18 juillet 2007

Cruzille

Le village de Cruzille, vu du Sarreu

Etre né quelque part est toujours le fruit du hasard. Mais mon hasard à moi, je l’aime bien.

C’est un petit village de Saône-et-Loire, blotti quelque part dans les collines du Mâconnais.

Il s’appelle Cruzille.

Edgard Ponthus, mon grand-père maternel en fut le premier magistrat, élu en 1929, plus jeune maire de France. Réélu à titre posthume en 1944 : victime de son engagement dans la Résistance, arrêté et déporté, il ne revint jamais de Flossenbürg.

René, mon père, après une jeunesse douloureuse marquée elle aussi par l’épreuve de la déportation, avait fait du village de sa femme sa terre d’adoption, au point d’avoir souhaité que ses cendres soient dispersées du haut du Sarreu, la colline qui domine Cruzille.

Ce que je fis en 1997.

Depuis, chaque 15 juillet, je remonte sur le Sarreu pour embrasser avec le regard de René le village d’Edgard.




Plaque sur la façade de la maison famililiale

19 commentaires:

Claudio a dit…

Simple, émouvant, vrai et pudique. Voilà, les billets que j'aime. Et, on dira c'qu'on voudra, il y a des choses qu'on n'écrit pas en faisant semblant.
Merci pour cette émotion, pour cette communion.

OnVaVoirLéVaches? a dit…

C'est vrai, je trouve aussi que c'est très émouvant... encore un beau fragment avec toujours autant de sincérité et d'humilité... y a pas photo Mr Mottard, c'est du don, du partage et de la générosité que tu nous offres...
Moi j'dis, un type qu'est poto avec les vaches, y peut pas être entièrement mauvais...

Henri COTTALORDA a dit…

Pour mieux comprendre d'où tu viens , l'origine de tes valeurs, ta détermination, ce que tu es et les raisons qui font que nous sommes avec toi.

Anonyme a dit…

tu nous joue quoi là! ton père et ton grand-père avaient le sens de l'honneur on peux pas dire que t'a hériter de ça toi sinon tu te servirais pas de leur mémoire comme marketing eléctoral, bouffon!

Patrick Mottard a dit…

Le commentaire anonyme précédent est tellement affligeant que je ne prends même pas la peine de le modérer...

JmeLapèteDerierMonécran a dit…

Bah l'anonyme est un grand courageux qui LUI a le sens de l'honneur bla bla bla pour venir insulter en se cachant... quant au marketing électoral, arrête d'utiliser les expressions de tes potes que tu ne maitrises pas clochard va...
Il y en a qui n'ont pas besoin de racoler... c'est rageant hein? Ouais, je sais... mais c'est comme ça...

Une admiratrice a dit…

C'est pour des moments comme ça que j'aime ce blog. Donnez-nous encore beaucoup de posts comme celui-ci.

Anonyme a dit…

excuse-moi vieux j'ai déconé et c'est pas top

marion a dit…

Un petit bout de passé très émouvant

Patrick Mottard a dit…

A l'anonyme qui n'a pas été top un moment, faute avouée...etc.

Cela dit, ce petit incident illustre parfaitement une contradiction inhérente à la nature même du blog politique. C’est amusant, parce que cette contradiction, je l’ai développée il y a trois heures à la fac lors de la soutenance d’un mémoire sur les blogs politiques pendant la Présidentielle. En effet, le blog est un exercice particulier, un désir de subjectivité partagée ; or, en tant que politique, il est difficile de développer cette subjectivité sans se voir reprocher une arrière-pensée communicationnelle ou électoraliste. C’est ainsi que je me prends à rêver à ce que serait mon blog si je ne faisais pas de politique…

Claudio a dit…

Voilà, ça y'est, j'ai trouvé.
La photo de Cruzille m'a madeleiné-de-proust un film de Tavernier avec Baye et Lanvin "une semaine de vacances" : une prof de Lyon qui craque et va revoir ses parents dans un village du Beaujolais ? du macônnais ? du Morvan ?

Patrick Mottard a dit…

Si mes souvenirs sont bons c'était plutôt le Beaujolais... que j'ai visité... ce mardi ! Saint-Amour, Julienas, Fleurie, Morgon, Chiroubles... que du bonheur!

Anonyme a dit…

le 9 aout!
Jusqu'a aujourd'hui le saint amour c'etait le 9 aout un jour que j'attends chaque année avec délice pour rappeller a l'homme que j'aime combien il est précieux..(ben oui on se refait pas !!)ET c'est sur sur ce blog politique que j'apprends que Le Saint-Amour est l'un des dix crus du vignoble du Beaujolais....
je ny vois aucune contradiction mais que du bonheur ...
Pénelope

jean françois a dit…

C'est vrai que ton blog, Patrick, est prenant car il déborde du politique.

C'est ça que j'apprécie !

Un véritable bol d'air frais !

Bravô !

Anonyme a dit…

"partout ou il n'y aura rien lisez que je vous aime" Denis Diderot

Ange a dit…

J'ai eu la chance d'y passer aprés le congrés de Dijon avec Pat et Dom's pour redecendre à Nice. C'est une journée que je n'oublirai pas. Une journée pleine d'émotion, d'amitié, une journée rare quoi. a+ vieux!!!

ANTONIN a dit…

C'est en lisant ce genre de billet que l'on se dit que l'on a raison de s'intéresser à ce blog plutôt qu'à d'autres.

Dans certains, il nous est livré de froides analyses politiques avec force détails techniques et chiffrages ennuyeux, long comme un jour sans pain, sans que jamais leurs auteurs ne s'ouvrent un peu pour faire partager des sentiments, états d'âmes ou débattre de sujets différents.
Ou alors, lorsqu'ils s'y risquent, ne serait ce qu'un peu, le style convenu souvent utilisé semble être plus un saupoudrage de formules sucrées pour tenter de rendre plus digeste des analyses peu appétissantes et sans intérêt pour le lambda moyen.

Le blog de Patrick apporte autre chose de beaucoup plus goûteux.
Comme une nourriture de l'esprit, dont les débats politiques seraient des morceaux de 1er choix, accompagnés des autres sujets de société qui seraient, au choix, proposés en entrée ou dessert.

ANTONIN

Anonyme a dit…

L'Ain est une région formidable qui donne le sens des valeurs, là ou tout pourrait rappeler que l'origine de la vie c'est la terre nourricière. Alors il y a certainement des odeurs différentes suivant les terroirs, les saisons... et l'age du capitaine. Il est important de savoir d'ou l'on vient pour savoir ou on va... Vous le savez vous ? ( La réponse est dans la question ). Olivier

liamone a dit…

Cruzille est un très joli petit hameau que j'ai découvert en y faisant les vendanges, dans les années 70, chez les Bonvilain.