17 novembre 2006

Le PS a une candidate

Depuis 22 heures, en ce 16 novembre, la question n’est plus de savoir si Ségolène Royal est une candidate réellement porteuse de nos valeurs et de notre projet, une compétiteuse capable de s’imposer face à la machine de guerre UMP, une future présidente ayant la stature exigée par cette très haute fonction dans le monde trouble qui est le nôtre.

Désormais, il FAUT que Ségolène Royal soit une candidate réellement porteuse de nos valeurs et de notre projet (les gestes qu’elle fera en direction des militants qui n’ont pas voté pour elle sera un signe important de sa capacité de rassemblement), il FAUT qu’elle soit prête à affronter la droite (pour cela il faudra rassembler la gauche), il FAUT qu’elle prenne la dimension de la fonction si elle est élue (finis les gadgets, finies les approximations, finies les provocations).

Une vraie justice sociale et un monde plus juste, les deux piliers de notre projet, doivent nous conduire non seulement à gagner mais à transformer durablement la société. Car, comme le disait Jaurès, il ne sert à rien de gagner si ce n’est pour porter une grande idée.

44 commentaires:

bernard gaignier a dit…

Isole dans mon ile et n'ayant pu me libérer je n'ai pu venir voter pour DSK que je soutenais. Le résultat sans appel m'enlève tout regret.
De toutes façons, il y a un grand vainqueur, le PS qui a pu donner une formidable leçon de démocratie.
le débat a passionné les français et quoi q'on en dise il est resté digne.
Maintenant nous devons nous rassembler et je suis entièrement d'accord avec Patrick sur la responsabilité qu'a la candidate pour rassembler tout le monde
Bon courage à tous pour la campagne à venir et pour que la france élise en 2007 une femme socialiste à la présidence de la république.

Clotilde a dit…

Et ben tiens, faisons nôtres les idées "formidables" de Ségolène: commençons les jurys populaires au sein du PS et ne la laissons pas s'écarter du projet.

Anonyme a dit…

Les questions posées montrent bien le doute que tu ressens. Beaucoup de sympathisants aussi... Nous ne voterons malheureusement pas socialistes... la mort dans l'âme.
Mais le choix du PS est, je pense, une grave erreur pour la France. Bon courage.

Claudiogène a dit…

J'ai mal à la tête !!!
Bon, les choses deviennent plus claires. Maintenant, on connait le nom du prochain président de la république : Sarkozy.
Elle aurait plus de chances face aux All Blacks.
Alors, j'espère que vous, les socialistes, n'allez pas nous faire le coup de tout le monde il est beau derrière Ségo.
Il va falloir "penser" les déchirures.
...

Richard a dit…

Moi aussi, je soutiendrai Ségolène de toute mes forces.

Sur ses thèmes de campagne : carte scolaire, jurys populaires encadrement militaire, stigmatisation des enseignants et leur remise au travail, discours pauvre en arguments et si riches en anecdotes, sur tous ces thèmes, je le promets, la meilleure chose que je peux apporter c'est ma plus totale discrétion.

Franck a dit…

Pétales fanés.
Le désert progresse...
La gauche, terre d'ailleurs?

Clotilde Gimond a dit…

non mais attendez là, vous avez perdu tout espoir de la faire changer d'avis sur les choses qui nous débectent? Il m'avait semblé qu'elle avait dit que la fameuse vidéo "volée" n'était qu'une réunion de travail préliminare. Il faut faire les corrections, redemander une copie etc (par exemple, lui demander de s'occuper des milliers de contractuels et de vacataires de l'éducation natonale! en voilà une chose qui serait utile et qui donnerait à nos enfants des enseignants plus motivés par des conditions de travail décentes!)

Anonyme a dit…

Clotilde le retour!!

Votre réaction n'est pas constructive relisez vos propos
"Patrick Mottard a beaucoup de patience. Parfois je me dis qu'il en a trop mais il a sans doute raison"

