31 janvier 2008

Unilatéralisme à Risso


Après Patrick Allemand refusant en novembre de débattre avec moi devant les caméras de France 3, c’est au tour de Christian Estrosi de refuser aux journalistes d’I télé un débat Estrosi - Peyrat - Allemand - Mottard, pour leur imposer, via la direction de la chaîne quelques jours plus tard, un face-à-face Estrosi-Allemand nettement moins périlleux.

Le moins que l’on puisse dire est que ces gens n’ont pas la culture du débat. A moins que le positionnement original de Nice Autrement ne déstabilise ces champions de l’immobilisme et des situations acquises.

Cette couardise médiatique résonne comme un déni de démocratie, mais il faut bien faire avec. C’est donc unilatéralement que Nice Autrement continue à présenter son programme et ses propositions.

Ce matin, dans la superbe permanence de Risso relookée par les bons soins du talentueux Richard, c’est d’Education et de Recherche que nous avons parlé, avec Clotilde, Sami, Céline, Sophie, et Christian, devant la presse. Création d’un véritable service municipal de l’éducation, développement de la culture scientifique vers le public, mise en place d’un véritable Conseil Scientifique auprès de la Municipalité pour cibler les aides apportées à l’Université et à la Recherche. Voilà quelques pistes à propos desquelles nous serions ravis de débattre.

Mais pour débattre, il faut être plusieurs…

16 commentaires:

GaBuZoMeuLeitmotiv a dit…

Ouais, nan mais attends... sois tolérant toi un peu hein !! Pour parler, débattre et tout... bah faut des mots... des idées... de la motivation... et pis pour certains faut composer un personnage... bref, tu te rends pas compte toi que l'honnêteté et la facilité à exprimer son réel dévouement, bah ça se trouve pas sous le sabot d'un cheval...
tsss... pas possible ça...

Clotilde a dit…

Aaah ben ça c'est sûr que le courage n'est pas la chose la mieux partagée du monde! J'en ai encore eu la preuve ce soir....
Bon, Estrosi a peur de toi. Même si c'est inadmissible que ce débat te soit refusé, c'est bon signe en quelque sorte.

Alors continuons donc à être positif et à proposer.

Concernant la politique scientifique, si l'on veut que Nice devienne une vraie ville universitaire, il faut que la municipalité prenne ses responsabilités. Un vrai conseil scientifique auprès de la mairie, comme il en existe un à Paris, avec des représentants de TOUTES les disciplines, pour en finir avec les petits arrangements entre amis.

Et puis, en plus de la promotion de la culture scientifique, une ouverture vers l'extérieur, avec la création d'une maison d'accueil temporaire pour des scientifiques venant d'autres villes de France ou de l'étranger. Ils sont très nombreux à vouloir venir, mais ils n'osent pas, tellement c'est compliqué et cher de venir à Nice, même pour un an. L'université, les laboratoires et la ville elle-même en tireraient un grand profit!

Il ne faut pas oublier non plus les étudiants eux-mêmes et faire un effort d'accueil pour leur rendre la vie plus simple côté logement et leur permettre de se consacrer pleinement à leurs études.

Sylvie a dit…

J'ai appris aujourd'hui, par hasard, que M.Estrosi envoie des invitations à un nombre très important de niçois pour les convier à des réunions de sa campagne municipale, en utilisant du papier à en-tête du Conseil Général et des timbres à 0.54c!!! Je trouve cela scandaleux. Non seulement la couverture médiatique des candidats est inéquitable mais leurs moyens financiers sont complètement disproportionnés. Où est la démocratie???

Laurent Weppe a dit…

En parlant de politique universitaire, même si le gouvernement est devenu plus silencieux ces derniers temps, ses objectifs de diminuer le nombre d'universités en France n'ont certainement pas disparus: avec une poignée de campus dispersés sans coordination commune, une réputation faiblarde comparée à celle d'autres villes et un manque de moyens flagrant (mémorable fac de lettres...), Nice pourrait se retrouver dans les prochaines années sans université.

Après, on peut faire une croix sur l'université de Nice, mais dans ce cas, autant l'admettre.

irene a dit…

En rentrant sur le blog.... j ai cru que Nice Autrement avait ouvert une troisième permanence...
bravo RICHARD pour le relooking... et tout ça avec les moyens du bord "super équipe" ( de quoi faire vraiment des jaloux.... )

claudio a dit…

Pour la conférence de ce matin... Bravo à tous. J'ai trouvé que le rendu sur France 3 était bon;
Pour le pseudo débat d'ITélé : un moment d'anthologie. On a touché le fond du fond du fond. Résultat : Peyrat en devient presque sympathique. On marche sur la tête. Confirmation : Estrosi et Allemand n'ont vraiment pas d'épaisseur (pour rester correct)

