01 mars 2008

Dernier Conseil


Avec Michèle Mangion


Ce vendredi 29 février à 14 h 30 commence le dernier Conseil municipal du long, très long (sept ans !) deuxième mandat de Jacques Peyrat. Mentalement, je fais quelques calculs qui donnent le vertige : environ soixante séances de dix heures en moyenne… C’est donc pendant quelques six cents heures que j’ai représenté l’opposition dans cette enceinte, souvent en face à face avec le maire.

Sept années pendant lesquelles se sont déroulées deux Présidentielles, deux Législatives, une Régionale, deux Cantonales. Sept années pendant lesquelles nous avons bien défendu le patrimoine niçois (victoire de la Gare du Sud, victoire pour la sauvegarde du Palais de l’Agriculutre), les orientations économiques de Nice (port de Nice), dénoncé ou évité quelques scandales (Vialatte, Monleau, stade, Sulzer…). A l’évidence, les Niçois nous doivent quelques économies !

Ce jour, Pierre Laigle ayant quelques minutes de retard pour cause de campagne, à ma place habituelle, je me trouve bizarrement sans voisin. De quoi souligner douloureusement les deux absences qui nous font si mal : celle de Michèle Mangion et de Jean-François Knecht, mes voisins de Conseil de 2001.

Au-delà de la séance du jour, du contexte et des élections à venir, c’est d’abord à eux que je pense très fort.

Mais la politique reprend ses droits avec le seul dossier identifiable de ce Conseil : l’avis de la commune de Nice sur l’Opération Nationale de la Plaine du Var. Flou, trop flou, ce projet reste très opaque et les intentions de l’Etat quelque peu mystérieuses. Aussi, avec Pierre, les élus Verts et Bruno Della Sudda, auteur d’une très convaincante charge contre le projet, nous votons contre.

Un ultime vote d’opposant.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

en ce qui concerne les grands travaux dont la ville a besoin, je voudrais rappeler que la construction d'une dalle au-dessus de la voie rapide (et de la voie ferrée) dans un périmètre allant de la fac de Droit au lycée Estienne d'Orves et sur toute la longueur de la colline des Baumettes, donnerait l'occasion de créer un campus digne de ce nom.

alain a dit…

Je suis habituellement de l’autre côté des décisions, tout au moins celui du chiffrage. Comment est il possible à ce jour de quantifier sans bavure des opérations, alors que s’engager précisément sur le prix d’un paquet de nouilles ou d’un camembert relève déjà à l’instant « t » de l’ésotérisme ? Constat est fait que bien des projets, et avec toutes les bonnes (et mauvaises) volontés engagées, sont impossibles à chiffrer, tout au moins de la façon dont on s'y prend actuellement.
Impossible car nous marchons tous sur la tête, comment savoir un prix avant de connaître précisément le contenu de l’opération? Ou alors on fonctionne au mètre carré de projet avec des ratios majorés « par sécurité », et avec tous les risques que cela comporte.
Par exemple il est impossible depuis longtemps de connaître le prix du câble (ou du cuivre), il est donné au jour le jour, alors quel prix estimer lorsque le projet sortira dans 2, trois ou 4 ans ? Et au final de l’opération pour payer la dernière situation de l’entreprise dans … 6 ou 7 ans ? Je réclame une boule de cristal.
J’épluche régulièrement des dossiers, et il arrive que les réponses sur les prix varient du simple au … double, et plus ! L’entreprise (ou le bureau d’étude du projet) qui s’est « plantée » dans le négatif ou celle qui ne veut pas l’affaire ou qui n’a pas le temps et qui a chiffré « à la louche »… Le code des marchés publics, la loi MOP etc… je ne dirai pas que c’est du pipeau obsolète, mais uniquement par pudeur, et pour ne pas te briser le moral.
En bref, j’observe les évènements un peu comme une partie de poker, et tu ne peux imaginer combien cela colle à la situation ! Peut être suis-je un peu hors sujet, en m'excusant de ce long texte, mais c'est ce que ce thème m'a inspiré.

Zineb a dit…

On pense tous trés fort à Michéle et JFK qui nous ont tous marqués, on ne les oublie pas, ils restent vivants dans notre coeur et notr souvenir.

