13 mars 2009

Les tops et les flops d’un an de gestion Estrosi


Conférence de presse, ce vendredi matin à la permanence de Cyrille Besset pour livrer l’analyse de Gauche Autrement sur la première année de gestion Estrosi en mairie de Nice… et le bilan de l’opposition municipale. Autour des élus et d’Antonin Colombo, le coordinateur, l’association a en effet travaillé ces dernières semaines sur le bilan du nouveau maire.

Représentant une opposition sans complexe, dégagés de la pesanteurs des appareils, nous pouvons en effet nous exprimer librement. Très librement. C’est donc sans arrière-pensée que d’emblée je dis que la première impression est celle d’une rupture avec la période antérieure. Pas forcément une révolution, mais une rupture.

« La politique municipale donne le sentiment d’être plus visible, peut-être plus cohérente, en tout cas assez volontariste. Elle traduit un dynamisme certain et une maîtrise affirmée des relations entre collectivités et avec l’Etat. Du fait de la dimension nationale du député-maire, la Ville de Nice est plus souvent intégrée dans les débats nationaux.

Mais cette première impression, somme toute positive, est vite dépassée par une contradiction majeure qui consiste à annoncer à jet continu et parfois de façon brouillonne des projets et des politiques nouvelles sans jamais véritablement prendre la mesure ni du bilan hérité des gestions antérieures, ni de la crise économique qui frappe notre pays. Du coup, l’augmentation des impôts de 15% a plutôt été mal comprise par nos concitoyens.

Un choix étant nécessaire, nous ne sommes pas persuadés que nous sommes partis pour qu’il se fasse dans la transparence. En effet – et c’est le principal échec de ce premier bilan –, les mécanismes de démocratie participative sont à ce jour particulièrement atones. Et pourtant, à un moment où, compte tenu de la multiplication des annonces, de la nécessité de faire des choix et de la faiblesse de l’opposition municipale, ces mécanismes sont indispensables à la lisibilité et surtout à l’efficacité démocratique de la vie de notre Cité.

En clair, nous considérons, par exemple, qu’il n’est pas possible d’envisager la ligne 2 du tram et une grande politique d’équipements de proximité, ou encore le grand stade et le recrutement de fonctionnaires dans la police municipale ou le nettoiement… Il faut donc impérativement engager le dialogue avec la population à travers les instances de démocratie participative afin de faire, en toute transparence, des choix qui appartiendront ainsi à tous.

Il n’est pas trop tard pour le faire. Mais, le moins que l’on puisse dire, est qu’il n’est pas trop tôt non plus. »

Puis Dominique enchaîne en énumérant les « tops », c’est-à-dire les points positifs de cette petite année, « tops » qui, pour la plupart, reprennent des propositions du programme de Nice Autrement : « la création de la communauté urbaine, l’aménagement du quartier Libération et de la gare du Sud, la suppression de la promenade suspendue de la gare routière, le tram-train de Nice-Saint Isidore, des progrès dans la transparence de l’attribution des logements sociaux, la réorganisation du service du nettoiement, une meilleure prise en compte du handicap en ville ». Mais aussi, « une disponibilité accrue des services de la ville et une bonne réactivité quand des problèmes leur sont signalés, une plus grande sensibilité aux propositions des élus (par exemple, nos demandes de rétablissement du baptême républicain ou encore d’attribution du nom de notre ami Jean-François Knecht à un lieu de notre ville), la bonne entente avec Michel Vauzelle et l’institution régionale. »


Mais, au-delà de ces points positifs, les « flops » sont nombreux et d'autant plus cruciaux qu'ils concernent la méthode :

« - Le défaut de démocratie participative (conseils de quartier en panne, Conseil communal consultatif pas encore réuni).

- Une centralisation excessive du pouvoir.

- Un jeu de chaises musicales électoral dévoreur de temps et d’énergie.

- Une augmentation des impôts locaux brutale et mal expliquée.

- Une politique d’annonces parfois confuse en l’absence de précisions concernant le calendrier et le chiffrage des projets (tram, logement social).

- Une politique de communication envahissante et coûteuse.

- Malgré certains progrès dans l’organisation, une politique de sécurité trop timide en matière de proximité et souvent démagogique (caméras, papys- fouettards, tasers).

- L’absence d’une véritable politique culturelle.

