13 novembre 2006

Du Splendid à l’Union


Plus de cent trente militants qui se réunissent en fin d’après-midi un 11 novembre est plutôt un signe encourageant de la vitalité de notre parti, de l’intérêt de cette primaire interne en général et de la candidature de Laurent Fabius en particulier.

En effet, il n’y avait plus assez de chaises pour accueillir au Splendid les camarades qui étaient là pour écouter la sénatrice Maryse Bergé-Lavigne et Marie-Noëlle Lienemann, députée européen et ancien ministre du Logement.

Même si tous, dans la salle, ne soutenaient pas la candidature de Laurent Fabius, l’atmosphère était au rassemblement avec, aux côtés de Pascale Gérard, conseillère régionale, Présidente 06 de Rénover Maintenant, de nombreux "montebourgeois" pas vraiment convaincus par la prise de position de leur leader. Les applaudissements qui suivirent le rappel de la récente prise de position de Paul Cuturello en faveur de Laurent Fabius démontrèrent également une présence significative "d'emmanuellistes", un peu en déshérence devant le silence du député des Landes.

Le thème essentiel de la réunion fut celui de la volonté en politique.

En ouvrant la séance, Dominique s’exprima ainsi :

« Laurent Fabius, c’est le volontarisme en politique, ce qui est essentiel pour un homme de gauche. La gauche, c’est le mouvement : si on ne veut pas bouger, on n’est pas de gauche. Nous devons sortir de l’idée que, dans les domaines importants, il n’y aurait rien à faire. La gauche ne doit pas renoncer à agir. Dans le domaine international d’abord, la géopolitique, qui est souvent le nom aimable qu’on donne à la real politique, ne fige pas tout : il y a des choix à faire, et on peut les faire. Il en va de même dans le domaine économique et social : la mondialisation et le marché tout puissant ne doivent pas conduire à la résignation. Il y a des choix à faire, et on peut les faire. En réalité, il y a toujours des marges de manœuvre, et pour aller au bout de ces marges, il faut prendre des risques et surtout bâtir des rapports de force. Ce sont les rapports de force qui créent des marges de manœuvre, mais ces marges de manœuvre participent à l’élaboration des rapports de force. Cette volonté, elle est partout présente dans les prises de position de Laurent Fabius.
Et de citer les principales mesures phares des propositions du candidat qui sont autant de témoignages de cette volonté.

Quant à Marie-Noëlle Lienemann, elle fut particulièrement convaincante sur ce thème qui, à l’évidence, est le point fort de la candidature Fabius, même si, à mon goût, il n’a pas été assez développé au cours de cette campagne interne. Elle parla aussi de la laïcité (Le joyau des joyaux), de l'avenir de la gauche, de la réforme constitutionnelle... Son intervention fut si riche que la petite pile de l'ouvrage qu'elle vient d'écrire avec Alain Vidalies, « L’air du temps… ou le temps de la gauche », disparut en un clin d'oeil à la fin de la réunion.

Emeric conclut ces interventions, en démontrant que faire reculer le gouvernement sur le CPE, c'était aussi faire preuve de volontarisme politique. Succès assuré, notamment auprès du petit groupe des jeunes syndicalistes étudiants !

Au final, une belle réunion respectueuse des concurrents, pédagogique et engagée, comme il se doit.

C’est plus d’une trentaine de militants qui prolongeront le débat, avec Maryse et Marie-Noëlle, à L’Union, le célèbre restaurant niçois de Nice Nord. Et bien sûr, si la politique était toujours au rendez-vous, elle sut faire une place non négligeable à l’amitié.

8 commentaires:

Franck a dit…

Ce fut une soirée riche et forte, pleine d’humanité. Une soirée, où je me suis dit qu’il était bon d’être socialistes rassemblés sur les vrais questions, celle de l’urgence sociale, de la lutte contre la pauvreté, de la lutte pour le droit au logement, des luttes contre le chômage, la précarité, pour le service public, pour les réformes parlementaires nécessaires pour que les Français soient réellement entendus sur des propositions, des engagements volontaires précis clairs et cohérents tant au niveau social qu’économique. Et puis ce fut pour moi une rencontre avec une femme, Marie Noëlle simple attentive, sincère et enthousiaste qui sut toucher notre coeur comme notre raison, totalement engagée comme à la première heure, une femme de projet et d’espoir.
Ce soir là, le soleil se levait à gauche.

ALEX 06 a dit…

Une soirée formidable, où nous avons enfin retrouvé un discours socialiste,un discours de gauche.
Marie Noëlle nous a rappellé pouquoi nous étions là.Rénovateur je souhaite depuis longtemps que le Parti retrouve ses vraies valeurs.Il y en a marre des "éléphants" de ce système de notables et de grands barons.
Quelque soit le résultat je retiend qu'un mouvement est né, nous ne pourrons pas en rester là et il faudra compter avec tous ceux qui ont décider d'agir pour que le socialisme retrouve ses vraies valeurs, celles de Jaurès et Blum et ne soit plus ce parti de bobos carriéristes.
Amitiés Socialistes,
Alex06

Clotilde Gimond a dit…

Bon, je vais pas y aller par 4 chemins, cette Marie-Noëlle que je connaissais que trop peu m'a littéralement estomaquée, transportée et même profondément émue.
Le fond est là, évidemment, comme Patrick l'a dit, mais aussi le souffle, dans la forme et dans la capacité à faire passer les messages et à connecter les évènements entre eux. Nous avons besoin de gens sachant faire passer des messages forts de la meilleure façon qui soit, c'est à dire d'une façon qui se base sur la vérité des faits. Nous avons quelques personnes de cet accabit dans le parti, mas pas suffisamment. Marie-Noëlle est de ceux-là, clairement, et j'espère qu'elle prendra de plus en plus d'importance.

