24 mars 2007

La médaille du Leyrit

Photo Dominique Boy-Mottard - Salle Leyrit, 23/03/2007

La médaille du Leyrit, Ségolène Royal l’a bien méritée. C’est en effet la première fois depuis François Mitterrand qu’un(e) candidat(e) socialiste à la Présidentielle fait un détour par Nice. Certes, le gymnase Leyrit est de dimensions modestes et une grande partie des 3 500 spectateurs a dû rester dehors dans la fraîcheur de cette soirée de mars, certes le Nikaïa, préalablement retenu puis décommandé, aurait été mieux adapté, comme l’aurait été Acropolis qui avait accueilli François Hollande il y a quelques mois (voir Le syndrome de Budapest). Mais ne boudons pas notre plaisir : l’exiguïté même des lieux a probablement rendu la soirée plus chaleureuse.

La candidate ayant un certain retard (à la suite du grave accident de la circulation d’un motard de son escorte), nous avons pu admirer les talents d’improvisation de Jean-Louis Bianco pour faire attendre la salle. Veste en cuir et chemisier blanc, la candidate enfin arrivée nous gratifia, fatiguée mais sereine, d’une intervention d’une quarantaine de minutes reprenant les principaux thèmes de son Pacte présidentiel. Bien sûr, rien de très nouveau dans ce discours maintes fois répété, mais la cohérence des cent propositions est beaucoup mieux affirmée qu’à Villepinte. Et puis, la nouveauté – et la salle enthousiaste le lui fit savoir tout au long de son intervention –, c’était sa présence ici même à Nice.

Puisse cette jurisprudence Leyrit être confirmée à l’avenir, au moment des Municipales par exemple…




La ségosphère des sections "Nice Centre" et "Nice Michèle Mangion" avec Marion et Patrick

33 commentaires:

Marion a dit…

Un peu fatiguée, mais tellement heureuse d'avoir pu suivre Segolène de Marseille à Nice !

FX a dit…

Superbe photo !
(de la candidate)
((l'autre est bien aussi))

Si tu ne penses pas l'utiliser je veux bien l'avoir pour la 6ième circonscription.
A+
FX

Véro a dit…

Moi je suis venue avec Aurèle, 9 ans et demi, pour son premier vrai meeting politique. On était en haut des gradins, pour bien voir et pour la protéger un peu. Une belle communion de joie et d'émotions mère-fille, beaucoup de chaleur, de jeunesse, d'enthousiasme. Une vraie fête!
La France présidente et Ségolène aussi!

Dominique a dit…

Pas de problème pour la photo FX : tu peux l'utiliser pour la 6e circonscription. Je te dirai à combien s'élèvent les droits :)

Arivata a dit…

Le problème c''est que moi j'ai rien vu ni entendu. J'en avais marre d'être dehors (il faisait froid), alors je suis partie.Dire que j'avais réussi à traîner mon copain avec moi pour essayer de le convaincre. Et bien d'autres sont partis avant moi. C'est dommage.

Mohamed T. a dit…

le discours s'affranchit;la lutte contre la corruption et l'impunité ainsi que le cumul des mandats sont explicites pour la première fois

Claudiogène a dit…

Cher Patrick, vous avez décidé de n'afficher que les commentaires du fan-club ou vraiment tout le monde est sous hypnose ?
(pas obligé de publier celui-ci... et je n'écris pas cela pour qu'il le soit... et ça non plus)

Anonyme a dit…

C'est quand même marrant, Mohamed T, tous ces gens contre le cumul des mandats... et s'ils commençaient à se l'appliquer à eux-mêmes ? Que je sache, Ségolène Royal est à la fois député et présidente de Région ?

