28 avril 2007

Notables UDF et électeurs de Bayrou

Un par un, les députés UDF appellent à voter Sarkozy. Que Rudy Salles soit parmi les premiers n'est pas une surprise. En effet, à partir du moment où l'UMP s'engage à ne pas présenter de candidats aux législatives contre les ralliés, il ne faut pas s'étonner de ces prises de position. Elles sont la conséquence logique du mode de scrutin de la Ve République : un scrutin majoritaire uninominal à deux tours, conduisant inmanquablement à une bipolarisation. Quelle que soit la sympathie que peut susciter la démarche de Bayrou, le Parti Démocrate est mal parti. C'est dire si, en la matière, les promesses de portefeuilles et autres propositions d'alliance gouvernementales sont complètement inefficaces, tout en étant ressenties par l'opinion comme des tractations politiciennes. Pour convaincre, au-delà des notables UDF, les électeurs de Bayrou, Ségolène Royal doit insister, et même aller au-delà des propositions du Pacte présidentiel en matière de proportionnelle. C'est la seule façon de dire à ces électeurs : "Nous vous donnons les moyens politiques de vous libérer de l'emprise de l'UMP".

Quant à l'autre événement de campagne, la proposition par Henri Emmanuelli de créer un grand parti des anti-libéraux, on peut éventuellement souscrire à cette idée, qui n'est pas forcément contradictoire avec le raisonnement précédent. Toutefois, elle mérite d'être prolongée par une question : avec qui ?

12 commentaires:

Jean Hugues a dit…

Tput ca est d'autant plus logique que M. Bayrou n'est plus le représentant de l'UDF, il est désormais, grace ou malgrès lui, le représentant d'une forme nouvelle de contestation.

"45% des électeurs Bayrou revendiquent un vote contestataire" - Sondage des internautes sur http://www.ExtremeCentre.fr

Escoffier Gilbert a dit…

Avec les partisans d'une gauche résolument à gauche, je pense à Mélenchon, à Laurent Fabius, aux écologistes, aux minoritaires du PC, à José Bové,à clémentine Autin ...
Amitiés, Gilbert

Laurent Weppe a dit…

Jean Hugues les sondages internet valent ce qu'ils valent, c'est à dire pas grand chose.

Henri COTTALORDA a dit…

Toute ma vie, comme beaucoup , je me suis battu contre la société injuste et inhumaine . J'ai donc adhéré en 1956 , il y a cinquante an, à un parti de gauche et depuis je n'ai jamais cessé de participer aux luttes associatives, syndicales et politiques. J'ai tiré " les leçons du passé", aujourdhui je suis au PS et je souhaite me battre au côté des camarades cités par ESCOFFIER Gilbert mais je lui pose deux question: la première: Quand espère-t-il arrivé au pouvoir sur cette base . La deuxième :existe-t-il un seul pays en Europe ou dans le Monde qui se limite à ce type d'alliance et qui soit au gouvernement pour faire la politique que nous voulons. Je suis donc pour des alliances plus larges comme en Italie, en Espagne ou au Brésil... Je me souviens il n'y a pas si longtemps, avoir paricipé à une réunion-débats passionnante ,dans notre section ,sur la situation italienne et je me rappelle de notre joie quand nous avons appris la victoire de PRODI sur BERLUSCONI. Pour l'instant c'est pour ce type de victoire que je me bas.

F Benard a dit…

Bonsoir,

Il est assez bien vu de titrer ainsi ce billet.
Je souscris à cette analyse dans la mesure ou le scrutin donne la représentation que l'on sait.
Je doute que l'un ou l'autre des présidentiables ait une majorité au mois de juin.
Les anti-libéraux "à gauche toute", feront -ils quelque chose pour qu'un ancien Président comme Chirac ne touche pas 31000e par mois?

Salutations

Escoffier Gilbert a dit…

Pour Henri Cottalorda,

Dommage que Hervé MORIN( un proche de Bayrou), comme 20 députés UDF sur 29 ait rallié le clan Sarko, on aurait pu pactiser avec lui qui déclare dans un article d l'éveil de Pont Audemer à paraître demain:" j'estime que Ségolène ROYAL n'est pas à la hauteur de la fonction présidentielle et reste enfermée dans un vieux système d'alliance entre les appareils du PC et de l'extrème gauche".
Par ailleurs, si j'ai bonne mémoire, il me semble que Mitterrand en son temps à été élu avec les voix de ces mêmes partisans d'une gauche résolument à gauche et qu'à contrario Jospin en 2005 a été battu parce qu'il ne s'était pas engagé sur un pacte clairement à gauche. Il est vrai qu'il est inutile de refaire l'histoire et que la conjonture a changé. Aussi rassure toi je voterai Royal dimanche prochain, mais que la perspective d'un nouveau parti cher à Emmanuelli est bandante.

