01 mars 2009

Les arapèdes solfériniennes

Sur l’Europe, on attendait avec impatience le positionnement du PS dans la perspective des élections de juin prochain. C’est que, écartelé entre les Ouistes et les Nonistes, le Parti socialiste, à force de ne pas choisir, a des orientations assez floues pour ne pas dire nébuleuses.

Or la réponse à cette interrogation vient d’être donnée ce week-end par le Conseil national sous la forme d’un « Embrassons-nous Folleville » à la fois surréaliste (on ne parle que des listes et des places, pas du fond) et hypocrite (l’encre de l’accord à peine sèche, on a recommencé à tirer les couteaux).

Comme d’habitude, l’appareil estime avoir fait l’essentiel en casant un maximum des siens sur des listes où les vrais élus de terrain porteurs de convictions européennes ont été sacrifiés au profit des éminences grises de courants, des recalés du suffrage universel et des arapèdes solfériniennes. Parfois même après des luttes fratricides, comme celle qui a opposé, pour la tête de liste en Ile de France, Harlem Désir (tendance Delanoé) et Benoît Hamon (tendance Emmanuelli), deux responsables qui ont la particularité de n’avoir jamais été élus en circonscription.

Le parachutage de Vincent Peillon (tendance Royal) est très significatif de ce point de vue. Battu aux législatives de 2002 en Picardie, re-battu en 2007, Peillon reçoit donc pour services rendus un parachute doré dans notre région.

Le choix d’Aurélie Filipetti (tendance Royal) est encore plus navrant. Elue député, déjà grâce à un parachutage dans une circonscription populaire de Moselle, la dame décide d’abandonner les électeurs qui lui ont fait confiance il y a à peine deux ans, en pleine crise sociale, parce que le futur redécoupage électoral ne lui assurait pas une réélection facile… en 2012 !!

« Je constate que les décisions ont été prises par un petit groupe pour satisfaire les intérêts d’appareil. (…) Je constate qu’elle [Marine Aubry] privilégie les amis au détriment des élus que l’on charge d’aller chercher des voix lors des scrutins uninominaux. (…) Je ne dois rien au parti, je vais reprendre mon indépendance ! »

Ces propos ne sont pas ceux d’un exclu du PS mais ceux de Gérard Collomb, maire de Lyon, élu en 2001, réélu en 2008 dans une ville sociologiquement très à droite.

Alors Gérard, « Lyon autrement » c’est pour quand ?

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Le plus extraordinaire c'est que Peillon râle de conduire la liste sud-est... Il aurait préféré le nord... Il a quand même accepté...

Claudio a dit…

Je découvre cette phrase de Gérard Collomb. Elle est rafraichissante. Et comme à chaque fois, tout au fond, une pensée "Pourquoi si tard ?" Mais, toute prise de conscience est bonne à prendre, même tardive.

bernard gaignier a dit…

Ce qu'il y a de bien avec notre ancien parti, c'est que l'on croit toujours avoir atteint le fond; mais non... il y a toujours un fond au fond. Le plus triste c'est qu'à force de creuser ils ne trouveront meme pas de pétrole, mais la tombe de toute espérance de gauche.
A la connerie du PS Sarko reconnaissanr.

Anonyme a dit…

Quand nous voyons l' attitude de Peillon qui regrette d'être sur le candidat du Grand Sud Est,pour ma part je ne voterai pas pour lui car il ne veut pas représenter notre belle Région ,je ne vais pas quand même le supplier non!...............

Anonyme a dit…

P. Allemand ,sur l'émission de la voix et libre sur FR3 Samedi à déclaré que Peillon proche de Ségolène avait toute les chances de remporter le maximun de voix en Région PACA,car c'est le bastion de Ségolène et de ce fait sa motion.
On connait la grande" lucidité et l'objectivité "de Patrick Allemand et la gauche à pu apprécier ses résultats médiocres à la dernière municipale!!!!!!!!!!
Peillon attention aux fossoyeurs !pas trop crédible notre 1èr fédéral...

alain a dit…

C'est une bonne idée, de quitter l'étiquette pour un chemin qui enfin suivra des idées!

Commandant Dromard a dit…

Combien gagne un député européen :

- Indemnité mensuelle (brut) : 6.952,91 €
- Indemnité mensuelle représentative de frais de mandat : 3.500 € brut
- Indemnité journalière pour frais de bouche et de logement : 251 €
- Remboursements de frais de voyage : calculés sur une base kilométrique aérienne forfaitaire. En fonction du lieu d'élection.

Durée du mandat : 5 ans
Les députés européens reçoivent une indemnité identique à celle de leurs députés nationaux. Les frais sont pris en charge par le Parlement européen. Un statut commun à tous les euro-députés a été adopté en septembre 2005. Dès la prochaine législature (2009-2014), tous les députés européens toucheront 7.000 €.

No comment

Anonyme a dit…

QUEL CIRQUE !

Le PS réussit environ 1 fois par semaine (dernier exemple : le flop de sa journée "Printemps des libertés" le 22 mars au Zénith) un numéro de clowns assez consternant : se tirer une balle dans le pied tout en se pissant dessus !

Après les numéros de trapèze volant stratégique, les grands écarts idéologiques, les coups de trompe des éléphants frippés, les tours d'illusionniste, les acrobaties pour grimper l'échelle branlante de la liste aux européennes, les avaleurs de sabre d'abordage et de couleuvres, les lanceurs de couteaux, avec en intermèdes les péroraisons narcissiques de Madame Royal, je crois qu'il est grand temps de plier le chapiteau.
Et les spectateurs mécontents ne seront même pas remboursés !

Commandant Dromard