29 juin 2011

Administrateur du Foyer de l’Enfance

Ce matin, du côté de Nice La Plaine, j’assistais à mon premier Conseil d’administration du Foyer de l’Enfance des Alpes-Maritimes, FEAM de son petit nom.

Il s’agit d’un établissement public chargé d’accueillir dans l’urgence les mineurs en danger. De trois à dix-huit ans, enfants et ados, par centaines chaque année, font un séjour provisoire – mais souvent assez long – dans l’un des seize établissements à dimension humaine (pas plus d’une douzaine de places par Villa) qui appartient au Foyer.

24 heures sur 24, 365 jours par an, 350 salariés (dont notre amie autrement Faouzia) font de leur mieux pour organiser une pause dans le parcours chaotique de ces mineurs en les aidant à construire leur avenir.

J’étais d’autant plus fier d’intégrer ce beau service public qu’il s’agissait pour moi de prendre la succession de Dominique qui, pendant six ans, a été membre du CA du Foyer. Un mandat qui, apparemment a laissé de bons souvenirs car, en son absence, le Président l’a remerciée publiquement le 29 mars pour « son investissement, son assiduité, le travail qu’elle a accompli avec les administrateurs, sa volonté de servir le Foyer de l’Enfance des Alpes-Maritimes… »

Il ne me reste plus qu’à essayer d’être digne de cette succession. Il faudra le faire dans un contexte assez déprimé : le FEAM, en effet, n’échappe pas aux restrictions dues au budget de pénurie du Conseil général (voir, « Les indignés de la décentralisation »). Son budget, sur un total de 18 millions, sera amputé de 400 000 euros…

6 commentaires:

Anonyme a dit…

On va pleurer sûrement. Nous qui avons travaillé toute notre vie, c'est notre budget, que nous nous sommes fait, qui diminue. Alors il serait bien que certains arrêtent de se lamenter et qu'ils se prennent enfin en mains avant de tout attendre d'un peuple qui n'a plus rien à prouver en terme de générosité et de solidarité, et qui malheureusement devra un jour arrêter de payer pour des personnes qui n'ont jamais contribué à la richesse de la France.

Paul Mauguin

Patrick Mottard a dit…

c'est effectivement un scandale ces gamins de 3 à 18 ans qui n'ont jamais contribué à la richesse de la France...

Emmanuel a dit…

On mesure la capacité d'une société à durer dans le temps à la façon dont elle traite sa jeunesse, la plus brillante comme la plus marginalisée.
Si la jeunesse d'aujourd'hui ne participe pas à la richesse du pays, elle sera à coup sur la richesse de la société de demain.

Dominique a dit…

Il a raison Paul Mauguin (?), c'est vraiment un scandale que ces gamins, qui souvent sont des enfants maltraités, bénéficient de la solidarité de la collectivité. Abandonnons-les donc à leur sort !

bernard gaignier a dit…

De Paul Gauguin à Paul Mauguin le M de médiocrité a remplacé le G de génie

Anonyme a dit…

C'est comme le M de MOTTARD, c'est marrant.

Richard