10 novembre 2007

Démocratie participative ou marketing électoral


Lors des Municipales de 2001, j’avais lancé, un an avant l’échéance, une vaste campagne des quartiers qui, sur la base d’un questionnaire, auquel plus de 3000 Niçois avaient répondu, et d’une vingtaine de réunions décentralisées, nous avait permis de réaliser un programme qui fut certainement un des éléments clés du bon résultat obtenu alors.

L’opération passa d’autant moins inaperçue que nous n’avons pas cessé, l’élection passée, d’entretenir des liens privilégiés avec ces Niçois qui nous avaient fait confiance.

La démarche fut donc reprise en partie par le Maire élu avec une territorialisation et la mise en place de conseils de quartiers qui se voulaient le prolongement institutionnel de notre démarche. Hélas, la faible représentativité des assemblées et le manque de moyens eurent raison de l’expérience.

Aujourd’hui, c’est P. Allemand qui reprend l’idée à travers un questionnaire diffusé sur une journée (les 24 heures de la participation en quelque sorte…).

Bien sûr, il n’y a pas de modèle déposé et je suis plutôt flatté de voir adversaires et concurrents imiter une campagne initiée il y a déjà sept ans. Mais, si l’on ne veut pas que cette authentique démarche de démocratie participative dégénère en vulgaire marketing électoral, il faut respecter certains principes (qui sont autant de façons de respecter ceux auxquels on s’adresse) :

- étaler l’opération par quartiers, en établissant avec chacun d’entre eux un débat spécifique ;
- prendre le temps de réunir les personnes intéressées en leur proposant de participer à l’élaboration même du programme (et donc de ses contraintes) ;
- s’organiser pour que cette relation privilégiée se poursuive après l’élection, quel que soit son résultat.

Je ne suis pas sûr que mes imitateurs pressés aient intégré ces principes qui participent de la volonté de faire de la politique autrement sans prendre les électeurs pour des gogos.

Bien sûr, « Nice Autrement » a lancé, depuis plus d'un mois, une nouvelle campagne des quartiers. Elle est organisée cette année par cantons et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai animé cette semaine avec Pierre Laigle ma première réunion (6e canton). Dans les jours qui suivent, ce sera le tour du 8e canton (Brasserie Dante) et du 7e canton (restaurant Les Palmiers).

La vraie démocratie exige patience et humilité : l’équipe de « Nice Autrement » ne manque ni de l’une, ni de l’autre.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, Une seule petite critique si vous le permettez: Vous devriez faire paraitre sur votre blog les dates et les heures à laquelle sont programmées ces réunions d'informations. Autrement sans ces infos comment voulez vous que l'on y participe ?

Dominique a dit…

Les dates et lieux des réunions sont indiqués sur les questionnaires distribués dans les boîtes aux lettres et ils sont annoncés dans Nice-Matin.

Ils figurent également sur le site de campagne de Nice Autrement de même que sur le site personnel de Patrick.

jven2linteligencà20ti1000 a dit…

Y a les visionnaires, ces gens en avance sur leur temps qui voient et comprennent toujours avant tout le monde... ceux là ont toujours une longueur d'avance... et puis il y a les autres, ceux qui... bah imitent justement... parce qu'ils ne savent pas faire Autrement (mouhaha le jeu @ 2 cents)... et quoi qu'ils fassent, aussi parfaites que soient leurs imitations ils restent toujours avec un train de retard et courent toujours après celui qui leur montre la voie... pour peu qui soient pas seuls dans leur tête, là ça devient rock'n roll...

Claudio a dit…

Sans vouloir casser l'ambiance à 20ti1000, il reste que les visionnaires ont trop souvent raison trop tôt et ça c'est vraiment un défaut de fabrication de l'humanité. Et comme je crois qu'on pourra réparer le défaut en s'y mettant je reste optimiste, même si je dois être exécuté.

Ségurano a dit…

Patrick Allemand sur FR3 avec sont inénarable Bellec qui dans le quartier St Roch demande aux niçoises et aux niçois de remplir un questionnaire .... N'est pas une de vos idées largement décriées sur les blogs de nissa 2008 le retour et de la malheureuse Cendra ? Décidement le 1er Fédéral à le C.. comme la figure !

Richard a dit…

Pour anonyme, voici une des adresses où vous pouvez trouver les rdv pour les réunions de quartiers :
http://www.patrick-mottard.org/reunions_des_quartiers/reunions_des_quartiers.html.
Pour Patrick, si en plus tu leur donnes le mode d'emploi, ils n'auront plus rien à faire...

Laurent Weppe a dit…

Mais naaaaaan, Ségurano, vous n'avez rien compris: Mottard il fait semblant de faire de la démocratie participative alors que chez Allemand c'est au-then-tique, la preuve, y a même de belles photos couleurs et c'est tellement populaire que même le conseiller en communication de Peyrat himself y aurait répondu...

Plaisanteries mises à part, la démocratie participative est pour l'instant une pratique expérimentale, alors qu'elle devrait être une pratique institutionelle...
Or, le PS est une institution, une institution qui par dessus le marché, en dehors de quelques vieux notables et autres imposteurs carriéristes (l'un d'entre eux vient faire un tour chez nous ce Lundi) a soutenu aux dernières élections une adepte de l'institutionnalisation de cette démocratie participative.

Compte tenu des moyens financiers du PS, on serait en droit d'attendre que le candidat officiel du parti fasse quelque chose de plus ambitieux qu'un tréteau posé sur une place de temps en temps pour que les passants remplissent un questionnaire debout avec un temps de réflexion comparable à celui accordé par un sondeur de la sofres (soit 7 secondes).

En fait, étant donné qu'il y a au PS unanimité pour dire que la démocratie participative c'est très bien (ceux qui affirment le contraire en pensant que la France est peuplée d'écervelés sont de toute manière déjà parti chez Sarko), on aurait été en droit de penser qu'une fois les législatives passées, le parti lancerait -au moins dans les grandes villes- une série de consultations qui serviraient ensuite le candidat investit, quel qu'il soit...

Or, au lieu de ça, toute initiative de l'institution qu'est le PS furent remises à plus tard, et même une fois l'investiture passée (en septembre dernier) le parti a visiblement eu beaucoup de mal à démarrer un commencement de campagne participative, alors qu'encore une fois, il avait largement les moyens de faire beaucoup mieux.

ricciarelli a dit…

Un élu n'est-il pas le représentant de ces électeurs, comme un délégué syndical est le représentant de ces syndiqués et ainsi de suite pour d'autres exemples .
Alors à quoi bon discuter sur cette notion de démocratie participative qui a toujours existé sous une forme ou sous une autre dans tous les domaines.
Le véritable problème n'est pas savoir comment faire pour faire participer les gens mais surtout de savoir comment mettre en application leurs attentes.

Dominique a dit…

Ricciarelli, je suis entièrement d'accord. C'est pour cela qu'après analyse des réponses nous invitons les habitants à participer à une réunion pour faire une première synthèse, en les prévenant bien sûr qu'il faudra ensuite des arbitrages pour avoir une politique harmonieuse et équilibrée en matière d'équipements collectifs sur l'ensemble de la ville. Et ces arbitrages dépendent bien sûr de la démocratie représentative.