15 décembre 2006

Les têtes de séries en finale


Le scénario possible de l’élection présidentielle se met petit à petit en place avec la probabilité de plus en plus forte d’une finale entre les deux têtes de séries : Ségo et Sarko.

Malgré les ratés de son voyage au Proche-Orient, quelques déclarations à l’emporte-pièce susceptibles d’inquiéter certains milieux (je pense par exemple à la Recherche), Ségolène Royal s’installe progressivement dans son rôle de candidate de l’ensemble de la gauche et pas seulement de Désirs d’avenir. Elle a notamment bien maîtrisé le débat sur l’écologie qui sera à l’évidence l’un des points forts de la campagne.

Parallèlement, le PS a su faire les sacrifices nécessaires pour empêcher des candidatures PRG et MDC, ce qui modifie considérablement la donne par rapport à 2002.

A gauche, il n’y aura donc qu’elle, une candidature PC qui n’aura de rassemblement que le nom (et pas le non) et les duettistes de l’extrême gauche. Et n’oublions pas que le fantôme du 21 avril sera un puissant facteur de rassemblement.

Nicolas Sarkozy, quant à lui, a été obligé, du fait de la primaire maîtrisée des socialistes, d’avancer sa déclaration de candidature. Ce changement de programme lui a finalement été bénéfique dans la mesure où on voit mal comment un autre candidat de sa famille politique pourrait venir brouiller les cartes. Et ce n’est pas le pitoyable « débat » interne à l’UMP qui risque de modifier cette réalité.

Du coup, malgré les commentaires et les sondages alarmistes, cette forte présence des deux champions de la gauche et de la droite relativise le danger Le Pen. Même s’il ne faut jamais sous-estimer l’adversaire, en l’occurrence l’ennemi. Un nouveau 21 avril exigerait un effondrement d’un des deux candidats majeurs ou un FN progressant de dix points. La situation n’est donc pas la même qu’en 2002 surtout si on considère que Sarkozy, en utilisant un discours propre à séduire l’électorat d’extrême droite, risque d’affaiblir Le Pen.

Chaque Présidentielle permet l’émergence de personnalités nouvelles. En 2007, seul Nicolas Hulot, s’il se présente, semble être en mesure d’être dans ce cas de figure. Pour disputer, au mieux, la quatrième place à François Bayrou qui lui peut recueillir les voix des décus du ségolénisme et du sarkozisme.

Ainsi, à quelques mois du scrutin, tout semble indiquer que la Présidentielle 2007 permettra un véritable débat de société projet contre projet. Démocrates et républicains, ce ne sont pas les socialistes qui vont s’en plaindre.

25 commentaires:

Claudiogène a dit…

Je vous trouve bien politiquement correct avec Ségolène et ses "ratés".
Quant aux ralliements, s'ils sont politiquement efficaces, il me posent vraiment un problème, je pense surtout à Chevènement, qui devait "aller jusqu'au bout" quoi qu'il arrive, comme Lang, d'ailleurs ; ça vous descend une personnalité en moins de deux ce genre d'attitude.
Votre scénario est très crédible et probable, mais, j'ai envie de dire hélas, hélas, trois fois hélas !
Italien arrivé il y a 47 ans en France (j'avais 2 ans) et Français depuis 6 mois, je vais avoir droit à ma première présidentielle et vous (les socialistes, la Gauche) allez faire en sorte que ma voix aille chez Bayrou ; c'est un comble. J'aurais su voter sans aucun doute jusqu'ici et là, patatras.
Non, vraiment je ne me vois pas voter Royal au premier tour. Vraiment pas.

Di Pietro a dit…

Claudiogène a raison. Chevènement et Lang ne se sont guère grandis dans cette histoire. Si on connaît le plat de lentilles du Ché (10 circonscriptions), on subodore en quoi peut consister celui de Jack.
Face à tout ça, et surtout face à la légèreté de Ségolène (moi aussi je fais dans le politiquement correct), il est vrai que Bayrou peut faire office de porte de sortie. Je ne pensais pourtant pas écrire ça un jour !

bernard gaignier a dit…

Segolene Royale n'est pas ma tasse de thé.. eu égard à certaines positions surprenantes...les récents sondages sur sa cote de confiance dans les milieux populaires est "interpelante"!Ceci dit c'est la candidate de la gauche qui est la seule à pouvoir battre sarkozy!Nous avons vu les conséquences en 2002 du choix de ts ceux qui ont voté n'importe quoi au premier tour pour manifester leur mauvaise humeur et qui se sont retrouvés comme des ...cons devant 2 bulletins Chirac et Le pen. Quant aux gens de gauche qui votent Bayrou ils seront quand meme génés quand au deuxième tour des législatives!!! l'udf se désistera pour l'UMP!!!!

