29 octobre 2007

Les partis politiques

Qu’il n’y ait pas d’ambiguïté sur le sens de la démarche de « Nice Autrement ». Pour moi, les partis politiques restent les institutions de base d’une démocratie adulte. Leur rôle de structuration idéologique et politique de l’électorat est indispensable. Ils ont à la fois un rôle pédagogique et une utilité pratique. Leurs militants assurent l’interface entre les élus et les électeurs et leurs responsables animent le débat public.

Pour autant, ne pas constater certaines dérives reviendrait à se voiler la face. Trop souvent, les formations politiques, notamment en France où les effectifs sont faibles, se recroquevillent sur un appareil composé de permanents et d’élus dont le but principal est de se survivre. Indéfiniment. Cumul des mandats et clientélisme deviennent alors un véritable mode de gouvernement de ces structures souvent coupées de leur propre électorat.

Défendre les partis politiques consiste donc à dénoncer leurs dérives. Par la preuve ou par l’exemple.

9 commentaires:

henri COTTALORDA a dit…

Je partage totalement ton point de vue c'est pour celà que je propose comme objectif ( entre autres ) à notre démarche:
- Faire de la politique autrement pour réhabiliter le Politique.
- permettre à chacun de développer à la fois sa dimension individuelle et sa dimension sociale afin qu'il puisse , par sa réflexion et son action, contribuer à la création et à la transformation d'une société plus démocratique, plus juste et plus humaine .

Laurent Weppe a dit…

«Pour moi, les partis politiques restent les institutions de base d’une démocratie adulte»

Pas que pour toi Patrick: l'article 4 de la constitution stipule:
"Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie."
(Notons bien en passant la dernière phrase où il s'agit de respecter les principes -et pas seulement les formes- de la démocratie)

Donc, de fait, les partis politiques SONT des institution de la République, consacrés par la constitution elle même (soit dit en passant, ils l'étaient aussi dans le TCE -le texte que Sarko a saccagé en prétendant "respecter" le vote des citoyens- au titre de l'article 46 de la première partie)

Maintenant, pour ce qui est de critiquer le fonctionnement des dit partis, on peut se rappeler qu'il y a bon nombre d'institutions critiquées sans que ceux qui les critiques n'aient pour autant l'envie de les détruire: quand une erreur judiciaire fait parler d'elle, tout le monde s'indigne, mais on ne réclame pas la mise à mort des juges, quand le parlement prend des décisions détestables (amendement ADN, retour de la propagande pro-coloniale dans les livres scolaires, CPE et j'en passe) beaucoup de gens se plaignent, critiquent, descendent dans la rue parfois, mais ils ne partent pas mettre le feu au parlement.

Au delà de nos affaires nisso-niçoises, j'ai toujours trouvé détestable cette manière qu'ont certain de se cacher derrière l'institution qu'ils représentent pour anathématiser toute personne critique, comme si le titre suffisait à faire l'honorabilité d'un homme. Derrière ce comportement se cache la volonté d'hommes qui se savent faillibles de se cacher, de ne pas affronter leurs erreurs, voir leurs turpitudes, de ne jamais avoir à assumer leurs actes, à la manière de ces vieilles aristocraties qui veulent garder leur rang tout en s'en sachant indignes

jean françois a dit…

Tout à fait d'accord avec toi Patrick.

La politique doit exister aussi hors des partis, ces derniers ne devant normalement constituer que la courroi de transmission de la volonté populaire.

Mais trop souvent, cette volonté populaire est bafouée, le dernier exemple en date étant le mini-traité Européen que La France va sans doute ratifier.

Et pourtant,lors du référendum, Les Français se sont démocratiquement exprimés en faveur du non !

C'est ça qui n'est pas acceptable !

Et le P.S, très curieusement, n'exige pas ce tout à fait démocratique référendum !

Il n'y a que Mélenchon pour s'en offusquer clairement.

Pourquoi ce manque de respect du peuple, sur une décision qui va engager de manière irréversible le pays ?

Ce n'est pas comme ça qu'on va réconcilier Les Français avec la politique !

Anonyme a dit…

irene a dit

HENRI je partage ton point de vue "que tu partages avec PATRICK" Tout est dit dans ton message, le ton,les mots un vrai bonheur pour moi qui ne connait rien au fonctionnement des partis politiques !!!

bernard gaignier a dit…

Les partis politiques sont la base de la démocratie. Il n'y a que dans les dictatures qu'on les interdt.
Si je suis au PS depuis plus de 20 ans ... c'est bien parce que j'en suis persuadé.
Mais il ya des moments ou le spectacle donné est tellement affligeant que l'on a envie de dire faut que ça change... et quand c'est plus possible en interne, faut aller voir ailleurs.
Ceux qui discréditent le parti socialiste aujoud'hui ce sont leurs dirigeants locaux et nationaux. Le PS n'est plus un intellectuel collectif qui produit des idées, des concepts. Il n'est plus que le champ de ruines ou des barons nationaux et des baronets locaux donnent un spectacle lamentable avec leur petites gesticulations. Alors prendre un peu de recul en attendant cette fameuse reconstruction tant promise, tanter autre chose en retrouvant le plaisir de militer....; ça fait du bien!!

Muriel a dit…

Il fallait du courage pour entreprendre cette démarche. C'est le choix d'un homme lucide qui va au bout de ses idées, et cela mérite le respect. Il y a tellement de loups, mais aussi de moutons dans nos sociétés...

PG lookaa a dit…

Merci de ce réajustement qui me fait comprendre avec plus de justesse et votre engagement politique et votre retrait (provisoire) d'un parti pour ces élections de 2008. Pour autant je pense que la presse doit être tenue au courant de ce réjustement de vos propos et pas seulement les lecteurs du blog.
Pour ma part, je comprends votre position, l'ouverture engagée mais j'ai été (en tant que membre d'un autre courant politique)particulièrement étonnée du fait de l'exclusion sur la liste'Nice autrement " que vous établissez, des membres de partis.
Je trouvais cette position peu en accord avec votre engagement.A suivre...

marion a dit…

Je trouve cela courageux d'aller au bout de cette logique. Dommage que d'autres n'aient pas un tel courage.

Pierre GRIMAUD NOW a dit…

« Cumul des mandats et clientélisme deviennent alors un véritable mode de gouvernement de ces structures souvent coupées de leur propre électorat »

C’est sur ce constat que grand nombre de « socialistes » poursuivent leur combat hors de ce grand Parti Socialiste devenu le club des « p’tits chefs ». Ces derniers, jour après jour, font le ménage dans les ruines afin de s’assurer qu’ils resteront les maîtres des lieux.

Toute occasion de mener une campagne "autrement" débouchant sur un projet de politique "autrement", et bien sûr de vie "autrement" est soigneusement sabordée par des ambitions personnelles de candidat au carriérisme politicien.

La complicité d'une majorité de ces carriéristes justifie l’abandon de la voie du référendum sur le sujet du « mini traité »…

Pierre GRIMAUD NOW