04 mars 2012

L’un change, l’autre pas

Depuis quelques jours, la campagne présidentielle a pris un tour nouveau : le candidat Hollande se présidentialise au moment où le Président Sarkozy devient le candidat de l’outrance.

En annonçant sa volonté de créer une taxe de 75% sur les hauts revenus plus de 1 million d’euros (et on ne paie ce taux qu’à partir de cette somme… pas vraiment du communisme primitif !), François Hollande a démontré que le Président, désormais, perçait sous le candidat. Plusieurs raisons à cela :

- Tout d’abord, la démarche. En prenant sa décision quasiment seul, il s’est affranchi de la tutelle du Parti socialiste, de ses petits chefs, de ses courants et de ses programmes de synthèse. Jérôme Cahuzac, le responsable fiscal du PS, a lui-même appris la décision après coup. Il est bien loin « Flamby »…

- Ensuite, François Hollande a été particulièrement réactif à l’indécente annonce de l’augmentation de 34% des revenus des patrons du CAC 40. Il fallait en effet expliquer qu’en République, même quand les bornes sont franchies, il y a encore des limites.

- Enfin, il a fait la démonstration qu’il aspirait à représenter les Français et non une France abstraite en anticipant sur la colère populaire. La crise nécessite des décisions et des symboles, mais, encore plus, des décisions symboliques. Plus de 60% des femmes et des hommes de ce pays lui donnent raison.

Avoir fait cette proposition, y compris en revenant sur quelques dogmes personnels, donne l’image d’un homme de caractère pragmatique et en phase avec les Français… L’image d’un homme d’Etat.

Pendant ce temps, et la comparaison est cruelle, Nicolas Sarkozy se caricature lui-même en s’enfonçant dans l’outrance verbale, la démagogie programmatique et l’irresponsabilité institutionnelle. Encore calife, il redevient Iznogoud !

Pourtant, il aurait plus à perdre que la Présidentielle s’il persistait dans cette attitude. C’est son avenir politique et peut-être même son image dans les livres d’Histoire qu’il est en train de sacrifier. Avec, bien sûr, la complicité de ces faux amis qui le poussent avec entrain dans le mur pour pouvoir jouer au plus vite leur propre partition pour le coup d’après.

22 commentaires:

alaind a dit…

L'examen plus posé des 60 propositions et le meeting de François Hollande à Lyon amènent effectivement un ballon d'oxygène dans l’espérance d'un changement.

Quand au président sortant, il laisse à penser qu'au delà de ses gesticulations, il ne veut pas, dans le fond, continuer.
Conseil lui serait alors pour une fois adapté, effectivement, de tester l'humilité et de sortir sans trop faire de bruit...

Claudio a dit…

De l'art de transformer la réalité avec une belle plume, Patrick. Ou alors, c'est ironique.
Cette nouvelle taxation est une absurdité et son improvisation plutôt un flottement. Qu'il continue comme ça et Cahuzac va finir par imiter Besson. Pour ne reprendre qu'un seul exemple.
L'esprit partisan est l'ennemi de l'objectivité et cette Gauche que tu soutiens est de moins en moins Autrement.
"L'image d'un homme d'Etat" ? Franchement, à moins de ne fréquenter que des socialistes militants, cela ne saute pas aux yeux des gens que moi, je côtoie et qui sont loin d'être des sarkozystes convaincus.
(Comme d'habitude, si mon commentaire ne passe pas, je ne m'en offusquerai pas)

Clotilde a dit…

Claudio ça t'arrive d'arrêter de dire des sottises? Combien de fois exactement as-tu eu un commentaire supprimé? Toi qui te plains sans arrêt d'être humilié par ces petits çalauds de fonctionnaires de l'administration, tu pratiques l'humiliation de la pire des façons. Rien de plus humiliant pour l'auteur de ce blog que de laisser penser que des coms exprimant des idées différentes peuvent être supprimés. Tu l'écris une fois sur deux en fin de com. C'est juste minable. Patrick est apparemment quelqu'un de très patient et courtois, ça n'aurait pas été mon cas si je m'étais trouvée à sa place.