Jocelyne a dit…

Bayrou, comme Chevènement, Montebourg, et Ségolène, ont su dire NON à ce qui pouvait compromettre leurs valeurs,rejeter les mots d'ordre et démarches poussiéreuses et vouées à l'échec, de leur clocher (pardon: leur camps ou courant); cela malgré les risques pour leur "carrière" politique . Chapeau .
Pour ma part, fondamentalement de gauche, ce ne sera pas - dommage car son intégrité et son courage me le rendent sympathique - Bayrou. Mais faisons tous entendre notre voix, celles qui choisiront le monde de demain.(?)

RICCIARELLI a dit…

Effectivement, "Le scénario possible de l’élection présidentielle se met petit à petit en place avec la probabilité de plus en plus forte d’une finale entre les deux têtes de séries : Ségo et Sarko".
Pour autant rien n'est joué car comme en sport tant que la ligne n'est pas franchie ...
D'autre part je me demande s'il faut parler pour cette finale seulement de champion de la droite et de la gauche, de démocrate et de républicain sachant que l'un et l'autre peuvent séduire des partisans supposés du camp adverse. En fait, je crois que la différence se fera sur cette capacité essentiellement.
Il faudra donc pour cela, de la part de Ségo, beaucoup de réactivité vis à vis des propositions et propos qui seront tenus par SARKO.
Vivement quand même la fin de cette finale

marion a dit…

Critiquer sego, ils peuvent pas s'en empecher ! (les fabiusiens)
:-)

Escoffier Gilbert a dit…

C'est vraiment un comble, des gens de gauche qui votent Bayrou et pourtant je l'avais vu venir. Quelle deception!!! Je ne peux m'y résoudre; mais ou va t'on sinon vers une campagne à l'américaine opposant bonnets blancs(les démocrates) aux blancs bonnets (les républicains). Comment dans ce contexte rallier les laissés- pour compte d'une société toujours plus inégalitaire?

Amitiés plus que jamais sociales Gilbert

Richard a dit…

Désolé de troubler ton bel optimisme pour le pronostic du second tour :
voilà une adresse de sondage intéressante:
http://www.presidentielle-2007.net/sondage-quel-president-1.php

A+
Richard

Sébastien a dit…

Je ne suis malheureusement pas si optimiste que toi Patrick. Tu dis qu'il faudrait un effondrement de l'un des 2 candidats ou une poussée de 10 points du FN. Et pourquoi pas un peu des 2?
Et c'est là que je pense que le 21 avril peut se reproduire. D'une part, la politique de Sarkozy qui n'a pas hésité à flirter avec l'extrême droite sur le fond et sur la forme pour maintenant se recentrer quand vient la campagne risque de laisser un véritable boulevard à Le Pen. J'en viens presque à craindre des déçus du Sarkozisme dans les mois qui viennent.
D'autre part, tu as très bien mis en relief l'opportunité d'avoir fait le nécessaire pour qu'il n'y ait pas cette fois de candidature PRG ou MRC. Mais ne négligeons pas une éventuelle candidature de Hulot qui prendrait, selon moi, plus de voix à Ségolène qu'à Sarkozy. Et méfions-nous également d'une candidature de Clémentine Autain qui pourrait nous valloir également très cher.

Donc, en deux mots: Restons vigilants!

planB a dit…

Voilà une copie qui ne passerait pas l'examen de Sciences Po...
Vous avez une chance à Harvard, mais seulement si c'est Kouchner qui vous corrige!

