14 avril 2012

Zeuxis, Lemesle et Roubaud à la Maison Abandonnée



Zeuxis était un peintre grec qui vécut entre - 464 et - 398 av.  J-C. Un jour, il s’opposa à Parrhasios, un autre peintre célèbre de l’époque, en un combat d’artistes. Pour gagner celui-ci, il avait peint des raisins avec tant de vérité que des oiseaux vinrent les becqueter. Son adversaire, lui, apporta un rideau si naturellement représenté que Zeuxis, tout fier de la séquence des oiseaux, demanda qu’on le tirât pour voir son tableau. Reconnaissant son illusion, il s’avoua humblement vaincu étant donné que lui n’avait trompé que des oiseaux quand Parrhasios avait trompé l’homme qu’il était.

C’est cette anecdote qui sert de fil conducteur à la nouvelle exposition de Cynthia Lemesle et Jean-Philippe Roubaud à la Maison Abandonnée, « Polterguest ou l’esprit domestique » : une sorte de parcours initiatique entre oiseaux et voiles-rideaux.

La Maison Abandonnée est, en soi, un lieu qui justifie le déplacement. Cette villa désertée dans le quartier Saint-Lambert, est devenue un des hauts lieux de la création contemporaine à Nice grâce au travail et à la passion d’Hélène Fincker, sa propriétaire, qui se trouve accessoirement être une de mes anciennes étudiantes. Et c’est un bonheur de déambuler dans le labyrinthe des pièces de cette ancienne maison bourgeoise pour aller à la rencontre des œuvres exposées.

Bien sûr, les œuvres de Lemesle et Roubaud nécessitent un brin de médiation pour être accessibles, mais l’ensemble est suffisamment ludique et surprenant pour emporter l’adhésion de non-spécialistes. Ce n’est pas étonnant de la part de jeunes artistes engagés dans la vie sociale. Cynthia n’est-elle pas une des chevilles ouvrières de l’association du quartier « Colline Saint-Barthélemy – Le Prieuré » avec laquelle je travaille régulièrement comme élu ?

Au terme de notre promenade à travers l’illusion des Polterguets, s’il fallait retenir une œuvre, en ces temps de campagne électorale, je pense que « Deux vautours ne font pas un aigle » serait tout à fait approprié.

Pour cette toile, et pour les autres, vous avez jusqu’au 21 avril (cette date me rappelle quelque chose…) pour vous perdre dans le dédale des pièces de la Maison Abandonnée (Villa Cameline, 43 bis avenue Monplaisir à Nice) .


2 commentaires:

Emmanuel a dit…

La culture antique à la fois si loin et si proche puisque nous observons dans cette maison abandonnée le lien toujours vivant entre la culture grecque ancienne et la modernité au travers de l'art.
Bel exemple de cette formule ancienne de Regis Debray qui disait que "la modernité serait archaïque"!
Une bien belle maison, pas si abandonnée que cela, où la preuve est faite que l'art modrene, ou pas, est bien un élément de notre vie quotidienne.
En effet, nous pouvons déambuler dans cette maison subtilement conservée au milieu d'oeuvres et de meubles recouverts de draps blancs.
"Deux vautours ne valent pas un aigle" a peut-être, selon moi, une signification cachée pour dimanche 22 avril...

Les Brouillons de Cendrillon a dit…

@WJ
J'adore cette magnifique visite virtuelle...
TNX