27 avril 2011

Les idées reçues sur l’immigration

« Les échos » est le premier journal économique français. Sa réputation de sérieux n’est plus à faire et son orientation politique, même si elle n’est pas directe, est plutôt à droite. Pourtant dans son numéro du 26 avril, il publie une enquête maison qui remet en cause le discours gouvernemental et présidentiel sur l’immigration.

1ère idée reçue : les immigrés sont de plus en plus nombreux

Dans les années 20, la moyenne annuelle des entrées en France était de 300 000 immigrés. Ils n’étaient que 200 000 l’an dernier. Comme 100 000 personnes quittent chaque année l’Hexagone, ce ne sont que 100 000 nouveaux arrivant qu’il faut accueillir par an, depuis la régulation des flux migratoires en 1974.

2e idée reçue : la France a plus d’immigrés que les autres pays

En France il y a, comme en Allemagne, 3 immigrés pour 1000 personnes contre 6 en Grande-Bretagne, 8 en Suède et en Italie, 9 en Espagne, 10 en Norvège et 19… en Suisse !

3e idée reçue : les immigrés font exploser les comptes sociaux

En fait, les populations immigrées bénéficient plus du chômage (1,7 fois plus en moyenne que les nationaux) et du RMI (3,8 fois plus), mais ils sont peu représentés parmi les plus de 60 ans qui sont les premiers bénéficiaires de la protection sociale (maladie et retraite). Du coup, la contribution nette moyenne des immigrés au budget de l’Etat est supérieure à celle des natifs.

4e idée reçue : une baisse de l’immigration ferait reculer le chômage

Les emplois occupés par les immigrés sont les plus pénibles, les moins bien payés et les plus précaires. Du coup, ils intéressent peu les chômeurs français. Réduire l’immigration légale aboutirait donc à augmenter le travail au noir et l’immigration illégale. De plus, en période de crise, les immigrés ont joué un rôle d’amortisseur, ce qui a permis aux Français d’origine de se maintenir dans une position plus favorable (20% de chômage chez les immigrés africains).

En clair, la critique quantitative de l’immigration n’est qu’un leurre démagogique. Reste bien sûr le débat qualitatif sur le communautarisme et la capacité de la République à intégrer des populations d’horizons culturels et religieux différents. Mais ce débat pourra être abordé d’autant plus sereinement qu’on ne dira plus de contrevérités sur les chiffres de l’immigration.

13 commentaires:

Claudio a dit…

Il importait que ce fut dit.
Les Echos ont peu d'écho, mais de nouveaux relais. C'est bien.

Anonyme a dit…

MOI, VOILA LA LECTURE QUE JE FAIS DE CET ARTICLE:

En fait, les populations immigrées bénéficient plus du chômage (1,7 fois plus en moyenne que les nationaux) et du RMI (3,8 fois plus), IL PROFITENT DE TOUT ET N'ONT JAMAIS COTISE! mais ils sont peu représentés parmi les plus de 60 ans qui sont les premiers bénéficiaires de la protection sociale (maladie et retraite )QUI EUX ONT TRAVAILLE TOUTE LEUR VIE, COTISE ET QUI PEUVENT A JUSTE TITRE PROFITER DE LEURS INVESTISSEMENTS DE 40 ANS DE VERSEMENTS !!!!!!.

VOILA LA VERITE, mais bien entendu elle n'est pas politiquemment correcte ....à gauche! Alors ce commentaire ne paraitra pas, évidement.

Tout n'est pas blanc, ni noir, ni rose encore moins, mais c'est avec des analyses comme celles-là, même si les Echos sont de droite, pourquoi parce qu'il parle d'argent? que vous ferez monter le FN. Continuez, si c'est la seule façon que vous avez pour essayer de revenir aux affaires.

Marcel LEBLOND

Patrick Mottard a dit…

Un problème m'a été signalé : il est semble-t-il impossible de laisser des commentaires sur mon blog ce matin... sauf pour moi. J'essaie de trouver une solution ou, du moins, une explication...

Patrick Mottard a dit…

Problème général chez blogspot : je suis le seul à pouvoir laisser des commentaires... Rien d'autre à faire qu'attendre...

