03 mai 2007

Débat télévisé du 2 mai 2007 : la challenger à l’attaque…

Les militants attentifs au 3, avenue Cyrille Besset

Sur la forme.

Avec quelques points d’avance avant le dernier round, Sarkozy devait gérer. Dans la position de challenger, Ségolène devait attaquer. Elle attaqua donc. Sur la sécurité, sur la moralité politique, sur l’enseignement, sur le chômage, elle attaqua. Après avoir longtemps esquivé, Sarkozy accepta quelques corps à corps. Il n’en sortit pas toujours intact.

Sur le fond.

En défendant tout au long du débat un véritable projet de gauche, on était loin de la Ségolène Royal floue et parfois ambiguë du débat interne. Sarkozy, par contre, fut beaucoup plus lisse par rapport à son véritable projet autoritaro-libéral. Comme s’il ne voulait pas inquiéter.

Du coup, si le débat fut souvent intéressant, il ne fut pas très pédagogique. Regrettable, mais prévisible.

21 commentaires:

Patrice a dit…

j’ai trouvé ce débat mettant en scène nos deux grandes vedettes politiques quinquagénaires, un petit peu aseptisé et révélant à l’image du décor translucide « branché » du studio, combien l’élection présidentielle se jouera cette fois-ci plus que les fois précédentes sur l’image renvoyée par les candidats

Clotilde a dit…

Je ne suis pas d'accord, je crois au contraire que Sarkozy n'a pas pu s'empêcher de montrer son vrai visage tout au long du débat, et notament dans la dernière partie: un visage de la droite réac et adepte du grand bond en arrière, autoritaire et mesquine. Pour ne citer qu'un exemple, je comprend très bien que l'on débatte de l'adhésion de la Turquie à l'Europe. C'est normal et souhaitable, mais lorsqu'un candidat à la présidence affirme du haut de son tabouret, "non la Turquie n'entrera jamais dans l'europe parce que je ne le permettrai pas", est indadmissible. Pour qui se prend-il??? C'est dans ces moments-là que l'on retrouve le Sarkozy-chef tout puissant, celui dont nous avons peur. Le tout à l'avenant, comme par exemple son mépris du dialogue PS/UDF ("tragicomédie etc").
Moi qui n'aimait pas beaucoup Ségolène au début de cette campagne, je dois dire qu'elle m'a semblée être tout à fait à la hauteur de la tâche et pas du tout "boulottée toute crue" par le petit roquet qui s'en est pris plein la tête.

serge a dit…

Franchement si être militant revient à être de mauvaise foi ces commentaires en sont la preuve.
d'un coté nous avons eu un candidat de droite qui maîtrise bien ses sujets, qui ne parle pas la langue de bois et rentre dans le détail de ses propositions (pour la turquie il a raison et pourquoi pas le magrheb un jour dans l'europe aussi??) et de l'autre nous avions notre candidate belle, sereinne, faussement offensive mais dont le dialogue ne s'adressait pas aux français moyens, la décentralisations, le transfert des pouvoirs, brefs un language de l'Ena réservé à une élite ou à des députés centristes, language brillant mais pas assez concret pour le peuple (sauf proposition des 1500 euros BRUT sur 5 ans) mais tout le monde n'est pas professeur d'université.
Je pense donc sans aucune mauvaise foi que la décontraction de Sarkosy passera mieux et surtout sa pédagogie car vous n'aurez pas manqué de remarquer que lorsqu'il fait une proposition il ajoutte toujours" "que cela veux dire, j'explique" cette manière sera payante.
Pour ma part je continuerai le maintien de mon vote pour Mme Royal de plus en plus certain que le débat aurait été d'une autre qualité entre Fabius - Sarkosy ou Khan- Sarkosy mais bon les militants sont passés par là, le choix est fait et nous aurons Nicolas Sarkosy comme président Dimanche soir.

bernard Gaignier a dit…

D'accord avec Clotilde mais qques regrets: pourquoi ne pas avoir balancé plus sur le projet de sarko: par ex non remplacement d'1 fonctionnaire sur 2 partant à la retraite: 100000 prof vont partir en 2008: on supprime 50000 postes?
Pourquoi aussi ne pas avoir repris ses positions hallucinantes sur l'héritage 68 ou la criminalité génétique. elle y a fait une allusion qu'il s'est bien gardé de relever.
après, il faut le dire, qques faiblesses de notre candidate ont fait mal.. notamment sur les retraites.

