27 octobre 2006

L’Ariane blues

Déambuler l’après-midi à travers L’Ariane avec L, M et R sans se faire annoncer est certainement plus instructif pour connaître l’état d’esprit du quartier que la traditionnelle diffusion sur le marché du vendredi ou l’assemblée associative utile mais toujours un peu formatée.

De snacks en appartements, de commerces en cafés, on peut ainsi rencontrer beaucoup de ces hommes jeunes, désoeuvrés et parfois désabusés qui attendent le travail parfois promis, toujours espéré.

Parce que j’ai marié certains d’entre eux, parce que j’ai leurs petites sœurs ou leurs petits frères à la fac, parce qu’ils savent, grâce à Nice Télévision, comment Nice plurielle défend L’Ariane au Conseil municipal, ils me font spontanément confiance.

Mais, face au discours agressif du ministre de l’Intérieur, la colère est palpable, face à l’absence de perspectives professionnelles, le fatalisme a droit de cité.

Pourtant, en dialoguant, l’énergie de la jeunesse, la volonté de réussir refont vite surface. Pour soi, pour la famille, pour les enfants. Quelquefois même, un rayon de soleil perce la brume ambiante, comme les propos de ce chef d’entreprise qui me confiait qu’il est ravi de travailler dans ce quartier, avec des gens du quartier… car son chiffre d’affaires a augmenté significativement (alors que son précédent établissement était au centre-ville).

Mais dans un environnement si hostile – mépris du maire, mépris de l’Etat, mépris de l’OPAM, mépris des entrepreneurs « boîtes aux lettres » de la zone franche – l’éclaircie est forcément fragile.

Bref, le quartier est loin d’être en ébullition, mais il a le blues. Et si d’aventure, dans les semaines qui viennent, nous passions au hard rock, il ne sera pas difficile d’établir les responsabilités et d’identifier, une fois de plus, les pompiers pyromanes.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Comment? faire la chasse aux entrepreneurs peu entreprenant qui utilisent le "système zone franche" pour se remplir les poches au lieu de créer des emplois
Qui? laisse faire?
je suis d'accord avec le titre de cette triste histoire mais je rajoute: l'Ariane à le Blues, Bon Voyage à le spleen, St Roch déprime et Pasteur se meurt

ancienne élève a dit…

Bref...que du travail en perspective..Tenez bon!

Anonyme a dit…

il y a pleins de belles choses à l'ariane, je peux vous dire qu'il ya des forces vives, qui se mobilisent pour faire de ce quartier quelque chose de bien, seulement on ne parle que du négatif.
cela arrange certains de mettre en exergue des événements somme toute trés isolés, et qui ne concernent qu'une minorité, alors que la majorité vit tranquillement et veut la paix.alors ne laissons pas tomber ces quartiers . zineb