Amitiés de Gauche

Laurent Weppe a dit…

Les déclarations de Morin correspondent bien au titre du billet qu'on commente ici.

De plus, question "hauteur de la fonction" Sarko a largement prouvé ces dernières heures qu'il n'était pas à la hauteur de la République. Il n'aurait pas été impossible à Sarko de faire le même débat avec Bayrou, il a refusé et a préféré se cantonner à un comportement de politicien de bas étage pour qui seuls les deals discrets entre gens du même monde ont de la valeur: ce comportement tend à démontrer que si les électeurs de l'UMP sont pour la plupart des républicains, les chefs de ce parti ne le sont pas.
De plus, je crois l'avoir déjà marqué ici, une partie de la classe politique a appris à simuler la compétence, à se donner des airs de spécialistes en tout, et là où Sarko excelle, c'est dans l'art de se faire passer pour plus doué qu'il ne l'est vraiment.

De plus, le problème de la gauche "résolument à gauche" c'est que bon nombre de ses membres et de ses chefs ne sont pas sincères dans leur démarche. Une partie des leaders de l'extrême-gauche: ceux là même qui prétendent que le PS est un parti de droite et qui jouent plus ou moins ouvertement la victoire de la droite n'ont d'autres objectifs que d'obtenir un anéantissement du PS pour récupérer une partie de ses électeurs et devenir ainsi des rentiers de la contestation. Il n'y a pas qu'en religion qu'on trouve des Tartuffes: on en trouve en politique aussi. Il y a sept ans de cela, à Strasbourg, l'extrême gauche française a voté avec l'extrême droite et les ultra-libéraux contre la taxe tobin. Alors que les choses soient claires: les Krivines, Laguiller et compagnie ne sont pas, et n'ont jamais été des gens de gauches: les convictions qu'ils ont affiché en public n'étaient que des simulacres, et leurs héritiers continueront dans la même voie.

Haroun El Poussah a dit…

RIONS UN PEU (quand même)

Une chaîne pour sauver des vies....

Ceci n'est pas un spam, si cette lettre t'arrive, ce n'est pas par hasard, rien n'est dû au hasard.

Marie P. a voté Sarkozy en 2007, deux jours plus tard, sa maison a brûlé et tous ses enfants sont morts de combustion spontanée.

Pierre F. a voté Sarkozy lui aussi : il s'est noyé dans la mare aux canards de sa ferme, on n'a jamais retrouvé son corps.

Catherine K. a voté UMP aux dernières législatives : une semaine plus tard, elle a dû se faire poser un anus artificiel.

Jospeh D. a pensé à voter Sarkozy. Depuis, il purge une peine à vie dans les prisons turques. Le pire, c'est qu'il avait pris un billet d'avion pour Namur, il a été victime d'une erreur à l'embarquement.

Ne VOTE PAS SARKOZY, ou tu finiras comme eux. Passe ce message à 10 personnes que tu aimes ou tes dents tomberont.

Si tu ne votes pas Sarkozy, tout ira bien, tout le monde te trouvera sexuellement désirable, tu n'auras jamais de cancer du foie ou des poumons et tu gagneras plein d'argent.

Franck G. a dit…

L'idée d'un grand parti progressiste identifiable à gauche est bonne, cependant dans les valeurs qu'énonce H. E. ("la laïcité, la régulation politique de l’économie de marché et la redistribution...une réponse progressiste au problème de l’immigration) ,il manque la vision altermondialiste et surtout la prise en compte de l'urgence environnementale.
Avec qui? Avec ceux déjà cités et les électrons libres, les associations, les citoyens...

