11 janvier 2006

Disraeli street

Si ce blog a évidemment une vocation locale, c'est en pensant à mes amis d'Israël que j'entame ce journal. L'incertitude liée à la disparition politique d'Ariel Sharon ouvre une période particulièrement dangereuse au Moyen-Orient, au moment même où la paix avait quelque chance de progresser. Aussi, ce matin, mon esprit est plutôt du côté de la petite rue Disraëli dans la banlieue de Haïfa où habitent les parents de mon ami David, ancien collaborateur d'Itzack Rabin et militant de la paix.
Paradoxalement, c'est la Gare du Sud qui me semble bien lointaine aujourd'hui...

3 commentaires:

Jacques Barralis a dit…

Si tous les blogs du monde, la PAIX possible???

Essayons, tendons la main à l'autre dans nos villes, dans notre pays, en Europe et …

Je fais un rêve, par la solidarité active des internautes "solitaires", ouvrons une voie pour atteindre la paix dans le respect des droits des peuples.

C'est encore l'époque des vœux, non !!!

Sylvain Cesaroni a dit…

Est-ce que vous pensez aussi aux palestiniens de Gaza? Les Israeliens et votre ami David lui-même ami de Rabin ne sont pas les seuls à souffrir de ce conflit.
Bravo pour votre blog en tout cas...

Patrick Mottard a dit…

Bien sûr j'y pense. Les malheurs s'additionnent, ils ne s'excluent pas...