07 mars 2009

Pédophilies

Comme je venais de m’inscrire dans un groupe Facebook intitulé « Contre la pédophilie », une proche (très proche) me fait remarquer l’inutilité de ce type d’engagement en faveur de causes consensuelles. Qui peut être contre le fait d'être contre la pédophilie ?

S’il est vrai que les manifestations les plus médiatiques de ce phénomène font l’objet d’une hostilité que je qualifierais de rituelle, d’autres manifestations quantitativement beaucoup plus importantes bénéficient d’une certaine mansuétude de la part du grand public, de l’opinion publique, de nous-mêmes…

Haro sur le pédophile qui fait la une des journaux, ce monstre surgi des entrailles de la société. Il faut le supprimer : du bistouri à la guillotine, on n’a pas de remèdes assez radicaux dans les cafés du commerce pour éliminer ces créatures qui déshonorent le genre humain. C’est à ce prix que notre société pétrie d’humanité retrouvera sa quiétude. Certains hommes politiques ne sont pas les derniers à hurler avec les loups alors qu’ils savent très bien que la sanction, la répression, la punition n’auront aucune prise sur des malades qui agissent au gré de leurs pulsions et que, par conséquent, le risque zéro n’existera jamais.

Par contre, ces hommes politiques et le café du commerce seront beaucoup plus discrets lorsqu’on aura affaire à un cas de pédophilie incestueuse. Tous les travailleurs sociaux, tous les éducateurs sont d’accord pour nous dire que la pédophilie des bons pères de famille est largement plus répandue que la pédophilie des monstres. Mais voilà : celle-là dérange beaucoup plus car elle remet en cause la sacro-sainte cellule familiale. Ici la discrétion, donc la complicité, sont de mise. Vous comprenez : il ne faut pas troubler la famille, il faut sauver ce qui peut l’être, après tout, c’était quand même un bon père… Et c’est ainsi que les victimes deviennent suspectes et qu’on trouve tant de bonnes raisons pour ne pas agir. Pourtant là, la solution serait simple. Il suffirait qu’on soit un peu plus attentif, un peu plus courageux, pour que des milliers de vies ne soient plus brisées.

Nous pouvons tenir le même raisonnement pour la pédophilie exotique enkystée dans ce tourisme sexuel, monstrueuse métaphore de la domination du Nord sur le Sud. Même si certaines organisations internationales se battent courageusement, même si certaines lois, notamment en France, ont été votées, le phénomène ne cesse de se développer. On connaît ces pays, on connaît ces régions où hétéros ou homos, bons pères de familles ou détraqués, peuvent s’offrir des enfants.

Là encore, la solution pourrait être simple. Il existe bien un commerce équitable, inventons un tourisme éthique et boycottons ces destinations. Ainsi, cafés du commerce et hommes politiques auront matière à nourrir leurs discours. On peut rêver…

Alors finalement, adhérer à ce groupe contre la pédophilie est peut-être un acte vain. Il n’en est pas pour autant dépourvu de sens.

13 commentaires:

ProtégeonLhom2Lhom a dit…

L'a raison la proche très proche, comment peut-on ne pas adhérer à ce genre de cause...? De là à parler de consensuel, ça me parait un peu excessif... Parce que si on part de ce principe beaucoup de causes ne valent plus la peine que l'on adhère à telle ou telle association de défense de tels ou tels droits, tellement c'est évident qu'ils ne devraient pas être bafoués... c'est la différence entre la pensée et l'action...

alain a dit…

Délicat problème que celui-ci qui ne remonte de nulle part vu qu'il a toujours existé, sa négation du passé était due principalement aux tabous, au silence.

Je pense que la lutte passe inévitablement par le retour vers une société qui s'ouvre aux réalités, et qui règlemente l'industrie du sexe. La répression de Sarko a relégué les "Dames de joie" vers un nulle part, mais l'esclavage de celles-ci et les dérives vers la prostitution des plus jeunes est toujours là, voir renforcés, car non surveillables, encore plus "underground".

On ne peut passer sa vie à se voiler la face concernant la nature humaine, il faut un jour la comprendre, et l'accepter un peu avant de pouvoir un temps soit peu la corriger. La répression à l'état pur n'amène à rien.