Franchement, là, pour répondre à tous ceux qui me bassinent à longueur de journée avec des "comment, tu ne votes pas pour une femme?", ça m'aurait fait plaisir de voter pour une femme comme Marie-Noëlle, et j'en aurais même été drôlement fière.

richard a dit…

Si seulement Marie Noëlle avait été de Poitou Charente...
On aurait eu une femme de gauche qui défend des opinions sur "du fond". A sa place, nous risquons d'avoir une femme qui défend nos idéaux politiques sur du "fond... de commerce".
Je ne sais pas si vous avez reçu le dernier courrier électronique de "désir d'avenir". Sans déconner c'est du "délire d'avenir" : des phrases construites autour d'une succession de slogans, qui tentent de se raccroher au projet socialiste.
Alors, amis socialistes nouveaux ou anciens. Promettez, qu'avant demain, vous lirez le paragraphe d'introduction de notre projet. Relisez la lettre de Ségolène Royal et celle de Laurent Fabius. (je n'ai rien reçu de DSK). Faites abstraction du sexe, des sondages des manoeuvres et rappelez vous, quel certain idéal vous a poussé un jour à prendre votre carte au PS.
Si vous êtes nouveaux adhérents, interrogez vous sur la méthode : comment vous avez été contacté ? Par certains et pas par d'autres. Pourquoi on s'est intéressé à vous : pour vous convaincre, alors que vous ne demandiez qu'à être éclairés.
Ma femme, nouvelle adhérente a écrit à ceux qui la contactaient par mail, les interrogeant sur la méthode. Sans réponse, elle a écrit au premier fédéral, lui aussi dans le staf de soutien de Ségolène Royal. La seule réponse : est un courrier supplémentaire de propagande pour Ségolène Royal, mais cette fois-ci anonyme.
Méthode contestable, arguments pauvres sur le fond, triangulation exessive, stigmatisation d'une partie de l'électorat naturel.
Tous les ingrédients pour présenter une candidate qui manifestemnt n'est pas celle du projet, candidate avec laquelle nous aurons bien du mal à composer.

Mais quelle belle soirée passée en compagnie de Marie Noelle, Dominique, Patrick, mes amis Fabiusiens et Rénovateurs.

Amitiés à tous
Richard

danielk a dit…

Enfin, une soirée qui "sentait bon la rose" présentée simplement, un projet pour la gauche et non une guéguerre intestine qui risque de la tuer avant la course finale
Bravo!!!
danielk

Grinda Michel a dit…

Authentique : chez les royalistes locaux, des camarades trinitaires nouveaux et anciens ont été approchés normalement par courrier personnalisé (ciblé vers les indécis), afin de participer à une réunion de soutien qui en fait était une réunion de travail (bilan des débats en section, pointage, estimation des votes à venir), rien à dire chaque camp mène sa campagne interne pour tenter de convaincre, c’est le jeu démocratique, persuader pour en particulier faire voter utile dès le premier tour. Malheureusement, aux travers de quelques déballages nauséabonds et sectaires certains ont cru bon de dénigrer d’autres socialistes en particulier ceux qui ont fait d’autres choix (non au référendum européen), bonjour l’ambiance et particulièrement maladroit pour le rassemblement socialiste futur, résultat des courses scandalisés par les propos tenus: ils ont immédiatement quitté la séance.

michel gros a dit…

Pourquoi je vais voter Laurent Fabius ?

Le doute qui pèse sur la probité du scrutin interne au Parti Socialiste, le système de la double enveloppe, le refus de prendre en compte les bulletins blancs comme le propose le Projet des socialistes pour les échéances électorales, le refus de comptabiliser les votes nuls dans les suffrages exprimés sont autant de limitations à l'exercice de l'expression militante.
Notre Parti n'a pas le courage d'acter pour lui-même ce qu'il propose aux françaises et aux français.
Je me suis tenu en tant que rénovateur, et avec plus de force encore après "Le choix de l'alliance" d'Arnaud Montebourg qui a engagé le mouvement "Rénover, maintenant" contre son gré, sur une position de distance critique dont le vote blanc pouvait être l'expression. Cette position militante ne peut donc pas être tenue.
J'ai donc décidé de voter dans l'espace permis par le Parti Socialiste, et de faire compter ma voix au plus près de ce qui représente l'âme en difficulté, mais l'âme survivante des socialistes : son projet.
A cerner, au-delà des querelles sur le passé politique des trois candidats, la meilleure représentativité de l'expression du Projet des socialistes me semble résider dans l'escarcelle de notre camarade Laurent Fabius qui est le seul à offrir la cohérence de Gauche qui a su faire gagner en son temps les convictions de tous les socialistes.
Malgré l'oubli momentané de mes engagements de rénovateur qui rend visible une manifestation affadie de mes convictions socialistes, je vais voter Laurent Fabius.

Michel Gros
Section socialiste de Cannes

Matthieu a dit…

Retrouvez Marie-Noëlle Lienemann sur son blog : http://lienemann.typepad.fr