Franck a dit…

Belle photo mais …ce n’est pas le drapeau français ??
Notre beau drapeau bleu blanc rouge… que chaque famille devrait avoir dans son armoire et devrait être prêt à arborer fièrement….pour accueillir les étrangers, ceux qui nous sont utiles…
C’est bien ça l’idée de Mme Royal ?
J’ai entendu le discours : un peu de récup frontiste, un peu de récup du RESF, un peu de récup UMP, un peu de récup Altermondialiste, un peu d’idées de gauche. Difficile d’y voir une cohérence en dehors de celle qui consiste à vouloir être élue…
Au moins si Mme Royal n’applique pas ce qu’elle prêche ni concrètement dans l’écoute des uns et des autres, ni dans le non cumul des mandats, elle pratique clairement le recyclage.

Laurent Weppe a dit…

Elle est à la fois députée et présidente de Région, mais elle a déjà affirmé qu'elle ne resterait pas député, quand bien même elle ne serait pas investie (c'était avant les primaires) ou si elle n'était pas élue en Mai. On pourrait réclamer qu'elle s'en aille au moment de son annonce, mais ça aurait fait des élection partielles pour un morceau de mandat de même pas un an.

Dans tous les cas, le non-cumul des mandats est devenu une nécessité, étant donné que député est un travail à plein temps (Un député-maire est un mauvais député ET un mauvais maire, et c'est un UMP qui l'affirme: http://civicite.free.fr/?43-nicolas-sarkozy-s-installe-dans-la-cumulitude d'ailleurs, on pourrait aisément pousser la logique jusqu'au Sénateur-maire, nan?) et que le non-cumul ne pourra être effectif qu'en devenant la loi (les candidats au fauteuil de Maire qui laissent d'eux-même tomber la tentation de la députation ne sont pas forcément la règle)

Laurent Weppe a dit…

Tiens, pendant que j'y suis, je me rappelle deux petites anecdotes à propos du drapeau tricolore:

Anecdote n°1:
En 2004, Michel Vauzelle est en meeting à Nice devant un parterre de militants et sympathisants du PS. À la fin de son speech, il se retourne, va chercher le drapeau français à l'arrière de la tribune, et revient, en disant "Pourquoi ce drapeau serait uniquement à la droite et à l'extrême droite? il est à nous ce symbole!". La salle applaudit, le meeting se conclu, et dans les jours qui viennent, personne ne se plaint de la sortie du président de la région PACA ni l'accuse de s'inspirer de l'extrême droite.

Anecdote n°2:
À l'été 2003, je vais rendre visite à mes parents à San Francisco. Bien entendu, cité étasunienne oblige, il y a une multitude de drapeaux, aux entrées des buildings, sur les toits des grattes-ciels (d'ailleurs je vois mal l'intérêt de mettre un drapeau à 150 mètres du sol où il est quasiment invisible à tous les passants, mais bon...) et bien sûr dans les jardins, à l'entrée des maisons, parfois sur les voitures, bref, la réalité est sur ce point digne des meilleures cartes postales. Et puis, en me baladant dans cette ville très anti-guerre, j'ai commencé à voir des choses bizarres: les plus ardents anti-guerre avaient enlevé le drapeau américains et avaient mis à la place des drapeaux sur lesquels on voyait le symbole de l'ONU, ou bien carrément des drapeaux français.

Amusant n'est-ce pas: un président de Région peut revendiquer le drapeau français pendant des élections régionales, mais pas pendant des présidentielles. Et la gauche anti-guerre peut se draper des couleurs de la France outre-Atlantique, mais pas en France: en France, c'est réservé, c'est du Droite Dé©omplexée™.

Anonyme a dit…

J'y étais aussi ce 23 à la salle Leyrit, et je ne le regrette pas. Ce sera mon premier vote pour des présidentielles (j'ai 20 ans) et je suis contente de voter pour un candidat par envie et pas par dépit. Je retrouve en Ségolène Royal, et le PS plus généralement, toutes les idées que je veux voir défendues.

Di pietro a dit…

à Laurent

1) Je trouve ça tout aussi ridicule d'exhiber le drapeau français à l'occasion d'une campagne régionale (mais ça aurait pu être pire, genre drapeau régional, mais lequel ???), mais il n'avait pas dû parler de Nation, non ? Et puis c'est pas parce que quelqu'un a déjà fait une c... que ça en était pas une et qu'on doit s'interdire d'en faire la remarque à tout jamais.

