18 mai 2006

Pink Promenade

En ce 17 mai, où nous apprenons le décès d’André Labarrère, premier homme politique à avoir fait son coming out, nous retrouvons les amis du CADOS qui tiennent un stand d’information sur la Prom en face d’Opéra plage. Une occasion de se souvenir du chemin parcouru.

Je me souviens de ma solitude, quand, en 1988, j’avais intégré dans mon programme de candidat aux Législatives, le CUC (Contrat d’Union Civile) contre l’avis de mon parti.

Je me souviens de passes d’armes avec Peyrat au Conseil municipal à partir de 1995, quand il refusait le certificat de concubinage aux homosexuels.

Je me souviens de la bataille du PACS contre les élus et les militants du RPR particulièrement hostiles à cette loi dans la région.

Je me souviens de la difficulté à trouver des interlocuteurs associatifs dans un milieu qui était pris en charge par les acteurs économiques (en clair, les patrons de boîtes).

Aussi, aujourd’hui, je ne boude pas mon plaisir en dialoguant avec tous ces militants représentant des associations d’horizons très différents. Exactement comme, il y a quinze jours, j’étais heureux de retrouver une délégation au Monument aux morts pour la Journée de la déportation. Dans ces moments-là, j’aime bien notre République.

8 commentaires:

Antonin a dit…

Chacun doit avoir sa place, pleine et entière dans notre société.
A l'heure où l'on parle de metissage et de mélange des cultures, ne les oublions pas. Ils ont beaucoup à nous apporter avec leur vision des choses et leur sensibilité différente.
Les hommes sont, hélas, souvent remplis de préjugés sur ces questions. Pourtant, lorsque l'on se rapproche de cette communauté, eh bien non seulement on s'apperçoit qu'ils ne sont pas différents (donc il n'y a pas à en avoir peur puisque le malin ne les possède pas!), mais de plus, les cotoyer permet, pour les plus rustres d'entre nous, de s'enrichir dans beaucoup de domaines, et notamment dans les rapports humains.

Claudiogène a dit…

Je suis certain de votre sincérité, antonin.

Seulement, voilà, à la lecture de votre commentaire, je sens comme une marginalisation "cette communauté", "ils" "ils ne sont pas différents".
Je veux dire que votre regard est extérieur.

Si nous sommes tous égaux, homos ou hétéros, noirs, blancs ou verts, homme ou femme..., nous sommes le même "groupe", donc, notre regard ne peut pas être extérieur.

Aucune critique négative à votre encontre, antonin, juste une précision pour la forme.
Merci.

Serge a dit…

Bonsoir Claudiogène,

Je pense et je vous le dis avec une grande sympathie que vous jouez sur les mots, le commentaire d'Antonin ne pouvait pas être plus amical et employer "il" ou "cette communauté" ne fragilise en rien les gays.
Soyez certain Claudiogène qu'il y a une communauté Gay, voire même parfois un lobby je le dis sans aucune discrimination étant moi même gay et puis vous savez il serait temps en France de pouvoir dire d'un Homo qu'il est gay, d'un juif qu'il est juif ou bien d'un arabe qu'il est arabe sans voir constament une attaque vers leurs ou ma communauté.
D'autre part il y aura bien un lobby homo au prochaine élection puisque les gays jouent sur leurs forces afin d'obtenir plus de droit,revendication que pour ma part par exemple pour l'adoption je ne partage pas.
Egaux certes par les textes nous le sommes, enfin presque mais il nous restera un très long chemin à faire, peut être devons nous être plus digne lors de certaines manifestations et là je suis persuadé qu'avec le temps les regards changeront.
Bien à vous tous mes amis

Votre gay pote

Serge

Claudiogène a dit…

Cher Serge, vous répondez à ce que je voulais éviter. En parlant trop de communautés on les crée et on favorise les lobbies.
Le communautarisme, c'est le début de l'ostracisme.
Qu'on dise d'un noir qu'il est noir, et d'un imbécile que c'est un imbécile, mille fois d'accord.
Je suis italien, c'est ainsi mais n'est rien à voir avec un groupe "les italiens". Ma femme est arabe, idem. Mon fils, surdoué, idem. Etc... Etc...
Tout ça me fait penser à la discrimination positive et à la tolérance excessive envers les minorités.

Anonyme a dit…

Cher Claudiogène, je ne pense pas que nous soyons une minorité mais une majorité grandissante

bien à vous

Serge

ANTONIN a dit…

Claudiogène, la sémantique que j'emploie n'est peu etre pas la bonne, mais vis à vis des gays,appelons les comme ça, je n'ai jamais, mais alors jamais, d'arrières pensées de préjugés ou de rejet. Mieu, il m'est arrivé, dans une autre vie, c'est à dire lorsque j'étais plus jeune, d'avoir dans mon entourage des gays avec qui j'ai partagé certaines aventures (rien à voir avec la sexualité). Et bien je doit dire que j'en garde un excellent souvenir.
En tout cas, mon propos a été bien compris, et je remercie
Serge de l'avoir traduis avant même que je le fasse.

ANTONIN

Claudiogène a dit…

Cher antonin,
aucune raison de vous justifier de quoi que ce soit.
J'avais d'ailleurs commencé par vous informer de la certitude que j'avais de votre sincérité, et, sur le fond, nous sommes parfaitement d'accord.

Je m'étais juste permis de relever le danger que je voyais à formuler votre propos de cette façon.

N'en parlons plus, puisque nous sommes sur la même longueur d'onde.
Et, quoi qu'il en soit, soyez assuré de tout mon respect.

Serge a dit…

Les amis, par contre ce que je trouve triste c'est qu'il ne doit retenu d'André Labarrère par la presse et la télé que son homoséxualité et non son action politique. Cet homme n'a t'il était qu'homo????????????????????