Michel Grinda a dit…

Bravo félicitations Ségolène, même si je n’ai pas voté pour toi, il faut reconnaître ton incontestable succès Une première étape s’achève, cette primaire restera comme un bon exercice démocratique au service de l’image de notre parti. Cependant le parcours du combattant qui doit nous conduire tous ensemble à la victoire en 2007 est encore long et probablement semé d’embûches.
Le rassemblement des socialistes ne devrait pas poser de gros problèmes, mais rassembler la gauche de gouvernement risque d’être plus délicat à gérer. J’espère que ta stratégie sera la bonne, bien que sur ce plan la, je demeure encore quelques peu septique.
Voila désormais la lourde tâche qu’il t’appartient d’impulser, fait donc bon usage de cette dynamique et de ce capital confiance que tu as suscité.
Un cycle nouveau est sorti des urnes socialistes. L’idée du pouvoir suprême confié à une femme s’installe fortement et légitimement dans les esprits.
Dans cette perspective une construction inédite s’est mise en place autour de toi.
1es fringants quadras et quinquagénaires ont pris le pouvoir en sortant les sexas sans doute nous dit-on usés et enfermés dans leur politiques trop traditionnelles (Fabius) ou finalement trop classiques (DSK), puissent cette modernité des idées et des méthodes et ce renouvellement des cadres ne pas tomber dans le piège des éléphanteaux impatients en prenant garde qu’à leur tour ils ne deviennent de futurs éléphants dinosaures.
Bien sur, le renouveau de la société française est attendu, nécessaire tel est le message qui apparaît désormais, désir d’avenir certes mais d’abord et en priorité renouveau de nos pratiques internes et de nos mœurs, dans le respect des règles de fonctionnement de nos structures, faisons en sorte que les nouveaux adhérents parfois un peu trop supporters deviennent au fil du temps de futurs et vrais militants dans l’intérêt de notre parti.

Laurent Weppe a dit…

On sent quand même de la... mmm.... contrariété chez certains, mais on reste (heureusement) loin du trollisme qu'on à pu trouver ailleurs ("la majorité du PS pue la merde" ai-je pu lire dans les commentaires du blog de DSK, cela dit ne lui jetons pas la pierre: le nombre de messages laissés montre qu'il était probablement trop difficile de modérer la masse des messages) où des militants dépités et en manque de rationalité en venaient parfois à annoncer qu'ils iraient voter Sarkozy pour "punir" leurs propre parti.

Cela dit il reste un ultime week-end pour laisser la tension retomber et se mettre à penser de manière rationelle, non seulement sur certaines de ses propositions (après tout les jury populaires ont été sponsorisés par Greenpace et le Jefferson center, des organisations qui ne sont pas vraiment cataloguées réac, quand aux propositions sur les 35 heures au collège, elles restent très soft par rapport à ce que peuvent dire des profs quand ils parlent entre eux) mais aussi sur la campagne qui va suivre: car il ne faut pas oublier: la Tatcher française est de sexe masculin et bel et bien encarté dans un parti de droite, et si ce n'est pas Ségolène qui préside, ce sera Tatcher.

Anonyme a dit…

dites! c'est mal parti n'est-pas?
il faudrait un miracle à Sego pour reunir déjà ceux qui ont fait les commentaires précedents;je n'y connais rien en politique mais suis une électrice! et si au 2ème tour on se retrouve avec Sako et l'autre borgne pas question: je n'irai pas voter

Anonyme a dit…

eh bien moi je n'ai pas voté pour Ségoléne, mais les militants l'ont élue largement, je n'aurais donc aucun probléme pour faire la campagne,nous devons nous rassembler pour battre l'autre fou furieux, qui critique Frêche(il a raison) il a oublié sa façon de parler des banlieues et des jeunes français. pour revenir aux éléctions, les français ont apprécier la démocratie des débats,et nous les retrouverons pour l'élection de la présidente de la république, alors rassemblons nous, car si le PS n'est pas au 2éme tour d'abord je n'irais pas voter (comme en 2002 ou on s'est fait avoir)et ensuite, nous vivrons des moments difficiles,trés difficiles sur tout les plans, mais pour nous les "autres" français ce sera encore pire que ce que nous vivons aujourd'hui, et je peux vous garantir que c'est dur!dur! a bientot pour débattre avec notre candidate et tracter zineb

marion a dit…

Je n'ai meme pas envie d'écrire quoi que ce soit pour répondre aux attaques précédentes sur SR...
Je suis pleinement consolée.


