03 mars 2007

Lettre à France

Incroyable opération marketing que ce retour sur le devant de la scène de Michel Polnareff. Fan depuis toujours de l'inoubliable créateur de Love me, please love me, ce retour de flamme me comble. Il me comble sans que pour autant je sois dupe : la capacité des médias à créer artificiellement un événement est tout simplement effrayante.

C'est qu'au delà de la voix et de l'univers musical, par essence intemporels, Polnareff, ce n'est pas vraiment retour vers le futur, mais bel et bien retour vers cette France post soixante-huitarde, beaucoup plus puritaine qu'on ne le pense généralement. Il a suffi que Michel Polnareff affirme en chanson "Je veux simplement faire l'amour avec toi", pour être rejeté à l'époque dans l'enfer des programmations radiophoniques nocturnes. Aujourd'hui quand Monsieur Homais marie sa fille, les dames patronnesses se dandinent pendant le lunch dînatoire (!) en susurrant "Voulez-vous coucher avec moi ce soir" sans que cela n'émeuve personne. A l'évidence, de l'eau a coulé sous les ponts.

En tout cas, "Coucou le revoilou"... Après une longue parenthèse où, fuyant la France pompidolo-giscardienne, il séjourna aux USA. Et après quelques allers-retours sans lendemain. Notons toutefois, en 1990, le fascinant Kamasutra :

Quand la poussière aura effacé nos pas.
Que la lumière ne viendra plus d'en bas.
Ceux qui viendront visiter notre ici-bas
Ne comprendront pas ce qu'on faisait là.
Mais ça ira, ça ira.

Son retour sera-t-il autre chose qu'une opération à monnayer la nostalgie ? Saura-t-il fédérer plusieurs publics ? Réponse après cette tournée tant attendue. Nous en serons.

Quoi qu'il en soit, se replonger dans le répertoire de Polnareff est un moyen bien agréable de passer le temps en avalant les quelques centaines de kilomètres d'autoroute qui séparent Nice de Perpignan... Résultat des courses : un petit tiercé.

1 - Je suis un homme (pour la provoc')
2 - Tous les bateaux (pour l'innocence)
3 - Ça n'arrive qu'aux autres (pour l'émotion)

Et le vôtre ?


En supplément, un petit cadeau de Clotilde... !

22 commentaires:

Anonyme a dit…

1 les Mots Bleu(pour les souvenirs d'ado)
2 Goodbye Maryloo(pour les jardins secrets)
3 on Ira Tous au Paradis(pour résumer)

Richard a dit…

Avant de partir moi aussi en vacances, je n'en jouerai qu'un seul pas placé mais gagnant : "Le Bal Des Laze". Non mais...
Avant de partir je vais chercher dans ma discothèque pour écouter ses vieux tubes dans la voiture. C'est une bonne idée.

Richard a dit…

Damned, je me rends compte que je n'ai pas un seul album, même pas une compil, de Polnareff.
Tant pis pour Véro et Camille je chanterai moi même "le bal des Laze" dans la voiture...
Dans le chateau de Laze...

Anonyme a dit…

L'adolescence, 68, l'insolence, les copains qui préféraient les Rolling Stone (zut, alors)...c'est pas une blague ça revient? sinon pour les trois chansons : âme câline, le bal des lazes, midi-minuit.

ANTONIN a dit…

Je vais essayer de répondre en tapant sur mon clavier "tout les mots sans voix que l'on se dicte avec les doigts".

Pourquoi ne pas nous demander plutôt un quinté,ou bien même un loto à plusieurs grilles?
La sélection est difficile tellement son répertoire est riche de beaux morceaux.

Voici donc ma sélection:

* QUI A TUE GRAND-MAMAN.
"est ce le temps ou les hommes
qui n'ont plus le temps de
passer le temps".
"Il y avait du temps de grand-
maman du silence à écouter"
Très en phase avec notre époque
ou il n'est question que de
compétition stressante.

* SOUS QUELLE ETOILE SUIS-JE NE?
Ce morceau alterne entre
rythmes mélodiques et pop rock
typé seventies.
De plus, le texte est une
interrogation philosophique
du genre "qui sommes nous, d'où
venons nous, ou allons nous".

* LE BAL DES LAZE
Pour la symphonique plus que les
paroles.

Mais encore, et pour prolonger mon classement, on ne s'imagine pas combien certaines des chansons de Polnareff sont encore d'actualité dans cette période d'intense activité politique.

Notre candidate, par exemple, pourrais très bien s'en approprier certaines.

Ségolène Royal peu très bien s'adresser à toutes celles et ceux qui ont peur de voir une femme au pouvoir en leur disant:
...Je suis une "femme" quoi de plus naturel en somme...

Également, dans la relation qu'elle a établit avec les français à travers les réunions participatives précédent l'établissement de son pacte présidentielle, tel une "Lettre à France", "Faire l'amour avec toi peu très bien devenir:
"Faire la France avec toi", avec les paroles suivantes,
"Il est des mots qu'on peu penser, mais ne pas dire en société. Moi je me fout de la société... J'aimerais simplement dialoguer avec toi".