Anonyme a dit…

Décidément Nice Autrement fait une bien belle campagne : quoi qu'il arrive, vous pourrez tous en être fiers. Quel dommage que Patrick Allemand ait voulu diviser la gauche : comment peut-on prétendre avoir des convictions et agir ainsi, uniquement par intérêt personnel ? Combien lui faudra-t-il de mandats ? Bonne continuation.
Anne-Lise

Patrick Mottard a dit…

Au final nous avons eu droit à un "débat" Peyrat-Allemand... du grand n'importe quoi !
Cela dit l'indignation de Patrick Allemand serait beaucoup plus crédible si lui même ne refusait pas les débats qui lui font peur (cf débat Mottard - Allemand proposé par FR3 en Octobre).
Autre mise au point : dans son palmarès des élus les plus assidus, Nice-Matin a oublié de dire que j'étais présent à TOUS les conseils de la mandature (64 conseils de 8 h en moyenne=500 heures environ... Vertigineux...non ?

Clotilde a dit…

Peyrat-Allemand! De mieux en mieux!! En même temps c'est trop drôle!

démocratie a dit…

Peyrat/Mottard, voilà un vrai débat!

Anonyme a dit…

Monsieur Christian Estrosi nous a donné, en refusant le débat de la chaîne i télévision, une très belle leçon de démocratie.
De la part d’un ministre, membre du gouvernement cette attitude est pour le moins surprenante et carrément inadmissible. En dépit des propositions insistantes qui lui ont été faites, il a dédaigné débattre sur le fond.
Mais il faut rappeler que Monsieur Patrick Allemand avait, lui aussi, refusé un débat en octobre dernier sur la chaîne régionale Fr3. Ce débat devait l’opposer à Monsieur Patrick Mottard, candidat à l’élection municipale. A partir de ce moment l’indignation de Monsieur Patrick Allemand n’est plus trop crédible. D’ailleurs le fait que Monsieur Patrick Allemand accepte un débat sans les autres candidats est inquiétant.

Pendant le « face à face », Patrick Allemand et Jacques Peyrat, vont involontairement faire « cause commune » contre le Président du Conseil Général. « - Le bilan du Maire sortant est contrasté … », dira Patrick Allemand. Ses paroles ne percutent pas et manquent de conviction. Même s’il égratigne Jacques Peyrat sur les dossiers litigieux l’usage d’un ton soft ne donne pas le sentiment que Jacques Peyrat soit l’ennemi à abattre, bien au contraire, Jacques Peyrat en devient presque sympathique.

Monsieur Estrosi lui, surfe sur la même vague que son ami président. Celle de la forme et de l’illusion confortée en cela par la puissance de l’appareillage UMP qui lui permet d’occuper de manière trop visible et trop insistante l’espace médiatique.

La démocratie avait tout à gagner de ce débat d’idée qui aurait permis aux Niçoises et aux Niçois de se forger une opinion avant le 1er tour. Tout au moins si tous les candidats étaient présents.

Ségurano

Tankaferheinsoyonfou a dit…

Mottard/Mottard... qui dit mieux...?

irene a dit…

que penser du candidat qui refuse un débat... voici 2 commentaires que j ai entendus autour de moi....

" aucun interet de se déplacer pour MOTTARD il n est pas important... "

" ils ont peur de se retrouver devant MOTTARD ... ,

moi je retiendrais une chose: Le fait de refuser un dialogue .... donne matière à discussions et à interrogations et en période électorale c est important...

Laurent Weppe a dit…

" aucun interet de se déplacer pour MOTTARD il n est pas important... "

C'est en tout cas l'idée que certains veulent donner, en postulant que plus un candidat apparaît insignifiant, moins grand sera le nombre de ses électeurs.

Toujours est-il que le comportement d'Estrosi est le plus intéressant dans l'histoire: il accumule les marques de soumissions de la part des notables et demi-notables de la ville, mais ne se met jamais en première ligne, à la manière d'un aristocrate qui accumule les titres et les serviteurs tout en créant la plus grande distance possible entre lui et le commun des mortels.

Alain a dit…

Les utopistes d'hier sont en train de gagner le pas, et de concrétiser leurs sincères aspirations, alors que les faux réalistes aux positions ancrées sur les spéculations réalisent que leur conviction est posée sur des sables mouvants. C'est peut être pourquoi ce débat leur est tabou. En tout cas, merci d'être là.

bernard gaignier a dit…

Arrétez d'etre méchant avec lui! Enfin il savait pas le pauvre qu'un jet privé ça revient plus cher qu'un avion de ligne!!!on lui a pas dit.... 2 solutions: Il est sot ou malhonnète...Dans tous les cas indigne d'etre maire de Nice