Jeune militante pleine d'espoir:
soulagée pour cette fin de campagne interne
heureuse pour le beau score de notre candidate
confiante pour le rassemblement.

serge a dit…

Le mythe monté par les médias se précise en ce 17 novembre, mythe repris en grande pompe par le PS et hollande qui souhaitais être le président de l'ombre, PS qui aime faire le lit à la droite.
A titre perso, je ne voterai pas pas pour ségo, car nous n'allons pas lui confier un hochet mais la France et elle est loin d'être à la hauteur, il nous reste comme espoir François Bayrou,et bientôt je l'espère un Mottard bien socialiste à la mairie, la seule election qui meritera le déplacement.
Pour le reste, confier un pays à une inconnue serait une folie,qui pourrait à terme mener à de grandes crises.
Il faut se souvenir de l'erreur de François Mitterrand qui mit comme premier ministre une femme fort sympathique mais incompétente à la fonction.
Attention mon jugement sur Ségo ne vient pas du fait qu'elle est une femme, s'il s'agissait d'une Michèle Alliot Marie socialiste, je n'hésiterais pas, mais la qu'elle tristesse pour la France, pour le PS et quel boulevard ouvert à Sarkozi.
Un grand moment de perdu.
Bien amicalement à vous

Serge

Clotilde a dit…

oui c'est vrai, ma réaction n'était pas constructive. C'est vrai qu'en six mois, on a le temps de ne rien construire de plus autour de ses idées et on n'a pas le temps d'améliorer son programme avec des choses qui ne devraient déranger ni elle, ni ses supporters de la première heure...(je me mets bien évidemment comme vous tous dans les supporters de la deuxième heure).

Claudiogène a dit…

Cher Serge, qu'êtes-vous venu faire dans mon cerveau ?
Vous avez raison sur TOUT : sur Bayrou, sur Mottard..., sur les femmes... et je n'y vois aucune contradiction.
Merci Serge, merci.

marion a dit…

Je pensais que ne pas retrouver Le Pen au second tour était devenu plus important que les querelles intestines ou les animosités personnelles.
Naiveté ou pas, j'ai quand meme envie d'y croire.

Clotilde a dit…

Marion, il ne s'agit pas de querelles intestines, il s'agit de trouver le moyen d'élargir l'électorat de Ségolène. Si on le fait pas, on ne gagnera pas.
Donc, je maintiens que ces 6 mois sont là pour être utilisés à l'amélioration du projet ségolène.

RICCIARELLI a dit…

A la lecture de certains commentaires, je me demande si je suis socialiste. Je ne pense pas l'être d'un point de vue strictement idéologique ou historique mais l'être dans mon comportement quotidien et c'est surtout ce qui m'importe.
Le vote de SEGOLENE pour laquelle j'ai voté avec enthousiasme relève de cet aspect du socialisme, un socialisme réaliste et pratique, répondant aux besoins réels des gens.
Sans vouloir dénigrer personne je pense que ma voix de socialiste (j'ai 49 ans et toujours voté socialiste) avec parfois des idées de droite, a eu, a et aura dans l'urne autant de poids que celle d'un socialiste plus au fait que moi de l'histoire de ce parti.
J'estime donc que l'idéologie même si elle est un bon support de discussions ne répond pas complètement aux besoins de la vie de tous les jours, demandeuse surtout de réponses pratiques et parfois dénuées d'appartenance politique.
Alors oublions nos différences et cultivons notre solidarité pour élire unE présidentE.

RICCIARELLI Alexandre

Escoffier Gilbert a dit…

Patrick, J'aurais pu et j'aurais voulu être l'auteur de te dernière phrase, tant je la trouve juste, malheureusement j'ai de grandes inquiètudes sur l'avenir de notre parti que d'aucuns qualifient déjà de "centre gauche" plus prés de Bayrou que de la vraie gauche, celle des travailleurs pauvres, des laissés pour compte d'une société toujours plus inégalitaire, de la jeunesse en difficulté, des exploités de toutes sortes. Je crains pour notre idéal de justice sociale, de partage et de fraternité.

Amitiés Gilbert

serge a dit…

une présidente oui mais pas une Ségolene

Richard a dit…

@ricciarelli
C'est quoi un socialiste dans son comportement quotidien?
ça vit comment, ça mange quoi ?
ça vote comment ? A non ça je le sais.

Dominique a dit…

Richard, je te trouve un peu agressif sur ce coup...

ricciarelli a dit…

Cher Richard

je vous renvoie à ma conclusion "oublions nos différences (sauf bien sûr que je vis et mange comme vous) et cultivons notre solidarité (c'est du socialisme au quotidien) pour élire unE présidentE".
Mais je constate que c'est pas gagné.

Anonyme a dit…

Il est indispensable que tout le PS se rassemble derrière sa candidate puis qu'au deuxième tour toute la gauche se rassemble derrière la candidate de gauche la mieux placée. Croyez vous qu'on pourra supporter plus longtemps les sarko, villepin, Mam, et autres chirac? J'ai voté une fois chirac mais je ne le ferai plus jamais. De grace ne vous entredéchirez pas il faut battre l'ump aux présidentielles, aux législatives et aux municipales.