Laurent Weppe a dit…

"non la Turquie n'entrera jamais dans l'europe parce que je ne le permettrai pas"

Et dire que "mon opinion sera celle du peuple français" avait créée un tollé. Et je rajouterai que mettre un véto présidentiel définitif sur l'entrée de la Turquie dans l'Union revient à planter un poignard dans le dos des laïcs Turcs.

Sinon cette histoire "d'Asie Mineure" est grotesque: L'Europe n'est pas une structure bordée par des frontières naturelles, et prétendre que des villes comme Bodrum ou Marmaris qui sont à un jet de pierre des îles grecques les plus proches seraient sur un autre continent, alors que des villes comme Vorkuta ou Perm situées à 1500 bornes de la frontière de l'Union la plus proche, seraient considérées comme "naturellement" européennes parce que situées à l'ouest de l'Oural confine à la plus grande hypocrisie.

Sur sa sortie à propos de la rencontre Royal Bayrou, il a encore une fois été très malin puisque s'il y avait un moyen de faire fuir davantage d'électeurs du centre chez nous, c'était de recommencer à taper sur cette rencontre en rajoutant une déclaration à la "oui mais moi j'ai le soutient des notables UDF". Sarkozy aurait eu un véritable intelligence politique et non juste un simulacre, il aura accepté lui aussi cette rencontre, ou alors il aurait laissé faire sans envoyer ses sbires hurler. Là il en rajoute une couche.

Sur le discours "d'énarque" faudrait savoir ce que l'on veut à la fin: c'est bien beau de dire qu'il ne faut pas de langage technocratique afin de noyer le poisson à coup de sigles et de taux, mais on a quand même une candidate qui postule que le citoyen moyen est assez savant pour pouvoir suivre une discussion politique d'un certain niveau, alors que Sarko, et une bonne partie de l'UMP avec lui ont toujours postulés que de toute manière le citoyen lambda était suffisamment ignare pour être manipulé et induit en erreur.
De plus, Sarko n'était PAS décontracté: avoir le regard fuyant, prendre à parti d'Arvor, tripoter en permanence sont stylo, et se recroqueviller sur son siège quand Ségolène passait à l'attaque, ce n'était pas de la décontraction.

Sinon, Bernard, attaquer le non remplacement des fonctionnaires, elle l'a fait au tout début du débat, ça a été la première offensive de sa part et elle s'en est mieux tiré que Sarko.

Et enfin, apparement, il semblerait que bon nombre de gens aient trouvé que notre candidate s'en est tiré mieux que Sarko, et comme il paraît que c'est les suffrages de centristes qui vont jouer, cette article a de quoi nous laisser de l'espoir:

http://abonnes.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-904716@51-901327,0.html

Clotilde a dit…

Quand je tapais sur Ségo, on me disait que j'étais de mauvaise foi. Quand je remercie Ségo, on me dit que je suis de mauvaise foi. Vous savez Serge, ça devient fatigant. Mais j'ai appris à m'en moquer. Et je revendique mon changement d'avis sur la candidate.
Le discours de Sarko ne s'adressait pas au français moyen, le français moyen n'est pas un débile qui ne pense qu'à ses sous et à sa sécurité, le français moyen c'est aussi quelqu'un qui a le droit de vouloir grandir et faire quelque chose d'épanouissant de sa vie, il a le droit de vouloir faire des choses plus intéressantes que de compter ses sous et payer moins d'impôts, il a le droit de vouloir avoir du temps pour soi, pour sa famille, pour son éducation et sa culture. Le français moyen de Ségolène a quand même une autre gueule que celui de Sarkozy, qui flatte le Bidochon-spectateur de TF1 en chacun de nous.

