27 janvier 2006

Le voyage des comédiens

27 janvier. Conseil général. Séance plénière. Rapport 9 : politique de soutien aux activités cinématographiques.

Je prends la parole pour soutenir cette initiative avec un enthousiasme modéré.

Enthousiasme, car depuis plus de dix ans, au sein du Conseil général, du Conseil municipal de Nice et même du Conseil régional lorsque j’y siégeais (de 1986 à 1992 et en 1998), je n’ai cessé de proposer régulièrement une politique publique locale du cinéma pour valoriser notre patrimoine et nos atouts en la matière.

Enthousiasme modéré, car le plan proposé reste modeste. Des institutions emblématiques (ESRA, studios de la Victorine…) en sont absentes et les rapports avec la CCI et sa Commission du film restent ambigus.

J’esquisse donc devant l’assemblée les contours de ce qui serait une véritable filière du cinéma dans les Alpes-Maritimes. Les bloggers intéressés peuvent retrouver mon intervention sur le site du Conseil général (vidéo). Je défends notamment l’idée d’états généraux du mouvement associatif cinéphilique, proposé par le collectif CINEAC, autour de la salle du Mercury rachetée récemment par le Département. Et au final, je ne peux m’empêcher de proposer au rapporteur d’engager des négociations avec le FIF (Festival de Cannes) pour dédoubler l’une des sélections parallèles sur Nice.

Il est vrai que j’ai la nostalgie de ces soirées des années soixante-dix et quatre-vingt quand la Quinzaine des Réalisateurs était projetée en temps réel pendant le Festival de Cannes à la MJC Gorbella.

Des frères Taviani à Fassbinder, de Herzog à Denys Arcand, c’est au cours de ces soirées que j’ai appris à aimer le cinéma.

C’est au cours d’une de ces soirées que j’ai connu ma plus belle émotion de cinéphile. Elle est née au rythme du parcours initiatique d’un groupe d’artistes à travers la campagne grecque en hiver…

Il s’agissait d’un film de Théo Angelopoulos : « Le voyage des comédiens »

2 commentaires:

Vincent a dit…

Merci pour ton intervention. Nous étions vendredi soir au Mercury pour une soirée autour du film La fragile Armada, un titre qui convient aussi au milieu des associations s'occupant de cinéma à Nice. Mais ce lieu et le principe d'une programmation ambitieuse et de qualité doit être défendue haut et fort.
Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les propositions de CINEAC, je donne ce lien : http://regardindependant.hautetfort.com/archive/2006/01/17/cinema-mercury-les-propositions-de-cineac.html
Bravo pour les titres, ça me fait toujours plaisir.

Phil a dit…

Malheureusement ce film prometteur de Théo Angelopoulos semble oublié et complétement indisponible (Vhs et Dvd).Il faudrait en toucher un mot aux programmateurs du Mercury ou de Magnan pour que d'autres le voient..."La fragile armada" sur la marche de l'EZLN au Chiapas fut un grand moment pour moi,tout comme la programmation cinéma du Festival Africain.Content de voir un elu amateur d'art ..meme si Buren c'est pas trop mon kiff :-)