Revenons au fond plutôt que commenter des enfantillages.
La mesure des 75%, au début, m'a fait sourire de satisfaction, puis après je n'y ai plus pensé, je n'avais pas vraiment d'avis.
Et puis est arrivée cette émission de la 5, C'est dans l'air, où l'inénarrable Elie Cohen nous a sorti une ENOOORME connerie, nous expliquant que ces gens qu'on voulait taxer, il s'agissait là de la .... (roulements de tambour) classe créative qu'on faisait fuir de France. La classe cré-a-ti-ve, j'en suis restée sur le cul. Hors eux point de salut, point de créativité, point d'avenir. Et il ne parlait même pas, Bernard en sera désolé, de clones de Ronaldo capable d'envoyer très créativement un ballon dans les buts cernés d'ennemis, grâce à son seul coup de talon et sans regarder derrière!

Non, il parlait de tous les autres, les grands de la France sans qui elle n'est rien, mêem pas créative.
Les ouvriers des usines de ces créateurs, les profs de leurs enfants, les médecins qui les soignent, ne seraient donc que de pauvres besogneux pas créatifs pour un rond, tout juste bons à mendier leur croûte à ces esprits supérieurs.
Vous savez quoi? Ils peuvent se barrer ces créateurs, on n'a pas besoin d'eux, on manquera de leurs pauvres sous au début, mais on sera bien plus libres ensuite. DU BA-LAI, et n'envoyez pas de carte postale surtout.
Quelle honte que cet Elie Cohen, et de toute la cohorte d'économistes qui l'accompagnait, quelle honte que les chefs d'entreprise mégadollars de penser cela d'eux-même.

Deuxième satisfaction de ma semaine, ou plutôt de ce week-end: merci Angela, merci d'avoir été aussi cruche, aussi stupide pour laisser fuiter dans ta propre presse nationale tes velléités d'exclusion de Flanby du cercles des grands de ce monde. Quelle rigolade.

Dominique a dit…

Euh, Clotilde, en ce qui concerne la remarque de Claudio, je ne pense pas qu'il faille y voir une mauvaise intention. A chaque fois qu'il fait un commentaire plus critique que d'habitude, il prend la précaution de préciser - et je le crois sincère - que Patrick peut ne pas le publier sans qu'il lui en veuille, sans doute parce qu'il veut éviter de le mettre mal à l'aise.