- Neutralisation de l’opposition façon Sarkozy, l’intégrant à la périphérie du pouvoir alors que l’équilibre démocratique exige une opposition indépendante et forte. »


Mais, bien entendu, le tour d’horizon n’aurait pu être complet sans une analyse du rôle de l’opposition municipale.

« - A la fois participationniste sur des questions importantes (présidence de la Commission des finances et de la Commission d’appel d’offres, site des Abattoirs, JO, OIN) et très querelleuse sur des sujets de moindre intérêt, son action est peu lisible.

- Au-delà de l’affaire Duez, son leader, Vice-président de la région PACA, est très gêné par l’entente plus que cordiale entre Christian Estrosi et Michel Vauzelle. Ces bonnes relations donnent le sentiment que, sur les sujets importants, le patron de la fédération 06 du PS ne joue pas dans la cour des grands.

- Cette opposition, qui ne semble pas travailler collectivement, est par ailleurs souvent divisée. Le vote sur le dossier majeur de la Communauté urbaine était très symbolique de l’état de cette désunion : les communistes votent contre, la majorité des socialistes s’abstient et l’une de leur colistière vote pour.

- D’autre part, elle peut faire preuve d’un amateurisme confondant. Avoir quitté la salle du Conseil municipal le jour de la hausse des impôts est une erreur politique impardonnable à ce niveau : le lendemain, en effet, la presse ne titrait plus sur la hausse mais sur la querelle politicienne… »

Bref, si on en juge par les micro-trottoirs, une opposition sévèrement jugée par les Niçois. On peut les comprendre...

14 commentaires:

ClairObscur a dit…

En même temps on savait, du moins tous ceux qui ont cru en la liste Nice Autrement, qu'il ne pourrait pas se produire de révolution à la Mairie... et la rupture elle était plus qu'annoncée, un pingouin n'aura jamais la carrure d'un empereur...
La ligne 2 du Tram, Estrosi il s'en tamponne de l'avis des citoyens puisqu'il leur assène à grand renfort de panneau pub à chaque arrêt de la ligne actuelle, le projet qu'il met déjà en place... la ligne haute tension... c'est une manipulation perfide... le texte dit "vous avez vécu ça pendant 5 ans, plus jamais !!" et on voit le rideau d'une boutique fermée à cause des travaux de la 1ère ligne...
Que peuvent répondre les habitants à ce genre de choses? c'est la technique de la question orientée... Hein que tu la veux la 2ème ligne...!?

La neutralisation de l'opposition... de ce coté, il n'y avait pas beaucoup d'effort à faire hein, elle sait très bien le faire toute seule... entre Fofie Duez, Cuturello qui écrivent leurs doléances au chef de file (indienne?) et autres silences du genre abstention lors de votes décisifs...

Moi il y a un truc qui me choque de la part d'Estrosi, c'est dans une de ces pub endémiques dans Direct Nice, c'est ce projet d'aménagement du port avec la création d'une "coulée verte" de 9ha du centre ville jusqu'à la mer... je n'avais pas souvenir que nous vivions dans une ville où les précipitations suffisent à entretenir ce beau vert, comme en Irlande ou en Bourgogne tiens... ça va couter une fortune cet entretien...

isabelle a dit…

pour que les niçois soient au courant de ce qui se passe, il faut bien communiquer non ? c'est normal d'avoir un budget communication important.

Sylvie a dit…

Estrosi, j'ai l'impression de le connaître depuis toujours.
Il a toujours été dans le paysage politique niçois, et c'est pourquoi, je pense qu'il avait une vraie légitimité à devenir Maire de Nice, ayant acquis une popularité chez nombre de niçois depuis tant d'années, et plutôt dans les milieux ouvriers et artisans.
Cependant, quelque chose me met toujours mal à l'aise avec lui, c'est qu'il en fait toujours TROP... trop de "com", discours toujours trop longs, projets toujours trop grands... Il n'acquiert pas de sagesse au fil des années, il est toujours plus pressé, il veut toujours le meilleur de tout, être le premier en tout.
Cela peut être une qualité, mais cela peut aussi être un défaut et devenir "limite ridicule".
Je préfèrerais des projets mieux réfléchis avec des gens compétents, de tous bords, plutôt que des projets, certes ambitieux, certes partant d'un bon sentiment, mais trop volontaristes, trop dans l'urgence...
Bref, ce serait bien si il faisait moins de "com" mais plus de commissions de réflexion, plus d'enquêtes de quartier.
Un peu de modération, un peu d'humour, un peu de calme, ne lui nuiraient pas...