Bernard, je suis d'accord avec toi, j'aurais aimé Ségolène encore plus combattive, mais c'est déjà pas mal du tout ce qu'elle a fait.

Zineb a dit…

j'ai trouvé notre candidate trés (bonne) comme dirait quelques machos mal intentionnés,
déjà le passage a l'emission"a vous de juger" ou e a été trés bien , et ""n'en délaise a certains" trés péagogue.
cette fois elle a été offensive et a enfin montré de l'émotion et de la conviction sur les sujets sociaux.
Mr Sarkozy comme a son habitude a été demago et de mauvaise foi sur toute la ligne.
quant à la Turquie dans l'europe,
le fait qu'elle soit en Asie mineure n'est pas un argument pour refuser son adhésion a l'Europe, l'argument géographique ne tient pas sinon que dire de la gréce.????
qui se situe au sud de la Turquie comme vous le savez. quant au Maghreb, ne dit on pas le Maroc occidental? almaghrib qui signifie pays du coucher du soleil. donc occident.allez va Serge je n'y tien pas spécialement, je prefére une bonne coopération avec l'europe et l'afrique. SALAM Zineb

ricciarelli a dit…

Je vais être très succinct.
Ce débat permettra-il à SEGOLENE de l'emporter Dimanche.
Je pense que non (j'espère bien sûr me tromper).
Comment ai-je trouvé, SEGOLENE.
Dans la continuité de tout le bien que je pensais d'elle.
Comment ai-je trouvé SARKOSY
Très fort, même si ça me pèse de le dire.
Quelle conclusion en tirer ?
La France aura dans les 2 cas, un(e) président (e) digne de cette fonction.
Que faire, si ce n'est pas une présidente.
J'allais dire et je vais dire pour l'instant, attendons Dimanche.
Sauf que déjà pour moi, ce ne sera pas un problème de personne mais de programme.

Gromit a dit…

Je trouve certaines réactions d'électeurs et/ou militants socialistes ici particulièrement "tièdes" à propos de Ségolène Royal après ce débat mais, il est vrai, un peu à l'image de toute cette campagne. Comme si sa désignation par les militants du PS n'était toujours pas "passée" dans les gorges. Et comme si, peut-être, il fallait préparer l'après élection, l'après défaite et donc la reprise en main du PS avec un nouveau "candidat naturel", Fabius ou Strauss-Khan pour 2012. Cette attitude que je crois constater (et qui se trouve à mes yeux confortée par un gros déficit d'engagement dans la campagne de la part de ces deux courants) me met, pour dire la vérité, très mal à l'aise. Moi, au départ, je n'avais pas beaucoup d'attirance pour Ségo (doux euphémisme). Je faisais partie de ceux qui pensaient que Ségo allait exploser en vol bien avant le 22 avril. Non seulement, j'ai été très intéressé par sa "politique participative" (enfin quelqu'un qui s'y met concrètement !) mais elle a résisté de façon surprenante à toutes les attaques les plus basses, y compris celles émanant de son propre camp (j'en ai relues récemment, j'ai encore du mal à y croire)..

Dans cette campagne, j'ai écouté tous les candidats sans exception, toutes les interventions, débats télé, radios, journaux, j'y ai consacré un temps que je ne pouvais pourtant pas me permettre. Mais quand on est un passionné de politique... Alors que j'avais envie de voter plus à gauche que Ségo au premier tour, j'ai voté "utile" (donc pour elle) sans hésitation. Parce que, tout simplement, je voulais éviter un nouveau 21 avril mais aussi car moi qui étais un peu réticent, elle a su me convaincre, prise de parole après prise de parole (même si quelqu'un devrait se dévouer à lui à apprendre à lire naturellement un texte !!). Mais c'est surtout depuis le 22 avril qu'elle m'a bluffé. Je continue à ne pas partager toutes ses propositions, à ne pas considérer son pacte présidentiel suffisamment à gauche, mais on fait avec ce qu'on a et pour battre la droite incarnée par Sarko, il faut aussi donner des gages au centre même si ça ne fait pas plaisir. Ou alors autant se complaire dans l'opposition ad vitam eternam.

