08 février 2006

La règle du jeu


Fac de Lettres. Ce matin, avec Dominique, nous bouclons l'organisation de l'opération annuelle "Projets de loi".

Il s'agit, dans le cadre de la première année LEA, de constituer des groupes d'environ cinq étudiants et de leur donner comme objectif d'apporter une réponse législative à un problème qui se pose à la société française et à laquelle le droit n'apporte pas de réponse satisfaisante. Ainsi, pendant un semestre, c'est une cinquantaine de groupes qui vont sillonner la cité à la recherche d’informations, de témoignages, sondant la population, organisant entre eux des débats passionnés.

Pour nous, cet exercice a plusieurs vertus pédagogiques. Il s’agit d’abord de vivre de l’intérieur les mécanismes qui conduisent les pouvoirs publics à la prise de décision. Par ailleurs, il permet de comprendre assez clairement que la loi est forcément la traduction d’un choix politique car les experts et autres spécialistes sont eux-mêmes situés et donc divisés.

En cas de désaccord, le groupe ira jusqu’au vote, faisant ainsi l’apprentissage de la dure mais incontournable loi de la démocratie.

Année après année, nous avons ainsi le sentiment de contribuer modestement mais concrètement à l’émergence de la conscience citoyenne de nos très jeunes étudiants à peine sortis du lycée. La promotion de cette année me semble particulièrement motivée et j’attends avec impatience la récolte du mois de mai.

Il me reste à faire les statistiques des sujets choisis car elles donnent une photographie pertinente de ce qui intéresse les étudiants de l’année en cours. Pour 2006, les sujets vedettes sont, ex- aequo, « Faut-il autoriser le mariage et l’adoption par les couples homosexuels ? » et « Faut-il interdire les sectes ? » (huit groupes chacun). Puis nous trouvons une floraison de sujets judiciaires (effet Outreau ?) : « Faut-il supprimer le jury d’assises ? » (sept groupes), « Comment réformer la justice pour sauvegarder la présomption d’innocence » (cinq groupes). Parmi les sujets en hausse : « Faut-il interdire le téléchargement ? » (cinq groupes) et « Comment lutter contre l’abstention ? » (trois groupes). En baisse sensible par rapport à l’an dernier : « Faut-il légaliser les drogues douces ? » (trois groupes) et « Faut-il légaliser l’euthanasie ? » (un groupe). Enfin, notons qu’un groupe a décidé de réfléchir sur la question des « quotas » et un autre sur la question du « travail salarié des étudiants ».

Bon travail à tous.

2 commentaires:

Julien a dit…

Il ne reste qu'à espérer que les étudiants ne vont utiliser le 49.3... Sinon adieu vote et débats passionnés (humour teinté d'amertume).

Patrick Mottard a dit…

Pas de danger : il n’y a pas de Premier ministre !