de tuer le malade pour le soigner.

Merci quand même à Patrick et à Bernard de ne pas accabler les pauvres grecs "corrompus et que d'ailleurs c'est tout leur faute", comme on l'a entendu partout à la télé.

christian a dit…

Chaque pays d'Europe était un espace clos, avec l'Europe ces pays se sont ouverts les uns aux autres. En Europe, les règles de la monnaie unique fonctionnent en vase clos car les règles imposées sont confrontées au $ dont la Chine détient d'immenses quantités. Quel sera l'étalon monétaire (bancor ?) mondial représentant les flux déséquilibrés qui se corrigeraient automatiquement dans cette mondialisation que nous vivons.
La Grèce est le premier écueil qui émerge de la rivière dont le niveau baisse parce que le flux financier se tend. D'autres écueils vont apparaître si ce ne sont que des rustines que l'on colle comme solutions.
Aujourd'hui,les dysfonctionnements sont mis en évidence,la Grèce est un laboratoire pour l'Europe, l'Europe ne détient pas la solution, celle ci est mondiale. Ces idées proviennent de ce que je lis sur le blog de Paul Jorion. Oui, nous sommes des Grecs en devenir.

henri COTTALORDA a dit…

Enfin nous nous posons les vrais problèmes, ceux qui nous intéressent aujourd'hui pour vivre ensemble et qui prépareront la société de demain. Cette société nous la voulons plus juste, plus démocratique, plus humaine, nous la voulons surtout plus apaisée donc solidaire et en Paix. Nous la voulons pour nous, nos enfants et nous devons la préparer pour nos petits-enfants et les autres...

Pour l'instant je partage totalement le point de vue de Bernard GAIGNIER.

Nous devons surtout bien connaître notre Histoire et tirer les leçons du passé en étant innovants, mais prudents.


Ne confondons pas l’utopie rationnelle (celle de JAURES) et l’utopie chimérique cause de beaucoup de malheurs et de déceptions.

Nous construirons ainsi le XXI e sans recommencer les erreurs dramatiques du XX e.

Anonyme a dit…

Toujours plus d'Europe, c'est cela oui ! L'Europe ne sert que les nantis et les grands groupes d'intérêts tandis que le peuple lui saigne de plus en plus. Que l'Europe crève et qu'elle crève vite ce n'en sera que mieux.

Anonyme a dit…

Je vous ai bien lu Jean Pierre,en sommes vous proposer la révolution.Vous pensez réellement que l Europe pourra se remettre d un tel ko? Vous croyez vraiment que les Européens sont prets a remettre tous leur acquis en jeu?Désolée,je ne pense pas que cela soit la bonne solution.La violence n apporte rien,si elle engendre la souffrance et la désolation et cela est consternant.Amitié.HELYETTE LABORELLI

bernard gaignier a dit…

Le message de l'anonyme du dessus ne mérite pas de réponse supplémentaire;
Par contre en relisant le message de Jean Pierre je relève une petite "erreur"! Afin d'appuyer la dramatisation du propos et d'évoquer le retour des colonels il parle des 3 morts d'Athènes... sans préciser qu'il s'agit d'employés de banque brulés vifs par des crétins!! bien sur révolutionnaires et adeptes du grand soir.
S'agissant de l'euro! Je maintiens qu'il nous a protégé! Penser que le franc tout seul se serait défendu.... Si je me souviens de 1981 je me souviens aussi de 1983.
Il est vrai par contre qu'une monnaie unique ne peut fonctionner qu'avec des pays à économie et structure économique comparables; ce qui n'était pas le cas de la Grèce, ni du Portugal ni de l'italie.
S'ils ont truqué la réalité de leur compte (en tous cas pour la grèce et probablement l'Italie) pour rentrer dans les critères de l'EURO et avec l'aide de Golden Sachs, aujourd'hui à la têtre de la spéculation contre la Grèce.. c'était une grave erreur de leur part (je ne parle pas d'un point de vue moral... mais économique)
Par ailleurs le pacte de stabilité de 3% tant décrié était un garde fou justement en l'absence de politique commune. La politique menée par le gouvernement actuel consistant à diminuer les recettes et augmenter les dépenses ne nous met pas non plus dans une situation très favorable.

Patrick Mottard a dit…

Evoquer l'Europe sur un blog provoque immanquablement un débat enflammé et passionnant...Sirius

jean françois a dit…

Tes lunettes de rocker, moi je trouve ça intéressant !