Laurent Weppe a dit…

@ Clotilde: Tu connais la meilleure? La classe "créative, c'est une mauvaise traduction de l'expression américaine "Job Creators": expression qui a été balancée au public par les oligarques du parti républicain quand Obama a commencé à dire que peut-être il serait éventuellement raisonnable de revenir sur les coupes d'impôts pour les riches de Bush histoire d'avoir un peu de cash pour financer des trucs comme la réparation des 60.000 ponts (oui: soixante-mille) qui menacent de s'effondrer un peu partout sur le territoire US parce qu'ils ont été construits entre Roosevelt (Teddy) et Roosevelt (Franklin) et qu'ils n'ont plus été entretenus depuis Reagan: la réaction du Parti des Gosses de Riches a été de déclarer que toute augmentation d'impôts serait "confiscatoire" et entraverai la capacité des "créateurs d'emplois" à nourrir le bon peuple d'Amérique.
*
Quelque part, ce n'est pas étonnant que les choses soient présentées de la sorte: plus la classe dirigeante est aristocratique, plus ses privilèges sont héréditaires, plus il est clair que son statut et sa prospérité dépendent d'un trucage de la compétition économique, et plus elle tendra à s'auto-proclamer détentrice de toutes les vertus: et la France étant le deuxième pays d'Europe ayant la mobilité sociale la plus faible (la palme revenant au Royaume-Uni), il n'est pas étonnant qu'on y entende que la haute société est plus créatrice (Cohen), plus entreprenante (Baron Seillière), plus travailleuse (tous les fils qui ont jamais essayé de justifier l'occupation d'un poste bien au dessus de leur niveau d'incompétence), en un mot plus "méritante" (Sarko) que le commun des mortels.
*
Personnellement, je considère les aristocrates qui s'auto-proclament übermenschen comme faisant l'aveux de leur avilissement: aucun oppresseur n'a jamais été dupe de ses propres panégyriques, et cette dernière sortie n'est qu'une tentative désespérée de mater la plèbe en lui infligeant un complexe d'infériorité.
***
C’est d’ailleurs l’une des grandes qualité de l’instauration d’une tranche supérieure fortement imposée d’impôt sur le revenu: plus la différence de revenus entre le haut et le bas de l’échelle-sociale est importante et plus il est facile pour les ultra-riches de s’accaparer tout le patrimoine du pays (c’est pour cela que le pourcent d’américains les plus riches, non contents de pomper 24% du PIB possèdaient 43% du patrimoine US en 2007 -83% du patrimoine total des américains étaient concentrés cette année là dans les mains des 10% les plus riches-), plus il est facile pour les ultra-riches de s’accaparer tout le patrimoine du pays, et plus la richesse devient un phénomène héréditaire: adieu méritocratie républicaine, prospérité gagnée par l’effort, récompense de l’excellence scolaire et bienvenu au règne des fumistes à sang bleu. Imposer une très forte taxation sur les hauts revenus est un moyen de protéger la République d’un détournement nobiliaire de son économie.
***
Quant à Merkel, elle n’est pas cruche, la pauvre: elle est otage d’un partenaire de sa coalition (le FDP) qui est, premièrement dirigé par des monarchistes de la finance dérégulée, et deuxièmement, donné à 3% par les instituts de sondages pour les élections de 2013: foutus pour foutus, ils profiteront de leur dernière année de pouvoir au maximum même si cela signifie faire couler leur propre alliée avec eux.

Mef Tino a dit…

schizophrène de la politique voilà ce qu'est le sarkozy nouveau

Anonyme a dit…

Et si on parlait d'insécurité.
Srako a promis, n'a rien fait donc à tout intérêt de ne pas en parler.
Hollande évite le sujet dans le fond car les solutions sont peu "électoralistes".
Lepen s'empare du sujet et ......
Avoir du travail est essentiel avoir son intégrité physique est indispensable pour l'exercer....
Pour le reste ne dit-on pas que certains salaires sont indécents alors associons nos dires à nos actes et taxons à 75% ou autre chose mais faisons.
Attention de nouveau à ne pas être de "grands diseurs" et de "petits faiseurs" l'attente est inverse.
Alexandre

bernard gaignier a dit…

Je ne suis pas tout à fait d'accord.
la fiscalité doit elle être punitive ou redistributive?
Si elle doit être punitive, pas de problème la tranche à 75% est dans le coup. En fait il s'agit de 82% si on rajoute la CSG.
Cette présentation est incomplète car entre 45% la taxe supérieure et 75% il en faudra bien d'autres intermédiaires.
Par ailleurs on ne peut pas écarter la fuite fiscale d'un revers de main uniquement parce que c'est la droite qui le dit!
Aujourd'hui 1% des contribuables paie 32% de l'impôt sur le revenu.
Il suffit que quelques uns de ces 1% aillent habiter à Bruxelles pour que le rapport de cette taxation à 75% soit très largement inférieur à la perte de matière!
Je crains qu'il n'y ait derrière cette proposition un masque de fumée pour cacher une augmentation générale de la fiscalité y compris sur les classes moyennes via la suppression du quotient familial, la fusion de l'impôt sur le revenu et la CSG.
De toutes façons il n'y aura pas de miracle. A partir du moment ou pour rétablir l'équilibre budgétaire on ne se penche pas sur les dépenses mais uniquement sur les recettes, il faudra bien que tout le monde paie!
La principale réforme à faire c'est celle des collectivités locales dont le fonctionnement coûte une fortune. Je ne parle pas du "machin" de Sarkozy. Une autre serait peut être de se pencher sur les dépenses militaires: on parle toujours de l'Allemagne mais le budget militaire de l'Allemagne est inférieur de 11 milliards à celui de la France!