Les grandes armées, sans la concession, sans la négociation, ont toujours terminé dans la déroute.

bettina a dit…

à ce sujet,je commencerais par dire que ma mère m'a toujours prévenu du danger. " Fais attention aux pédophiles " me disait elle quand je sortais dehors. J'avais 13ans et les défauts que cet âge comporte. Une puberté déjà bien entamée à attirer le regard d'un homme dans une voiture. Un pédophile (il y'a eu vérification). Bien que ma mère m'est prévenu, j'ai donné des infos persos à cet homme. Ce n'est qu'au moment où il m'a dit " montes dans la voiture, je te raccompagne" que j'ai percuté!
En y repensant, je suis enragée de ne pas avoir été vigilante. De ne pas avoir répété cette phrase que ma mère me disait très, pt être trop souvent..
Choquée de voir que cela se produit plus dans les familles et que la complicité devient un leitmotiv.. Ensuite, se chercher des excuses pour sauver les apparences! Je ne suis pas pour la vengeance ou une quelconque réparation. Étant défaitiste, je vois pas de solution véritable.
Je ne pensais pas un jour raconter sur un blog que j'avais croisé le chemin d'un pédophile et que cela, même si l'horreur n'a pas été commise, l'expérience laisse des séquelles

Patrick Mottard a dit…

Bettina,tout simplement merci !

Bettina a dit…

Mais de rien. J'ai réécris mon commentaire 4 fois au moins. Et encore, je crache pas tout mon venin.
Je pense à la castration. Ma sensibilité,mon humanité et ma raison me font dire que ce serait excessif d'aller jusque là. Mais mon cœur dit tout l'inverse

Lockwood a dit…

Peut-on parler de ce sujet sans avoir lu Reich et ce qu'il dit sur la séxualité infantile...il a écrit aussi "Psychologie de masse du fascisme" ou la répression sexuelle à un rôle dans la fabrication de la tyrannie. Nous ne sommes pas encore au clair avec la beauté et la force de l'energie sexuelle...la pédophilie n'en est qu'un des symptomes, c'est un problème qu'i faudrait aborder de façon globale et en sortant du "nez sur le guidon" comme d'habitude......A propos de ce que représente "Gauche Autrement" il faudrait aussi peut-être dire une vérité : ça me semble plutôt si on est un peu sincère et sans vouloir choquer quiconque un groupe de gens autour d'une personne et de quelques valeurs du type "Social-Démocratie comme d'habitude"...Je vois un tout petit peu de gauche ou d'autrement (?) dans tout ça..

PoliticMagma a dit…

Lockwood, si vous voulez bien de mon avis, le voila, sinon bah... Ooops...
Moi ce que je vois intra GA, ce sont deux leaders... Eh oui, n'ayons pas peur des mots, Péhèm et Doms sont deux personnes qui ont des idées, des valeurs et des envies d'actions qu'ils cherchent à exprimer... Moi, comme beaucoup d'autres je cautionne ces idées, ces valeurs et ces actions, comme beaucoup de ces mêmes autres je n'ai ni le désir, ni la carrure, ni la possibilité de le faire... alors en toute logique je m'associe à ceux qui peuvent le faire, ceux qui vont me représenter et cela sans fanatisme ni autre quolibet dont on a tendance à nous affubler... ces représentants sont Doms et Péhèm... En plus comme dirait Renaud ils ont l'avantage d'être deux (élus), une femme et un homme, toute la palette des ressentis homme-femme est couverte... que demande le peuple? la boucle est bouclée...
Concernant le genre social-démocratie, je serais tentée de répondre très simplement que quand il n'y aura plus à faire de ce coté là, alors nous pourrons voir ailleurs... mais actuellement c'est bien là que réside encore et toujours l'urgence...
Pour finir, je dirais que GA c'est la liberté d'œuvrer pour la cité, avec tout ce que cela implique, sans les entraves, Oh combien nombreuses et perfides de l'appareil et ses satellites...

Anonyme a dit…

En lisant le temoignage de Bettina je me suis rapeler que j'est vecu une situation similaire.c'est incroyable j'avait oublier. le meme age au college un type qui attendait que les derniere eleves sortent pour les suivrent. il en a violé 2. et un jour c'est moi qu'il a suivie. c'etait pourtant pas loin 5 minutes 4 carefours pour arriver chez moi il conaissait le chemin par cœur et m'atendait à ckaqun. fait du hazard ma mere etait a la fenetre ce jour la elle la vu donc. j'est servie d'appat pour le faire coincer. je trouve que c'est bien de parler de ses sujets monsieur mottard. bravo il faut du courrage.
Mawen

Vincent W. Mui a dit…

Problème social, et même fait social pathologique, la pédophilie semble être présente partout. Oui, elle est souvent le fait de malades qui ne font que répondre à leurs pulsions. En tout cas, M. Mottard, la partie traitant de la discrétion à propos de la pédophilie intra-familiale me semble très juste. Mais, afin de crever l'abcès (pour reprendre le fil de ce que je disais au début de mon commentaire), il faudrait sans doute que la société soit mise face à tout ça. Le commentaire de Lockwood me semble aussi intéressant. La répression sexuelle pourrait jouer un rôle dans tout ça. A réfléchir.

Lockwood a dit…

PoliticMagma, sachez que je respecte tout à fait votre point de vue ainsi que les autres points de vues qui se sont exprimés.