Laurent Weppe a dit…

Voter pour un homme de droite parce qu'on trouve que la candidate du PS n'est pas assez à gauche (après avoir accusé la même candidate de flirter avec l'extrême-droite quand celle-ci proposait des réformes inspirées des autogestionnaires, la logique n'a pas étouffé les critiques de Ségolène) c'est vraiment très intelligent, ça me fait penser à ces militants 'reconnaissables à leur vocabulaire inimitables) tellement à gauches qu'ils affirmaient dans leur grande discussion sur la "dérive droitière" du PS qu'ils iraient voter Sarko dès le premier tour. La méchante question étant "qui est de droite": celle qui a refusé le concours de catéchisme ou ceux qui sont prêt à faire perdre la gauche tout en se prenant pour l'élite intellectuelle de celle-ci?

Sinon pour Richard, reste calme: les sondages sur internet sont faussé par l'hyper-activité des militants d'extrême droite et d'extrême gauche. Pendant les régionales de 2004, les militants de ces partis parasitaient tellements les sondages netiens qu'extrême droite et gauche cumulées atteignaient parfois les 60% des "intentions de vote" mais dans le monde réel, ils n'en ont pas fait le tiers le jour du vote. C'est comme les sondages de Nice Première où tel candidat gagne 300 supporters en une heure avant de tomber dans l'oublie et où les militants d'extrême droite du Québec septentrional viennent s'opposer à la construction d'une mosquée dans une ville qu'ils sont infichus de placer sur une carte: ce sont des gamineries, pas des résultats valables.

Sur le côté "dragons l'électorat d'extrême droite" je ne suis pas si sûr par contre que Sarko arrive à ses fins. Techniquement depuis 88 Lepen obtient toujours entre 11 et 12% des votes des inscrits, sont score final dépendant surtout du taux d'abstention. De plus, l'UMP, son chef en tête, continuent à tenir un discours qui semble viser le colleur d'affiche de Lepen plus que son électeur potentiel. Ce comportement ridicule mais très classique légitime le discours de Lepen auprès de ceux qui sont encore assez naïfs pour le croire honnête, et indiffère ceux qui votent pour dire merde sans se faire d'illusion sur le personnage.

À côté de ça, ma messagerie électronique made in orange déconne, ma messagerie téléphonique madde in France télécom n'est pas plus brillante et ma connection internet est de plus en plus erratique. Je suis donc de plus en plus partisan de l'encadrement militaire des PDG des sociétés de FAI et de téléphonie. On arrive à un scénario à l'américaine, à savoir des sociétés de service qui profitent du fait que les clientèles leurs sont dépendantes pour leur faire payer cher un service médiocre. (C'était mon quart d'heure coup de gueule, et si jamais quelqu'un dans la pièce cherche à me joindre, je lui conseille de se dépêcher d'utiliser la poste avant qu'elle ne se fasse privatiser et ne tombe dans les mêmes abysses)

Dominique a dit…

Laurent,

Où as-tu lu que ceux qui envisagaient de voter Bayrou le faisaient parce qu'ils trouvaient que S. Royal n'étaient pas assez à gauche ? J'ai eu le sentiment, en lisant les commentaires, qu'ils réagissaient surtout à la personnalité de notre candidate.

Bravo pour ton quart d'heure coup de gueule : ça au moins ça m'a amusée !

diop massamba a dit…

Je ne crois pas que Ségolène a fait un raté. Je lui accorde le bénéfice du doute. Elle n'a certainement pas entendu (traduction pas correct). Je pense que Ségolène a le mérite d'aller au Liban pendant cette période tres difficile. Elle ne s'est pas contenté de commentaires a des milliers de kilomètres comme certains responsable politique. Elle a fait preuve de courage. Courage que je salue.

Clotilde a dit…

Notre mission, si nous l'acceptons (et je l'accepte!), est de faire revenir Claudiogène, Di Pietro et tous les autres dans le giron de Ségolène d'ici 5 mois! ;)

Même si Ségolène a effectivement encore frappé, avec son statut public/privé pour l'emploi dans la recherche, ou encore son penchant pour une politique scientifique pilotée par les industriels (sob), et bien même moi, chercheuse, et de surcroit fabiusienne jusqu'au 16 novembre dernier, je vais voter Ségolène....