J'ai découvert une Ségolène Royal "vraiment" compétente (même si, comme tout le monde, elle n'est pas à l'aise de manière uniforme sur tous les sujets). Je l'ai trouvée depuis 10 jours en réelle connexion avec les Français. Redoutablement – pour ses adversaires – pugnace et déterminée. Autant elle "ne sait pas lire", autant elle est brillante à "l'oral libre" comme dans toutes les émissions TV où elle a été invitée.
Hier soir, moi qui ne suis pas pas membre du PS, j'étais fier de voir la candidate de toute la Gauche, puisque tel est le cas maintenant, faire une telle prestation. Sarko a certes réussi à garder son calme lexomimil mais a été en fait dominé de bout en bout. C'est elle qui a eu l'initiative du débat tout du long. Alors qu'il avait l'énorme avantage de parler en premier, ce qui permet de "voler" les propositions ou arguments de l'adversaire par avance. Elle a été, contrairement à ce que certains disent, très claires la plupart du temps sur ses explications. Elle a poussé Sarko à s'expliquer sur son bilan et n'a jamais rien lâché.
Sarko ne la regardait jamais dans les yeux mais par en dessous et surtout en direction de PPDA (en particulier) et Chabot comme pour leur demander leur secours. C'était assez pitoyable de le voir en fait refuser le débat, il s'adressait plus souvent à eux qu'à elle. Elle l'a malmené comme jamais personne ne l'a fait depuis des années (depuis elle-même en 93 ?). Et bon sang que le coup de gueule, de révolte, de Ségo m'a fait plaisir ! Ok, il y a eu 30 secondes de trop mais ce n'est pas grave. Voir Sarko se réfugier dans ses notes qu'il feuilletait et se rabougrir dans son fauteuil était bien plaisant.

Je ne suis pas devenu un idolâtre de Ségolène pour autant, loin de là, la vie et surtout la vie politique à laquelle je m'intéresse depuis mes 10 ans (élection de 65) m'a enseigné un certain scepticisme, pour ne pas dire un cynisme certain ! Mais voir des militants socialistes traîner des pieds encore aujourd'hui, à moins de 72 heures du vote, peut-être pour des raisons stratégiques internes au Parti, me désole profondément.

D'accord avec les posts de Clotilde et Laurent Weppe et pas du tout avec Serge qui semble reprocher à Ségo de ne pas avoir été assez populiste et démago (tel Sarko, et que Serge nomme "pédagogie" !). Et bien heureusement ! C'est tout à son honneur. Je n'ai pas fait l'ENA, je ne suis pas prof, ni d'Université ni d'ailleurs, mais je dois être vraiment très intelligent alors car j'ai compris tout ce qu'elle disait !

A propos, la Turquie fait partie de l'UEFA et dispute toutes les compétitions européennes de foot et pas celles d'Asie mineure (bon, ok, Israël aussi, mais pour d'autres raisons, très mauvaises d'ailleurs). ;)

serge a dit…

Ma chère Clotilde,
Si les Français ne pensaient pas à leurs sous et à leurs sécurité, la gauche aurait été au deuxième tour de l'électin de 2002 à la place de Le Pen.
Alors stop à la démagogie.Sur le débat et je le regrette Sarkosy fût meilleur etségolene trop technocrate

serge a dit…

Pour vous Laurent, non la Turquie n'a pas vocation pour l'instant à rentrer dans l'europe, et ce de part l'instabilité politique, de plus un jour il faudra bien admettre que l'europe a des limites sinon pourquoi ne pas intégrer un jour les états unis je sais c'est un exemple extrême.
L'Europe pour l'instant doit cesser de s'étendre et de continuer à s'harmoniser sur le plan social, fiscal et repressif surtout également sur le plan d'une défense armée commune forte cela étant fait nous pourrons penser à sson extention.
trop d'Europe tuera l'Europe c'est un simple citoyen peu instruit qui vous le dit avec la certitude de ses convictions.
bien amicalement à vous

serge

serge a dit…

Clotilde une autre précision je n'ai jamais pensé que vous étiez de mauvaise foi mais je suis fatigué que chaque camp pense que son candidat est le meilleur.
Sarkosy avait certaines bonnes idées, Ségolene aussi, avant d'être socialiste ou UMP nous sommes Français et pourquoi ne pasdire le meilleur de chacun, le pays y gagnerait les Français aussi