Après tout ceci, espérons que les électeurs, une fois dans l'isoloir, se diront, en glissant le bulletin de Ségolène dans l'urne: "J'envoie dans la nuit un message pour celle qui me répondra ok pour un rendez-vous"

ANTONIN

Florence a dit…

Ben, je dois avouer que ma préférée, c'est tous les bateaux, tous les oiseaux... aussi, lettre à France.
Michel Polnareff est un grand auteur compositeur, un "incontournable". Pas tant que ça de mon époque, ni un de mes favoris, mais, il m'arrive de me laisser tenter !

Patrick Mottard a dit…

Bravo à tous. Pour Les mots bleus, j'ai un doute... Christophe ?

Florence a dit…

Tu as raison, Patrick, Les mots bleux, c'est Christophe.
Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu'on dit avec les yeux...

je le mets alors en tête de liste... de Christophe...

Anonyme a dit…

(dans le désordre):
1- la poupée qui fait non
2- vient te faire chahuter
3- Marylou

les motsbleus ouais c'est Xof...

EtjécriécriééééRiendutou

Clotilde a dit…

http://roxik.com/pictaps/?pid=a500808

Anonyme a dit…

Je me plonge dans mes souvenirs, et j'en extrais :
- L'oiseau de nuit
- La mouche
- Love me, please love me

bernard gaignier a dit…

Ben oui les mots bleu c'est Christophe!!
Patrick n'enjolive pas trop les choses: c'est pas la France gaulo giscardienne qu'il a fuit... mais le fisc!
Il avait compris 35 ans avant JH (et non pas JC) que passer des frontières était le meilleur moyen de ne pas s'acquitter de ses impots!!
Bon malgré ça je suis pret à l'aider à en payer de nouveau car j'ai pris des billets pour Nice.
Mon ticket :
le bal des lazes pour le romantisme (ça m'a toujors fait penser au Grand Meaulnes)
ç a n'arrive pas qu'aux autres pour l'émotion et la gorge qui se noue quand on a un enfant et qu'on imagine......
Et... love me please love me pour mes premières boums, mes premiers flirts... bref la nostalgie

Anonyme a dit…

bonjour Patrick

une façon peut-être différente d'utiliser Polnareff:
un cours d'aérobic sur Tam Tam
un brin d'imagination avec Marie-lou
et mon quotidien avec la poupée qui fait non!!

claudio a dit…

C'est qui, Michel Polnareff ?

Anonyme a dit…

un type qui montre ses fesses en public et qui cache ses yeux Claudio... accessoirement il chante... Il a rencontré Marylou au bal des laz, il est pret à tout pour elle c'est sa chérie, même si elle fait non non nonnnnn... il voudrait faire l'amour avec toi de midi à minuit, il aime les oiseaux, les bateaux et les mouches...
GenerationSeventies

Anonyme a dit…

Ca ne vaudra jamais un bon vieux Motorhead.

FX NOAT a dit…

1 Voyage (instru)
2 Dans la maison vide
3 Né dans un ice-cream
A+
FX

Richard a dit…

J'ai vu des extraits du concert à la télé. ça m'a paru ringard. J'ai l'impression qu'il est resté coincé aux années 70. C'est décevant. Tant pis je continuerai à chanter moi-même les tubes que je préfère.
"Je serai pendu demain matin..."

framboise a dit…

Bonjour Monsieur Mottard,

Je suis Françoise, la serrurière, peintre, barmaid de la cité qui n'existe plus à Nice Nord.

J'arrive sur votre blog par chez Claudiogène. La seconde partie de ce prénom vous aidera sans doute a vous souvenir de moi.

Je laisse ici mes préférences

Ame caline

Marilou

le Bal des Laze

On ira tous au Paradis, et plein d'autres ...
A bientot peut etre que l'on se rencontrera sur le boulevard un de ces jours.

Patrick Mottard a dit…

Framboise,
Merci à Claudiogène d'avoir permis ces retrouvailles ! Dans quelle cité êtes-vous réfugiée aujourd'hui ?

framboise a dit…

Plus de cité pour moi aujourd'hui, une page de la vie a été tournée lorsque je l'ai vu détruire à coups de masse. J'erre sur le boulevard sans platanes et pleins de trous ou je ne me reconnais plus.Alors je file dans la blogosphère et dans mes terres de lumières...Là il y encore des découvertes et des rencontres à faire et des arbres à l'ombre desquels on peut s'assoir pour discuter.

Bonne soirée

Camille d'A a dit…

J'y étais, à son concert,en 2007, au premier rang. Une passion pour ce chanteur, que nous avions en commun, mon premier amour et moi... C'est mon père qui m'avait donné le gôut de cette voix, de cette musique, de ces mots...

Je t'aime (Pour la promesse des paroles)
Qui a tuer grand maman ( En souvenir d'un fou rire, un jour de grand soleil)
L'homme qui pleurait des larmes de verre ( pour l'émotion qu'elle m'a donnée en live, accompagnée d'un seul piano..)