(Par contre, si Ségo pouvait nous aider un peu à rattraper les copains qui s'en vont, par des positions, disons, plus attendues par la gauche, ce serait pas de refus évidemment. merci d'avance pour sa collaboration)

bernard gaignier a dit…

Clotilde il y a des missions difficiles !! faire revenir les nouveaux bayrousiens... faut simplement rappeler que son représenatnt local est Ruddy Salles!! qu'il a été un ministre de l'éducation nationale d'un gouvernement Balladur grâce auquel on s'est retouvé 1 milion ds la rue car il voulait remettre en cause la loi Falloux qui est le fondement de la séparation de l'églie et de l'Etat... et que pour les prochaines législatives il fera comme les autres fois... il négociera avec l'UMP!!
Quant à donner des idées de gauche à Ségolène.... c'est pas compliqué, il suffit de demander à NPS, la gauche morale du PS, celle avec laquelle plus rien ne devait etre comme avant !! qui a rejoint sans coup férir son camp de lui donner des leçons !! De même à ce bon Emmanuelli qui n'a pas osé franchement la rejoindre tout de suite mais dont le silence était éloquent!! Donc il suffit de demander à toute cette gauche qui ns expliquait y a pas longtemps que le non au referendum était les prémisces de la nouvelle révolution socialiste et de la fin du libéralisme des raisons de chanter l'internationale derrière Ségolène!!!
Il ne rete plus que ce bon sénateur Melenchon à jouer les grognards et à proposer ses services aux qroupuscules altermondialistes!! Le pire pour eux serait qu'ils l'acceptent. Mais au point de ridicule où ils en sont! pourquoi pas. Et d'ailleurs nul doute que ce grand moraliste qui doit beaucoup souffrir de porter au sénat les couleurs d'un infame parti social démocrate et qui est prèt à faire la campagne d'un autre candidat que celui du PS abandonnera son mandat de sénateur; ça doit vraiment être trop dur pour lui!!

Dominique a dit…

Bernard,
Il me semble déceler une petite contradiction dans les reproches que tu formules à l'encontre des nonistes... Qu'ils aient rallié Ségolène Royal dès la première heure ou plus tardivement, ou qu'ils aient refusé de le faire comme Mélenchon, nuls ne trouvent grâce à tes yeux. Alors quid ?

bernard gaignier a dit…

T'as raison dominique il y a une petite contradication. Mais il s'agissait d'un mouvement d'humeur largement réparti! la bande à montebourg me gonfle depuis longtemps. Melanchon aussi! le revoir faire la danse du ventre avec les altermondialistes, participer à leur quète du graal (le candidat commun) tout en gardant sa place de sénateur PS me parait etre tout à fait malhonnète!
Je ne comprends pas (en fait si trop bien!!) quil reste au PS.
Donc il s'agit de mon mouvement d'humeur dominical!!

Dominique a dit…

Bernard,
J'avais envisagé une troisième hypothèse qui fianlement excluait toute contradiction de ta part : finalement, la seule attitude que tu comprenais était celle de Laurent Fabius qui, tout en ayant assumé ses choix, notamment européens, se ralliait, dans l'intérêt du parti à la candidate choisie par les militants...
Tu n'es pas obligé de répondre : je sais que je frise la provoc !

Anonyme a dit…

Houhou, Dominique, Bernard et les autres... Réveillez vous.., nous sommes le 17 décembre; le choix du candidat PS a été fait depuis un moment (et je ne parle pas du référendum européen !) Donc remettons nos Fabiuseries au placard et passons à autre chose, sinon nous risquons de nous réveiller avec Sarko président et Estrosi ministre de la culture.

Anonyme a dit…

Je crois qu'il faut rester très, très prudent dans les éventuels pronostics sur les deux candidats restant en lice au second tour, plusieurs mois à l'avance. Rappelez-vous Chaban, Barre, plus encore Balladur sans parler de Jospin, tous "très largement probables" au second round de leurs élections respectives (je parle bien entendu de 2002 pour Jospin)... On sait ce qu'il est advenu à chaque fois.
Aussi bien Sarko que Ségolène R. peuvent éclater en vol d'ici là. Vu la quasi hystérie pathologique difficilement contrôlée du premier et les incertitudes molles et gaffes de la deuxième , ce ne serait guère étonnant à vrai dire... Seuls, à priori, Le Pen (une fois de plus) et Bayrou (ce serait quand même un miracle pour lui...) semblent cependant pouvoir en profiter. Une éventuelle candidature de Nicolas Hulot fera "pschiiit" comme dirait Jacquot car on s'apercevra que si l'Ecologie fair pleinement partie de la Politique, elle ne peut être tenue pour "toute" la politique. Sauvons la Terre, je signe des deux mains (et dès demain et même dès aujourd'hui) mais quelle est la politique économique, sociale, du travail, des salaires, éducative, étrangère, culturelle, etc. de l'autre Nicolas ? Sa candidature-qui-n'en est pas-une une me fait beaucoup penser à celle de Coluche.
Je note aussi que dans son décompte de la gauche non-socialiste, Patrick a oublié les anti-libéraux ( en plus du PC qui ne les représentera certainement pas totalement). Certes, ils donnent un spectacle assez pitoyable mais enfin, ça peut toujours faire 3 ou 4%.