Socrate a dit…

Malin, habile, rusé, Sarko l'est c'est une évidence mais "digne de cette fonction" je ne pense pas ! Lisez donc cher ami l'article de Jean-François Kahn "le vrai Sarkozy" sur le site Marianne2007.info.Vous découvrirez la face caché du candidat (insultes dans son propre camp, irritabilité maladive, autoritarisme,intimidation, affaires etc), celle que la plupart des journalistes politiques en place connaissent mais ne révèlent pas...Avec Chirac on a fini par savoir un peu à quel point la dignité de l'homme etait "abracadabrantesque " , Sarkozy est parfaitement dans cette continuité "indigne" de la fonction...la dignité de Sarkozy, c'est aussi stable qu'une boison gazeuse..ça fait "pschittttt"...

ANTONIN a dit…

A ce niveau de la campagne, seul le curseur des derniers indécis est susceptible de bouger d'un coté ou de l'autre. Pour les autres, même apolitique, je doute que ce débat puisse changer quoi que ce soit.

En tant que militant socialiste,j'inclinerais à dire que c'est plutôt du coté de Segolène Royal qu'il doit se déplacer.
Elle a été pugnace, accrocheuse, ne cédant rien, poussant Nicolas Sarkozy dans ses derniers retranchements par moment, ne lâchant la main à aucun moment.

Ont peu comprendre que certaines approximations ont été énoncées par l'un ou l'autre, car dans la fonction qu'ils espèrent exercer, les sujets sont tellement vastes et complexes que l'on peu leur accorder une certaine indulgence.

Par contre, et à ce niveau de la campagne, entendre Nicolas Sarkozy user et même abuser parfois de démagogie dans les propos qu'il tenait me parait inquiétant.
J'ai aussi remarqué que son attitude n'était pas celle à laquelle il nous a habitué lors des ses meetings ou de ses précédents débats,lorsqu'il "porte haut", lorsqu'il assène ses slogans avec force mouvement de bras ou doigt tendu.
Il avait hier au soir le regard fuyant, comme gêné face à son adversaire, cherchant sans cesse l'appui ou l'approbation des journalistes, au contraire de Ségolène Royale, qui le fixait elle, droit dans les yeux tout en ayant, à mes yeux, une attitude ferme, déterminée et volontariste.

Sur tout ces points, c'est certainement elle qui a gagné la bataille de l'image.
alors pour le résultat de dimanche soir, il ne nous reste plus qu'à nous en remettre à tous les citoyens indécis, qui pour certains, nous l'avons déjà douloureusement vécu par le passé, sont susceptible de basculer d'un coté (extrême ou libéral) ou de l'autre (force de progrès démocratique et républicain).

A dimanche avec le bon bulletin.

ANTONIN

Anonyme a dit…

Gromit:

À supposer qu'elle soit battue dimanche soir, il sera désormais impossible aux autres candidats de prétendre qu'ils auraient pu faire mieux, et ce sera elle qui restera le "candidat naturel", comme Mitterrand de 74 à 81, comme Jospin de 95 à 97. Mais là encore, elle est encore loin d'être battue, et n'en déplaise au Figaro qui nous ressort un sondage foireux (parce que bon, on parle d'un institut qui a affirmé que Bayrou avait convaincu 56% des français sur son programme et que 48% des français trouvaient Le Pen convaincant, donc bon, quand on compare aux résultats finaux...), c'est elle qui est sortie gagnante du débat de Mercredi.