Anonyme a dit…

Je pense que tout est rentré dans l'ordre.

bernard gaignier a dit…

Ce qui me surprend toujours dans les commentaires du style de celui de Marcel Leblond c'est la haine qu'il y a derrière!
Le comble c'est qu'avec les eric Zemmour et consorts cette idéologie haineuse devient majoritaire, ce qui n'empèche pas les tenants de cette idéologie de se présenter comme victimes du soit disant "politiquement correct"!
Si je comprends bien Monsieur Leblond les articles comme celui des Echos font monter le front national.. tout simplement parce qu'il est intelligent.
Mais cela doit le satisfaire non???,

Anonyme a dit…

Bonjour
L'immigration, pardon pour la comparaison, me fait penser à la météo.
Pourquoi ?
Parce là aussi, il y a la température relevée sous abri, scientifique, cartésienne comme les % qui peuvent être tirés de données type insee ou autres sur ce thème et la température ressentie, peu scientifique mais diablement importante puisque c'est elle qui nous dit si on a froid ou chaud, comme les avis des uns et des autres qui sont souvent du vécu sur ce thème et qui finalement sont peut-être les + importants.

Clotilde a dit…

Je connaissais les blagues (douteuses) sur les blondes, voilà un com plus haut qui va alimenter le pool des blagues sur les blonds.

Bon, à part ça, j'ai été immigrée pendant 6 ans dans un pays de la communauté européenne, je ne suis pas trop bronzée donc je n'ai pas eu trop de "problèmes", mais toujours est-il que comme tous les immigrés ou presque j'avais un contrat de travail légal sur lequel étaient prélevées des cotisations sociales santé, retraite etc. Gagnant décemment ma vie, j'avais aussi la chance de payer des impôts et de participer ainsi à l'effort collectif, comme tout le monde. Dans ces conditions il n'aurait plus manqué qu'on me dise que j'abusais du système du pays hôte lorsque j'allais chez le dentiste ou chez le toubib.

Donc le papier des Echos est un bon début dans le déboulonnage des clichés à la con, mais merci à eux, la prochaine fois, de ne pas oublier de mentionner que la plupart des immigrés paient leurs cotises par le biais de leurs salaires, et que si ce n'est pas le cas, c'est la faute de leurs employeurs qui les font bosser illégalement.

Emmanuel a dit…

L'immigration est une constante historique très ancienne et aucun mur ou aucun limes (à la Romaine) ne pourront arrêter des gens qui cherchent à survivre par n'importe quel moyen. Et puis à bien y regarder qui peut prétendre qu'il n'a pas dans sa famille, depuis plus ou moins longtemps, un ou plusieurs immigrés ! Pour une fois que l'on parle des Echos....

Anonyme a dit…

si nous savions tous d'ou nous venons ???
marcel leblond savez vous depuis que l'homme est arrivé avec qui toutes les femmes de votre famille ont couché...je vous laisse méditer et prendre un livre d'histoire.mr gaigner a raison ont sens de la haine.

cléo a dit…

Manu!!! Où étais-tu? Encore à l'étranger?!

Emmanuel a dit…

Cléo, j'étais pas à l'étranger, j'étais en Italie. Quoi, j'ai dit une bétise ?

Anonyme a dit…

L'article des Echos mérite vraiment quelques commentaires.

1er point : qu'est-ce qu'on entend par "immigré" ? Pour le Français moyen, il y a confusion entre "immigré" et "descendant d'immigré" Si on se tient à la définition stricte du mot, il y a bien moins d'immigrés en france que dans d'autres pays européens. Si on regarde le % de population d'origine étrangère en France (les "immigrés" au sens large), la tendance est exactement contraire.

2. les immigrés (d'origine hors Europe) font plus appel au système social français et c'est normal, puisqu'ils sont plus pauvres ! Mais ils le financent également.

3. les emplois les moins bien payés et les plus précaires leur sont réservés. Vrai : c'est une main d'oeuvre docile, les grands groupe n'embauchent plus qu'eux plutôt que des Français de naissance, plus revendicatifs. C'est ce qu'on appelle la ségrégation à l'envers.

Cet article des Echos, plein d'erreurs et d'imprécisions a visiblement été télécommandé par de très grandes entreprises inquiètes à l'idée que le gouvernement français instaure des quotas plus serrés d'immigration sous la pression de l'opinion publique. Et les prive du coup d'une main d'oeuvre corvéable à souhait.