Laurent Weppe a dit…

@Gilbert

Si la "vraie" gauche c'est celle des leaders d'extrême gauche qui ramènent leur tête à télé tout en se prétendant ostracisés par les médias, qui manifeste pour la défense des 35 heures après s'être opposée à leurs créations, qui se dit Altermondialiste en votant avec la droite au Parlement de Strasbourg quand les caméras ne regardent pas, si la "vraie" gauche c'est celle qui crée des champions du "plus à gauche que moi tu meurt" à la Duprat (fondateur du FN) ou à la Kessler (bras-droit de Seillière du temps où il dirigeait le MEDEF) ou à la Jacques Marseille (Grand Mage Déclinologue en Chef), ou dernièrement Dieudonné, en clair, si la "vrai" gauche, c'est celle qui fait du catéchisme rhétorique à plein temps pour masquer son absence de conviction et son mépris du genre humain, alors honnêtement, plus on s'en éloignera, mieux se sera.

Laissons donc le catéchisme idéologique à ceux qui se sont construits des rentes sur la contestation, qui se nourrissent des injustices sans lutter vraiment contre elles, qui parlent de grand soir mais qui n'ont ni les moyens, ni même l'intention de changer ne serait-ce qu'un peu les choses.

Richard a dit…

Chère Dominique, tu as raison. Agressif,oui, mais un peu seulement. Exaspéré ENORMEMENT. Tu te souviens en 2002, quand je vous ai rejoint, au moment où la majorité des militants du "quotidien" avait déchiré leurs cartes, je vous avais dit que mon intention était de faire en sorte que le PS retrouve sa réelle vocation : véhiculer un message progressiste et d'espérance.
Tout le contraire de ce que j'ai entendu des "défenseurs" de SR.
La politique sans idéaux, mais la gestion du quotidien. C'est sûr qu'il va y avoir un problème.
De toute façon, ils sont 120 000 à avoir voté pour que les mêmes slogans servent de thème de campagne. C'est marrant, je crois que 120 000, c'était le nombre de votants du projet. Le PS a donc cette capacité à la génération spontanée. Alors ils seront bien assez à faire campagne pour une candidate du quotidien, et non un candidat du projet.
Il faudra quand même qu'on leur explique que pour les élections du quotidien il y a les élections locales : cantonales, législatives, régionales. J'espère qu'il y a autant participé qu'il participera à la campagne présidentielle, l'ami Alexandre.
Allez j'arrête parceque j'ai aussi un métier. Et j'ai encore des copies à corriger.
Ce qui est super avec Ségo, c'est que j'aurais plus à travailler le dimanche. Quand je pense qu'elle les a critiqué à mort les 35h, et que maintenant elle veut les généraliser même aux profs. On n'est plus à une contradiction près. C'est sans doute cela le socialisme du quotidien...Ou quand le remède est pire que le mal...

marion a dit…

Il y a une marge immense entre « la politique sans idéaux » et les idéaux, dogmatiques, qui ont peut être voulu dire quelque chose à une époque, mais qui maintenant sont décalés.
Biensur qu’il faut avoir de vraies idées de gauches, je suis au parti socialiste pour cela, mais il ne faut pas non plus ignorer les français qui souffrent en restant enfermés dans un langage socialiste. A quoi servent les idées progressistes et pleines d’espérances si ce ne sont que des idées ?
Pour ce qui est du « virage à droite » du parti avec l’élection de SR c’est quand même un peu fort ! En 1976 Mitterrand déclare qu’ « il ne faut pas que la collectivité se substitut à l’entreprise », Attali son conseiller économique, que « le socialisme est le point d’aboutissement du capitalisme et non une façon de freiner son évolution ». On sait aussi tous ce qui s’est passé lors du « tournant de rigueur » sous Mitterrand. Mais la situation était différente évidemment, des circonstances très spéciales, je veux bien le croire… Ce n’est pas de la gestion du quotidien ça ?
Enfin, j’entends beaucoup dire qu’avec un score pareil pour SR, c’est de l’ordre de la pensée unique, que c’est un mythe forgé par les médias. J’ai plutôt l’impression inverse : la pensée unique je l’entrevois lorsque l’on me dit qu’en ayant voté SR, forcément, je n’ai fais qu’adhérer à des slogans, des petites phrases, que je suis un « supporter ». Les mêmes qui font ces reproches, s’arrêtent aussi aux petites choses : comment peut on dire en toute bonne foi lorsque l’on a regardé l’intégralité de cette vidéo que SR veut instaurer les 35h pour les profs ?
Alors on soutient Laurent Fabius ou DSK, mais on « supporte » SR ? Non je ne suis ni une fan ni une groupie, j’ai lu, écouté, regardé, les discours et les débats, les entretiens, et ça pour les trois candidats. Je me suis même retrouvée au meeting de Fabius, assez intéressée je dois l’avouer. La même ou je me suis entendue dire qu’en « supportant » SR je n’avais aucune conception politique ! Et lorsque un socialiste traite toute une partie des militants non sans ironie de « génération spontanée » au prétexte qu’elle n’a pas voté comme lui, que l’on parle de « gestion du quotidien » avec mépris, je ne la cherche pas plus loin la pensée unique !