isabelle a dit…

me concernant, je suis ravie des travaux qui vont débuter au port et du 2ème tramway.
C'est toujours facile de critiquer. Plus difficile d'avoir des arguments intéressants...

claude a dit…

Les top et les flops d'une gestion communale doivent aussi avoir une approche budgétaire. cette hausse des impôts doivent être comparés avec une autre approche (emprunt ..). Finalement pourquoi augmenter la fiscalité directe locale ? pourquoi ne pas avoir recouru à l'emprunt alors que les taux sont très bas pour les collectivités locales ?
Gérer est aussi prévoir et vous avez vous juste dans le problème de cohérence de l'action communale. Mais il faut avoir aussi une critique constructive et s'interroger sur les choix qu'on pourrait mener sur Nice.
Bref bravo pour ce regard critique qui a le grand avantage d'ouvrir le débat.

claude

Anonyme a dit…

moi je trouve que estrosi ne sert a rien du tout sauf a faire parler de son images toutes les promesse dans le vent com d hab rien pour les jeunes meme pas une ecoute meme pas une main tendu il faut etre pistoner pour etre ecouter pistoner pour avancer ca devient lassant et guavant nous les jeunes sait tais toi et pas bouger alors que nous on vie tout les probleme quotidien il ce passe des chose a nice a la mairie meme ou ce passe les actes et il ne voit rien c decevant

Patrick Mottard a dit…

Claude, tout à fait d'accord pour la question des emprunts pour le conseil général... En ce qui concerne la mairie, la CRC avait recommandé à juste titre une certaine prudence...

Mari-Luz a dit…

je m'étais jurée de ne jamais intervenir ici .. mais une petite mise au point s'impose.

Je vous recopie la transcription (mot pour mot d'après les enregistrements) du passage du discours du maire qui nous a fait quitter la salle du conseil le 13 Février après et seulement après, le débat et le vote sur le budget.

Je cite donc :

« Mais voyez-vous Monsieur Allemand, on se grandit pas quand on ment. Je ne vous ai pas traité de stupide et ça c’est facile, mais j’ai remarqué que finalement vous étiez quelqu’un de très dangereux. Très dangereux pourquoi ? Parce que vous utilisiez quelquefois, je ne sais pas si ce sont des méthodes de communication qui vous ont été enseignées par de mauvais conseillers, mais des méthodes que malheureusement l’histoire nous a vu utiliser par des gens qui ont mené la planète ou qui auraient pu la mener, ou qu’ont mené notre pays vers des drames, je pense à un leader d’extrême droite, je pense à quelqu’un qui, en 39, a amené sur la planète les plus grands drames de la... "

Il y a des "allusions" que l'on ne peut tolérer. Le maire ne nous a pas permis de répondre à ces propos. Nous avons donc quitté le conseil.

Mari-Luz

clotilde a dit…

"je m'étais jurée de ne jamais intervenir ici".

??????????????????
la vie est drôle parfois...

Anonyme a dit…

Lire votre blog est nécéssaire car la lecture de Nice-Matin est très orientée "tops" et laisse supposer que vos critiques sont résiduelles alors que c'est l'inverse que vous avez exprimé

Anonyme a dit…

je vous trouve bien sévère avec Estrosi car avec la mise en place et l'héritage c'est en fait de quelques mois de gestion qu'il s'agit !

Jean-Christophe Picard a dit…

A lire également, sur le même thème, l'analyse du PRG 06 :

Beaucoup de bruit pour rien !
http://www.prg06.fr/spip.php?article606

Homéopathie_Pauv'Juliet a dit…

Magnifique pièce de Shakespeare "Beaucoup de Bruit pour Rien", dommage que les acteurs et la mise en scène soient minables dans le cadre qui nous concerne... pour la trame par contre on est bien dans l'ambiance... manipulations, magouilles, petits secrets, grandes déchéances... du vrai Shakespeare quoi !!

Mari-Luz je vous préfère quand vous exhortez les partisans d'affiches graveleuses à s'excuser, là au moins je comprends ce que vous dites...

Anonyme a dit…

la position de PM sur la candidature a la candidature de la ville de nice a l'organisation des JO d'hiver en 2018 ???
vive ANNECY ET GRENOBLE