11 septembre 2007

Le nouveau millénaire a six ans…


« Aujourd’hui, devant les ruines des tours, nous avons le sentiment qu’au-delà du kitch des commémorations de l’année précédente, c’est bien le 11 septembre que le nouveau millénaire a commencé. Un lever de rideau tragique pour un millénaire qui condamnera l’humanité à se réconcilier avec elle-même ou bien à périr. Que ce terrible message ait été délivré ici, à Manhattan, contre les Twin towers, n’est peut-être pas un hasard… Et si Ground Zero était la ruine d’une moderne Tour de Babel ? Des hommes d’origines très différentes décident de s’unir pour construire non pas une, mais deux tours qui partent à l’assaut des cieux pour symboliser, pour célébrer l’universalité d’une religion nouvelle consacrée à l’argent, au profit, au marché tout puissant. Le défi est de taille, mais rien n’arrête ces hommes qui ont enfin trouvé un langage commun qui écrase les vestiges du Vieux Monde que sont la religion, la nation, et même le cycle des saisons. Enfermés dans leurs certitudes, ils ne provoquent pas, comme jadis, la colère de Dieu, mais celle des autres hommes, des exclus de la Tour, des exclus des Tours… Que des esprits égarés, conduit par un serpent brutal à la parole onctueuse, aient pu, l’espace d’un clair matin, être les mercenaires insensés de la colère des victimes d’un monde injuste n’était donc pas si imprévisible que cela. »

En ce 11 septembre 2007, je ne change pas une virgule de ce texte écrit il y a déjà quelques années et plus que jamais d’actualité.

L’enquête de Poisson Zèbre en témoigne : toute la semaine, Clotilde Gimond fait et fera intervenir façon Spielberg des témoins de cette journée à jamais gravée dans la mémoire collective (Racontez votre 11 septembre). Une enquête précédée d’un petit clip émouvant et lucide rythmé par Simon et Garfunkel.


Téléscopage tragique de l’actualité : le 11 septembre est aussi la date où nous assistons, comme ce matin, devant la petite stèle de Carras, à la commémoration de la catastrophe de la Caravelle Ajaccio-Nice en 1968.

1 commentaire:

Socrate a dit…

Une réflexion mesurée sur l'évenement, qui est trés proche de la mienne...Nous qui savions et sentions parfaitement dés l'annonce de la victoire de Bush que cela n'annonçait rien de bon et qui pensions aprés le 11/09 que les responsables US avaient une chance d'ouvrir les yeux pour donner enfin une orientation saine à leur politique étrangère et aux affaires du monde,(notamment en consacrant toute leurs énergies à un réglement du conflit du Proche-orient), nous nous en mordons encore les doigts, de voir cette Planète en sang, prise en otage et abimée par des hypers-cinglés et des prédateurs de tous poils...