D'autre part, c'est super d'entendre la vidéo sur le blog, décidement NA a toujours des idées trés originales et sympas.

Aprés claudiogéne, j'ai fait la campagne ce samedi aux Palmiers où nous avons fait le repas de mariage d'une amie à midi..

Anonyme a dit…

les élections c'est comme les vases communicants. par exemple, ce qu'on enlève de voix à Estrosi pourrait aussi se reporter sur Nice Autrement. Donc : comment récupérer les électeurs qui ont l'intention de voter pour Estrosi?
En rappelant à tout moment le détournement de fonds publics dans l'affaire du golf ? en rappelant que le Président du Conseil général n'a toujours pas réclamé la lumière sur cette affaire ?
Une façon aussi d'honorer la mémoire de J-F Knecht.

Anonyme a dit…

irene a dit...

Etant donnée ma récente arrivée ... je n ai pas eu la chance de connaitre Michele Mangion et Jean Francois Knecht mais j entends parler d eux tout au long de cette campagne ( ET pas uniquement au sein de NICE AUTREMENT) et aujourd' hui je suis fière de participer à mon niveau bien sûr au prolongement de leur travail ... et partage ton émotion PATRICK....

Anonyme a dit…

BRAVO POUR CE TRAVAIL ACCOMPLI.UN NOUVEAU CONSEIL EST PREVU BIENTOT ET IL PARAIT QUE TU EST EN TRAIN DE PREPARER L'ORDRE DU JOUR AVEC QUELQUES PROCHES CE QUI LAISSE SUPPOSER DE TON HAUT PERCHOIR DE MAIRE QUE TU SERAS ETRE JUSTE DANS CETTE FONCTION QUI T'HONNORE.
AMICALEMENT UN SéGOLINISTE QUI VOTERA POUR TOI.

bernard gaignier a dit…

Michèle, que j'ai aussi cotoyé longtemps et dont j'entends souvent le rire...mes affectueuses et fraternelles pensées à son compagnon, Antoine....
JF K avec sa volonté et sa pugnacité.. et sa fragilité
Avec pour reprendre 2 vers de Mouloudji "tous ces morts en goguette qui errent dans les rues de nos têtes"
avec tous ceux qui nous accompagnent et qui sont présents tant que l'on pense à eux... et qui sont avec nous....
Tiens il me revient une réflexion d'un vieux grec.... "donnez moi un point d'appui et je ferai bouger le monde"..; Et si notre point d'appui c'était eux!!

marie-neige a dit…

merci pour cette belle photo de michèle "ma belle" ainsi que je lui chantais au temps de notre folle jeunesse!elle est toujours là à côté de vous et vous protège.quelle bouffée d'air frais dans ce "meilleur des mondes" qu'est devenue notre planète!amicalement
marie-neige

marie-neige a dit…

skip to main | skip to sidebar marie-neige

lundi 3 mars 2008
attila

il était une fois attila et ses huns qui mirent la plus belle ville de france en friches!avec la mise en place d'un tramway nommé désir,la volonté d'un stade nommé mégalomanie et why not d'une plage de galets qu'ils voulaient transformer en plage de sable....
il était une fois les pauvres habitants de la ville qui usèrent leurs souliers,les pneus et les amortisseurs de leurs voitures, qui mirent des heures pour se rendre à leur travail,qui ne pouvaient pas se garer;des petits commerçants qui mirent la clé sous la porte;des petites mamies qui tombirent dans la rue à cause des travaux ,etc,etc...
pendant ce temps,attila et les huns s'engraissaient devenant de gros cochons
et les habitants payaient,payaient les impôts, les loyers,l'eau,l'essence,l'autoroute ...
il y en avait même qui n'avait pas de toit,pas de pain,pas un sou mais attila s'en foutait
seules les petites fourmis nommées assistantes sociales essayaient de faire quelque chose
dimanche votez pour qui vous voulez mais ne votez pas pour attila!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Publié par marie-neige à l'adresse 02:11 0 commentaires
Inscription à : Messages (Atom) Archive de blog
▼ 2008 (1)
▼ mars (1)
attila
Qui êtes-vous ?
marie-neige
Afficher mon profil complet