Anonyme a dit…

La pédophilie est une attirance sexuelle.
Un pédophile est attiré par les enfants.
Tous les pédophiles ne passent pas à l'acte.
Beaucoup de pédophiles souffrent de ne pouvoir dire qui ils sont, mais on ne le voit pas.

Ce groupe est sans doute une bonne idée, mais son nom est mal choisi.

Carine a dit…

Bonjour. Aucun acte qui puisse sauver ne serait ce qu'une infime partie de l'innence d'un enfant ne peut être vain. J'ai créé une asso pour la prévention de la pédophilie. Oui la prévention. A la suite d'un cas malheureusement bien concret d'un petit garcon de 5 ans à l'époque qui a su dire a sa maman que son "tonton" voulait faire quelque chose de pas bien en montrant sous la ceinture. Ceci grace a une maman un peu "à l'avance sur son tempsé quelque part qui avait déjà si jeune su expliqué à son petit que certaines choses étaient "pas bien". Notre asso démarre tout doucement car les gens ne savent pas ce qui peut entrer dans le cadre de la prévention et surtout ne se croit évidemment pas concernés. Bin non bien sur. Multitude d'asso pour les victimes existent mais avant ? Comment faire concrètement avant? avant qu'il soit trop tard, avant que ca n'aille trop loin au moins ?Faute de moyen je n'ai pour l'instant qu'un blog a proposer.... http://assoladn.skyrock.com/
Les idées on les a. L'expérience et la volonté aussi mais les dons n'arrivent pas et pourtant les quelques réunions faites dans les écoles ont attiré des parents bien que pudiquement silencieux comme s'ils étaient la par hasard.... Dommage ! Dommage de ne pas nous donner les moyens.....

Florence a dit…

Je ne peux m'empêcher d'intervenir sur votre blog quant à un sujet qui me touche particulièrement.
Victime d'inceste, je ne connais hélas que trop bien le problème, encore que ce mot soit bien faible.
De longues années à se taire, car de cette "relation" incestueuse, on se sent hélas coupable, cette "relation" imbriquant l'amour réel que l'on a pour son père, mais transgressée par ce dernier par des actes à caractère sexuel et le très "fameux" "ne dis rien à maman"... Une mère souvent complice hélas. Prête à tout pour sauver non seulement son couple, mais également l'image du couple aux yeux des autres (même maintenant elle continue, c'est à en rire), tout cela au prix de son enfant, de son bonheur, puisqu'après tout, cela ne se voit pas, et, tant que cela ne se voit pas comme le nez au milieu de la figure, ce n'est pas grave...
Le plus souvent, il faut adhérer à des associations agréées par l'Etat ou reconnues d'utilité publique, comme AIVI (Association Internationale des Victimes de l'Inceste), association qui demande entre autres, l'insertion de l'inceste dans le code pénal en tant que tel, ce qui est à l'étude.
Cette association a récemment demandé une enquête concernant les victimes de l'inceste en France. Il y aurait environ 3% de victimes, 26% de Français qui connaitrait une victime, et plus inquiétant, 21% qui déclarent qu'ils ne sauraient pas quoi faire s'ils devaient être le confident d'une telle situation !!!
Quand on pense que même certaines structures inhérentes à l'éducation se sentent gênées quant à l'information sur l'inceste... "Sujet trop délicat", m'a-t-on dit... "C'est inclus dans les cours d'éducation civique"...

Sujet trop tabou, parce que secret, parce que touchant à la sphère familiale.

Quelques chiffres (assez anciens) et ne concernant que les enfants, pas l'ensemble des victimes :
Evolution des enfants en danger (qui comprend les enfants maltraités et les enfants en risque) :

1996 : 74 000 enfants en danger

(et seulement 5 % de cas signalés)

En 1999, il y avait 18.500 enfants maltraités en France.
Les différents types de mauvais traitements sont :
Violence physique : 6 500 (35%)
Abus sexuels : 4 800 (26%)
Négligences lourdes : 5 400 (29.1%)
Violences psychologiques : 1 800 (9.7%)

Ce qui ne concerne également que les cas déclarés...

Je pense que d'abord l'inceste devrait être reconnu en tant que tel, c'est-à-dire, distinct de la pédophilie car plusieurs aspects sont à prendre en compte dans l'échelle des actes. (ce serait trop long à développer ici)
Ensuite, la répression ne sera jamais un remède contre le mal causé, mais pourtant il doit exister.
Certes, l'affaire Fritzl en Autriche est une monstruosité, et la "sentence" en conséquence. De cela, on en parle, mais les autres milliers et milliers et milliers d'enfants qui continuent de subir ces violences parfois quotidiennes, répétitives... en silence... avec le silence de leur entourage...

Qu'attend le droit français, qu'attendent les hommes politiques pour enfin changer, un minimum les choses ?

En parler, déjà...