02 février 2006

Septième ciel

Victoire éclatante du petit syndicat indépendant « Ciel » aux élections universitaires en fac de Lettres.

Composée de jeunes militants anti-racistes et progressistes, dont certains, comme Hélène, font partie de mes étudiants de LEA, cette nouvelle organisation triomphe et c’est justice. Présents sur le terrain toute l’année, il est normal qu’ils aient la reconnaissance de leurs pairs, surtout à un moment où se profile la mobilisation contre le CPE.

Mais, au-delà de ce résultat positif, comment ne pas regretter une fois de plus la faible participation des étudiants à ces élections universitaires ? Je me dis que j’ai bien fait de proposer une réflexion sur ce problème… en TD de 1e année. Qui sait ? Peut-être trouvera-t-on ensemble une solution pour la fois prochaine.

3 commentaires:

Julien a dit…

Pour que les étudiants se rendent aux urnes lors des élections étudiantes, il faudrait peut-être qu'il soit informés qu'ils y a des élections.
Or, lors du scrutin que vous évoquez, il n'y a eu presque aucune communication de la part de l'Université, et j'ai dû chercher le lieu où se déroulait le scrutin la direction de l'UFR n'ayant semble t-il pas jugé nécessaire de l'indiquer où que se soit.
En outre, un peu de pédagogie sur le rôle des élus étudiants serait peut-être nécessaire : j'ai voté mais je ne sais pas pour quel conseil, assemblée ou je ne sais quoi d'autre...comment des jeunes qui ont en général une forte tendance à l'abstention peuvent-ils avoir envie de voter dans ces conditions ?

Patrick Mottard a dit…

Vous avez entièrement raison. Peut-être devriez-vous faire passer le message auprès des étudiants qui ont été élus pour vous représenter afin d'améliorer ces conditions pour le prochain scrutin...
Pour ma part, je le ferai auprès des instances de gestion de la fac.

Julien a dit…

Je réponds à M. Patrick Mottard

Faire passer le message aux élus étudiants...
Le problème est que j'ai l'impression qu'on ne voit ces élus qu'avant les élections...
Je ne doute pas qu'ils agissent tout au long de l'année (du moins je l'espère sincèrement) mais ils ne le font pas assez savoir. J'ai cette impression cette année à la Fac de Lettres, mais il en était de même à sur le Campus de Droit où j'était inscrit l'an passé en Economie-Gestion.
Depuis le début de l'année,
j'ai croisé un certain nombre d'organisations de Gauche sur le campus : Greenpeace, le MJS, le PC...mais je n'ai croisé les syndicats étudiants que la semaine dernière, seulement quelques jours avant les élections.
Je ne pense être le seul à avoir cette impression et cela ne pousse pas à s'exprimer. C'est dommange car il en résulte une perte de légitimité de ces organisations.
Les interlocuteurs de ces associations (Présidence de l'Université, direction de l'UFR, CROUS, gouvernement) auront beau jeu de leur faire remarquer qu'elles ne représentent qu'une minorité des étudiants.
Une des solutions serait que ces organisations communiquent sur leurs actions au sein des différentes instances de l'Université et ne se contentent pas de tenir permanance une fois par semaine.

Je vais suivre votre conseil et contacter les organisations étudiantes, je vous ferai éventuellement parvenir leur réponse.
Je vous remercie en outre de faire parvenir vos observations auprès de la direction de la fac.