19 janvier 2008

Le chauffeur s’appelait François

Après les Européens de Nice, le tram-train des Pignes, la Prom’classic et la double inauguration, « Nice Autrement » présentait à la population et à la presse son programme en faveur du logement à Nice.

Un programme musclé qui se veut l’équivalent d’un plan Marshall qu’on aurait doublé d’un plan ORSEC pour l’urgence…

Comme je ne cesse de le répéter depuis 2001, la crise est aiguë et, au-delà des injustices criantes, risque de paralyser l’ensemble de l’activité de la ville.

Ces propositions, nous avons choisi de les présenter symboliquement et simultanément dans l’ensemble des quartiers de la Ville, en affrétant pour la circonstance un bus qui, de l’Ariane aux Moulins, en passant par le centre ville et même la Promenade des Anglais, a recueilli, arrêt après arrêt, l’équipe de Nice Autrement, la presse et des Niçois soucieux d’engager le dialogue.

Malgré la convivialité du moyen de transport et la bonne humeur habituelle de l’équipe, la gravité a souvent dominé au cours de ce véritable recensement des points noirs du logement à Nice : gestion désastreuse de l’ex OPAM, ghettoïsation forcenée, marchands de sommeil, logements insalubres, dents creuses inexploitées, verrues persistantes, squats inévitables, sans oublier les tarifs prohibitifs proposés aux devantures des agences immobilières.

Si, au départ du périple, nous pouvions légitimement nous poser des questions sur l’extrême ambition de notre projet, à la fin, nous ne pouvions que conclure à sa nécessité. De retour à l’Ariane, nous prenons congé de notre chauffeur si chaleureux et si disponible de la Santa Azur. C’est à ce moment précis que j’apprends qu’il s’appelait François…

Les vidéos de la journée :
Logement 1
Logement 2
Logement 3
Logement 4

Rue Trachel

14 commentaires:

TriptykAstral a dit…

J'adore ce souci du détail !! Je trouve que c'est génial de parler de "notre saint" du jour, je l'ai pris en photo, j'étais toute fière, persuadée d'être la seule à y avoir pensé... je vois avec plaisir que non...
ça n'entache en rien l'importance du sujet traité... loin s'en faut...

Ségurano a dit…

Extinction de voix des municipales.