Patrick a dit…

Je commence à en avoir assez d'entendre que les adhérents qui ont voté Ségolène Royal n'ont pas d'idéaux, ou encore n'ont pas de responsabilité politique, ou ont été victimes de je ne sais quelle bulle médiatique qui les aurait mis sous hypnose.
Etrangement, j'ai parfois l'impression de réentendre le mépris de certains ouiistes à l'égard de ceux qui, comme moi, avaient non au projet de traité pour la constitution.
J'ai voté Ségolène par conviction politique, parce que je considère que son discours est profondément ancré dans les valeurs socialistes et dans une modernité de la pratique de la politique. J'ai été socialiste bien avant de soutenir Ségolène, mais j'ai longtemps regretté que certaines voix du parti ne correspondent pas à ce que les gens attendent du socialisme. Je crois que Segolene Royal incarne un renouveau de ce point de vue là.

Clotilde a dit…

Tu as raison Marion, il suffira, par exemple, que Royal rajoute dans son programme que 100 euros de plus maintenant tout de suite pour les SMICards est non seulement possible mais indispensable (le contraire de ce qu'elle a dit donc), qu'elle défendra bec et ongles le minimum logement, et effectivement, ça changera quelque chose au quotidien des gens. Je ne comprendrai pas, pour ma part, pourquoi elle s'y opposerait sous prétexte que c'est irréaliste.

On ne peut pas faire grand chose pour changer les convictions que je qualifierai de morales de SR, et que je ne partage pas. Après tout, si c'est ce que les gens demandent, et bien tant mieux pour eux.
Mais, en faisant campagne sur les besoins des vrais gens, je vois mal comment elle pourrait refuser de changer encore plus le quotidien des "gens" en oeuvrant pour leur pouvoir d'achat et leur logement, même si ces idées concrètes viennent d'autres courants qu'elle a battus.

Quant à la pensée unique, tu exagères un petit peu quand même, les médias ayant pris parti pour Ségolène de façon très claire, tu ne peux pas dire le contraire, j'imagine que c'est de ça que voulait parler je ne sais plus qui (de plus, je te dirai que c'est une opinion partagée par bcp de gens, dont bcp sont hors-PS et donc pas concernés par les "guéguerres"). ça s'est passé quasiment comme pour le oui au référendum, et j'ai d'autant moins de gêne à le dire que j'ai voté et milité pour le ...oui.
;)

Mais ça n'est pas grave, ça n'a plus d'importance, ce qu'il faut maintenant, c'est raffler des voix qu'elle n'a pas pour l'instant, et pour ça il n'y a pas 36 solutions. Il faut se lancer dans le quotidien du porte-monnaie.

Escoffier Gilbert a dit…

A laurent, cher camarade en faisant un amalgame réducteur tu oublies ou tu fais semblant d'oublier tout un courant de la "vraie gauche" incarnée par JL Mélenchon, celle qui défend les travailleurs, le petit peuple et qui combat la mondialisatoin si bien démontée dans le beau film BABEL que je te conseille d'aller voir. Amitiés et à plus Gilbert

Laurent Weppe a dit…

C'est drôle, parce que l'augmentation de 100 euros du Smic, Blair vient de le faire... Je croyais qu'il fallait à tout prix s'éloigner de la ligne blairiste, non? Sans compter que Blair n'est pas le seul à l'avoir fait: Orban, le leader de la droite hongroise a augmenté le Smic hongrois de 60% en son temps, ce qui n'a pas empêché les phénomènes d'inflation et d'écrasement des salaires dont on a parlé en France. Alors effectivement, les gens qui gagnaient 2500 forints (90 euros) se sont retrouvé à 4000, mais comme les prix ont suivi, leur quotidien a vachement changé.