ricciarelli a dit…

Cher SOCRATES

Un petit rappel ; 11 448 669 et 9 500 112, ce sont les nombres d'électeurs pour SARKOSY et SEGOLENE au 1er tour.
Donc par respect pour ces électeurs, je persite à dire que les 2 candidats sont dignes de cette fonction.
On n'arrive pas à un tel niveau c'est à dire choisi par chacun des camps avec des % éloquents sans talent et par hasard.
Pour ce qui est des différents articles concernant SARKOZY, sachez que les mêmes existent dans l'autre camps au sujet de SEGOLENE.
Donc pour moi, une fois que le candidat de chacun des camps est choisi le débat ne doit porter plus que sur les projets et non sur les personnes.
Pour rappel, afin qu'il n'y est pas de confusion, je suis depuis le début voire avant, derrière SEGOLENE.

Socrate a dit…

Ségolène Royal n'a fait virer aucun journaliste d'aucune rédaction que je sache, Sarkozy a fait virer un ex-directeur du Figaro, de Paris-Match ,fait interdire des livres, insulté et menacé des journalistes à maintes reprises sans compter des affaires d'enrichissement personnel et bien d'autres choses qui ne sont pas des ragots mais sont prouvés avec témoignages vidéos des intérréssés sur Youtube.com par exemple ou sur Marianne2007.info. Sarkozy n'a toujours pas fait publié son patrimoine, a eté serré la main au criminel Bush etc etc...La Droite peut raconter ce qu'elle veut mais ce n'est pas du tout le même bilan ni le même genre de personnage !

Socrate a dit…

Donc je suis désolé, informez-vous mieux..Je peux respecter quelqu'un comme Borloo ou Bayrou et même De Villepin mais Sarkozy pour moi n'est qu'un voyou, un truqueur et un dangereux arriviste de type Berlusconi et cela se sait jusque dans son propre camp.

Cet idée qu'on est respectable parce qu'on fait 11 millions de voix ,je ne la partage pas..Hitler est arrrivé au pouvoir par les urnes...Chaque jour TF1 fait nettement plus d'audience qu'ARTE.Les programmes de TF1 sont-ils nettement plus dignes ?

Clotilde a dit…

Socrate, one point.
C'est exactement ce que je me disais. Je peux tout à fait respecter des opinons différentes des miennes sur l'économie, sur les moyens de relancer la croissance, ce genre de trucs. Mais des gens qui votent Sarko (ou blanc d'ailleurs, ce qui revient à ne faire aucune différence entre l'un et l'autre), en sachant pertinemment ce qu'il pense des plus faibles, ce qu'il fait des gens qui ne rentrent pas dans ses cases "métro/boulot/dodo", en sachant qu'il pense que les personnalités ou les difficultés des gens sont génétiques ("je suis né hétérosexuel", "les tendances suicidaires ont une origine génétique", "il faut détecter les problèmes des enfants dès leur plus jeune âge" etc...), tous ces gens-là, je ne les regarderai plus comme avant. C'est ce que je m'étais dit en 2002 pour les électeurs de le Pen, mais ils n'étaient qu'un sur 5. Là, ils vont être un sur deux, je trouve ça franchement horrible.

ricciarelli a dit…

Clothilde

Pour dépassionner ce dialogue.
Le seul match qui existe c'est entre SEGOLENE/SARKOZY et on comptera les % dimanche soir.
Pour le reste ; j'ai prévu pour mardi une petite mérenda (socca et farcis), suivie d'une partie de pétanque avec Marcel mon voisin de 20 ans qui va demain voter SARKOZY.
Qu'est-ce que je fais ?
Je l'annule sous prétexte que j'ai voté SEGOLENE.

Nota : à publier ou non

Socrate a dit…

J'aimerais te répondre Ricciarelli : Même si je maintiens ce que j'ai dit ,je comprends tout à fait que tu continues à fréquenter ton voisin..évidement ! Il faut continuer à se parler librement , le contraire serait stupide et même dramatique, ce n'est donc pas moi qui vais te jeter la pierre, au contraire... Se parler ,c'est essentiel, on peut le faire en tentant de comprendre l'autre, sans mettre ses convictions profondes dans sa poche, c'est encore une chance qu'on a dans ce pays de pouvoir se parler...