Le front ruisselant de sueur, je me réveille en sursaut. L’angoisse en pleine nuit…. Il est trois heures du matin. Je me dirige péniblement à la cuisine pour boire un verre d’eau fraîche. Mais qui ne sera pas le prochain maire de Nice ? La lumière du frigo m’aveugle un instant et soudain l’évidence s’impose. Mes neurones fonctionnent à plein régime. Le maire de Nice ne sera pas Christian Estrosi. Pourquoi ? Je vais vous le dire.
Viendrais-je ainsi confirmer, insidieusement, la rumeur qui veut que Jacques Peyrat remonte à très vive allure dans les sondages ? Que Patrick Mottard, exclu bienheureux du PS serait sur le point de dépasser l’ « officiel ». Je n’en sais fichtre rien, mes amis. Il y a déjà une bonne dizaine de jours, dans des déjeuners ou des dîners niçois, j’ai entendu des gens, bien mieux informés que je ne le suis (et pourtant je regarde TF1) l’assurer.
C’est un peu comme ceux qui diagnostiquaient, dès le 10 mai 1981, que Mitterrand, gravement malade allait mourir. Cela a fini par arriver…
Il n’empêche… Assis sur ma chaise de cuisine, mon verre d’eau à la main, je formule cette interrogation : que se passerait-il si Nicolas Sarkozy, tout à coup, nommait ministre de l’intérieur le candidat ex champion motocycliste ? Larguerait-il sa course aux municipales ?
J’entends déjà certains lecteurs de ce blog se demander si je n’ai pas basculé dans la collection Harlequin. Outre qu’il n’y a pas de sot métier et que le pouvoir d’achat étant ce qu’il est par les temps qui courent, je ne rechignerai pas à écrire pour cette noble maison, il n’en reste pas moins vrai que ce mimétisme est suspect et conduit à se demander si Christian Estrosi ne part pas en vrille. Une rhino pharyngite, en quelque sorte. Affection infantile (!) qui survient en période froide et qui touche de façon épidémique les collectivités. Parmi les symptômes, indiquent leurs encyclopédies médicales, on note des douleurs pharyngées. Une très grosse angine, quoi ! Faut-il y voir un lien avec le phlegmon présidentiel ?
Vous me rétorquerez qu’il n’est point besoin d’invoquer la santé du Président pour s’interroger sur les élections municipales et sur le devenir des niçoises et des Niçois. Soit !
L’heure est à présent aux choses sérieuses, à la propagande. « Je veux, en effet, demain, être le Maire de toutes les Niçoises et de tous les Niçois, dans un esprit d'union, de rassemblement et de fédération. Ma candidature s'inscrit dans une démarche de renouveau et de renaissance pour notre ville, afin que les citoyens de Nice puissent à nouveau regarder l'avenir comme une espérance. Je vous assure de mon écoute permanente et de ma volonté d'apporter à ma ville le meilleur de moi-même. », écrit Christian Estrosi sur son blog. Histoire d’élever le débat, et donc de rassurer mes lecteurs, je voudrais participer, moi aussi, à ce grand questionnement métaphysique. Mais voilà, quand on est Ministre on est plus souvent à Paris qu’à Nice. Mais qui s’occupera de la ville pendant ce temps là ? Mon angoisse est à son paroxysme…
Pour ma part, je vois une campagne intoxiquée qui favorise davantage les lèches culs que les méritants. Nul procès d’intention. Je ne fais que rendre compte sur ce que je lis, ce que je vois, ce que j’entends, et c’est bien cela qui m’empêche de dormir.
Entre l’éther de la philosophie et l’opium du people, il y a fort à faire dans notre ville pour enrayer la ghettoïsation et les logements insalubres comme le dit très justement Patrick Mottard.
Il faudra se souvenir des noms de tous ceux qui participent à cette trahison. Et les faire trébucher à l’élection municipale. S’ils n’ont pas d’honneur, qu’ils aient au moins la crainte. J’ai froid, je m’éponge le front avec un kleenex, j’éteins la lumière, je vais me recoucher pour une heure ou deux, je vais penser à ma belle ville de Nice pour qu’elle soit « Autrement ».
Ségurano
Publié sur Radioscopies

SAMI a dit…

Bravo pour cette journée, qui nous a montré oh combien il était important de traiter ces questions.
Toutes les personnes qui nous ont interpellés ont vraiment apprécié cette démarche et nous ont demandé d'agir très vite si nous étions élus.
Les logements dégradés que nous avons vu à l'Ariane ce matin me donnent envie de vomir et je me demande comment le Maire actuel et ses copains peuvent se regarder tous les matins face à une glace.
Plus que jamais, moi qui ne voulais pas m'engager en politique,ça me donne a présent l'envie ET LA FORCE de m'investir pour essayer de faire en sorte d'améliorer et de FAIRE respecter la dignité humaine dans cette ville où ce principe fondamental est bafoué par ces pseudos politiques qui tiennent cette ville depuis des décennies.
Alors soyons responsables et agissons pour ne pas laisser à nos enfants une image déplorable de nos quartiers pour les années à venir.

Sijavéssu a dit…

Super journée! un petit voyage en bus dans notre belle ville de Nice , nous a montré combien de travail il reste à faire ( est aussi comment le travail à était fait, ou n'a pas était fait ) merci à tous

irene a dit…

bravo pour cette journee... je voulais saluer l'idée originale et son organisation pour traiter un sujet aussi important et sensible.... à la façon NICE AUTREMENT...