2) Brandir des drapeaux français aux EU quand on est américain pour manifester son accord avec des choix faits par la France contre ceux de son propre pays ne relève pas du tout d'un réflexe de fierté nationale. Au contraire.

Donc le drapeau et la Marseillaise ça sera sans moi. Et encore heureux que j'aille pas à la pêche le jour du vote.

is bon a dit…

Permettez un petit mot d'humeur d'une copine verte. Je ne suis pas allée au meeting, ayant pour l'intant une candidate.C'est aussi bien, car l'épisode drapeau me dérange beaucoup.
Voyez-vous je suis française par naturalisation.Mes parents se sont résignés à cette démarche quand il est devenu évident qu'ils ne pouvaient revenir dans l'Espagne franquiste (des années 50). Grâce à la naturalisation de leurs enfants ils ont pu à leur tour acquérir la nationalité française et VOTER. Cela a été pour eux une vraie conquête. Pour autant nous étions vraiment une famille bi-culturelle. Et cette appartenance à deux cultures associée au bilinguisme est une vraie richesse, que notre système scolaire sclérifié ne reconnait pas (ou mal) à tous ces jeunes en colère. Alors l'histoire du drapeau, que je ne risque pas de mettre à ma fenêtre par pure démagogie, m'incite à vous recopier cette phrase qui est toujours affichée devant mon bureau :

"Avec quelle force je hais l'héroïsme sur commande, les voies de fait stupides et le patriotardisme détestable" (Einstein)
C'est valable des deux côtés du miroir si j'ose dire.
Tu vois Claudiogène, je ne suis pas sous hypnose, un peu irritée même! Mais le facteur m'a délivré ce matin l'arrêté du Tribunal Administratif sur le terrain Sulzer et ça fait une juste compensation.
Mari-Luz HERNANDEZ-nicaise

Laurent Weppe a dit…

Au contraire: ceux qui ont brandi le drapeau français ne l'ont pas fait parce qu'ils avaient "honte" d'être américains, mais parce qu'ils avaient honte de l'hypocrisie de leur gouvernement. Pour eux, le gouvernement US avait littéralement trahi (ce fut Al Gore le premier à l'affirmer) en mentant sur les AMD, et en faisant passer une guerre privée pour un acte indispensable à la préservation des États-Unis. Il s'agissait alors de protester contre le détournement de la bannière américaine par un gouvernement qu'ils jugeaient -à juste titre- indigne de parler en leur nom (Not in Our Name, c'était leur slogan, remember?).

Honnêtement, la facilité qu'on beaucoup de gens de gauche à prendre pour argent comptant toutes les tartufferies de la droite m'a toujours surpris. Le coup de l'identité nationale en est l'un des meilleurs exemples.
Quand l'extrême droite a développé le nationalisme, elle ne l'a pas fait par amour pour l'idée de Nation. Le patriotisme de l'extrême droite est un patriotisme simulé: pour elle, la nation est d'abords un outil qui doit servir à s'assurer la docilité du peuple. Si l'extrême droite aimait vraiment les pays qu'elle prétend défendre, irait-elle, à chaque prise de pouvoir, instaurer des dictatures, des régimes violents, meurtriers, corrompus au dernier degré, des régimes sont par essence l'antithèse de l'intérêt général? Quand les nationalistes prennent le pouvoir, en lieu et place de la nation, on ne trouve qu'un ensemble de rituels de propagande et de mécanismes coercitifs. Aussi quand un baron d'extrême droite, quant un nationaliste prétend défendre la Nation, il ment, purement, et simplement. Il ne faut pas se laisser piéger par les faux amis: Nation et nationalisme sont absolument antinomiques.
Quant à la droite sarkozyste, elle ne vaut guère mieux. Alors que Ségolène Royal a dès le début rejeté tout lien entre Nation et ethnie, refusant de se laisser embarquer dans ce fantasme pervers de la nation liée par la consanguinité, Sarko lui complètement ethnicisé le concept de Nation, reprenant de facto ce fantasme stupide de nation consanguine. Mais ce n'est pas tout: en se faisant le croisé "anti-repantence", Sarkozy lui aussi cède au principe selon lequel un patriotisme simulé (on fait semblant d'ignorer que des crimes ont été commis au nom de la République et on fait mine de vénérer une France parfaite et totalement virtuelle qui n'a jamais existé, c'est à dire qu'on refuse d'accepter la France telle qu'elle est) vaut mieux qu'un patriotisme capable d'être critique et lucide sur le passé et le présent.