Anonyme a dit…

ça sent le petit coup d'état au petit candidat petit président, il est assis sur un petit coussin d'épines... Il sentira sa douleur après... et c'est bien fait !
heureusement que c'est en faveur d'un type bien ;)
Faut voter F.H dès le premier tour !!!

Laurent Weppe a dit…

Aujourd'hui 1% des contribuables paie 32% de l'impôt sur le revenu.

Et alors? les 1% les plus riches qui comparés aux 1% les plus riches des USA ne pompent "que" 11% du PIB français sont déjà parvenu à cumuler 24% du patrimoine du pays ("patrimoine" n'incluant pas seulement la résidence principale et la théière en céramique de chine de mémé, mais aussi les appartements mis en location et les actions des entreprises françaises: en d'autres terme, à la fois l'une des principales pompe à pouvoir d'achat de tous ceux qui n'ont pas accès à un HLM ainsi que le contrôle des moyens de production). 32% sur l'impôt sur le revenu, cela veut dire que les très riches, qui possèdent déjà un quart des richesses cumulées de la Nation doivent participer au nom de l'impôt sur le revenu à hauteur de 5,65% des recettes de l'État: pauvres petites victimes du méchant Fisc: on en pleurerait.
http://piketty.pse.ens.fr/fichiers/enseig/ecoineg/EcoIneg_fichiers/RevenusPatrimoines2010.pdf

***

Il suffit que quelques uns de ces 1% aillent habiter à Bruxelles pour que le rapport de cette taxation à 75% soit très largement inférieur à la perte de matière!

C'est là que je regrette que la France ne s'inspire pas un peu plus de certaines pratiques américaines: comme le fait que si un américain s'expatrie et s'en va vivre aux Kerguelen avec les manchots, l'Oncle Sam lui expédie quand même une déclaration d'impôt à remplir, parce que l'impôt sur le revenu est considéré comme universel par le gouvernement fédéral: chaque penny gagné, peu importe d'où et peu importe l'emplacement de la boîte au lettre du contribuable et sujet à l'impôt sur le revenu. Et je ne vois pas pourquoi la puissance publique devrait passer son temps à traiter avec un respect indu l'attitude des grands bourges qui estiment que la préservation de leurs intérêts de classe est une raison d'État.

***

Je crains qu'il n'y ait derrière cette proposition un masque de fumée pour cacher une augmentation générale de la fiscalité y compris sur les classes moyennes via la suppression du quotient familial, la fusion de l'impôt sur le revenu et la CSG

J'avais assisté à une assemblée de ma section PS où Piketty était invité et s'était fait le défenseur de la fusion IR/CSG, notant alors que tous les candidats aux primaires du PS à qui il avait parlé (dont Hollande) étaient favorables à une telle mesure mais cherchaient à mettre en place une formule qui renforcerait l'aspect progressif de l'impôt C'est sûr qu'on se dirige vers une augmentation de la fiscalité -pour la simple et bonne raison qu'on ne rembourse pas une dette en baissant les impôts- mais là où Sarko cherche à en faire passer le poids sur les plus pauvres via la TVA sociale, Hollande cherchera à faire porter l'essentiel de la charge par le haut de la société.