Patrick Mottard a dit…

Et pour certains d'entre nous la soirée sera également "autrement" au théâtre de l'Alphabet où notre talentueux colistier Bernard jouait "L'avare"...Du grand théâtre allez tous le voir jouer le week end prochain!

irene a dit…

A BERNARD
Quelle satisfaction pour toi d entendre ce petit garçon d une dizaine d années rire aux éclats à te voir faire tes mimiques...et il n'était pas le seul.... sur du MOLIERE bravo...

bernard gaignier a dit…

Merci à vous d'etre venus.. cest toujours super de jouer devant des copains meme si après ils en profitent pour me préter les caractères de mon personnage!! alors à samedi prochain pour les autres....

Anonyme a dit…

N'avez-vous pas oublié la Madeleine dans votre périple? Je crois qu'ils sont encore en train de construire un immeuble à l'emplacement d'un des derniers parkings où je pouvais encore me garer quand je rend visite à ma mère(presque tous les jours). Aucune évolution dans ce quartier depuis tant d'années... oui, ils construisent des logements mais plutôt des cages à poules. Et sans aucun parking adéquat c'est toujours l'anarchie des doubles files, des camions de livraison, des bus qui ne peuvent pas circuler, et des garagistes qui squattent des places pour leurs voitures en réparation ou en dépôt-vente. C'est bien sympa, ça fait un peu village, mais pour les gens pressés qui travaillent, ont des enfants à déposer à l'école, c'est un stress maximum même pour acheter une baguette de pain ou aller à la pharmacie. Alors des logements, oui il y en a, mais dans quel cadre de vie?
A part ça, je suis à 100% d'accord avec l'analyse politique de Ségurano.
Encore une fois merci pour tout ce que vous faites, le résultat apparaîtra dans les urnes.

Alain a dit…


Un peu en rebond sur "le logement" et sur les "extinctions de voix" de Ségurano, m'est venu ce texte.


Logement, la belle affaire ! Où est la problématique du pouvoir d’achat, pas dans le pain, ni dans le beurre, mais dans le toit. Nos envies, nos besoins, nous pouvons les maîtriser, mais les loyers, les remboursements, les charges, les impositions, non. Les prix sont à la disposition des indices, des faiseurs d’indices. Un appartement a été acquis en 1999, immense merci à nos aînés qui nous ont permis ce bien être. L’évaluation de l’appartement à ce jour est d'au moins trois fois le prix initial.
Le règne de notre temps appartient aux spéculateurs et aux promoteurs. Tout comme les promoteurs, les grands distributeurs, les grandes surfaces, ne font plus recette sur la vente, sur le produit même, mais sur la spéculation du montant de leur vente.
Par extension du phénomène, les entreprises se vendent et se rachètent, délocalisent, selon des principes analogues.
Et la condition modeste paie le prix, les promoteurs et spéculateurs, en leurs 4x4 chromés, feignent d’ignorer tout cela de haut. Espérons pour eux qu’un jour ils soient pardonnés, car tout est preuve qu’ils ne savent pas ce qu’ils font.

bernard gaignier a dit…

Entièrement d'accord avec "anonyme" sur la Madeleine. Quartier populaire et sympa mais rendu invivable par la pollution automobile, l'impossibilité de se garer et les doubles files qui font que l'on ne peut circuler.. et mal que sur une seule file. Descendre le matin le bd de la madeleine relève de l'exploit!! Et rentrer chez soi le soir... mission impossible.

politikart a dit…

l'originalité est le marqueur de votre campagne, c'est interessant.

irene a dit…

un super "reportage" vraiment... une belle réalisation ces videos.... je viens de les visionner( sans mettre le son... ) et franchement les images parlent d elles mêmes...

Anonyme a dit…

rassurez-moi, le chauffeur s'appelle toujours françois ?

sinon pour ce qui est du boulevard de la madeleine, je suis toujours surpris a) de voir autant de voiture descendre du boulevard à partir de 17 heures.
b) de voir les habitants électeurs, malgré tous les désagréments de ce quartiers, voter pour l'homme de la mairie et ce depuis des lustres.