Alors qu'on arrête à dire que parler de nation, et chercher à s'en réaproprier les symboles, c'est être un con de droite, voir d'extrême droite: l'histoire nous montre que les nationalistes, à chaque fois qu'ils ont dirigé un pays, on systématiquement, et volontairement abîmé, la nation qu'ils prétendaient défendre, quant aux conservateurs, ils ne croient même pas en la nation et cèdent de plus en plus à l'idée selon laquelle la nation n'est rien de plus qu'un instrument pour s'assurer de la docilité des gens. Je regrette, mais je ne pas pourquoi il faudrait la laisser à des bandes de cagots.

marion a dit…

J'ai été un peu dubitative sur les propos de Segolène au début, sur les attributs de la Nation. Ce n'est pas vraiment dans l'habitude à gauche (dans les discours que l'on entend) de revendiquer le drapeau tricolore et la Marseillaise (que je ne connais absolument pas dailleurs). Ca m'a fait bizare parce que pour moi ce sont des choses que j'ai l'habitude d'entendre à droite, voir l'extreme droite. Mais est ce que pour autant ça leur appartient?? Après reflexion, je suis completement daccord avec ce qu'elle dit. Après tout, si je me souviens bien, la Marseillaise et le drapeau francais sont bien dans notre culture francaise. Je ne comprends pas Pourquoi la Nation devient un gros mot lorsque c'est à gauche que l'on en parle. Qui parle "d'exhiber" son drapeau ? Qui parle "d'exhiber" son appartenance pour s'y enfermer?
Segolène nous a bien expliqué que l'identité nationale ne doit pas etre laissée aux dérives de l'extreme droite. L'identité nationale est une identitée multiple et métissée, qui doit etre quelque chose que l'on assume, non pas pour se refermer mais justement pour accepter les autres.
Si grace à SR l'idée d'identité nationale ne nous fait plus penser à l'extreme droite, elle aura tout gagné. Je ne vois pas ce que l'on peut reprocher à cette idée.

Mari-Luz a dit…

Oh les jeunes! vous avez la chance d'être nés en EUROPE!! Toutes ces histoires sentent la naphtaline. Arrêtez de vous cramponner à un bout de tissu (je reste très modérée..) et essayons de créer le citoyen européen, et les choses re-commenceront à bouger. Mari-Luz

Claudiogène a dit…

Je suis content que les commentaires aient changé de tonalité ; ça rassure.
laurent weppe, avec "not in our name" me fait penser à cette chanson :

http://auteursreunis.free.fr/indexPrincipal.html
Arrivé sur la page, il faut cliquer en bas à gauche sur le titre "Président" (P. Font)

Clotilde a dit…

En tout cas, moi je trouve que la photo est très très réussie Dominique! :))

Bon, sinon, je suis évidemment complètement estomaquée (en même temps, pas tant que ça, parce que estomaquée voudrait dire "surprise"...), et je ne comprend pas comment elle peut convaincre sur des trucs pareils. Je veux bien imaginer qu'on l'ait soutenue dès la première heure pour un certain nombre de raisons, mais que cela ne nous empêche pas de voir la poutre dans son oeil et de lui dire qu'elle déraille à plein tube! (je suis assez consternée par le "suivisme-yeux fermés" de beaucoup. Ce n'est pas parce qu'on met des espoirs en qqn qu'il faut s'abstenir de toute critique). Les gens qu'elle essaie de raccoler de cette façon n'auraient jamais voté pour elle de toutes façons. Alors à quoi bon?
Allez, reprend-toi Ségolène, please.