Ce qui me ferait assez rire (je sais, j'ai mauvais esprit mais je peux vous dire connaître beaucoup de gens de gauche autour de moi qui en rêvent secrètement !) serait d'avoir un deuxième tour Ségolène R.-Le Pen. Histoire de voir ! 1) la tête de Sarko, Devedjian, Estrosi et leurs amis le soir du 21 avril et 2) le positionnement et le vote de la droite au deuxième tour...
Et j'espère que Ségolène R., après avoir triomphé avec 80% des voix (peut-être...) oubliera les électeurs de droite ayant voté pour elle comme Chirac a oublié ceux de gauche après 2002 (mais qui était assez naïf pour croire qu'il ferait autrement ??), et qu'elle se mettra alors, métamorphosée, à mener une vraie politique de gauche pour le pays (après tout, peut-être qu'elle cache son jeu en se faisant passer pour une centre-gauche et qu'elle admire Hugo Chavez et Evo Morales davantage que Michelle Bachelet ? ;)

[je précise pour ôter tout doute que ces propos ne cachent pas un règlement de compte typique tendance PS, n'étant pas au PS et n'étant de sensibilité ni DSKahnienne (mais alors vraiment pas...), ni fabiusienne (beau discours de gauche mais personnalité totalement non crédible), ni ségolienne.]

Un dernier mot sur les bourdes de SR au Liban. Je lui accorde le bénéfice du doute sur la non-réaction aux propos du représentant du Hezbollah car il est très possible que l'interprète (différent de celui des journalistes) n'ait pas parfaitement traduit, d'ailleurs l'ambassadeur s'est retrouvé dans la même position. Par contre, les propos de SR sur la politique israélienne et notamment sur le mur de la honte ainsi que sur la violation continue de l'espace aérien libanais, deux éléments condamnables auxquels elle a donné une sorte d'aval, ça, c'est une vraie bourde, pire, une faute très lourde à mes yeux et quand j'ai entendu ça de sa propre bouche, je me suis dit "Mais comment vais-je pouvoir voter pour elle ?".
Elle a encore quelques mois pour me convaincre de ne pas aller disperser ma voix ailleurs (je ne saurais vraiment pas où d'ailleurs, mais certainement pas chez Bayrou. Marrant sans doute comme type, mais centre-droit, et pendant des années fidèle toutou de la droite. Quand on est vraiment de gauche, on ne vote pas pour ce genre de gens).

Et puis que la candidate socialiste ne se trompe pas de cible... Au premier tour, l'important est d'être dans les deux premiers. Mais à l'arrivée, c'est de battre Sarkozy. Le danger, c'est lui, certainement pas Le Pen qui ne sera jamais élu à un second tour. D'ailleurs, même si par malheur il l'était, il serait quoiqu'on en pense, moins dangereux que l'homme au karcher. Car Le Pen n'aurait jamais les moyens politiques et notamment législatifs de sa politique. Sarko, oui. Et il est beaucoup plus jeune. Et peut donc durer bien plus longtemps que l'homme à l'ex-bandeau. Pour une politique qui risque finalement d'être guère éloignée...
Philippe S.

Anonyme a dit…

"coup de gueule"
j'ai envie de pousser un grand coup de gueule en lisant tout ce que je peux trouver sur les blogs "socialistes".
Pour une fois que nous avons, à gauche, une candidate
qui a un certain impact sur toutes les tranches de l'électorat, et pas seulement les « purs et durs »,
qui exprime des idées, contrairement à ce que la droite veux vous le faire croire.
vous trouvez que:
Elle n'est pas assez à gauche
elle est trop à gauche
elle n'est pas blonde
elle n'est pas frisée avec les oreille décollées
elle n'a pas un oeil de verre
elle n'a pas été....
......
Quand je vois ce qu'à été le résultat avec un candidat « politiquement correct », mais qui a cru qu'il suffisait de cirer les pompes à Chirac pendant 5 ans pour être élu ???