Lucid Songe a dit…

Mr Mottard,avez-vous lu le numéro 521 de Marianne"LE VRAI SARKOZY" ? Ce dossier est téléchargeable ici : http://www.marianne2007.info/-Refutations-,-le-film-anti-Sarkozy-du-collectif-de-l-autre-campagne-_a1271.html JF Kahn qui n'est pas un gauchiste nous dit clairement ce que nous ne voulons pas voir : Cet homme (sarkozy) est fou. De la même folie qui a donné dans le passé des dictateurs, ni plus, ni moins.De nombreux témoignages du camp de la droite valide cette opinion.

N'hésitez pas à DIRE cette vérité autour de vous..NE faisons pas semblant de ne pas voir..Pour moi c'est une évidence NS n'est pas un candidat comme les autres et il nous emmène au pire, nous le sentons, nous le savons tous.Sarkozy a déja amplement montré qu'il est capable de tout .. Arrétons cette immature avant qu'il détruise ce "vivre ensemble" auquel nous croyons."

ANTONIN a dit…

"N'importe qui peu sympathiser avec les souffrances d'un ami.
Sympathiser avec ses succès exige une nature très délicate".
Ce qui ce passe à l'UDF avec les Rudy Salles et autres ralliés à l'UMP est exactement le contraire de cette maxime.
Pour faire cour, ils partent tous à la soupe.
Certains électeurs UDF doivent se dire: "tout ça pour ça?".

S'ils l'avaient laissé entendre en filigrane, avant le premier tour, ils auraient fait preuve d'un peu de sens politique et auraient mieux préparé leur électorat à ce ralliement inéluctable.
Mais, au regard des violentes prises de position anti-Sarkozy de leur candidat, ils l'ont presque joué à la Besson.
N'est pas fin politique qui veut.
Faire preuve d'audace et de courage vis à vis de ses électeurs ne peu pas nuire. Mais il est vrai que Bayrou les a entraînes dans l'ivresse des sommets. Donc après l'escalade, retour au camp de base.

Si ces prises de positions son logiques compte tenu de nos institution, quelque chose a peu être changé chez les citoyens.
Plus de 84% de taux de participation, un intérêt presque sans précédent des Français pour cette présidentielle, je croit que cela va laisser des traces dans les prochains scrutins.
Il faudra suivre avec intérêt les résultats des sortants UDF ralliés à l'UMP.
Certains "sherpas electeurs" auront peu être quitté le camp de base pour tenter d'ouvrir une nouvelle voie avec Bayrou.

Quand à Ségolène Royal, je croit que nous sommes, à gauche, en situation d'urgence dans cet entre-deux tours.
Il faut rogner fortement vers le centre car ce n'est pas l'apport des communistes des verts et de l'extreme gauche qui va nous permettre d'équilibrer les comptes au soir du 6 mai.
Alors même s'il est vrai qu'elle doit aller très loin en matière de changement des institutions, et beaucoup de Français y sont prêt,
Les signes qu'elle donne ces dernier jours à l'électorat UDF, même si ce sont de grosses ficelles, sont autant d'appels du pied indispensable faute de temps pour développer des thématiques plus élaborés.

Henri Emmanuelli propose de créer un grand parti des anti-libéraux.
Outre que cette proposition ne me parait pas opportune à ce moment de la présidentielle, elle risquerait, à mes yeux et compte tenue de la position sans surprise que prendrais la LCR, de se limiter à des scores ne dépassant pas l'unité.
De plus, au regard de la multitude des meetings communs organisés avant la campagne par les partis d'extrême gauche afin de se choisir un seul et unique candidat "anti-libéral" prêt à affronter le scrutin présidentiel avec le résultat que ça à donné, peu nous donner une idée de la tournure que pourrait prendre cette initiative.
Il va lui falloir beaucoup de courage et de temps.

ANTONIN

serge a dit…

Mes amis je lis aec attention vos divers commentaires concernant la politique et les députés centristes qui préférent leurs soupes à la France.
pour ma part bien que socialiste, j'ai voté Bayrou au premier tour comme je vous l'avais dit, mais comme malgré les consignes de votes du PS au premier tour, j'ai voté quand même en mon âme et conscience, je me moque comme bien d'autres électeurs centristes des décisions des députés de l'UDF et je voterai certes sans une grande joie pour Ségolene Royal au deuxième tour.
Ce que font les députés centristes est le démonstration de ce que les français ne veulent plus, je pense qu'ils resteront maîtres de leurs votes.

Bien à vous

serge