marion a dit…

Ce n'est pas parce qu'on est pas daccord avec elle qu'il faut voir un manque d'esprit critique dans ceux qui la soutiennent encore :-)

Anonyme a dit…

Tu vois clotilde , trés rapidement
1 comment
Le silence, a dit quelqu'un, est une vertu qui nous rend agréables à nos semblables ;Elle devrait parfois s’en inspirait

Pénélope

Banjophil a dit…

Désolé si je remonte un peu dans le débat, mais je n'ai pas trop eu le temps de suivre le blog de Patrick ces dernier temps.
Je reviens aux « drapeau et Marseillaise », Pour moi, ce nationalisme franchouillard , je le laisse à la droite et à ceux qui sont attachés a ses valeurs. Il me semble que déja, à l'époque de l'affaire Dreyfus, c'était une des principales divergence entre droite et gauche. Et si je préfère écouter l'Internationale que la Marseillaise, ce n'est pas uniquement et me basant sur une préférence musicale, mais parce que pour moi, le nationalisme à toujours eu une connotation dangereuse.
(Au fait, le « sang impur », c'est de gauche ou de droite ???)

Laurent Weppe a dit…

«Les gens qu'elle essaie de raccoler de cette façon n'auraient jamais voté pour elle de toutes façons.»

Hooo, du racolage? On dirait un commentaire de la marionnette d'Elkabach, avec son "Tout le monde le sait, Ségolène Royal est une p..."

Ensuite, sur les "gens": si tu pense à l'électorat d'extrême droite, un bon nombre de ses propositions de remise à plat des aides et de luttes contre les discriminations ont déjà largement dû dégoûter le noyau dur de racistes qui vote les yeux fermés pour le camarade nœnœil.
Par contre, je me souviens avoir entendu à droite à gauche (enfin, à gauche, en fait) il y a cinq ans des "gens" dire "Et si on votait Chevènement pour faire passer un message à Jospin". Alors, certes, je suis le dernier à croire en la capacité ésotérique de l'urne à envoyer par magie des messages aux candidats pour qui on ne vote pas, mais quand même.

De plus, je le répète, les nationalistes ont toujours été les tartuffes de service en ce qui concerne l'identité nationale. Vous croyez franchement que Le Pen, avec son énormissime complaisance à l'égard des riches qui abandonnent la France par cupidité est patriote? Vous croyez que le Vicomte qui pour piquer des colleurs d'affiches à Le Pen a décrété que nos compatriotes musulmans n'étaient pas de vrais Français l'est davantage? Vous croyez qu'un Sarkozy qui critique outre-Atlantique "l'arrogance Française" et va faire le beau devant celui qui est déjà considéré par une écrasante majorité d'historiens US comme l'un des pires présidents Américain qui ai habité la Maison Blanche a vraiment du respect pour ce peuple qu'il entend diriger?
À mon sens, avant de parler d'identité nationale, il faut d'abord et avant tout lutter contre l'hypocrisie de ceux qui se drapent du drapeau Français pour couvrir leur malhonnêteté intellectuelle (voir malhonnêteté tout court). Or, réagir de manière allergique aux symboles de la République (qui s'est toujours voulue universelle et donc parfaitement compatible avec l'internationalisme du socialisme -et Jaurès l'a affirmé bien avant Ségolène, soit dit en passant) parce qu'on est en fin de compte allergique aux hypocrites qui aiment se planquer derrière, cela revient à leur donner le crédit de la sincérité, sincérité qu'ils n'ont jamais eu.