Sur le manque de "conception politique", c'est précisément le côté "c'est nous les meilleurs, les autres c'est des imbéciles" qui a fait tant de mal au PS en particulier et à l'action politique en général. Cet élitisme latent à toute organisation politique doit être traité avec la plus grande méfiance, car il est très facile de sombrer dans l'auto-satisfaction et de ne plus en ressortir, et il est tout autant facile (un des grand tort de la "vraie" gauche) de s'auto-proclamer représentants naturels des plus démunis sans chercher à leur inspirer autre chose que de l'indifférence.

Sur les questions de "courants battus" faut pas pousser non plus: les trois présidentiables appartenaient au même courant jusqu'en 2005 et leurs idées restaient suffisamment proches pour évacuer tout de suite les supposées incompatibilités idéologiques, d'autant plus que les propositions de la désormais seule candidate sur l'économie n'étaient pas éloignées de celles de ses concurrents, quand elle ne les dépassait pas carrément sur leur gauche.

Quant aux médias, et contrairement à une idée répandue et confortable dans les milieux militants, ils sont beaucoup plus suivistes que manipulateurs. En Juin, les médias parlaient déjà d'un duel Strauss-Fabius, inévitable, car "seuls eux avaient la légitimité nécessaire" puis elle est venue là, toute seule, comme un cheveu sur la soupe, et c'est uniquement quand les médias ont sortis leurs calculette et leurs enquêtes d'opinions qu'ils ont vu qu'elle intéressait beaucoup de monde et qu'ils ont suivi le chemin qui ferait le plus vendre. À cela on pourrait rajouter que le Net a été de manière très virulente anti-ségolène et que personne n'a critiqué la position trop peu représentative et par trop monolithique du réseau.

Quant à Mélanchon.... Je vais rester poli pour cette fois et me taire.

Clotilde a dit…

Laurent, pour le SMIC tu dérailles et tu n'es pas honnête. Tu sais très bien que Blair est extrêmement menaçé ces derniers temps et qu'il joue son va-tout (ça s'écrie comme ça?) et même, celui des travaillistes, car je te rappelle que la gauche s'est vautrée au royaume du modèle suédois pour les mêmes raisons de déviance de valeurs fondamentales.
Je te parie que si les sondages sont favorables à l'augmentation du SMIC de 100 euros (bien sûr, il faut prévoir que d'autres que les SMICARds voteraient), Ségolène trouvera ça très réaliste et réalisable.
Bon allez, on laisse une chance à Ségolène d'améliorer son truc. Il faudra bien.

Numa a dit…

Mais où est donc le projet socialiste français des années 1980 (mon premier vote remonte à mai 1981)? Rassembler pour être présent au second tour ne suffit pas !!!! Royal représente un hybride de technocratie populiste et de démogagie distillée à plus ou moins bon escient(le tout animé par une très bonne campagne de communication). Ce choix des militants ne saurait en aucun cas gommer l'absence de choix de société de la candidate... Je suis triste car je demeure socialiste, mais ne peut m'impliquer dans un projet trop frileux qui tourne le dos à la réalité : une France d'en bas (comme dirait l'autre) qui étouffe ...Une classe moyenne qui s'effondre et une mondialisation qui nous aspire vers le néant.......Le parti doit maintenant imposer son projet, sinon, il risque de perdre sa crédibilité....

desanice a dit…

Je suis triste !
Socialiste de convictions depuis toujours ,j'ai adhéré au P.S il y a un an pour participer au combat contre toutes les Droites .Je pensais naïvement trouver au Parti la solidarité,le respect des autres et une certaine tenue dans les débats .Et je lis sur ce blog des mots vengeurs à la limite de la haine ,de l'agressivité envers une candidate qui a quand même été désignée par 60% des militants et qui à ce titre au moins devrait être soutenue pour faire évoluer ses positions si elles ne sont pas satisfaisantes pour tous. Libre à ceux qui ne voudront pas la faire élire de s'abstenir mais en la discréditant dans un espèce d'esprit revanchard ,ce sont bien les 60% de militants et le P.S. tout entier qu'on discrédite ."Penser les déchirures " ?Jolie formule mais il vaudrait mieux tricoter ensemble un tissu amélioré et renforcé .