D'ailleurs, au sujet des "classes moyennes", on classe aujourd'hui comme "classes moyennes" toutes les personnes situées entre le revenu médian et les 10% les plus riches. En quoi ceci représente-t-il les classes "moyennes"? Quelqu'un qui se trouve dans le premier quintile, qui gagne le double du revenu médian et possède la quadruple du patrimoine médian est considéré comme "moyen", et sera donc une pauvre victime innocente de la fiscalité si jamais on le contraint à passer de 200% à 190% du revenu médian des Français? La bonne blague.

bernard gaignier a dit…

Laurent c'est vrai que la réalité énerve mais rien n'empêchera une partie de ceux là de se casser. Il ne s'agit pas de les plaindre mais en matière de rendement budgétaire, c'est moyen.
Je te cite... à mon tour:

"C'est là que je regrette que la France ne s'inspire pas un peu plus de certaines pratiques américaines: comme le fait que si un américain s'expatrie et s'en va vivre aux Kerguelen avec les manchots, l'Oncle Sam lui expédie quand même une déclaration d'impôt à remplir, parce que l'impôt sur le revenu est considéré comme universel par le gouvernement fédéral: chaque penny gagné, peu importe d'où et peu importe l'emplacement de la boîte au lettre du contribuable et sujet à l'impôt sur le revenu. Et je ne vois pas pourquoi la puissance publique devrait passer son temps à traiter avec un respect indu l'attitude des grands bourges qui estiment que la préservation de leurs intérêts de classe est une raison d'État."

Bien oui tu peux regretter mais ce n'est pas le cas en France et ce n'est pas le cas de nos conventions fiscales avec les autres pays européens et même ... avec les États Unis. Et ce n'est pas en tapant avec nos petits pieds par terre que l'on empêchera la matière fiscale de partir, surtout pour aller à Bruxelles!!
je cite cette ville car c'est aujourd'hui vers elle que partent beaucoup d'exilés fiscaux.
Je ne dis pas que je suis contre le fait d'augmenter les impôts mais ce n'est pas honnête de dire que l'on ne va augmenter que les impôts des riches! Sauf bien entendu à confirmer ce qu'avait dit Hollande qu'à partir de 3000 euros on était riche.

C'est en cela que la tranche à 82% (75 + 7 de CSG) est un rideau de fumée et que beaucoup paieront bien plus d'impôts. Actuellement la dernière tranche est à 72000 euros au dessus c'est taxé à 42 (+ la CSG)
Bien entendu il y aura des tranches entre 72000 et 1 million!avant l'application du 75%
Je ne dis pas que je suis contre,; mais il faut le dire.
En fait je trouve qu'il y a beaucoup de flou et d'improvisation dans le projet fiscal de Hollande.
Derrière le terme fusion de la CSG et de l'IR et suppression du quotient familial qu'y met on? Va t'on vers la suppression du foyer fiscal au profit de l'individualisation?
Cela ne m'empêchera pas de voter pour lui, mais je ne suis pas "extatique" comme Patrick.
je trouve en fait la proposition de "notre "candidat très démagogique.

Anonyme a dit…

au secours les commentaires de L.W !!!
sauve qui peut !

Emmanuel a dit…

Eh oui la démagogie et les bons mots sur la sécurité ne semblent plus fonctionner dans l'équipe Sarkozy alors que Hollande maintient le cap et ne s'est pas écroulé devant la machine infernal de l'UMP.
Que les plus riches participent au redressement des finances de la France, rien de scandaleux dans cette mesure.
Que les principaux dirigeants de la Sainte Alliance conservatrice européenne ne veulent pas rencontrer le candidat socialiste est plutot rassurant et prouve qu'en la matière il se distingue de leurs politiques tournées à fond vers l'austérité.
Quant aux foofballeurs qui gagnent bien trop d'argent, s'ils ne sont pas contents, qu'ils partent (à la nage en traversant le Manche ou en delta plane par dessus les Pyrénées ou les Alpes)on se passera bien d'eux pour perdre l'Euro sans gagner un seul match...
Ce n'est pas Bernard qui va me contredire!
Allez, forza Hollande et dès le premier tour!

bernard gaignier a dit…

Emmanuel, faire contribuer les plus riches, bien sur; mais si 20% de la "matière fiscale" s'en va!(0,3% parmi les 1% qui paient les 32% d'impots sur le revenu) on n'aura rien gagné, au contraire et ce seront les autres, qui devront payer beaucoup plus.
Au nom d'une position "morale"on se tire une balle dans le pied.
Patrick si Hollande avait dit: je supprimerai les départements et une partie des autres collectivités locales je dirai oui c'est un homme d'état!