Quant à l'Europe, il ne faudra pas non plus oublier sa devise: In varietate concordia (tant qu'à se dire pro-européen, autant se souvenir de la devise de l'Europe) et qu'elle a été décrite comme étant une fédération d'États-Nations. L'idée de la diversité des cultures et des populations fait parti du corpus de base de l'Union Européenne, qui se base sur le principe qu'il n'y a pas besoin d'être tous identiques pour pouvoir vivre ensemble et avoir une destinée commune. Alors, parler de Citoyen Européen c'est très bien (d'ailleurs quand les autorités douanières américaines me font remplir leurs petits papiers, j'adore inscrire "European Union" dans la case "country" et "French Republic" dans la case "State". Ça ne m'a pas coûté de refoulement à la frontière jusqu'à présent en tout cas), mais il faudrait ne pas oublier que nous ne sommes pas tout seuls, et je vois mal les Britanniques abandonner leurs "bouts de tissus", pas plus que les Hongrois ou que les Allemands (dont le drapeau servi lui aussi de symbole aux républicains)

ricciarelli a dit…

Vendredi soir j'y étais moi aussi et je ne le regrette pas.
J'ai entendu un discours de presque une heure plein de choses interessantes et j'ai du entendre durant quelques secondes voire une minute au plus, parler du drapeau français.Je me suis dis effectivement que finalement je préfererai exposer son portrait cela prouverait qu'elle est présidente. On aurait d'ailleurs plus de chance que les monégasques obligés d'exposer le portrait d'ALBERT.
Au fait, dans ma voiture j'ai le fanion de l'OGCN sur le rétro, le drapeau français ailleurs et même le drapeau européen sur ma plaque minéralogique.
Et je peux vour assurer que tout cela est très harmonieux.

marion a dit…

Banjophil, c'est bien parce qu'on laisse le drapeau et la marseillaise à droite, que ça sonne "nationalisme franchouillard".


Non mais ça ne vous choque pas vous de voir sur les affiches pour la campagne éléctorale Le Pen devant le drapeau tricolore ?? Ca ne vous choque pas de voir le FNJ mélanger identité nationale et vindicte contre l'immigration ? Ca ne vous choque pas de voir le meme drapeau encore chez Villiers ?

C'est insuportable de leur laisser ce symbole francais, de le laisser aux mains des racistes et des extremistes. Qu'est ce qu'il y a de contestable dans le fait de montrer que ces symboles n'appartiennent pas à l'extreme droite.

Clotilde a dit…

Il y a qu'on en a rien à cirer, et qu'on n'accepte pas qu'on nous dise ce qu'on doit avoir chez nous, tout comme on n'accepte pas la façon qu'a Sarkozy de nous dire comment il faut vivre (il faut se lever tôt, il faut travailler dur, il faut dénoncer ses petits voisins, il faut être comme ceci et pas comme cela pour être français gna gna gna).
Par ailleurs, je trouve ça pathétique de donner plus d'importance à cela qu'à des choses comme la culture par exemple (désolée mais dans la vidéo "Ségo parle de la culture" dans Libé il y a 15 jours, vidéo que je suis allée visionner d'un air excité, il y avait UNE phrase sur la culture, merde!!!!). Resettons les priorités s'il vous plaît, le drapeau on s'en tamponne.
Par contre, là où je suis d'accord avec vous, c'est que les gens avec qui je parle aiment parfois beaucoup ça, cette histoire de drapeau chez soi. Déjà que j'étais déprimée, là je suis malade.

Franck a dit…

Bravo Dominique pour cette belle photo.

Franck V

Anonyme a dit…

Chez moi et sur ma voiture un seul drapeau : Niçois. Quand à l'Europe on la remercie d'avoir ruiné notre pouvoir d'achat avec l'Euro et de nous avoir apporté des hordes d'acheteurs de tous horizons qui ont fait grimper de façon hallucinante le prix de l'immobilier empêchant les actifs niçois de se loger.