marianne a dit…

Bonjour à tous,
personnellement, je suis atterrée et triste du score de Ségo. Ce qu'elle a pu dire sur l'école et l'éducation ma semble en totale opposition avec des idées de gauche. Comme le disait Hugo, ouvrons une école pour fermer une prison; au lieu d'encadrer militairement des minaurs délinquants.
Quant à la politique étrangère, je crains que la France ne sorte ni grandie, ni surtout utile. Il me semblait qu'un candidat à la fonction présidentielle devait incarner un projet de société, et convaincre les citoyens. Au lieu de cela, on risque d'avoir une "gouvernance du sondage d'opinion". Tout le monde a déjà oublié la piteuse, voire scandaleuse réponse de Ségo sur l'entrée de la Turquie dans l'UE? Qu'elle soit pour ou contre, mais qu'elle ait une idée!
Alors je vais sûrement me résoudre à voter PS malgré elle en 2007, mais sans plus d'entrain que je n'en avait en votant Chirac en 2002.

Jacques Barralis a dit…

Arrêtons de nous tromper de combat, ce n’est plus le temps de débattre pour savoir si nous voulons réformer le PS ou si nous devons encore attendre le grand soir et les lendemains qui chantent.
Deux votes nous ont donné d’abord un projet, puis une candidate, respectons ces votes démocratiques et soyons tous ensemble socialistes, d’autres réformes nous attendent.

Laurent Weppe a dit…

Bah voyons, ses dires sur l'école, contraires aux idées de gauche? Quand les profs, y compris les syndiqués, y compris les syndicalistes, y compris militants de gauche, parlent en petits comités de ce qu'ils veulent faire de l'éducation nationale, ils sortent des idées infiniment plus hard que celles de Ségolène. Mais ils parlent entre eux, ça ne sort pas de la petite famille, et au besoin il est toujours possible de tenir un discours public inverse du discours privé.

D'ailleurs il est très possible de tenir en petit comité un discours pas si éloigné de celui de Ségolène et de s'opposer à elle becs et ongles en public. Mais d'ailleurs, peut-être est-ce celà la "conception politique"
Mais peut-être est-ce cela la "conception politique" celle des "collectifs anti-libéraux" dont les membres se haïssent mais qui continuent à parler hypocritement de démarche collective et de candidature unique?
Celle d'un Nikonoff qui truque les élections d'Attac pour changer l'organisation en instrument personnel?
Peut-être que la conception politique est celle des néo-conservateurs, issus de l'extrême gauche US, qui disent "gardons la connaissance de la réalité pour une pour une petite élite et faisons de jolis discours à la populace"
Peut-être que la conception de la politique c'est de garder son nez dans les enquêtes d'opinions en prétendant le contraire plutôt que de proposer des réformes des institutions qui rendent l'action politique plus indépendante des sondages.
Peut-être est-ce aussi demander une primaire et venir se plaindre du résultat quand il ne plaît pas.
Peut-être est-ce préférer la légitimité populaire à la légitimité militante 6 mois avant le référendum du 29 mai pour brutalement préférer la légitimité militante à la populaire quand son candidat favori n'a pas la côte dans l'opinion.
Peut-être est-ce monter sur ses grands chevaux indignés quand on se fait traiter de "populiste" mais sans hésiter une seconde à employer la même expression à quiconque n'est pas d'accord avec soi.

Piteuse la sortie sur la Turquie? Comparons la plutôt à l'opposition d'un Sarkozy qui croit stupidement y récupérer des votes racistes tout en omettant de préciser que l'AKP, le parti islamiste au pouvoir est un parti-frère de l'UMP, émargeant aux mêmes organisations conservatrices internationales. Comparons la aux déclaration favorables à l'entrée de la Turquie faîte par tant de personnalités de gauche pour marquer leur différence d'avec Sarko avant de tergiverser et de tomber dans le "oui-peut-être-mais-au-verra-plus-tard" tout ce petit monde oubliant que le simple fait qu'il y ai un référendum (qui n'aurait pas dû être franco-français mais organisé à l'échelle européenne, mais passons) limite d'office la toute puissance de la classe politique sur ce sujet là.

serge a dit…

Cher Jaxques,
suivre les yeux fermés un vote de militant est être un mouton, dans ce cas laurent fabius aurait du voter la constitution, être militant et être faire l'adhésion un parti politique ne nous oblige pas à voter aveuglement.
Les militants ont choisis ok, pour ma part je garde ma liberté de voter et de penser et mon vote sera pour bayrou car je neconfierai pas la France à une inconnue sans expérience, et tant pis pour le parti socialiste.

