26 février 2008

Quartiers libres

A la brasserie « Le Bureau », tout en haut du boulevard Comte de Falicon, nous mettons ce mardi soir un point final à la campagne des quartiers qui, du Guitoun de Saint Roch à la Baraka de la Madeleine, en passant par la Panière des Grands Cèdres, les Palmiers ou le Dante… de la rue Dante, nous a permis d’ausculter les quatorze cantons de Nice.

La réussite de cette opération entamée en octobre (Première dans le premier) doit beaucoup à Sébastien Lefebvre pour la logistique et à Laurent Weppe et Joëlle Vacca pour le traitement et la synthèse des questionnaires. Pour la petite histoire, Sébastien, Laurent et Joëlle ne sont pas sur la liste…

La presse a répondu à notre invitation et la brasserie est pleine à craquer quand je rends publiques les principales données de la synthèse et l’influence de celles-ci sur notre programme (La révolution cantonale)

J’insiste tout particulièrement sur deux conclusions :

1) Les Niçois répondent plutôt volontiers à ce type de questionnaires particulièrement exigeants (on est loin des quizzs de la concurrence…).

2) Leurs réponses révèlent de vraies connaissances sur les responsabilités d’une commune et un refus de la démagogie sécuritaire plutôt réconfortant.

Moralité : on gagne toujours à tirer les citoyens vers le haut. La démocratie est à ce prix. C’est tout à l'honneur de Nice Autrement de l’avoir compris plus tôt et plus fort que les autres.

En photos, Joëlle et Laurent

4 commentaires:

Anonyme a dit…

irene a dit...

bravo à Joelle, Sebastien et Laurent ( saluons les travailleurs de l ombre ...) car à mon sens le questionnaire des quartiers est l une des "missions importantes" de NICE AUTREMENT... en tout cas une des plus représentatives c est à dire ... le terrain, la proximité, l écoute,le dialogue...(une politique citoyenne)

Laurent Weppe a dit…

S'il faut saluer les "travailleurs de l'ombre", il faut alors rappeler que les questionnaires ne se sont pas mis tous seuls dans les boîtes aux lettres et qu'ils ne sont pas revenus remplis tous seuls non plus: Il a fallu que les militants de Nice Autrement (eux aussi non colistiers pour la plupart) aillent les distribuer et que les personnes les ayant reçus prennent la peine de les lires, d'y réfléchir, de les remplir, et de les renvoyer par la poste.

Anonyme a dit…

irene a dit...
c est vrai LAURENT... à travers les travailleurs de l ombre je pensais également à tous ceux qui de loin ou de pres ont participe à cette mission.... et bravo aux nicois qui ont pris le temps d y repondre...

Anonyme a dit…

un bravo à l'équipe qui a travaillé sans relache pour reprendre toutes les doléances des niçois,un vrai et gros travail de pro!