02 juillet 2006

Mounir, Fadela et Zinedine

Samedi 11 heures. Mairie de Nice. Je procède à mon cent treizième mariage : Mounir et Fadela.

Après une scolarité à la Digue des Français, Mounir a été mon étudiant à la fac de Lettres. Franco-tunisien, il se prépare aujourd’hui à être professeur des écoles. Fadela, franco-algero-tunisienne, quant à elle, est cadre dans une compagnie aérienne. Dans la salle des mariages, submergée par plus de cent personnes (avec une dominante de résidants des Moulins), je suis accueilli d’emblée par une chaleureuse ovation. C’est que, dans cette assemblée, je retrouve de nombreux mariés que j’ai eu le plaisir et la fierté d’unir ces dernières années : Ali, Nadia, Rafika, Corinne, Nassim, Soumaya, Sonia…

Franco-tunisiens, franco-algériens ou franco-marocains, pour eux, l’école républicaine a parfaitement joué son rôle et leur réussite professionnelle est souvent exemplaire. De l’Ariane, des Moulins ou de la Zaïne, de frères à sœurs, de témoins à cousins, ils se sont passés le mot et je suis devenu, au fil des années, la marieur exclusif de ce petit groupe qui ne manque jamais de m’informer des dernières naissances ou de me prévenir des dernières… fiançailles concernant leurs familles.

Avec Mounir et Fadela, une fois de plus, en ce 1er juillet 2006, nous avons fait la démonstration que Nice est bien cette grande ville méditerranéenne et républicaine qui n’est tout à fait elle-même que lorsqu’elle s’ouvre sur le monde, que lorsqu’elle s’ouvre au monde.

21 heures. Pour la cinquième fois, ma permanence black-blanc-beur suit avec passion les aventures de l’équipe de France en Allemagne. De match en match – et c’est normal (quel triste France-Suisse !) – l’enthousiasme monte et pas seulement à cause de la Corona et du Côtes de Provence…

Ce soir, l’ambiance survoltée de France-Espagne laisse place à un enthousiasme corseté d’admiration. Nous avons retrouvé la grande équipe de France. Mais surtout, nous avons retrouvé Zinedine. La chorégraphie du Galactique s’est hissée hier soir au rang d’art majeur. Devant une telle démonstration, je me suis senti un peu ridicule d’avoir daubé ces jours derniers sur l’âge du capitaine.

Plus tard dans la soirée, sur la promenade des Anglais, seul espace public encore libre à Nice pour cause de travaux du tramway, il sera évidemment le héros de la fête. Avec un petit groupe de rescapés du 3 avenue Cyrille Besset – essentiellement les étudiants – je participe à cette passeggiata joyeuse, innocente et gratuite.

Mounir, Fadela, Zinedine, elle est pas belle la France ?

4 commentaires:

Anonyme a dit…

la promenade des anglais est sans doute un espace libre mais alors pourquoi des policiers municipaux interpellent-ils un type qui marche torse nu pour lui dire qu'il est interdit de marcher torse nu sur la prom'?
pour cela, la voiture des flics est montée sur le trottoir pour rejoindre le type.
mais le type étonné a rigolé et leur a montré, aux 2 policiers zélés, des joggers torse nu qui passent par là au même moment. Du coup, un estivant qui remonte de la plage torse nu voyant ça n'ose plus avancer et redescend vers la plage.

les 2 flics voyant alors le ridicule de leur intervention, repartent... couverts de ridicule.

bernard gaignier a dit…

"Je vous hais footballeurs; vous ne m'avez fait vibrer qu'une fois, le jour ou j'ai appris que vous aviez choppé la chaisse mexicaine en suçant des frites astèques".
Pierre Desproges
bon, ça ne m'a pas empéché de passer quelques bonnes soirées avec mes copains à la permanence à regarder "22 handicapés velus qui poussent la balle comme on pousse un étron en hahanant des rales vulgaires de boeufs éteints."

Anonyme a dit…

Hier ce n'était pas france - espagne mais France - brésil.
Mais bon, le résultat est le même les espagnols et les bresiliens sont partis en vacances méritées.

Jacques Barralis a dit…

Nous on a pu suivre Zizou à la télé et être heureux avec nos Blacks/Blancs/Beurs, mais ...je viens de trouver sur Le Monde.fr un morceau d'un autre blog :
====
"On a appris à vivre avec les tanks et les missiles israéliens, mais là ils dépassent les bornes. Empêcher les Palestiniens de regarder le Mondial est une torture psychologique qui devrait être interdite par la convention de Genève", a déclaré Ibrahim Moussa, menuisier dans la bande de Gaza, outré par une des conséquences du bombardement d'une centrale électrique par Israël.
===
Au 1er degré c'est de l'humour, au 2ème c'est un rappel de notre indifférence devantla mort programmée de tout un peuple ...