29 novembre 2006

La nationalisation de la plaine du Var

Le lancement d’une Opération d’Intérêt National (OIN) le long du Var a été salué comme une bonne nouvelle par le maire de Nice. Loin de partager son enthousiasme, je suis même persuadé que cette annonce-là est le prototype même de la fausse bonne nouvelle.

Coincée entre la montagne (inexploitable) et la mer (inexploitée), striée par des vallons profonds et sans véritable communication possible, la ville de Nice étouffe… La crise du logement et le casse-tête de la circulation sont les symptômes d’une situation de plus en plus explosive. Et ce ne sont pas les huit kilomètres de tramway qui modifieront structurellement la donne.

Or, le seul territoire disponible pour enclencher une opération de « développement-rééquilibrage » est précisément la plaine du Var. Laisser l’Etat piloter son aménagement va transformer cet espace si nécessaire à la ville en enjeu d’aménagement du territoire.

Bien sûr, j’ai conscience qu’un tel projet peut drainer crédits d’Etat, fonds européens et même capitaux étrangers… Mais des contreparties seront exigées. Lesquelles ? Pour quoi faire ?

La définition de critères de développement mixtes (économie, logement, équipements collectifs) à travers le PLU aurait certainement été plus favorable à un développement harmonieux de la seule zone encore disponible sur le territoire de notre commune.

Le développement économique de la Région est nécessaire, mais il ne doit pas se faire au détriment de la qualité de vie des Niçois, voire de leur espace vital. Car, à quoi servirait de créer des emplois dans une ville où l’on ne peut plus ni circuler ni se loger ?

5 commentaires:

Laurent Weppe a dit…

Inexploitable la montagne? Pas si sûr. Aménager un espace en Relief n'est aps une mince affaire et peut s'avérer coûteux, mais au vu du mitage qui se pratique de plus en plus et de plus en plus loin dans l'arrière pays montre qu'il y a bien des gens capable de l'exploiter, de MAL l'exploiter en fait, surtout si personne d'autre ne s'en mêle. (D'ailleurs il serait assez intéressant de comparer la différence entre le lien entre la ville et la montagne, tel qu'il existe dans les Alpes du Nord et les Alpes du Sud.)

Anonyme a dit…

C'est devenu dans cette ville une triste habitude que de gâcher ses atouts avec une belle régularité.

Je rejoindrais assez l'avis de Laurent Weppe ; la montagne et le moyen pays offrent, à conditions d'offrir des possibilités de déplacement plus concrètes, des solutions d'aménagement auxquelles ont ne songe pas assez.

Quant à la situation explosive, au niveau du logement que vous évoquez Patrick, il suffit de lire les poignants témoignages parus dans le Nice-Matin de ce mardi pour en être plus que persuadé. Faudra t-il que l'on commence à voir des campements de Niçois ne pouvant se loger dans les rues pour qu'il y est enfin une réaction digne de ce nom ?

La plaine du Var est une solution pour le développement urbain de notre cité et résoudre, en partie, certains de ses plus graves problèmes. De grâce, Mesdames et Messieurs qui êtent aux affaires, ne la gachons pas !

Franck a dit…

Exploité, exploitable....
Pourquoi ne pas parler simplement de la nécessité d'un développement respectueux de l'environnement et des besoins sociaux et économiques. D'où la nécessaire adéquation entre le développement de cette zone et la prise en compte des moyens et axes de transports, collectifs individuels, de part et d'autre du Var, de la protection de l'agriculture paysanne, de la préservation des équilibres entre activités économiques et lieux de vie, avec prise en compte des besoins en logement. Que cette aménagement soit une opération d'intérêt général peut apporter ressources financières tant mieux mais il est important que soient consultés et impliqués population associations et citoyens.
Est-ce dans ce sens que nous allons ?

Adrian Belu a dit…

En tout cas, les espaces de débat, permetant d'agréger les préférences sociales et le lien homonyme, ferment les uns après les autres.

http://www.salade-nicoise.net/
et
http://alpazur.ecologie.ouvaton.org/

Cette dernière envoie une reponse type a tout prise de contact (demande d'adhésion, etc.), où l'on apprend que

"des difficultés insurmontables [...] humaines et financiaires [...] nous contraignent à disparaître"

"equipe composée de personnes en activité professionelle et de retraités" (ils ne se demandent pas pourquoi il n'y a pas des jeunes).
"Le bureau avisera simplement la Préfecture, le Tribunal et la Commission Paritaire de Presse de la cessation d'Activité".

Voilà, je pense que ça devait être mis quelque part, et en 5 minutes j'ai pas trouvé mieux.

Adrian Belu a dit…

J'étais bien naïf de croire que le moteur de recherche concerne aussi les commentaires :-) [pareil pour Nice-Matin]