18 janvier 2007

Ils étaient vingt et cent


AUSCHWITZ - 18/01/2007

« Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers,
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent ».

Comment ne pas avoir en tête la chanson de Jean Ferrat au moment où j’entame mon troisième voyage de la mémoire en passant sous le sinistre porche d’entrée du camp de Birkenau. Aujourd’hui, j’accompagne une délégation du collège Henri Fabre. Une belle délégation avec des enseignants motivés et des élèves étonnamment matures. Sylvain, Tony, Myriam, Victoria, Sonia, Sofiane, Maeva, Natacha, Cédric, Samantha… : des élèves blacks, blancs, beurs submergés par l’émotion. Une émotion bien vite prolongée par l’indignation. Comment l’homme est capable de ça ! Ça, c’est le cynique « Arbeit macht frei » (le travail rend libre) à l’entrée du camp d’Auschwitz, ce sont les chambres à gaz, c’est le four crématoire, c’est la mort industrielle…

Les yeux sont rouges, on est parfois au bord du malaise, mais surtout les visages expriment quelque chose qui ressemble à la fin de l’innocence.

Oui, aujourd’hui peut-être encore plus que les autres fois, il s’est passé quelque chose en terre polonaise, où j’ai murmuré pour Martine le nom de Herschel.

« Ils se croyaient des hommes, n’étaient plus que des nombres,
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés,
Dès que la main retombe il ne reste qu’une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été ».

(Voir Nuit et brouillard)

7 commentaires:

Claudiogène a dit…

Que dire ?
"Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse" (Vigny)

Anonyme a dit…

En ces temps de récompense des justes, merci M. Mottard de nous rappeler cette période sombre de notre histoire, pour que les jeunes générations apprennent et que les autres n'oublient pas.Il est bon de rappeler l'histoire quand certains maires (de la 5°ville de france) appellent à voter l'extrême droite. Oui ! il est bon de rappeler l'histoire, pour que certains de nous, puissent écrire librement sur les blogs aujourd'hui !...ange

phlekain a dit…

Ici même à Nice, au lycée Calmette, sera dévoilée la nouvelle plaque commémorative inscrivant dans la mémoire du Lycée le nom des élèves arrêtées de 1942 et 1944 , et exterminées dans les camps nazis parce que nées juives.
Cette manifestation se déroulera le 26
Janvier , à partir de 10 h15, dans l'établissement.Philippe

marion a dit…

Passer de mon bouquin d'histoire à la réalité, experience traumatisante mais nécéssaire...

martine blaszka a dit…

Arbeit macht frei »
« Arbeit macht frei »
« Le travail rend libre »
et de la vie nous délivre...
Serge Smulevic (survivant d'Auswitch)

Dario a dit…

Que d'émotion surtout quand un membre de sa famille fut concerné et mit dans un camp de concentration. Aujourd'hui on a la chance de vivre dans un pays libre et en paix, que les gens réflechissent avant de trop critiquer la France, terre d'asile. Quand dans leurs pays d'origine, ils n'ont pas droit à la parole.

Anonyme a dit…

Il ya évidemment beaucoup de choses à savoir à ce sujet. Je pense que vous avez fait quelques bons points dans les reportages également. Continuez à travailler, excellent travail!