20 mai 2006

L’apéro du vendredi

Aujourd’hui, nous en sommes au vingtième apéro du vendredi de l’année, à la permanence du 3 avenue Cyrille Besset. Institué il y a plus de cinq ans, ce rendez-vous hebdomadaire a un succès qui ne se dément pas. Au départ, il s’agissait de mettre en place un espace de démocratie participative en institutionnalisant un compte-rendu de mandat hebdomadaire du Conseiller général du 5e canton. Cette initiative a immédiatement été bien reçue et chaque apéro suscite entre quarante et cent visites de 18 à 20 heures.

Au fil des semaines, les habitants du quartier et les militants ont été rejoints par de nouveaux amis.

Les associatifs : du commerce équitable à l’immigration, du théâtre aux anciens combattants, l’apéro est devenu un lieu d’expression.

Les syndicalistes : du CPE à Air France, nous sommes informés en temps réel des luttes dans notre ville.

La diaspora : les amis de la section Nice Centre du PS dispersés aux quatre coins de l’hexagone et qui, de passage à Nice, nous rendent visite.

Les "furtifs" : ceux qui ont vu de la lumière et qui sont entrés.

Et bien sûr, depuis juin 2005, les ressortissants du 7e canton qui viennent rencontrer leur nouvelle conseillère générale.

Les soirs de Conseil municipal, j’en profite pour faire un compte-rendu à chaud qui est généralement très apprécié. Mais la prise de parole spontanée, sur le "perchoir" qui domine la salle principale de la permanence, est de rigueur et n’est pas l’apanage des élus (n’est-ce pas Lucien ?)

Depuis la fin de l’année dernière, ces apéros ont aussi une autre fonction. Ils sont le lieu de ralliement de ceux qui souhaitent soutenir notre combat local au PS. La récente campagne nationale dite de "l’adhésion à 20 €" a d’ailleurs accéléré le processus. Nombreux sont ceux qui veulent peser sur le choix de notre candidat aux Présidentielles, mais aussi, et bien souvent surtout, sur le choix de notre tête de liste aux Municipales.

Aujourd’hui encore, ce sont sept nouveaux candidats qui se sont manifestés. Il y en aura bien d’autres jusqu’à la date limite du premier juin.

Cela dit, lecteurs du blog, il est bien évident que, quel que soit le niveau de votre engagement, vous êtes les bienvenus à l’apéro du vendredi.

3 commentaires:

Laurent Weppe a dit…

La morale de l'hsitoire, c'est que:

1. Pour assurer la cohésion d'un parti tout comme le lien d'un élu avec la société, il faut des rendez-vous réguliers.

2. Pour assurer le succès de ces rendez-vous réguliers, il faut qu'il y ai à boire.

On disait que le socialisme a débuté dans les arrières salles des bars, comme quoi, il y a des traditions qui persistent.

Dominique a dit…

Je ne suis pas systématiquement une fanatique des traditions, mais celle-ci, je n'ai rien contre. Sans remonter jusqu'aux origines du socialisme, j'ai personnellement connu les réunions dans les arrières salles : c'était pendant les années 70. J'en garde de beaux souvenirs, même si j'ai bien conscience qu'il s'agit de souvenirs de jeunesse et qu'avec le temps on a souvent tendance à un peu idéaliser les choses. Surtout lorsque l'on en parle entre anciens militants qui virent anciens combattants...

katy. S a dit…

Je connais Patrick Mottard, j'ai connu ses vendredis soir. Belle idée et réunion!

Malheureusement j'ai quitté Nice et cette approche de la politique me manque et l'élut aussi d'ailleurs....

Juste pour vous dire: allez y!!!....et vous verrez...

Katy,S au Cannet