Fabien Bénard a dit…

Bravo pour la photographie, et libre de droits, en plus. C'est bien un drapeau du Mjs, qui là est plus à sa place que sur les murs (certes souvent gris) de notre cité.
Les ainés du Ps vont-ils apprendre aux jeunes a ne pas salir la ville avec tant d''affiches et d'auto-collants ! Cela a un côut pour la collectivité ! Cela montre une belle image de la politique, encourage les abstentionnistes qui ne croient plus en rien... Et ne me répondez pas que tout le monde fait de l'affichage sauvage et dégrade le mobilier urbain avec des "stickers", car tous ne le font pas. Les extrêmes et le Ps/Mjs oui !
A propos de ne pas laisser le drapeau au "front" , je suis d'accord, mais de là a dire aux français ce qu'ils doivent faire...Cordialement

Clotilde a dit…

ouh la, j'étais énervée ce matin. ça va mieux là! :)))

ANTONIN a dit…

Nos couleurs tricolores brandit telles un étendard ne nous laissent pas de marbre visiblement. Et que dire de notre hymne national?

J'ai passé, vendredi une excellente soirée, sortir de la maison, traverser la seule rue qui me sépare de la salle Leyrit (en ayant quand même une petite pensée pour ceux qui sont venus en voiture dans un quartier avec les "tripes à l'air" et les places inexistantes),une ambiance "d'enfer", un discours et des propositions dans lesquels, même si lors du scrutin interne Ségolène n'était pas mon choix, je retrouve l'essentiel des aspirations d'un peuple de gauche.
Vraiment c'était bien, surtout lorsqu'après être sortis de la salle je tombe nez à nez avec elle, et me retrouve submergé par la mêlée qui se forme tout à coup autour d'elle, au point de bousculer Menucci; s'il lit mon commentaire, qu'il m'excuse.

Il est vrai que l'épisode du drapeau tricolore et de la Marseilaise me laisse plutôt dubitatif.
Il est vrai également que ces symboles n'appartiennent à personne en tant que tel mais aux français, c'est la France et la république, c'est à dire l'unité des citoyens. Sur cette question d'unité, et donc de symbole, je dirait presque que la gauche a plus de légitimité à se l'approprier car la droite actuelle s'emploie plutôt à diviser les français. Mais il vaut mieux insister sur les questions de fonds, celles susceptibles de changer le quotidien des citoyens et qui sont celles qu'ils veulent entendre.

Si Ségolène se montre trop insistante sur cette question là, ne soyons pas comme les aboyeurs de droite, ni d'ailleurs comme ceux de l'extrême gauche qui, je le dit avec insistance, devraient changer de cible et concentrer leur tirs sur la fausse division UDF / UMP. A défaut, ils commencent à dérouler le tapis rouge (sans mauvais jeux de mots) à l'un des deux candidats de droite. (Détester le faux frère socialiste ok, mais au point de faire passer un parti de droite, et quelle droite cette fois ci, cela me parait complètement irresponsable vis à vis des travailleuses et travailleurs qu'il d"fendent ardemment.)

ANTONIN

Claudiogène a dit…

Message personnel : Clotilde, j'aime beaucoup, et je préfère même, quand tu t'énerves :))))

Sefero a dit…

Bon, suivant les instructions de Ségolène, je vais donc acheter mon drapeau. Mais, en bon habitant de Nice, il me faudra aussi un drapeau niçois...Et je ne peux pas éviter d'avoir aussi un drapeau de l'Europe, pour ne pas paraître trop chauvin!!
-Peut être aussi celui de l'ONU ??
-Celui de la Croix rouge, indispensable en cas de conflit majeur !
-Les drapeaux Américains, Anglais et Russe (pas le nouveau, le vieux tout rouge avec les outils rangés dans le coin) pour le 8 mai, le 6 juin et le 11 septembre..
Et aussi le drapeau Belge, que je m'engage solennellement à mettre à mon balcon tout les ans le jour de la fête nationale belge si ils acceptent de nous débarrasser de Johnny Hallyday.
PS: si la Belgique refuse cette offre, je fait la même proposition à la Suisse et à Monaco. Dans ce dernier cas, j'irai jusqu'à mettre les portraits de toute la famille princière sur ma cheminée.