serge

Gilles LM a dit…

Pour ma part j’ai voté Ségo, sans enthousiasme, mais j’assume mon geste, et elle reste pour moi le meilleur candidat des trois… Je pense qu’il y a un réel besoin de changement, de rupture diront d’autre, dans la politique française, qu’elle incarne le mieux à gauche. Il fallait prendre le risque de ce changement car il aurait été suicidaire de continuer avec les mêmes têtes avec les mêmes idées dictées par la même bulle d’experts. A elle de ne pas nous décevoir…
Je voudrais également ajouter qu’il y a une chose qui m’a particulièrement frappée quand je suis arrivé au PS (2 ans) : le clivage gauche-droite. Je ne donnais pas longue vie à l’union. Ségolène a le mérite de rassembler une bonne partie des 2 camps. Moi-même, je dois dire que je n’aurais pas voté DSK aux présidentielles. Il faut aussi savoir garder cette liberté. Je peux comprendre ainsi que certains ne voteront pas Ségo… Il y aura d’autres candidats plus à droite et plus à gauche. C’est aussi ça la démocratie. Et que l’on agite pas encore l’épouvantail Le Pen, car ceux qui l’agite sont ceux qui nous ont dit de voter Chirac en 2002 les yeux fermés... Pour être efficace et battre la droite et l’extrême droite il faut d’abord oser regarder les problèmes en face et reconnaître ses propres erreurs. Les socialistes ont été au pouvoir pas mal de temps ces 25 dernières années, ne n’oublions pas. Pour ceux qui se lamentent de cette désignation, dites-vous qu’elle est le résultat de toutes les déceptions passées. Pour comprendre ceux qui se réjouissent, dites-vous qu’elle représente l’espoir…

Jacques Barralis a dit…

Cher Serge,
Le 16 j’ai voté pour DSK, mais la majorité des adhérents du PS a préféré Ségolène pour défendre notre projet, j’accepte cette décision.
Après 35 ans de syndicalisme actif et quelques 25 ans de PS, ce n’est pas la première fois que j’exprime un vote différent de la majorité des adhérents, à chacun de mes votes minoritaires j’ai donc eu le choix de me soumettre à la décision collective ou de me démettre.
Tu dis « suivre les yeux fermés un vote de militant est être un mouton, dans ce cas laurent fabius aurait du voter la constitution,.. ».
Non, je ne suis pas un mouton mais un adhérent acceptant et appliquant les règles de la démocratie, c’est pourquoi Ségolène sera ma candidate en 2007.
Quant à Fabius, je ne sais pas s’il aurait du voter la constitution, mais ce dont je suis sur c’est qu’il aurait du accepter le résultat du scrutin interne et donc ne pas faire campagne pour un NON qui ouvrait la voie à un plan B.
Tu veux comparer l’expérience de Ségolène à celle de Bayrou ? je ne suis pas sur que ton champion sorte vainqueur de ce match, mais si tu maintiens ton choix, ta voix manquera aux démocrates pour faire barrage à Sarko.
Allez Serge, reste avec nous et vote utile !
Jacques

Michel Romero a dit…

Vous les pourfendeurs de Segolène Royal, soyez rassurés. Il n'est pas sur que vous l'ayez comme présidente un jour; Avec de la chance, ce sera surement Sarkozy, ou Chirac, ou Le P..



N'est ce pas votre désir ultime, à vous lire ???

Clotilde Gimond a dit…

ça faisait longtemps qu'on n'avait pas entendu cet argument...
Bon, on devait pas parler cinéma pour changer un peu là? ;)

jean pierre lamort a dit…

salutations camarades
je suis un des nouveaux adhérents du PS vous vous souvenez "la cotisation a 20 euros"ceux qui visiblement viennes de faire élire la camarade ROYAL.et j'en suis.
je viens de lire l'ensemble des commentaires suite a l'article de patrick sur son blog.
que de rancune derriére les mots,que de procés d'intention,voir de mauvaise fois...a l'attention de la camarade ROYal.
camarade reléve la tête 80.000 nouveaux adhérents dans toute la france vont faire bouger notre parti figé dans des certitudes usées depuis trop longtemps.
la camarade ROYAL a eu raison de dire haut et fort que le vote du 16 novembre à été un acte révolutionnaire pour notre parti...
une précision pour finir,nous sommes bien dans la préparation de l'élection du futur président de la république pour ce faire une lecture attentive du texte de la camarade ROYAL dans L'HEBDO de cette semaine devraient vous aider a redevenir des socialistes révolutionnaires.