13 avril 2008

La Putain respectueuse

Avec Maurice, Paul, Christian, Rose et Christophe nous sommes une quinzaine de « Nice-Autrement » à nous retrouver au petit théâtre de l’Alphabet pour soutenir notre colistier Bernard qui ce soir joue le rôle du Sénateur dans « La Putain respectueuse ». Une occasion de redécouvrir l’œuvre de Sartre qui selon la formule consacrée n’a pas vieilli. Une œuvre pessimiste sur l’aliénation de ceux qui ne trouvent pas dans l’oppression la force de se révolter et deviennent les victimes de l’ordre établi. Des victimes consentantes.
On se souvient de l’histoire : dans une ville du Sud des Etats-Unis, Lizzie, une jeune prostituée, a été agressée par le neveu du Sénateur du coin, mais, pour sauver celui-ci, un ami du coupable, la police et le sénateur lui même vont faire pression pour que la jeune femme accuse par un faux témoignage un Noir qui était sur place par hasard. Longtemps admirable, Lizzie résistera aux stratagèmes et aux menaces de toutes sortes. Mais, telle la chèvre de monsieur Seguin, elle se rendra à l’aube…

Une très belle interprétation de Mélissa et Michaël dans les rôles de Lizzie et Fred. Mais, bien sûr, c’est la prestation de Bernard que nous avons suivie avec les yeux de Chimène ! Tour à tour séduisant, doucereux, faux-cul, brutal, odieux, Bernard a su donner au rôle toutes les nuances de son inhumanité.

Pour revenir à Sartre et à sa dénonciation de l’aliénation, voilà un extrait particulièrement significatif de la pièce (Lizzie donne un pistolet au Noir pour que celui-ci tire sur son agresseur…) :
« - Lizzie : Prends ça ! Je te dis de le prendre.
- Le Nègre : Je ne peux pas, Madame.
- Lizzie : Quoi ?
- Le Nègre : Je ne peux pas tirer sur des Blancs.
- Lizzie : Vraiment ! Ils vont se gêner, eux.
- Le Nègre : Ce sont des Blancs, Madame.
- Lizzie : Et alors ? Parce qu’ils sont blancs, ils ont le droit de te saigner comme un cochon ?
- Le Nègre : Ce sont des Blancs. »

Dialogue terrifiant qui peut s’appliquer à tant de situations, à tant d’aliénations…

1 commentaire:

bernard gaignier a dit…

Merci pour ce commentaire! Pour moi aussi la soirée a été super! Tjs un pied de jouer devant des copains!!!
Le rideau est maintenant tombé sur cette pièce! Pour moi, c'est la quatrième reprise. J'ai pour cette pièce une grande tendresse. D'abord parce que ça a été le lieu d'une rencontre amicale lors de la création, avec Didier Veschi, en 1989!! avec qui j'ai joué tant de pièces depuis! ensuite quand meme... une rencontre avec beaucoup de très jolies femmes.. dont une est depuis devenue conseillère municipale....
Une pièce où il n'y a que des très beaux rôles à défendre, ce qui est assez rare au théâtre; et je dois dire que l'équipe de cette année est super!
Et enfin jouer le rôle d'un salaud!!c'est tellement bien!!!et facile! Il y a tellement de modèles à suivre!!