21 mars 2009

Le cours et le Cantique



Lundi dernier, dans le cadre de l’événement « Mars aux Musées » organisé par les (mes) étudiants du Master 2 « Ingénierie et médiation culturelle », j’ai eu le privilège de faire mon cours hebdomadaire de « Politique culturelle » (de Malraux à Lang…) dans l’auditorium du Musée du Message biblique de Marc Chagall.

Parler, nimbé par la célèbre couleur bleue des vitraux, dans une salle caressée par la religiosité joyeuse du Maître, est euphorisant. Vous n’êtes plus dans un amphi, vous êtes dans une cathédrale. Vous ne faites plus cours, vous prêchez… enfin presque !

Et quel bonheur de filer en douce pendant l’intercours au fond du bâtiment du Message biblique pour plonger dans l’incandescence du Cantique des Cantiques, cette salle circulaire aux peintures rouges dévorées par le feu de la passion. Cette salle presque à l’écart que j’ai si souvent visitée, où j’ai si souvent médité…

Juste pour vérifier que le marié continue, de tableau en tableau, tout en survolant les ghettos biélorusses encore heureux du début du siècle dernier, de murmurer à l’oreille de sa jeune épouse le plus beau et le plus sensuel des textes de la Bible.

(…)
« Tes seins sont comme deux cabris, comme les jumeaux d’une gazelle, qui broutent parmi les anémones.
A la fraîcheur du soir, quand les ombres s’allongent, je compte bien venir à ta montagne de myrrhe et à ta colline d’encens.

Tout en toi est beauté, ma tendre amie et sans aucun défaut.

(…)
C’est que l’amour est aussi fort que la mort, comme la mort aussi la passion vous tient.
Elle est une flamme ardente, elle frappe comme la foudre.

Toute l’eau des océans ne suffirait pas à éteindre le feu de l’amour et toute l’eau des fleuves serait incapable de le noyer.
»

Et là, il m’a bien semblé entendre la jeune femme en blanc murmurer, comme pour ponctuer la déclaration de son époux : « C’est que l’amour est aussi fort que la mort… »

Rassuré, je pouvais retrouver mes M1, Malraux, Lang et même, soyons fou, Christine Albanel !

6 commentaires:

Claudio a dit…

Alors ça c'est du billet chair-de-poule. Merci Patrick.
Vous trouvez que j'exagère ? Vous vous trompez. Je m'y suis vu. Ambiance, musique et tout et tout.
Des cours "culturels" dans des lieux magiques... mais c'est un coup à ne plus envisager aucune grève. Jamais.
Mais je m'emballe. L'émotion du billet encore.

Sylvie a dit…

Merci pour ce billet qui met Chagall à l'honneur ainsi que le Cantique des Cantiques.
Benoit XVI serait bien inspiré de s'y plonger aussi pour redécouvrir, si il l'a oublié, que Dieu est Amour.

Candida albicans a dit…

L'amour est l'energie essentielle, la mort : une illusion...chaque seconde voit mort et rennaissance...Christine Albanel : une statue de marbre dans les jardins de Versailles."Asphyxiante culture" disait avec force Jean Dubuffet...Cantique des quantiques..on voit aujourd'hui partout des expositions dévitalisées qui présentent surtout des signes névrotiques de notre agonie et donc des rennaissances déja en cours..

alain a dit…

Avec 12 ans de mariage aujourd'hui même, ...

Tu prêches vraiment bien, et avec élégance, c'est étrange... Vocation?!

clotilde a dit…

J'aurais bien aimé assister à ce cours.
Dans le dernier ARTENSION, il y a un dossier sur la politique culturelle des années Lang en matière d'art contemporain. Bon je sais que tout le monde n'aime pas Artension, mais enfin, j'espère que tout n'est pas vrai dans ce papier. Dans le cas contraire, ça fout un peu les jetons.... (et je sais bien, en fait, qu'il y a beaucoup de vrai...)

SoeurPrize a dit…

Heu... qui faisait les choeurs? tu étais en soutane? en tous cas le cours devait avoir des allures "d'ailleurs" avec l'écho... impressionnant !!