Mais chez nous, et ailleurs maintenant, ils veulent des gens obéissants, formatés, sans imagination, qui appliquent des consignes stupides à la lettre !

C'est ça au final le capitalisme, l'europe et la mondialisation !

On parle de libéralisme, car ce mot fait penser à la liberté !

Les libéraux seraient en fait plus libres que les autres !

Foutaises !

On rentre bel et bien dans une sorte de dictature, nouvelle par sa forme, insidieuse, pernicieuse, efficace ( il faut relire "le meilleurs des mondes" d' Huxley et "1984" d'Orwell ).

2 grands prophètes, malheureusement !

Car la culture est contestataire par principe, et ça bien entendu, ça les emmerde !

Et ils ne veulent pas en entendre parler !

On est dans un monde européen à bout de souffle, comme les romains avant les grandes invasions.

Heureusement que les grecs se révoltent, et j'espère qu'ils iront encore plus loin.

Comment un socialiste, certes corrompu, peut-il accepter ce diktat de cette satanée union européenne ?

Car même si le peuple grec est un peu magouilleur, aides sociales plus travail au noir, déjà il n'est pas le seul à fonctionner comme ça, et surtout ce sont ses dirigeants qui ont tout fait pour qu'ils agissent ainsi.

Et ses dirigeants s'en sont mis plein les poches pendant ce temps-là !

Et que dire du FMI et de Strauss-Khan ( pistonné par Sarkozy ) ?

Des enfoirés, des profiteurs, des nantis, qui n'osent pas s'attaquer aux vraies difficultés.

Figures-toi que depuis 30 ans l'écart de revenus entre les plus riches et les plus pauvres a été multiplié par 10.

Et ensuite, on ose parler du bouclier fiscal !

Mais malgré tous les impôt que les riches prétendent payer, ils s'enrichissent encore plus !

Rien ne vas plus, va banque, tapis, c'est du poker, alors qu'avant c'était aux échecs qu'on jouait !

Mélenchon l'a dit, on pourrait aussi augmenter les taxes pour les riches seulement, sur les transactions bancaires, sur les banques, sur les multinationales du cac 40 !

Mais non !

Ce n'est pas à l'ordre du jour !

C'est tellement plus simple d'endormir le peuple pour mieux profiter de lui ensuite !

Un peu de baratin, et l'affaire est dans le sac, pourquoi se compliquer la vie ?

Et Stéphan Zweig dans "le monde d'hier" me fait un peu penser à ce que nous allons bientôt vivre en France, alors que lui a décrit cette europe en 1944, peu de temps avant son suicide.

Je ne sais plus quoi penser, les valeurs morales de l'europe n'existent plus, l'argent a pris le dessus.

C'est la fin des haricots, et même un jour de paye pour citer Philippe cousin, ce n'est pas très bandant !

L'économique a pris le pas sur le politique !

Avant, c'était le contraire !

Les carottes sont cuites !

Si, avec un De Gaulle ou un Mandes-France, on aurait des perspectives, mais avec ce nabot de Sarko, on n'est pas sorti de l'auberge !

Alors moi, à mon petit niveau, je me lance dans la lecture, en faisant un bon tri cependant !

Car de la merde, ce n'est pas ce qu'il manque en littérature !

C'est devenu une affaire commerciale, un bizness, de la prostitution même !

En ce moment je relis "les lettres persanes" de Montesquieu !

Quel génie avait cet aristocrate pourtant contestataire, surtout pour l'époque !

A bientôt.

Jean-François.

henri COTTALORDA a dit…

Soyons sérieux camarades je crains que ce qui se passe en Grèce soit le début d’une désagrégation systémique de l’économie mondiale et nous ne devons ni nous en désintéresser ni surtout nous en réjouir car les conséquences risquent d’être extrêmement graves voire catastrophiques.
Nous devons tout faire pour éviter le pire, avoir un grand sens de nos responsabilités, modifier beaucoup de nos comportements et aborder réellement la politique autrement bien au delà de ce que nous imaginions.

Henri COTTALORDA

jean pierre a dit…

désolé bernard mais je me suis contenté de noter ce que je venais d'entendre sur france infos au moment ou j'écrivais mon message (sur les 3 morts ) c'est ue plus tard dans la soirée que j'ai eu le complément d'infos.mais cela ne change rien a ce que j'ai écris et ce que je pense encore aujourd'hui.
même si je trouve un tas de commentaires trés interessant surtout celui de jean françois qui ressemble bien a mon état d'esprit du moment.