Je suis désolé, mais Segolène Royal me convient parfaitement.

(Message pour Patrick: Je t'autorise exceptionnellement à censurer une partie de ce message)

philippe nikel a dit…

C her Patrick, De quels "râtés" parles-tu ? de ceux signalés par SArkozy ?Je me permets de t'inviter à lire la Presse moyen orientale qui a unanimement salué le voyage de notre candidate. Et pour mieux éclairer ta lanterne qui parfois me semble vaciller, tu peux regarder la video de "Ripostes" d'hier dimanche visible pendant 8 _ jours sur le site de la 5.Tu seras , j'en suis sur ,conforté dans ton soutien et dans la chance que la gauche, et la France ont d'avoir une candidate de cette envergure.Amitiés

Clotilde a dit…

Hou la, ça y est, maintenant, chaque individu qui aurait l'outrecuidance d'émettre la moindre critique même constructive à l'encontre de notre candidate est accusé de trop écouter la droite, et peut-être même de faire son jeu... On aura tout vu et tout lu.
La politique est une école de patience, et on dit souvent que l'union un combat. Bigre, ça n'aura jamais été aussi vrai. Enfin, on y arrivera...

Franck a dit…

Les ratés de Mme Royal, je lis que certains semblent les avoir ratés et même se font l'écho sûrement très sélectif de la presse moyen orientale.
Sur Haaretz, journal israélien : « The French socialist presidential candidate listened closely as her hosts explained to her the complexities of the arab-israeli labyrinth. More than once she asked basic, simplistic questions such as "what do you think of the Palestinian problem ?" »
On sent la future présidente dans la pertinence des questions.
Il est vrai qu'elle n’a pas, au Liban, relevé une comparaison au nazisme : une nouveauté ? Non,mais Mme Royale discute avec tout le monde donc même avec ceux qui tiennent de tels propos sauf que, si elle les avaient entendus dit-elle plus tard , elle serait partie: conclusion: avant que Mme Royal n'aille au moyen Orient elle ignorait que de tels propos côté hezbollah puissent être tenus ou alors..?
Fine analyse aussi quand face la manifestation anti-gouvernementale à Beyrouth: "Je vois dans cette foule un élan démocratique."
La diplomatie européenne, qui soutient le gouvernement en place, appréciera.
Je passe sur le problème du survol des avions de chasse israelien:à Beyrouth:« Je crois que ces survols doivent cesser parce que c’est à la fois l’intérêt d’Israël et du Liban. »
En Israel: « Je sais que ces survols sont liés à la défense de la sécurité d’Israël." et tanpis pour la finul.
A propos du mur de séparation, qui rappelons-le est jugé illégal par l’Onu, elle le justifie comme étant un des éléments de la sécurité d’Israël. (France info, Intertreize).
En Israël :
« Vous avez devant vous la seule responsable politique qui s’est clairement exprimée contre l’accès de l’Iran au nucléaire civil. Là se trouve le plus grand danger pour Israël et toute cette partie du monde » . Remettre en cause le droit de l'Iran à obtenir l'énergie nucléaire civile, c'est en réalité remettre en cause le Traité de non prolifération qui a été signé par la quasi-totalité de tous les pays du monde.
Après de tels propos, oui l'accueil en Israel est plutôt bon.
Bon je résume le voyage: Mme Royal fait du pro-gouvernement libanais avec le gouvernement libanais, du pro-hezbollah avec le hezbollah, du pro-palestinien avec les palestiniens, du pro-israelien avec les israeliens, et surtout du pro-Ségolène...

Anonyme a dit…

Encore une fois je renvoie les fines gueules, ceux et celles qui trouvent que c'est plus vert ailleurs, et qui donc risquent de se perdre dans les bois de la droite Sarkopeniste, de visionner l'émission de Ripostes - soit sur le site de la 5, soit sur le site de Ségolène Royal, "video 2007".Ils seront je le répète rassurés, raffermis, et prêts au seul combat qui compte dorénavant.