01 avril 2012

Deux moments d’émotion

Laurence, la lectrice - Photo Louis-Paul Fallot

Deux moments d’émotion pour un seul week-end, ce n’est pas si mal dans notre monde de brutes…

Samedi. MUSEAAV. 1re Journée des Auteurs du Pays Niçois.

Jennifer, mon étudiante stagiaire de L3 étant chargée de la communication de la manifestation, il était hors de question que je ne sois pas présent. Je n’ai pas regretté ma participation à cet événement sympathique qui m’a permis de retrouver de nombreux copains auteurs, de dédicacer quelques livres, de bavarder avec des lecteurs fidèles et surtout d’éprouver ma première émotion du week-end.

En effet, une des animations de la journée était une lecture, par une troupe de comédiens, d’extraits des ouvrages proposés. C’est ainsi qu’une actrice lut les quelques pages où, dans Fragments de Nice, mon premier livre, je raconte mes premiers mois d’enfant à Nice quand mes amis étaient des petits pieds-noirs fraîchement arrivés d’Algérie. Laurence, la lectrice, étant elle-même d’une famille originaire d’Afrique du Nord, elle mit beaucoup de sensibilité dans ce texte qui ressuscite ces rencontres d’il y a déjà si longtemps.

Dimanche. Palais des Expositions.

Il s’agissait là d’une manifestation d’une tout autre ampleur avec le gala final des Championnats du Monde de patinage. A la fois athlétique et artistique, le spectacle était de toute beauté et, dans la tribune, Candeloro – Lucky Luke a fait le show. En prime, Carolina Kostner, la championne du monde, a patiné pour son programme libre sur la musique et les paroles d’une chanson pour nous mythique : Hallelujah (voir le blog de Dominique). Voir évoluer la belle italienne au rythme de cette mélodie fut donc le deuxième moment d’émotion du week-end.

Carolina Kostner - Photo DBM

8 commentaires:

Antoine a dit…

Qu'ils sont doux ces dimanches soirs où, même un peu fatigués, nous pouvons nous dire "Le WE était bien rempli" !

Emmanuel a dit…

Tu as raté un troisième moment d'émotion avec un chef d'oeuvre du cinéma italien...

bernard gaignier a dit…

Depuis quand permets tu à d'autres que moi d'interpréter un fragment de nice?

Anonyme a dit…

Mon commentaire est un peu décalé(encore !) mais c'est pourtant une émotion que je ressens à l'évocation du palais des expositions.Voilà un bâtiment public, bien né, très bien utilisé, très très bien amorti et certainement très très très rentable pour la ville et qui doit donc servir d'exemple pour les investissements publics.
En plus tout niçois y a connu certainement une émotion ; qui sur un manège de fête foraine, qui en y ayant acheter sa salle à manger, sa bétonnière, sa voiture, qui en y ayant trouvé sa vocation scolaire, qui en y ayant assisté au concert de son idole...et j'en passe tellement de choses s'y sont déroulées et en plus comme il vieillit bien (bravo les constructeurs) il s'en passerat encore beaucoup. Donc bon vent comme disent les marins (d'acord pas trop adapté ici).
Alexandre

Anonyme a dit…

vu le prix des places je n'ai pas pu m'offrir le gala de cloture .......
parsus06

Patrick Mottard a dit…

Bernard c'est une ancienne de l'alphabet !

Emmanuel a dit…

C'est une lettre ?

cléo a dit…

Ancienne ou pas, c'est une voix féminine, d'abord...Et il y a eu un précédent, c'est à dire une précédente:Dominique aussi a interprété un fragment en public!Moi je dis que si le désir de lire le texte naît...Evidemment, c'est une question d'angle d'approche. Bernard, par exemple, voudrait qu'on parte du texte pour être "naturellement" conduit à son interprétation alors qu'il s'agit de toute évidence de partir de toutes les interprétations possibles et impossibles pour, revenir au texte. Après, si on met tous les egos de côtés, sans pour autant les froisser, on peut aussi dire, avec une petite dose d'hypocrisie salvatrice, que: rien ne vaut les allées et venues! Sans compter que le texte originel est déjà une interprétation. J'allais ajouter, parmi d'autres...mais je me suis retenue.