Anonyme a dit…

Peut-on envisager petit à petit et donc il faut bien commencer une europe solidaire où les mesures des uns ne pourraient être contre-carrées par un accueil des autres et donc éviter cette évasion fiscale,même si d'autres destinations existent malheureusement.Là aussi, osons, soyons inventif.Si l'on veut du changement, il ne s'agit pas de faire du replatrage à la sauce gauche en remplacement du plâtre de droite mais bien envisager une rénovation complète peut-être.
Alexandre

Claudio a dit…

Merci Bernard pour tes commentaires plein de bon sens.

Emmanuel a dit…

Bernard, je comprend bien ton argument et donc l'inefficacité de vouloir "taxer davantage" ceux qui ont de gros revenus.
Mais tout de même, fuir car on ne veut pas payer ses impots et ainsi participer au fonctionement de son pays, cela s'appelle comment ; de l'immoralité, de l'incivisme ou de la délinquance pure et simple ?
C'est sur le même principe que Polnareff est allé vivre aux Etats Unis dans les années 70. Au moins lui il n'est jamais revenu sauf pour gagner un peu d'argent de temps en temps avec quelques concerts faits dans des salles de spectacles financées en partie par de l'argent....du contribuable.
On abandonne pas le navire quand il est entrain de couler!
L'égalité devant l'impot, ça c'est une vrai révolution!

Anonyme a dit…

la classe politique ne devrait elle pas consacrer plus de temps à résorber le déficit budgétaire en se demandant d’où il provient, et comment en est-on arrivé à de tels gouffres ..entre autre !!
pénélope

Richard a dit…

@ Bernard,
Ce n'est pas parce que l'on paye plus d'impôts que l'on s'appauvrit. C'est pour cela qu'il ne faut pas en faire un argument de clivage entre nous. Quelques simples d'esprits pensent que parce qu'ils auront un impôt sur le revenu allégé, ou une fiche de paye allégée de charges seront plus riches. Mais ils se trompent car ils ne considèrent pas les frais supplémentaires induits occasionnés, et payés de sa bourse de toute façon.

@Claudio,
J'envie ta façon d'attirer l'attention des gonzesses.

bernard gaignier a dit…

Alexandre l'harmonisation des politiques fiscales est à l'ordre du jour depuis longtemps et on n'a même pas réussi encore à harmoniser les taux de TVA ce qui est pourtant le plus simple!
Alors les taxations à l'impôt sur le revenu!!
De toutes façons il y aura toujours la Suisse!
Si la France devient ce qui est hélas probable, le pays ou la taxation à l'impôt sur le revenu est la plus forte, il est évident qu'il y aura des transferts de domicile fiscal surtout vers un pays où c'est aussi facile de le faire que la Belgique.
D'ailleurs le phénomène a déjà bien commencé.

Anonyme a dit…

Bernard c'est un vrai technicien de la fiscalité qui sait de quoi il parle. Il n'y a que lui. Tous les autres sont aveuglés, éblouis par des rêves de pouvoirs de gauche. C'est de l'utopie, car tous ceux qui se souviennent de 1981, et surtout de la suite, savent que les promesses sont toujours stoppées par les réalités.

Kindy Ramé a dit…

J'espère que le candidat Hollande a répondu à vos inquiétude par rapport au collectivités une chose qui vous tiens à cœur.